Voltumna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vertumne et Pomone par Peter Paul Rubens, 1617-1619, collection privée à Madrid

Voltumna ou Veltha, dans la mythologie étrusque est une divinité chtonienne de la terre et le dieu suprême du Panthéon étrusque[1].

Représentation[modifier | modifier le code]

Son iconographie montre un homme imberbe et tenant des fruits. En mythologie étrusque, Voltumna, ou Veltha, est un dieu chthonien. Il est devenu un exemple typique du processus d'individualisation et de transformation de l'esprit terrien local, se rapportant à un territoire de l'Étrurie méridionale, en une divinité supérieure, dieu suprême du panthéon étrusque, deus Etruriae princeps[2].

Le culte de Voltumna s'est manifesté essentiellement à Volsinii (en étrusque Velzna, aujourd'hui Orvieto) une cité de la civilisation étrusque du nord-ouest de l'Italie.

Le cautionnement des douze étrusques populi (lucomonie) a été renouvelé chaque année au bois sacré du Fanum Voltumnae, le sanctuaire de Voltumna située à proximité Volsinies (aujourd'hui Bolsena). Ceci a été mentionné par Tite-Live au Voltumnae Fanum Ludus[3].

La nature précise des rites, épreuves ou coutumes artistiques, religieuses ou sportives sont de nos jours encore inconnus.

Dans le Forum romain, près de la temple de Castor et Pollux, dans le Vicus Tuscus, se trouvait un temple dédié à Voltumna[4].

Dans la romaine, il était l'équivalent de Vertumne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Thanatos d'Eutipide et le Charun étrusque. L'Antiquité Classique 1 (1932), 70-73.
  • (it) Mauro Cristofani Etruschi una nuova immagine éditions Giunti gruppo, Florence 1984 [1] (ISBN 88-09601792-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pallottino,la religion des Étrusques
  2. Varron, De lingua latinaV p.46
  3. Tite-Live, IV, 23, 25 et 61, v 17, vi 2
  4. Andreas Alföldi, Die Etrusker in Latium und Rom in Gymnase 70, 1963, p. 204.

Sources[modifier | modifier le code]