Volcans d'Auvergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue du puy de Montchal (1 094 m) depuis le puy de Lassolas (Puy-de-Dôme, France)

Une grande partie de la région d'Auvergne est couverte par le Massif central, massif hercynien datant de la fin du paléozoïque qui s'étire sur presque un sixième de la surface totale de la France. C'est un plateau élevé (pénéplaine) entrecoupé de profondes vallées et surmonté fréquemment de reliefs volcaniques d'une variété de formes et d'âges étonnante.

Le volcanisme du Massif central a été actif sur les périodes tertiaire et quaternaire, l'âge des volcans s'étageant de 65 millions d'années pour les plus anciens à seulement 7000 ans (voire moins[1]) pour la chaîne des Puys.

On désigne généralement sous l'appellation volcans d'Auvergne l'alignement nord-sud de volcans d'origines et d'âges variés qui s'étendent de la chaîne des puys au nord au plateau de l'Aubrac au sud. Mais si on prend l'Auvergne au sens de région administrative, il faut aussi y inclure les volcans du Devès et du Velay (du moins ceux situés dans le département de la Haute-Loire).

Formant un ensemble paysager, géologique et patrimonial cohérent, le Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne comprend les Monts Dômes, les Monts Dore, l'Artense, le Cézallier et les Monts du Cantal.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le puy Griou dans les monts du Cantal. Cône de phonolite datant de 6 millions d'années.

Il existe en Auvergne plusieurs types de volcans très différents les uns des autres. Ainsi, les deux stratovolcans du Cantal et des monts Dore n'ont rien de commun avec les petits édifices monogéniques très récents de la chaîne des puys et de la région de Besse-en-Chandesse et sont également très différents des grands plateaux basaltiques du Cézallier et de l'Aubrac. Les premiers se sont formés sur de longues périodes et ont une histoire et une géomorphologie complexes. Les deuxièmes sont de forme simple et sont très bien conservés car ils n'ont connu qu'une seule éruption très brève et récente. Quant aux troisièmes, ils sont issus de volcans ayant émis des laves fluides qui se sont étalées sans former de volcans bien individualisés (volcanisme de type fissural)[2].

Une hypothèse veut que les volcans d'Auvergne soient indissociables des fossés sédimentaires tertiaires qui les bordent (Limagne) et qui sont eux-mêmes des éléments d'un grand rift fissurant toute l'Europe occidentale[3] (on retrouve de la même façon des volcans en Allemagne associés au rift rhénan et en Bohême). Ces zones d'amincissement de la lithosphère résulteraient du choc entre les plaques Afrique et eurasiatique. Le rift auvergnat serait donc un rift passif par opposition au rift actif qui a sa dynamique propre. La surrection des Alpes pourrait aussi avoir joué un rôle du fait d'une remontée asthénosphérique de magma engendrée par la formation de la racine lithosphérique de la chaîne alpine ou encore du fait de déformations lithosphériques de grande longueur d'onde (> 500km) à l'avant de cette même chaîne[3].

Une autre hypothèse attribue le volcanisme auvergnat à la présence d'un point chaud, caractéristique du volcanisme intraplaque, certaines mesures de tomographie sismique (qui ont mis en évidence la présence d'un diapir sous les volcans d'Auvergne) et des analyses géochimiques (présence de terres rares légères traduisant une origine profonde du magma) allant dans ce sens[3]. Cependant, concernant ce dernier point, il est à noter que la teneur en terres rares légères des roches volcaniques est assez irrégulière (faible par exemple dans le Cantal, plus abondante ailleurs) ce qui signifie que les magmas viennent de différentes profondeurs et ne permet pas de valider à coup sûr l'hypothèse du point chaud.

Réveil possible[modifier | modifier le code]

Le lac Pavin, dernier témoignage de l'activité volcanique en Auvergne.

La communauté des chercheurs s'accorde à dire qu'une résurgence de l'activité volcanique est possible dans le Massif central. Certains éléments plaident en faveur de cette thèse :

Tout d'abord, il existe des volcans très récents dans trois zones : chaîne des Puys (la dernière éruption, celle du puy de la Vache et du puy de Lassolas ne date que de 8 500 ans), région de Besse-en-Chandesse (maar du lac Pavin qui ne date que de 6 000 ans), Vivarais (séries de volcans dans le nord-ouest de l'Ardèche dont le dernier ne date que de 10 000 ans). Sachant que la chaîne des Puys a connu des périodes de sommeil plus longues que celle qui nous sépare de la dernière éruption[2], on ne peut la considérer comme éteinte. Il en est de même des autres zones. Ensuite, il est établi qu'il existe plusieurs anomalies géophysiques sous le Massif central, en particulier la discontinuité de Mohorovicic n'y est qu'à 20 km de profondeur (alors qu'elle est à 35 km sous Paris) et la température du manteau est à 1 300 °C à 30 km de profondeur alors que la normale est à 900 °C. Mais rien n'indique que ce panache de matière chaude soient les prémices d'éruptions prochaines, il s'agirait plutôt d'un héritage du passé[2], mais des remontées ponctuelles ne sont pas à exclure. Il est à noter que la zone la plus chaude s'étend du Cantal au Vivarais et ne concerne pas la chaîne des Puys, ce qui fait dire à certains spécialistes que les prochaines éruptions ne se produiront peut-être pas là où on les attend.

Liste des volcans par massif[modifier | modifier le code]

Chaîne des Puys (ordre alphabétique)[modifier | modifier le code]

Massif Cantalien[modifier | modifier le code]

Massif du Cézallier[modifier | modifier le code]

Monts Dore[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Marie Nehlig (BRGM) et coll., « Les volcans du Massif central », numéro spécial « Massif central », dans Géologues, UFG, 5 août 2003, revue trimestrielle [lire en ligne]

Références[modifier | modifier le code]

  1. On évoque désormais un dernier épisode éruptif il y a seulement 3 500 ans, et des phénomènes secondaires jusqu'à l'époque médiévale, mais ces théories sont encore débattues. Voir à ce sujet la page Lac Pavin.
  2. a, b et c Alain de Goër de Hervé, Volcans d'Auvergne : la menace d'une éruption ?, Ouest France,‎ 1997 (ISBN 978-2-7373-2119-1)
  3. a, b et c Marie Nehlig (BRGM) et coll., « Les volcans du Massif central », numéro spécial « Massif central », dans Géologues, UFG, 5 août 2003, revue trimestrielle [lire en ligne]