Volvariella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Volvariella gloiocephala à plusieurs stades de maturité
Volvariella speciosa, au stade d'œuf
Volvaria (Volvariella) iranica fallahyan

Le genre Volvariella, de son nom vernaculaire, les volvaires sont des champignons basidiomycètes de la famille des pluteaceae. La plupart étaient précédemment classées dans le genre Volvaria.

Leur nom provient du latin volva ou vulva, "enveloppe", et elles sont donc caractérisées par la présence d'une volve (contrairement aux plutées qui leur sont proches[1]) mais aussi par l'absence d'anneau, contrairement à la plupart de leurs cousines, les amanites[2].

Certaines poussent sur le bois, d'autres sur des substrats riches tels que prairies grasses, voire champs labourés.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Le genre comprend une vingtaine d'espèces dont la plupart sont comestibles (Volvariella volvacea est même cultivée) mais plusieurs présentent pour les débutants de vrais risques de confusion avec des amanites mortelles : on retiendra l'absence d'anneau et surtout le rosissement des lames par la sporée alors que celles des amanites restent d'un blanc immuable ou d'un jaune immuable pour Amanita caesarea.

Classification phylogénétique[modifier | modifier le code]

Classification Linnéenne[modifier | modifier le code]

  • Volvariella argentina
  • Volvariella bakeri
  • Volvariella bombycina
  • Volvariella caesiotincta
  • Volvariella diplasia
  • Volvariella esculenta
  • Volvariella gloiocephala
  • Volvariella hypopithys
  • Volvariella iranica fallahyan
  • Volvariella media
  • Volvariella murinella
  • Volvariella pusilla
  • Volvariella reidii
  • Volvariella surrecta
  • Volvariella taylorii
  • Volvariella volvacea
  • Volvariella volvacea var. heimii

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les plutées leur sont proches d'aspect et dans la classification traditionnelle mais il apparait que les volvaires en sont génétiquement très éloignées et qu'elles seraient beaucoup plus voisines des schizophylles.
  2. On sait qu'il existe des amanites sans anneau, parfois classées dans le sous-genre Amanitopsis, dont l'amanite vaginée qui dans sa forme grisea peut ressembler à Volvariella speciosa ou volvacea par sa couleur métallique mais dont la volve est engainante et fugace et les spores blanches et non pas rosées.