Vol 11 American Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vol 11 American Airlines
Trajet du vol 11, entre Boston et New York, d'après la commission d'enquête officielle
Trajet du vol 11, entre Boston et New York, d'après la commission d'enquête officielle
Caractéristiques de l'accident
Date Mardi 11 septembre 2001
Type Détournement d'avion
Site Tour nord du World Trade Center, Manhattan, New York, NY, États-Unis
Passagers 76 (plus 5 pirates)
Membres d'équipage 11
Morts 87 (plus 5 pirates), et environ 1600 personnes (dont les secours) dans la tour nord du World Trade Center
Survivants Aucun
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil Boeing 767-223ER
Compagnie American Airlines
Nº d'identification N334AA

Le 11 septembre 2001, le vol 11 d'American Airlines est détourné par cinq terroristes d'Al-Qaïda dans le cadre des attentats du 11 septembre. Ils font délibérément s'écraser l'avion dans la tour nord du World Trade Center à New York, tuant les 87 personnes à bord plus les pirates, et un nombre non confirmé de personnes dans la zone d'impact du bâtiment. L'avion impliqué, un Boeing 767-223ER, faisait le service transcontinental quotidien d'American Airlines entre l'aéroport international de Boston-Logan, à Boston dans le Massachusetts, vers l'aéroport international de Los Angeles en Californie.

D'après les conclusions de l'enquète officielle, après 15 minutes de vol, les pirates blessent au moins trois personnes, en tuent une, entrent de force dans le cockpit, et maîtrisent le commandant de bord et le premier officier. Mohammed Atta, un membre d'Al-Qaida et pilote entraîné, reprend le contrôle. Les contrôleurs aériens se rendent compte que le vol est en détresse quand l'équipage cesse de répondre. Ils réalisent que le vol a été détourné lorsque Mohammad Atta transmet par erreur ses annonces destinées aux passagers, au contrôle aérien. À bord, les hôtesses Amy Sweeney et Betty Ong contactent American Airlines, et fournissent des informations sur les pirates et les blessures des passagers et de l'équipage.

L'appareil s'écrase contre la tour nord du World Trade Center à h 46 locales. De nombreuses personnes dans les rues sont témoins du crash ; plusieurs enregistreurs vidéos montrent l'impact initial, le mieux connu étant celui enregistré par Jules Naudet et Pavel Hlava. Avant que le détournement soit confirmé, les agences de presse commencent à rendre compte de l'accident et spéculent que le crash est un accident. L'impact et l'incendie qui en résulte causent l'effondrement de la tour nord, 102 minutes après le crash, ce qui cause des centaines de victimes supplémentaires. Pendant les travaux de recherches sur le site du World Trade Center, les travailleurs trouvent et identifient des dizaines de restes des victimes du vol 11, mais plusieurs morceaux de corps ne peuvent pas être identifiés.

Vol[modifier | modifier le code]

Le N324AA, un 767 semblable à celui impliqué dans l'attentat, au départ de l'aéroport international de Los Angeles.

L'avion du vol 11 d'American Airlines est un Boeing 767-223ER livré en 1987, immatriculé N334AA[1]. La capacité de l'appareil est de 158 passagers, mais le vol du 11 septembre emporte 81 passagers et 11 membres d'équipage. L'avion est peu chargé, à 51 % de sa capacité, mais plus que pour les vols 11 des mardis matins où il est en moyenne chargé à 39 % de sa capacité, dans les mois précédent le 11 septembre[2]. Les 11 membres d'équipage sont le commandant John Ogonowski, le premier officier Thomas McGuinness et les personnels navigant commercial Barbara Arestegui, Jeffrey Collman, Sara Low, Karen Martin, Kathleeen Nicosia, Betty Ong, Jean Roger, Dianne Snyder et Amy Sweeney[3].

Au total, 92 personnes à bord sont tuées[4], dont David Angell (créateur et producteur exécutif de la sitcom télévisée Frasier), son épouse Lynn Angell, et l'actrice Berry Berenson[5]. Seth MacFarlane, créateur de Family Guy, devait embarquer sur le vol mais est arrivé en retard à l'aéroport[6]. L'acteur Mark Wahlberg devait aussi être sur le vol mais il a annulé son billet à la dernière minute[7]. L'actrice Leighanne Littrell, épouse du chanteur des Backstreet Boys, Brian Littrell, était aussi enregistrée sur le vol, mais comme Wahlberg, elle a changé ses plans à la dernière minute[8].

Embarquement[modifier | modifier le code]

Mohammed Atta, le meneur des attaques, et un camarade pirate, Abdulaziz al-Omari, arrivent à l'aéroport international de Portland à h 41 heure de l'Est, le 11 septembre 2001. Ils embarquent sur le vol 5930 de Colgan Air, qui doit partir à h de Portland, dans le Maine, et aller vers Boston. Les deux pirates ont des billets de première classe avec un vol de correspondance vers Los Angeles ; Atta enregistre deux bagages, Omari aucun[2]. Quand ils s'enregistrent, le système de présélection des passagers assisté par ordinateur (Assisted Passenger Prescreening System, CAPPS) choisit Atta pour un contrôle de bagage supplémentaire, mais il embarque sans incident[9]. Le vol depuis Portland part à l'heure et arrive à Boston à h 45. Trois autres pirates, Waleed al-Shehri, Wail al-Shehri et Satam al-Suqami, arrivent à l'aéroport de Logan à h 45, ayant laissé leur voiture de location au parking de l'aéroport. À h 52, Marwan al-Shehhi, le pirate pilote du vol 175 d'United Airlines appelle Atta sur son téléphone portable depuis un téléphone public à l'aéroport de Logan[2],[10].

Détournement[modifier | modifier le code]

L'avion sera détourné quelques minutes après le décollage. Les pirates de l'air tueront 2 passagers avec leur couteaux suisses et rasoirs (à l'époque autorisés sur les lignes intérieures américaines). Les terroristes prennent les commandes et Mohamed Atta s'adresse aux passagers en leur disant de rester calme car ils vont rentrer à l'aéroport. Mais Atta ne savait pas très bien se servir du public adress (systèmes d'annonces en cabine) et le message de détournement initialement adressé aux passagers sera entendu par un contrôleur aérien.

Crash[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) National Transportation Safety Board, « Brief of Accident », sur ntsb.gov,‎ 7 mars 2006 (consulté le 19 septembre 2013)
  2. a, b et c (en) Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis, « Staff Report – "We Have Some Planes": The Four Flights — a Chronology », sur archives.gov,‎ 25 mai 2008 (consulté le 19 septembre 2013)
  3. (en) CNN, « American Airlines Flight 11 », sur cnn.com,‎ 2001 (consulté le 19 septembre 2013)
  4. (en) Marisa Lagos et Diana Walsh, « S.F. firefighters, others honor peers who died on 9/11 », San Francisco Chronicle,‎ 11 septembre 2006 (lire en ligne)}
  5. (en) CNN, « American Airlines Flight 11 – Victims », sur cnn.com (consulté le 19 septembre 2013)
  6. (en) Bernard Weinraub, « The Young Guy Of 'Family Guy'; A 30-Year-Old's Cartoon Hit Makes An Unexpected Comeback », The New York Times,‎ 7 juillet 2004 (lire en ligne)
  7. (en) « Mark Wahlberg sorry for saying he would have thwarted 9/11 terrorists », Fox News Channel,‎ 18 janvier 2012 (lire en ligne)
  8. (en) Rich Copley, « Backstreet Boy feels victims' families' pain | Flight 5191: Stories from Sept. 2-21, 2006 », sur Kentucky.com (consulté le 19 septembre 2013)
  9. (en) « Extract: 'We have some planes' », BBC News,‎ 23 juillet 2004 (lire en ligne)
  10. (en) National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States, « 'We Have Some Planes' », sur 9-11commission.gov,‎ juillet 2004 (consulté le 22 septembre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]