Vol 5022 Spanair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vol 5022 Spanair
Image illustrative de l'article Vol 5022 Spanair
Caractéristiques de l'accident
Date 20 août 2008
Phase Décollage
Type Erreur de pilotage
Site Madrid, Drapeau de l'Espagne Espagne
Passagers 172
Membres d'équipage 6
Morts 154
Blessés 18
Survivants 18
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil MD-82
Compagnie Spanair
Nº d'identification EC-HFP
Localisation
Coordonnées 40° 31′ 48″ N 3° 34′ 13″ O / 40.53, -3.570278 ()40° 31′ 48″ Nord 3° 34′ 13″ Ouest / 40.53, -3.570278 ()  

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Vol 5022 Spanair

Le vol 5022 Spanair était un vol intérieur espagnol assuré par la compagnie aérienne Spanair entre l'aéroport international de Madrid-Barajas et l'aéroport de Las Palmas. Le 20 août 2008, l'avion opérant ce vol, un MD-82, s'écrase à côté de la piste 36L lors de la phase de décollage. Avec ses 154 victimes (sur 172 personnes à bord), cet accident est actuellement la cinquième plus grave catastrophe aérienne de l'histoire de l'Espagne ; la plus grave depuis 1983.

Contexte de l'accident[modifier | modifier le code]

L'appareil, un MD-82 âgé de 15 ans, devait effectuer un vol passager entre l'aéroport international de Madrid-Barajas et l'aéroport de Las Palmas dans les Îles Canaries. Ce vol, effectué par Spanair, était aussi commercialisé en partage de code par la compagnie allemande Lufthansa sous le nom de vol LH 2554. En pleine période de vacances, l'avion était pratiquement complet (166 passagers pour 170 places).

Localisation de l'accident.

Description chronologique de l'accident[modifier | modifier le code]

  • À 13:06:15, (heure de départ initiale 13:00), l'avion est autorisé au démarrage des moteurs et roule vers la piste 36L depuis la porte T21.
  • À 13:24:57, l'appareil est autorisé au décollage sur la piste 36L.
  • À 13:26:27, l'équipage détecte une alerte indiquant une surchauffe sur une prise d'air située sous une fenêtre du cockpit et signale à la tour de contrôle qu'un problème les oblige à annuler le décollage et à quitter la piste.
  • À 13:33:12, l'appareil se dirige vers le parking R11 pour vérifications.
  • À 14:08:01, après inspection par le personnel technique de Spanair, l'avion est autorisé à repartir.
  • À 14:23:14, l'avion est autorisé au décollage sur la piste 36L.
  • À 14:24:08, l'appareil décolle.
  • À 14:24:14, quelques instants après l'envol, l'alarme de décrochage retentit, l'appareil bascule plusieurs fois à gauche et à droite.
  • À 14:24:23, alors que l'appareil est incliné de 32 degrés à droite, le cône de queue et l'aile droite touchent le sol. L'appareil glisse alors sur le sol pendant près de 450 mètres avant de rencontrer une dénivellation importante causant sa désintégration et un important incendie[1].

Causes[modifier | modifier le code]

D'après les investigations menées à la suite de l'accident, l'avion n'était pas configuré correctement pour le décollage, ses volets et becs de bord d'attaque n'étant pas déployés. Ceci a provoqué un décrochage de l'avion dans les secondes qui ont suivi son envol.

L'accident est attribué à plusieurs facteurs parmi lesquels[1] :

  • Les pilotes n'ont pas déployé les volets.
  • Les check-lists avant décollage n'ont pas été effectuées de manière assez rigoureuse.
  • Le système d'alerte qui aurait dû prévenir l'équipage d'une configuration de décollage incorrecte (TOWS) n'a pas fonctionné.

Bilan[modifier | modifier le code]

172 personnes se trouvaient à bord dont 22 enfants et 6 membres d'équipage. 153 personnes ont trouvé la mort au moment de l'accident et 19 ont été blessées[2]. Une 154e victime est décédée le 23 août 2008[3]. Les victimes sont majoritairement espagnoles mais on dénombre également quatre Allemands, trois Français, deux Suédois, un Bulgare et un Chilien. Il s'agit du plus grave accident d'avion en Espagne depuis 1983, et en Europe depuis 2006[4]. L'identification des victimes est rendue difficile, de nombreux corps étant carbonisés. Les enquêteurs auront recours à des tests ADN[5] et aux identifications dentaires. Le 30 août, l'identification des 154 corps est terminée[6].

Suites immédiates[modifier | modifier le code]

À la suite de cet accident, les décollages sur l'aéroport de Madrid étaient suspendus jusqu'à 17 heures, tandis que les atterrissages étaient «régulés».

Le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a interrompu ses vacances et est arrivé en fin d'après-midi à l'aéroport avec le ministre de l'Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, la ministre de l'Equipement, Magdalena Álvarez Arza et le ministre du Travail Celestino Corbacho. Le lendemain, le roi et la reine d'Espagne sont venus se recueillir à la chapelle ardente installée au Palais des congrès de la capitale espagnole et s'entretenir avec les familles.

Un deuil de trois jours a été décrété dans la région et dans la ville de Madrid.

Enquête[modifier | modifier le code]

L'enquête a été confiée à la Commission espagnole d'enquête sur les accidents de l'aviation civile. Les boîtes noires ont été retrouvées et semblaient exploitables, bien qu'endommagées[7].

Comme l'appareil impliqué est de conception américaine, le Conseil National de la Sécurité des Transports (National Transportation Safety Board, NTSB) a pour obligation d'ouvrir une enquête, et a été amené à participer à l'investigation en cours, avec l'aide des sociétés Boeing et Pratt & Whitney[8].

Selon les premiers témoignages des survivants et le personnel de l'aéroport, à la suite d'un incident technique, l'avion était retourné à l'aérogare pour réparation. Des passagers auraient tenté de descendre mais le pilote s'y serait opposé. L'appareil a alors essayé de décoller une deuxième fois, provoquant l'accident. Une vidéo prise par l'aéroport a été communiquée aux médias dans les jours suivant l'accident.

Accidents similaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Otelli, Erreurs de pilotage : Tome 5 , chapitre Stress et oubli éditions Altipress

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :