Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge (VDK)
Service pour l’entretien des sépultures militaires allemandes (SESMA)

Logo de l’association
Cadre
Forme juridique association de droit allemand, à visée humanitaire, reconnue d'utilité publique
But Restauration et entretien des tombes de Français morts pour la France ou des soldats inconnus, et transition du souvenir au générations futures
Zone d’influence France, Belgique, Allemagne et autres pays d'Europe.
Fondation
Fondation
Fondateur premier président: Colonel Koeth (1919-1923)
Identité
Siège Kassel, antenne française à Metz
Financement dons, cotisations, quêtes.
Slogan devise: Versöhnung über den Gräbern - Arbeit für den Frieden, "Réconciliation par delà les tombes - Travail pour la paix"

Le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e. V., Service pour l’entretien des sépultures militaires allemandes (SESMA), est une association de droit allemand, à visée humanitaire, reconnue d'utilité publique, fondée le . L'association veille à l’entretien des sépultures militaires allemandes dans 45 pays[1]. Son siège se situe à Kassel. L'antenne française se trouve à Metz, en Lorraine, depuis 1991[2].

Fondation[modifier | modifier le code]

Bundeswehr-German War Graves Commission 01.jpg
Cimetière militaire de La Cambe

Le 10 septembre 1919, huit Berlinois s’associent pour prendre en charge les tombes de guerre. Chacun versa 100 mark. Parmi eux, on trouve l'architecte Heinrich Straumer, qui s'occupait déjà des tombes dans les derniers moments de la guerre et Siegfried Emmo Eulen qui avait été envoyé en Pologne et en Turquie pendant la guerre pour y construire des cimetières et organiser la prise en charge des tombes de guerre. Une brochure intitulée "Deutsche Kriegsgräberfürsorge" sert de document de travail lors du congrès de fondation le 26 novembre 1919.

Le 16 décembre 1919, le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge est fondé. Son premier président a été le Colonel Koeth (jusqu'en 1923). Le 23 août, Eulen a rédigé le projet des statuts d'une société internationale pour la prise en charge des tombes militaires allemandes. Genève est pressentie pour en être le siège de l'association, afin de faciliter la collaboration avec la Société des Nations, mais le projet n'aboutit pas.

Le gouvernement allemand de l'époque n'est, ni politiquement, ni économiquement, en mesure de s'occuper des tombes des soldats tombés hors des frontières de l'Empire allemand. Ces derniers doivent être abandonnés à leur destin. Les soldats survivants et d'autres citoyens cherchent d'autres moyens pour changer cet état de fait jugé intolérable par la majorité. Pour la prise en charge des tombes de guerre à l'étranger, quelques organisations se sont alors créées en Allemagne à cette époque. Elles s'occupent de préserver les tombes et de communiquer des renseignements aux proches des disparus. Ainsi, il y a en Bavière depuis le 14 septembre le "Deutsche Kriegsgräber-Schutzbund", à Brunswick le "Verein zur Erforschung und Erhaltung Deutscher Kriegsgräber e. V.", à Salzwedel la "Deutsche Kriegsgräber-Interessenten-Vereinigung" et à Hagen le "Bund Heimatdank". Le Volksbund commence à s'animer.

L'association a 228 000 membres et s'occupe de 2 millions de tombes de guerre. Rien qu'en France, elle est chargée d'entretenir pas moins de 722 cimetières[2]. Elle se finance et finance son action principalement grâce aux cotisations des membres, à des donations et des collectes. Le reste provient de subventions de l'Allemagne fédérale et des Länder. Pour acquérir des moyens supplémentaires, la fondation Gedenken und Frieden est fondée en 2001. Dans chaque Land, se trouve une fédération, qui elle-même se subdivise en différentes sections. Le président d'honneur du Volksbund est le Président fédéral allemand.

Depuis 2002, le Président du Volkbund est Reinhard Führer.

L'organisation jumelle autrichienne est la Österreichisches Schwarzes Kreuz.

Actions[modifier | modifier le code]

Hormis les obligations statutaires d'honorer la mémoire des victimes de guerre et de la violence, de préserver la paix entre les peuples et de faire observer les Droits de l'homme, le Volksbund remplit d'autres missions :

Cimetière militaire de Bergheim
Cimetière militaire de Solers
  • Construction et conservation des nécropoles militaires à l'étranger par commission du gouvernement allemand.
  • Enregistrement des victimes de guerre allemandes et de leurs tombes à l'étranger (Gräbernachweis) - Recherche des tombes de guerre, informations et encadrement des familles.
L'association aide à la recherche des tombes et à la recherche des parcours militaires. Il y a ainsi la possibilité de rechercher la trace d'un parent - précisément le lieu d'inhumation - dans une base de données constamment mise à jour. Il est également possible de faire une demande de recherche de tombe auprès du Volksbund. Pour cela, le Volksbund travaille en collaboration à Berlin avec la Deutsche Dienststelle (WASt), autrefois dénommée Wehrmachtsauskunftstelle für Kriegerverluste und Kriegsgefangene - WASt et dispose donc des bases de données de cette dernière. La Dienststelle conserve les données et les numéros d'identification des soldats engagés lors de la Seconde Guerre mondiale. Le Volksbund coopère avec d'autres services de recherche comme par exemple la Croix Rouge.
  • Collaboration internationale dans tout ce qui touche la prise en charge des tombes de guerre.
  • Organisation d'une journée de deuil ou concours à ce dernier.
  • Travaux pédagogiques ayant pour thème la paix dans les écoles et autres instituts de formation.
  • Encouragement des rencontres internationales de la jeunesse.
  • Information en ce qui concerne la prise en charge des tombes de guerre.

Bien que le Volksbund travaille sous la devise Versöhnung über den Gräbern - Arbeit für den Frieden, "Réconciliation par delà les tombes - Travail pour la paix", il est considéré par une partie de la population comme ne faisant aucunement partie d'un mouvement de paix. Les fondateurs du Volksbund, et ceux qui furent les premiers à y adhérer, étaient pour la plupart des soldats de la Première Guerre mondiale. Aujourd'hui encore, l'association entretient des relations étroites avec la Bundeswehr, l'armée actuelle de l'Allemagne fédérale. Les membres sont relativement âgés et beaucoup appartiennent à la génération de la Seconde Guerre mondiale. Tous ces facteurs font que certains, qui se considèrent comme pacifistes et anti-militaristes, prennent leurs distances vis-à-vis du Volksbund.

Documentation concernant les victimes de guerre[modifier | modifier le code]

Avec le développement d'internet, la tendance est à la communication des données sur les victimes de guerre au grand public - surtout des deux conflits mondiaux. C'est ainsi que l'on trouve par exemple aujourd'hui des informations sur les soldats britanniques et français et une partie des soldats américains tombés lors des guerres mondiales. En Grande Bretagne et aux États-Unis, les organisations responsables respectives sont : la Commonwealth War Graves Commission et la American Battle Monuments Commission), en France c'est le Ministère de la Défense[3].

C'est ainsi que le Volksbund met en ligne depuis quelques années ses banques de données à disposition sur Internet. À l'été 2006, 4,3 millions de disparitions sont comptabilisées selon les indications du Volksbund. Il s'agit en grande partie de militaires de l'armée allemande qui sont décédés lors de la première et de la Deuxième Guerre mondiale. Le fichier s'est considérablement agrandi depuis la première publication. Ces dernières années sont venus s'ajouter un grand nombre de soldats disparus de la dernière guerre mondiale. La collaboration avec la Deutsche Dienststelle de Berlin a été en cela précieuse. Dans la base de données, on peut également trouver des civils, victimes des bombardements, prisonniers de guerre et prisonniers civils, mais également des membres de la Wehrmacht décédés avant la Seconde Guerre mondiale.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frieden, avril 2013 sur volksbund.de
  2. a et b Ils veillent sur les sépultures militaires allemandes; Entretenir la paix la mémoire et l’amitié article republicain-lorrain.fr du 23/08/2011 (Consulté le 13/11/2013)
  3. Ministère de la Défense, SGA Sépultures de guerre (fichiers des lieux d'inhumation des soldats français)