Vol 93 United Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vol 93 United Airlines
Un débris de l'appareil
Un débris de l'appareil
Caractéristiques de l'accident
Date 11 septembre 2001
Type Détournement finissant en crash
Site Shanksville, Pennsylvanie
Passagers 37 (dont 4 pirates de l'air)
Membres d'équipage 7
Morts 44
Blessés 0
Survivants 0
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil Boeing 757-200
Compagnie United Airlines
Nº d'identification N591UA
Localisation
Coordonnées 40° 03′ 04″ N 78° 54′ 17″ O / 40.051111, -78.904722 ()40° 03′ 04″ Nord 78° 54′ 17″ Ouest / 40.051111, -78.904722 ()  

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Vol 93 United Airlines

Le vol 93 United Airlines est un des avions détournés lors des attentats du 11 septembre 2001. Il s'est écrasé sans faire d'autres victimes que les passagers et les membres de l'équipage.

Description du vol[modifier | modifier le code]

Le 11 septembre 2001, le vol 93 effectue, avec un avion de type Boeing 757-200, la liaison entre l'aéroport international Newark Liberty (New Jersey) et San Francisco (Californie) aux États-Unis.

Il décolle à 8 h 42 avec 41 minutes de retard, à cause du trafic matinal assez élevé. Il s'agit d'un problème de routine fréquent pour un tel vol. L'avion cesse de répondre à la radio à 9 h 27, coupe son transpondeur et sort de sa route à 9 h 30. Certains passagers utilisent les téléphones de bord pour prévenir que leur avion a été détourné et sont alors informés du détournement des avions lancés contre le World Trade Center. Devinant qu'ils risquent le même sort, les passagers décident de s'attaquer aux pirates de l'air. Selon la commission d'enquête, les terroristes provoquent alors un crash pour empêcher la prise de contrôle par les passagers[1]. L'avion s'écrase sur le territoire de la commune de Shanksville au sud de Pittsburgh, en Pennsylvanie, à une distance d'environ 170 km de la capitale vers laquelle il se dirigeait (11 minutes de vol à 850 km/h). Les interrogatoires de Khalid Cheikh Mohammed ont amené les autorités américaines à affirmer que la cible était le Capitole[2].

L'avion transportait trente-sept passagers (les quatre terroristes compris), cinq personnels navigant commercial et deux pilotes. Il n'y eut aucun survivant.

Heure de la chute[modifier | modifier le code]

L'heure exacte de l'impact au sol fait l'objet d'une controverse avec le 9/11 Truth Movement. Une analyse des enregistrements sismiques réalisés par les stations d'observation environnantes[3], l'instant précis de la perte de l'écho par le contrôle aérien de Cleveland[4], les témoignages locaux recueillis par la presse[5],[6], les enregistrements radars[7] publiés par la FAA, indiquent 10 h 06. La Commission Kean, qui reprend la chronologie du NORAD (10 h 03), rejette cet horaire en se référant à des données non accessibles (enregistrements FDR, CVR, ATC et radar).

Présence de la chasse[modifier | modifier le code]

Trajet du vol 93 d'après la commission d'enquête officielle.

Lors de son audition du 13 septembre, le général Myers, chef de l'état-major interarmes, expliqua que les avions de chasse mobilisés avec mission d'intercepter et autorisation d'abattre les avions piratés étaient arrivés tardivement à proximité du vol 93 — quelques instants avant qu'il ne s'écrase (10 h 03) — et qu'ils ne l'avaient pas abattu. En annexe du film inspiré des événements, une note précise que le président a fini par autoriser les avions de chasse à abattre les avions détournés, mais que des officiers n'ont pas transmis l'ordre.

Les réponses tardives ont alimenté les spéculations selon lesquelles l'armée aurait abattu le vol 93, y compris de la part de médias ne remettant pas en cause la responsabilité d'Al-Qaïda[8].

Les partisans des théories du complot à propos des attentats du 11 septembre 2001 citent souvent les propos du secrétaire de la Défense Donald Rumsfeld, qui, dans un entretien avec le général de brigade James Marks le 24 décembre 2004 réalisé par CNN, stigmatisait « les gens qui ont attaqué les États-Unis à New York, ont abattu l'avion au-dessus de la Pennsylvanie et attaqué le Pentagone »[9].

Dispersion des vestiges[modifier | modifier le code]

Profil du vol de l'avion

Selon les récits de témoins, l'avion a piqué brusquement du nez, est tombé comme une pierre et s’est pulvérisé au sol, le kérosène explosant en une boule de feu. Le profond cratère dessinant l’empreinte de l'avion dans le sol meuble de cette ancienne mine à ciel ouvert manifeste la verticalité de l'impact. Par ailleurs, deux ensembles de débris retrouvés au sud de l'Indian Lake et à New Baltimore, à 3 et 12 km de l'impact, se trouvent alignés avec un moteur (unique pièce de taille notable retrouvée, à 600 mètres de l'impact). L'impact principal est à faible distance de cet alignement, signalant peut-être une dérive des débris après leur séparation d'avec l'avion, comme on peut le voir sur cette carte[10].

Les « boîtes noires »[modifier | modifier le code]

L'enregistreur de cabine (CVR) a été retrouvé, d'apparence normale. Pour ce qui est de son exploitation, il a été d'abord fait état d'un endommagement ayant rendu sa lecture impossible (ABC News). Mais selon Newsweek[11], qui se réfère à la transcription partielle transmise par « une source officielle anonyme », l'enregistrement laisse entendre une lutte, des jurons et des « Allah Akbar » (Dieu est le plus grand). Le New York Times avait, deux mois auparavant, fait état d'une lutte sauvage et désespérée dans la cabine de pilotage en citant le même type de source. Il y était ajouté que l'enregistrement ne donnait pas une image claire des événements. Aux dernières paroles prononcées succédait un bruit de succion, suggérant une décompression de l'habitacle.

Aucune mention n'a été faite de la seconde boîte noire localisée dans la queue de l'appareil (FDR). Pourtant, un rapport du NTSB, datant du début 2002 et rendu public par les Archives nationales de sécurité en août 2006, présente une reconstitution partielle du parcours du vol 93 mentionnant les enregistrements de cette « boîte noire ».

Les appels téléphoniques[modifier | modifier le code]

Le récit héroïque retenu puis mis en scène par l'industrie cinématographique prend sa source dans l'enregistrement ci-dessus mentionné et surtout dans l'appel téléphonique qu'un passager, Todd Beamer, meneur d'un groupe désireux de reprendre le contrôle de l'avion, effectua à 9 h 45 sur le réseau Airphone de Verizon Communications, conversation qui s'acheva sur le mot d'ordre depuis lors célèbre de « Let's roll » (« Allons-y ! »).

Appel téléphonique de CeeCee Lyles, l'une des passagères :

Un dernier appel fut celui, à 9 h 58, d'un homme affolé, réfugié dans des toilettes, supposé être Edward Felt, qui signala que l'avion était en train de descendre.

Autres témoignages[modifier | modifier le code]

Bill Wright pilotait un petit monomoteur Piper lorsqu'il se trouva en vue du vol 93, à une distance de 5 km environ. Il reçut alors l'ordre de s'éloigner le plus rapidement possible et d'atterrir au plus proche aéroport[12]. Il déclara ensuite sur une chaîne TV de Pittsburgh : « Une des premières choses à m'avoir traversé l'esprit quand ils nous ont dit de nous éloigner au maximum et le plus vite possible [de l'avion], c'est qu’ils s'attendaient à ce qu’il explose, ou qu’ils allaient l’abattre depuis le sol. Mais c’est de la pure spéculation[13]. »

Liste des terroristes à bord[modifier | modifier le code]

Liste des membres d'équipage[modifier | modifier le code]

Liste des passagers[modifier | modifier le code]

Les noms des victimes du crash sont inscrits sur le rebord du bassin sud du mémorial du 11-Septembre (panneaux S-68 et 68).
  • Deora Frances Bodley, 20 ans, 20F, San Diego, Californie, étudiante à l'université de Santa-Clara
  • Marion Britton, 53 ans, 12C, New York, New York, a pu appeler son ami Fred Fiumano qui l'a rappelé, assistante du directeur régional de l'US Census Bureau
  • Thomas E. Burnett Jr., 38 ans, 04B, San Ramon, Californie, a passé deux appels téléphonique à son épouse depuis la rangée 24 et 25, senior vice-president et COO de Thoratec Corp.
  • William Cashman, 57 ans, 15D, North Bergen, New Jersey, ouvrier de construction
  • Georgine Rose Corrigan, 56 ans, 12D, Honolulu, Hawaii, antiquaire
  • Patricia Cushing, 69 ans, 19C, Bayonne, New Jersey, retraitée, employée de New Jersey Bell, accompagnée de sa belle-sœur, Jane C. Folger
  • Joseph Deluca, 52 ans, 02B, Ledgewood, New Jersey, a passé un appel téléphonique à son père depuis la rangée 26, consultant chez Pfizer Inc.
  • Patrick Joseph Driscoll, 70 ans, 15C, Manalapan, New Jersey, retraité, directeur de recherche pour Bell Communications
  • Edward P. Felt, 41 ans, 02D, Matawan, New Jersey, a passé un appel au 911 depuis son portable [non prouvé], directeur de technologie chez BEA Systems.
  • Jane C. Folger, 73 ans, 19B, Bayonne, New Jersey, retraité accompagnée de sa belle-sœur, Patricia Cushing
  • Colleen Laura Fraser, 51 ans, 13A, Elizabeth, New Jersey, présidente du New Jersey Developmental Disabilities Council
  • Andrew Garcia, 62 ans, 20C, Portola Valley, Californie, vendeur
  • Jeremy Glick, 31 ans, 11A, Hewlett, New Jersey, a pu appeler son épouse depuis la rangée 27, diplômé de l'Université de Rochester, champion universitaire de judo au niveau national.
  • Lauren Grandcolas, 38 ans, 11D, San Rafael, Californie, a pu appeler son mari mais ne l'a pas obtenu, vendeur pour le Good Housekeeping magazine
  • Donald F. Greene, 52 ans, 16D, Greenwich, Connecticut, vice-président exécutif de Safe Flight Instrument Corp.
  • Linda Gronlund, 46 ans, 02A, Warwick, New York, a pu laisser un message téléphonique à sa sœur grâce au téléphone de bord, environmental compliance, BMW
  • Richard Guadagno, 38 ans, 19A, Eureka, Californie, responsable du Humboldt Bay National Wildlife Refuge appartenant au U.S. Fish and Wildlife Service
  • Toshiya Kuge, 20 ans, 18A, Nishimidoriguoska, Drapeau du Japon Japon, étudiant
  • Hilda Marcin, 79 ans, 17C, Budd Lake, New Jersey, retraitée, assistante institutrice
  • Nicole Miller, 21 ans, 10A, San José, Californie, étudiante
  • Louis J. Nacke Jr, 42 ans, 12F, New Hope, Pennsylvanie, directeur de centre de distribution de distribution Kay-Bee Toys
  • Donald Arthur Peterson, 66 ans, 14A, Spring Lake, New Jersey, retraité, ex-président de Continental Electric Co.
  • Jean Hoadley Peterson, 55 ans, 14C, Spring Lake, New Jersey, femme de Donald Arthur Peterson
  • Waleska Martinez Rivera, 37 ans, 10F, Jersey City, New Jersey, spécialiste d'automatisation pour l'U.S. Census Bureau
  • Mark Rothenberg, 52 ans, 05B, Scotch Plains, New Jersey, propriétaire de MDR Global Resources
  • Christine Snyder, 32 ans, 17A, Kailua, Hawaii, paysagiste chez Outdoor Circle
  • John Talignani, 72 ans, 18F, New York, New York, retraité, employé de restaurant
  • Honor Elizabeth Wainio, 27 ans, 11A, Watchung, New Jersey, a pu appeler sa belle-mère en utilisant le téléphone de Lauren Grandcolas, responsable de district pour les magasins Discovery Channel
  • Olga Kristin Gould White, 65 ans, 21C, New York, New York, journaliste médical, indépendant

Hommage du Président des États-Unis[modifier | modifier le code]

Le 20 septembre 2001, le président George W. Bush s'adresse aux deux chambres du congrès des États-Unis réunies au Capitole, où il accuse le groupe terroriste Al-Qaida, avec à sa tête Oussama ben Laden, d'avoir organisé les attentats du 11 septembre. Dès le début de son discours, il rend hommage à Todd Beamer, l'un des passagers du Vol 93, qu'il qualifie d'"homme exceptionnel", et demande à l'assistance d'accueillir sa femme, Lisa Beamer, présente dans l'enceinte[14],[15],[16]. Dans un livre intitulé en français Instants décisifs[17], il estime que l'acte de courage des passagers du Vol 93 constitue « l'un des plus hauts faits d'armes de l'histoire américaine ».

Site transformé en mémorial[modifier | modifier le code]

Bancs avec les noms des victimes

Une zone de 8,90 km² autour du lieu du crash a été transformée en mémorial en 2002, le Flight 93 National Memorial, géré par le National Park Service, et classé en catégorie V par l'Union internationale pour la conservation de la nature. Il est inauguré le 11 septembre 2011[18].

Décoration[modifier | modifier le code]

Tous les passagers ont eu la Médaille d'or du Congrès à titre posthume.

Adaptations à la télévision et au cinéma[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Les révoltés du vol 93, réalisé par Brian Lopping et Phil Graig (États-Unis, Grande-Bretagne, France)
  • 2006 : United 93 (Vol 93)
  • 2006 : Flight 93 de Peter Markle, avec Jeffrey Nordling, Ty Olsson et Kendall Cross

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le film United 93, inspiré des événements, un passager pilote amateur tente de piloter l'avion une fois les terroristes neutralisés, mais ne parvient pas à éviter un crash rapide.
  2. (en) CONGRESSIONAL RECORD—SENATE - 10 septembre 2002
  3. Won-Young Kim et G.R. Baum, Seismic Observations during September 11, 2001, Terrorist Attack, rapport au département des ressources naturelles du Maryland
  4. (en)dépêche du 28/10/2001 parue sur post-gazette, Flight 93: Forty lives, one destiny
  5. (en) « Investigators locate 'black box' from Flight 93; widen search area in Somerset crash », sur post-gazette.com (consulté le 4 décembre 2010)
  6. (en) « What did happen ti flight 93 », sur www.mirror.co.uk (consulté en )
  7. What was the danger to city? Doomed United Flight 93 passed just south of Pittsburgh
  8. (en) Courrier international, ÉTATS-UNIS • 11 septembre : douze questions sans réponse
  9. (en) Transcription de l'entretien sur le site de CNN
  10. (en) « Carte », sur 911research.wtc7.net (consulté le 4 décembre 2010)
  11. Novembre 2001.
  12. A few minutes before the crash Bill Wright, piloting a single-engine Piper, could see Flight 93 three miles away, but was suddenly told to turn away and land immediately without explanation. Mirror.co.uk, 12 Sept.2002 WHAT DID HAPPEN TO FLIGHT 93? - RICHARD WALLACE, US Editor, examines riddle of hijacked jet as he visits crash site
  13. Suddenly he received orders to get away from the hijacked plane and to land immediately. "That's one of the first things that went through my mind when they told us to get as far away from it as fast as we could," Wright later told a Pittsburgh TV station, "that either they were expecting it to blow up or they were going to shoot it down – but that's pure speculation."Independant.co.uk, 13Nov.2002 Unanswered questions: The mystery of Flight 93
  14. (en) Texte en anglais du discours du 20 septembre 2001, presidentialrhetoric.com
  15. (en) Vidéo du discours du 20 septembre 2001, c-spanvideo.org
  16. (fr) Traduction en français du discours du 20 septembre 2001
  17. 2010 : George W. Bush, Decision Points. Virgin Books, ISBN 978-0-7535-3966-8>
  18. (en) Site du mémorial par le NPS

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :