Volume d'éjection systolique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir VES.

Le volume d’éjection systolique (en abrégé VES) est le volume de sang que le cœur éjecte à chaque contraction (systole).

Il est la plupart du temps exprimé en millilitres (ml). Il dépend d’une multitude de facteurs, notamment de la taille du cœur, de son remplissage, de la force et de la durée de la contraction et de la résistance à l’éjection du sang dans la circulation systémique.

Chez l’homme il est proche de 100 mL (varie entre environ 70ml au repos et 150ml chez le sportif en plein effort). Un entraînement à long terme augmente le VES.

Calcul[modifier | modifier le code]

Le VES peut être calculé comme suit :

 VES = VTD - VTS \,

Avec

  • VES = Volume d’Ejection Systolique (environ 100 mL) ;
  • VTD = Volume TéléDiastolique (précharge, volume de sang dans le ventricule gauche en fin de diastole, c'est-à-dire juste avant éjection (environ 160 mL) ) ;
  • VTS = Volume TéléSystolique (volume de sang dans le ventricule gauche en fin de systole, c'est-à-dire juste après éjection du sang et avant le remplissage suivant) (environ 60 mL)

Il sert à déterminer le débit cardiaque par la formule :

Q_c = F_c \times VES

Avec

Détermination[modifier | modifier le code]

Il peut être fait soit directement par une technique d'imagerie du cœur :

Dans tous ces cas, on obtient de manière simple une image bidimensionnelle du cœur en télédiastole et en télésystole, dont on déduit le volume tridimensionnel par une technique d'interpolation basée sur la méthode de Simpson. En scintigraphie, scanner et IRM, on a directement les données tridimensionnelles permettant de calculer les volumes. Le volume d'éjection systolique est calculé comme la différence entre le volume télédiastolique (le plus gros) et le volume télésystolique (le plus petit).

La deuxième méthode, moins usitée, est de passer par la deuxième formule en déterminant le débit cardiaque lors d'un examen hémodynamique ou d'une échocardiographie.

Il existe enfin une dernière méthode: par impédancemetrie transthoracique utilisée notamment à l'exercice physique. La mesure est continue et simplement réalisée grâce à des électrodes placées sur le buste du sujet.