Vol 11 American Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vol 11 American Airlines
Trajet du vol 11, entre Boston et New York, d'après la commission d'enquête officielle
Trajet du vol 11, entre Boston et New York, d'après la commission d'enquête officielle
Caractéristiques de l'accident
Date Mardi 11 septembre 2001
Type Détournement d'avion
Site Tour nord du World Trade Center, Manhattan, New York, NY, États-Unis
Passagers 76 (plus 5 pirates)
Membres d'équipage 11
Morts 87 (plus 5 pirates), et environ 1600 personnes (dont les secours) dans la tour nord du World Trade Center
Blessés 0
Survivants 0
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil Boeing 767-223ER
Compagnie American Airlines
Nº d'identification N334AA
Coordonnées 40° 43′ N 74° 01′ O / 40.7117, -74.0125 ()40° 43′ Nord 74° 01′ Ouest / 40.7117, -74.0125 ()  

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Vol 11 American Airlines

Le 11 septembre 2001, le vol 11 d'American Airlines est détourné par cinq terroristes d'Al-Qaïda dans le cadre des attentats du 11 septembre. Ils font délibérément s'écraser l'avion dans la tour nord du World Trade Center à New York, tuant les 87 personnes à bord plus les pirates, et un nombre non confirmé de personnes dans la zone d'impact du bâtiment. L'avion impliqué, un Boeing 767-223ER, faisait le service transcontinental quotidien d'American Airlines entre l'aéroport international de Boston-Logan, à Boston dans le Massachusetts, vers l'aéroport international de Los Angeles en Californie.

D'après les conclusions de l'enquète officielle, après 15 minutes de vol, les pirates blessent au moins trois personnes, en tuent une, entrent de force dans le cockpit, et maîtrisent le commandant de bord et le premier officier. Mohammed Atta, un membre d'Al-Qaida et pilote entraîné, reprend le contrôle. Les contrôleurs aériens se rendent compte que le vol est en détresse quand l'équipage cesse de répondre. Ils réalisent que le vol a été détourné lorsque Mohammad Atta transmet par erreur ses annonces destinées aux passagers, au contrôle aérien. À bord, les hôtesses Amy Sweeney et Betty Ong contactent American Airlines, et fournissent des informations sur les pirates et les blessures des passagers et de l'équipage.

L'appareil s'écrase contre la tour nord du World Trade Center à h 46 locales. De nombreuses personnes dans les rues sont témoins du crash ; plusieurs enregistreurs vidéos montrent l'impact initial, le mieux connu étant celui enregistré par Jules Naudet et Pavel Hlava. Avant que le détournement soit confirmé, les agences de presse commencent à rendre compte de l'accident et spéculent que le crash est un accident. L'impact et l'incendie qui en résulte causent l'effondrement de la tour nord, 102 minutes après le crash, ce qui cause des centaines de victimes supplémentaires. Pendant les travaux de recherches sur le site du World Trade Center, les travailleurs trouvent et identifient des dizaines de restes des victimes du vol 11, mais plusieurs morceaux de corps ne peuvent pas être identifiés.

Vol[modifier | modifier le code]

L'avion impliqué dans l'accident le 8 Avril 2001

L'avion du vol 11 d'American Airlines est un Boeing 767-223ER livré en 1987, immatriculé N334AA[1]. La capacité de l'appareil est de 158 passagers, mais le vol du 11 septembre emporte 81 passagers et 11 membres d'équipage. L'avion est peu chargé, à 51 % de sa capacité, mais plus que pour les vols 11 des mardis matins où il est en moyenne chargé à 39 % de sa capacité, dans les mois précédent le 11 septembre[2]. Les 11 membres d'équipage sont le commandant John Ogonowski, le premier officier Thomas McGuinness et les personnels navigant commercial Barbara Arestegui, Jeffrey Collman, Sara Low, Karen Martin, Kathleeen Nicosia, Betty Ong, Jean Roger, Dianne Snyder et Amy Sweeney[3].

Au total, les 92 personnes à bord sont tuées[4], dont David Angell (créateur et producteur exécutif de la sitcom télévisée Frasier), son épouse Lynn Angell, et l'actrice Berry Berenson[5]. Seth MacFarlane, créateur de Family Guy, devait embarquer sur le vol mais est arrivé en retard à l'aéroport[6]. L'acteur Mark Wahlberg devait aussi être sur le vol mais il a annulé son billet à la dernière minute[7]. L'actrice Leighanne Littrell, épouse du chanteur des Backstreet Boys, Brian Littrell, était aussi enregistrée sur le vol, mais comme Wahlberg, elle a changé ses plans à la dernière minute[8].

Embarquement[modifier | modifier le code]

Atta et Omari à l'Aéroport international de Portland le matin du 11 septembre
Atta (en bleu) et Omari à l'Aéroport international de Portland (Maine) le matin du 11 septembre.

Mohammed Atta, le meneur des attaques, et un camarade pirate, Abdulaziz al-Omari, arrivent à l'aéroport international de Portland à h 41 heure de l'Est, le 11 septembre 2001. Ils embarquent sur le vol 5930 de Colgan Air, qui doit partir à h de Portland, dans le Maine, et aller vers Boston. Les deux pirates ont des billets de première classe avec un vol de correspondance vers Los Angeles ; Atta enregistre deux bagages, Omari aucun[2]. Quand ils s'enregistrent, le système de présélection des passagers assisté par ordinateur (Assisted Passenger Prescreening System, CAPPS) choisit Atta pour un contrôle de bagage supplémentaire, mais il embarque sans incident[9]. Le vol depuis Portland part à l'heure et arrive à Boston à h 45. Trois autres pirates, Waleed al-Shehri, Wail al-Shehri et Satam al-Suqami, arrivent à l'aéroport de Logan à h 45, ayant laissé leur voiture de location au parking de l'aéroport. À h 52, Marwan al-Shehhi, le pirate pilote du vol 175 d'United Airlines appelle Atta sur son téléphone portable depuis un téléphone public à l'aéroport de Logan[2],[10].

Comme ils n'ont pas reçu à Portland leurs cartes d'embarquement pour le vol 11, Atta et Omari se présentent à l'enregistrement et passent par la sécurité à Boston[11]. Dans l'enregistrement précipité après le vol depuis Portland, les employés de l'aéroport ne chargent pas les bagages d'Atta sur le vol 11[12],[13]. Suqami, Wail al-Shehri et Waleed al-Shehri se présentent aussi à l'enregistrement pour le vol à Boston. Wail al-Shehri et Suqami enregistrent chacun un sac; Waleed al-Shehri n'enregistre aucun bagage[2]. Le CAPPS les sélectionne tous les trois pour un contrôle approfondi des bagages[14]. Comme le contrôle du CAPPS concerne seulement les bagages, les trois pirates de l'air ne subissent aucun examen supplémentaire au poste de contrôle de sécurité des passagers[15].

À h 40, les cinq pirates de l'air sont à bord de l'avion dont le départ est prévu à h 45[10],[16]. Mohamed Atta s'assoit en classe affaire au siège 8D avec Abdulaziz al-Omari en 8G et Suqami en 10B. Waleed al-Shehri et Wail al-Shehri s'assoient en première classe, respectivement aux sièges 2B et 2A[14]. À h 46, une minute après l'heure prévue, l'avion reçoit la clairance pour être poussé depuis la porte B32[17] et est autorisé à se déplacer au sol pour rejoindre la piste de décollage à h 50. L'aéronef amorce son décollage depuis la piste 4R de l'Aéroport international de Boston-Logan à h 59[18],[19].

Détournement[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Mohamed Atta à h 23 (info)
Premier message de Mohamed Atta destiné au passager mais involontairement envoyé aux contrôleurs aériens.

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

L'avion sera détourné quelques minutes après le décollage. La Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis estime que le détournement commence à h 14 quand les pilotes cessent de répondre aux sollicitations de la Boston Air Route Traffic Control Center (Boston ARTCC)[10]. À h 13 min 29 s, alors que l'avion survole le centre du Massachusetts à une altitude de 26 000 pieds (7 900 m), le pilote répond à une sollicitation de la Boston ARTCC lui demandant d'effectuer un virage de 20 degrés vers la droite. À h 13 min 47 s, la Boston ARTCC demande aux pilotes de s'élever à une altitude de croisière à 35 000 pieds (11 000 m) mais ne reçoit pas de réponse[19]. À h 16, l'aéronef se stabilise à une altitude de 29 000 pieds (8 800 m)[19] et dévie peu de temps après de la trajectoire prévue. La Boston ARTCC essaie à de multiples reprises d'entrer en contact avec le vol 11, sans succès[10] et à h 21, l'avion cesse de transmettre le signal de son transpondeur Mode C[19].

D'après les hôtesses Amy Sweeney et Betty Ong qui parviennent à contacter American Airlines pendant le détournement, les pirates poignardent les hôtesses Karen Martin et Barbara Arestegui et tranchent du passager Daniel Lewin[20],[21],[22]. Lewin, un entrepreneur israélo-américain avait servi comme officier des forces spéciales de Sayeret Matkal, une unité d'élite de l'armée de défense d'Israël[23],[24]. Lewin est assis en 9B et Suqami juste derrière lui en 10B[25]. La commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis suppose que Suqami a poignardé et tué Lewin après que ce dernier a tenté de mettre fin au détournement[10]. Lewin est probablement la première victime des attentats du 11 septembre[24],[26]. Pendant un appel de quatre minutes au centre des opérations d'American Airlines, Ong fournit des informations sur le manque de communications avec le cockpit, le manque d'accès au cockpit et les blessures des passagers[27]. Elle donne également la position des sièges des pirates qui aidera plus tard les enquêteurs à déterminer leurs identités[27].

Fichier audio
Mohamed Atta à h 33 (info)
Second message de Mohamed Atta.

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

À h 23 min 38 s, Atta essaie de faire une annonce aux passagers mais, ne sachant pas très bien se servir du public adress (systèmes d'annonces en cabine), appuie sur le mauvais bouton et envoie le message à la Boston ARTCC[28]. Les contrôleurs aériens entendent l'annonce d'Atta qui déclare en anglais : « Nous détenons des avions. Restez juste calmes et tout ira bien pour vous. Nous retournons à l'aéroport »[trad 1]. À h 24 min 56 s, il annonce : « Que personne ne bouge. Tout se passera bien. Si vous essayez de faire le moindre mouvement, vous vous mettrez en danger, vous ainsi que l'avion. Restez juste calmes »[trad 2],[19]. Comme précédemment, Atta pense qu'il ne parle qu'aux passagers mais sa voix est captée et enregistrée par les contrôleurs aériens. Après les transmissions d'Atta et l'impossibilté de contacter l'avion de ligne, les contrôleurs aériens de la Boston ARTCC réalisent que le vol a été détourné[29]. À h 26, l'avion tourne vers le sud[19]. À h 32, le centre de commande de la Federal Aviation Administration (FAA) situé à Herndon en Virginie prévient le quartier général de la FAA[10].

À h 33 min 59 s, Atta annonce : « Que personne ne bouge, s'il vous plaît. Nous retournons à l'aéroport. N'essayez pas de faire de mouvements stupides »[trad 3],[19]. À h 37 min 8 s, les pilotes du vol 175 United Airlines vérifient la position du vol 11[30]. La Boston ARTCC contourne les protocoles standards et contacte directement le Northeast Air Defense Sector (NEADS) du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD) à Rome dans l'État de New York[10]. Le NEADS demande à deux avions de chasse F-15 situés à l'Otis Air National Guard Base à Mashpee dans le Massachusetts de l'intercepter. Les responsables de la base aérienne prennent quelques minutes à donner aux avions de chasse l'autorisation de décoller[10]. Atta fait finalement dévier l'avion en direction de Manhattan à h 43[19]. L'ordre d'envoyer les avions de chasses est donné à h 46 et les F-15 décollent à h 53[10],[29], environ sept minutes après que le vol 11 American Airlines s'écrase dans la tour nord du World Trade Center. Parmi les quatre avions détournés le 11 septembre, c'est avec le vol 11 que le NORAD a eu le plus temps pour réagir : neuf minutes se sont écoulées entre la connaissance du détournement par le NORAD et l'impact du vol 11 sur la tour[31].

Crash[modifier | modifier le code]

Train d’atterrissage du vol 11 retrouvé dans les décombres.

À h 46 min 30 s[32], Mohamed Atta fait intentionnellement s'écraser le vol 11 American Airlines dans la façade nord de la tour Nord (Tour 1) du World Trade Center[19]. L'avion qui se déplace à une vitesse d'environ 404 noeuds (748 km/h) et qui transporte environ 38 000 L de kérosène, frappe la tour entre le 93ème et le 99ème étage[33].

Les témoins voient l'avion voler à faible altitude au-dessus de Manhattan et pensent que celui-ci est en détresse. Le lieutenant William Walsh des pompiers de New-York (qui apparaît dans le film documentaire New York : 11 septembre) voit l'avion : « Il semblait qu'il descendait mais nous n'entendions aucune difficulté mécanique. Nous n'arrivions pas à comprendre pourquoi un avion d'American Airlines volait si bas dans le centre-ville de Manhattan. Nous nous attendions plutôt à ce qu'il quitte sa trajectoire et qu'il aille dans l'Hudson. Mais il s'est juste élevé un peu, son altitude s'est stabilisée et il s'est dirigé directement vers le Trade Center. Donc juste avant qu'il n'aille dans le Trade Center, il semblait avoir pris de la puissance. Nous étions juste en train de regarder cet avion se diriger droit sur le World Trade Center. Tout d'un coup, boum ! Il disparaissait dans le Trade Center »[trad 4],[34]

Les dommages causés à la tour Nord détruisent tous les moyens d'évacuation au niveau de la zone d'impact et au-dessus de celle-ci. Toutes les cages d'escalier et les ascenseurs à partir du 92ème étage sont rendues impraticables[35] piégeant 1 344 personnes[35]. D'après le rapport de la commission d'enquête officielle, des centaines de personnes sont tuées instantanément par l'impact; les autres sont piégées et meurent à cause de l'incendie et des fumées qui en résulte, de l'effondrement de la tour qui s'ensuit ou, dans certains cas, après avoir sauté ou être tombé du building[36]. Les cages d'ascenseur permettent l'écoulement du kérosène en feu à travers le bâtiment[37]. Au moins une cage d'ascenseur transporte le carburant en feu vers le bas, explosant au 77e étage, au 22e étage et au niveau de la rue[38].

Jules Naudet, un cameraman français et Pavel Hlava, un immigrant tchèque, filment le crash[39],[40]. Une webcam installée par Wolfgang Staehle prenant une image du Lower Manhattan toutes les quatre secondes pour une exposition d'art à Brooklyn capture également les images du vol 11 s'écrasant dans la tour Nord[41]. Une caméra de WNYW abandonnée sur le sol enregistre aussi le son du crash et filme ce qui se passe immédiatement après.

Morceaux d'épave du vol 11 présentés à l'Intrepid Sea-Air-Space Museum de Manhattan.

Les journalistes annoncent d'abord une explosion ou un incident au World Trade Center. CNN interrompt une publicité à h 49 avec un grand titre : World Trade Center Disaster (« Catastrophe au World Trade Center »). Carol Lin qui est la première journaliste à relater la nouvelle de l'attaque déclare :

« Ouais. Cela vient juste de nous parvenir. Vous êtes en train de regarder une prise de vue évidemment très impressionnante. C'est le World Trade Center et des rumeurs non confirmées nous sont parvenues ce matin affirmant qu'un avion s'est écrasé dans l'une des tours du World Trade Center. Pour le moment, le CNN Center commence tout juste à travailler sur cette affaire, appelant manifestement nos sources et essayant de comprendre ce qui s'est passé exactement mais clairement quelque chose de dévastateur s'est produit ici ce matin à l’extrémité sud de l'île de Manhattan. C'est encore une fois une image d'une des tours du World Trade Center[trad 5],[42] »

Plus tard, dans un appel téléphonique au bureau new-yorkais de CNN, Sean Murtagh, le vice-président des finances de CNN rapporte qu'un grand vol commercial transportant des passagers a frappé le World Trade Center[42]. Finalement, les autres chaînes de télévisions interrompent leurs programmes habituels avec des nouvelles du crash. Le président George W. Bush arrivait à la Emma E. Booker Elementary School à Sarasota en Floride. Les premiers bulletins d'informations supposent que le crash est accidentel jusqu'à ce que le vol 175 United Airlines s'écrase dans la tour Sud à h 3.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après le crash, la tour nord brûle pendant 102 minutes avant de s'effondrer à 10 h 28. Bien que l'impact lui-même cause des dommages structurels étendus, l'incendie durable, alimenté par le kérosène, est responsable de la défaillance structurelle de la tour[43],[44],[45]. En plus des passagers de l'avion et des occupants de la tour, des centaines de sauveteurs sont tués quand la tour s'effondre[46]. Cantor Fitzgerald L.P. une banque d'investissement dont les locaux sont situés du 101e au 105e étage de la tour nord perd 658 employés, considérablement plus que toutes les autres entreprises[47].

Les sauveteurs présents sur le site du World Trade Center commencent à découvrir des fragments de corps de passagers du vol 11 dans les jours qui suivent l'attaque. Certains sauveteurs découvrent des corps attachés aux sièges de l'avion et découvrent la dépouille d'une hôtesse dont les mains sont attachées laissant penser que les pirates ont pu utiliser des menottes en plastique[48],[49]. Au cours de l'année, des médecins légistes examinent les restes de 33 victimes qui étaient à bord du vol 11[50]. Ils identifient trois autres victimes du vol 11 dont l'hôtesse de l'air Karen Martin après que des fragments de son corps soient découverts près de Ground Zero en 2006[51],[52]. En avril 2007, les légistes utilisent de nouvelles technologies utilisant l'ADN et identifient une autre victime du vol 11[53]. Les restes de deux pirates de l'air, potentiellement issus du vol 11 sont aussi identifiés et retirés du parc du Mémorial du 11-Septembre à Manhattan[54]. Les restes des autres pirates n'ont pas été identifiés et sont enterrés dans le parc du mémorial avec d'autres restes non identifiés[55].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) National Transportation Safety Board, « Brief of Accident », sur ntsb.gov,‎ 7 mars 2006 (consulté le 19 septembre 2013)
  2. a, b, c et d (en) Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis, « Staff Report – "We Have Some Planes": The Four Flights — a Chronology », sur archives.gov,‎ 25 mai 2008 (consulté le 19 septembre 2013)
  3. (en) CNN, « American Airlines Flight 11 », sur cnn.com,‎ 2001 (consulté le 19 septembre 2013)
  4. (en) Marisa Lagos et Diana Walsh, « S.F. firefighters, others honor peers who died on 9/11 », San Francisco Chronicle,‎ 11 septembre 2006 (lire en ligne)}
  5. (en) CNN, « American Airlines Flight 11 – Victims », sur cnn.com (consulté le 19 septembre 2013)
  6. (en) Bernard Weinraub, « The Young Guy Of 'Family Guy'; A 30-Year-Old's Cartoon Hit Makes An Unexpected Comeback », The New York Times,‎ 7 juillet 2004 (lire en ligne)
  7. (en) « Mark Wahlberg sorry for saying he would have thwarted 9/11 terrorists », Fox News Channel,‎ 18 janvier 2012 (lire en ligne)
  8. (en) Rich Copley, « Backstreet Boy feels victims' families' pain | Flight 5191: Stories from Sept. 2-21, 2006 », sur Kentucky.com (consulté le 19 septembre 2013)
  9. (en) « Extract: 'We have some planes' », BBC News,‎ 23 juillet 2004 (lire en ligne)
  10. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States, « 'We Have Some Planes' », sur 9-11commission.gov,‎ juillet 2004 (consulté le 22 septembre 2013)
  11. (en) Sara Kehaulani Goo, « Papers Offer New Clues On 9/11 Hijackers' Travel », The Washington Post,‎ 13 février 2005 (lire en ligne).
  12. (en) Michael Dorman, « Unraveling 9–11 was in the bags », Newsday,‎ 17 avril 2006 (lire en ligne).
  13. (en) « Excerpts From Statement by Sept. 11 Commission Staff », The New York Times,‎ 17 juin 2004 (lire en ligne).
  14. a et b (en) « Investigating 9–11 – The doomed flights », San Francisco Chronicle,‎ 23 juillet 2004 (lire en ligne).
  15. (en) « The Aviation Security System and the 9/11 Attacks – Staff Statement No. 3 », National Commission on Terrorist Attacks Upon the United States (consulté le 27 juillet 2014).
  16. (en) Federal Bureau of Investigation, « 9/11 Investigation (PENTTBOM) », United States Department of Justice,‎ septembre 2001 (consulté le 27 juillet 2014).
  17. (en) « Transcripts of Flight 11 and Flight 175 », The New York Times,‎ 16 octobre 2001 (lire en ligne).
  18. (en) Glen Johnson, « Probe reconstructs horror, calculated attacks on planes », The Boston Globe,‎ 23 novembre 2001 (lire en ligne).
  19. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « Flight Path Study – American Airlines Flight 11 », National Transportation Safety Board,‎ 19 février 2002 (consulté le 27 juillet 2014).
  20. (en) « Excerpt: A travel day like any other until some passengers left their seats », The Seattle Times,‎ 23 juillet 2004 (lire en ligne).
  21. (en) « Inside the failed Air Force scramble to prevent the Sept. 11 attacks », MSNBC,‎ 28 juin 2004 (consulté le 27 juillet 2014).
  22. (en) Scott Woolley, « Video Prophet », Forbes,‎ 23 avril 2007 (lire en ligne).
  23. (en) Seymour Hersch, « Watching the Warheads: The Risks to Pakistans Nuclear Arsenal », The New Yorker,‎ 29 octobre 2001.
  24. a et b (en) Richard Sisk et Monique El-Faizy, « First Victim Died A Hero On Flt. 11 Ex-Israeli commando tried to halt unfolding hijacking », Daily News,‎ 24 juillet 2004 (lire en ligne).
  25. (en) Dan Eggen, « Airports Screened Nine of Sept. 11 Hijackers, Officials Say; Kin of Victims Call for Inquiry into Revelation », The Washington Post,‎ 2 mars 2002.
  26. (en) Ron Jager, « Danny Lewin: The First Victim Of 9/11 », 5TJT,‎ 8 septembre 2011 (consulté le 27 juillet 2014).
  27. a et b (en) Laura Sullivan, « 9/11 victim calmly describes hijack on haunting tape », The Baltimore Sun,‎ 28 janvier 2004 (lire en ligne).
  28. (en) United States District Court for the Eastern District of Virginia, « USA v. Zacarias Moussaoui – Trial Testimony by David Raskin », United States Department of Justice,‎ 7 mars 2006 (consulté le 27 juillet 2014).
  29. a et b (en) « 9/11 recordings chronicle confusion, delay », CNN,‎ 17 juin 2004 (consulté le 27 juillet 2014).
  30. (en) Michel Ellison, « 'We have planes. Stay quiet' – Then silence », The Guardian,‎ 17 octobre 2001 (lire en ligne).
  31. Les militaires ont été prévenus pour le vol 11 à h 37, neuf minutes avant le crash. Ces neuf minutes représentent le maximum de temps disponible pour réagir à la situation. Ils ont été prévenus pour le vol 175 United Airlines à h 3. Au même instant, l'avion impactait la tour sud. Ils ont été prévenus pour le vol 77 American Airlines quatre minutes avant qu'il ne s'écrase sur le Pentagone. Enfin, ils ont été prévenus pour le vol 93 United Airlines à 10 h 7 soit quatre minutes avant qu'il ne s'écrase en Pennsylvanie. Source : (en) Thomas H. Kean, Lee H. Hamilton, « The Story in the Sky », dans Without Precedent, Alfred A. Knopf (ISBN 978-0-307-26377-3), p. 263.
  32. (en) T. P. McAllister, R. G. Gann, J. D. Averill, J. L. Gross, W. L. Grosshandler, J. R. Lawson, K. B. McGrattan, W. M. Pitts, K. R. Prasad, F. H. Sadek et H. E. Nelson, Structural Fire Response and Probable Collapse Sequence of World Trade Center Building 7 (Volume 1). Federal Building and Fire Safety Investigation of the World Trade Center Disaster (NIST NCSTAR 1–9), National Institute of Standards and Technology (NIST),‎ août 2008 (lire en ligne), p. 1-8.
  33. (en) « NIST NCSTAR1-5: Reconstruction of the Fires in the World Trade Center Towers », [National Institute of Standards and Technology]],‎ octobre 2005 (consulté le 28 juillet 2014).
  34. (en) « World Trade Center Task Force Interview – Lieutenant William Walsh », The New York Times,‎ 11 janvier 2002 (lire en ligne).
  35. a et b (en) Jim Dwyer, Eric Lipton et al., « 102 Minutes: Last Words at the Trade Center; Fighting to Live as the Towers Die », The New York Times,‎ 26 mai 2002 (lire en ligne).
  36. (en) « Heroism and Horror », National Commission on Terrorist Attacks upon the United States,‎ 2004 (consulté le 28 juillet 2014).
  37. (en) Dennis Cauchon et Martha T. Moore, « Elevators were disaster within disaster », USA Today,‎ 4 septembre 2002 (lire en ligne).
  38. Épisode Zero Hour de la série Inside 9/11. Autres crédits : Producteurs : Colette Beaudry et Michael Cascio.
  39. (en) Bill Carter, « CBS to Broadcast Videotape Shot Inside Towers During Trade Center Attack », The New York Times,‎ 6 février 2002 (lire en ligne).
  40. (en) James Glanz, « A Rare View of 9/11, Overlooked », The New York Times,‎ 7 septembre 2003 (lire en ligne).
  41. (en) Wolfgang Staehle, « Rare Scenes from 9/11 », Vanity Fair (consulté le 28 juillet 2014).
  42. a et b (en) « CNN Breaking News Terrorist Attack on United States », CNN,‎ 11 septembre 2001 (consulté le 28 juillet 2014).
  43. (en) National Construction Safety Team, « Executive Summary », dans Final Report on the Collapse of the World Trade Center Towers,‎ septembre 2005 (lire en ligne).
  44. (en) Bill Miller, « Report Assesses Trade Center's Collapse », The Washington Post,‎ 1er mai 2002 (lire en ligne).
  45. (en) Timothy Williams, « Report on Trade Center Collapses Emphasizes Damage to Fireproofing », The New York Times,‎ 5 avril 2005 (lire en ligne).
  46. (en) « Police back on day-to-day beat after 9/11 nightmare », CNN,‎ 21 juillet 2002 (consulté le 28 juillet 2014).
  47. (en) « Cantor rebuilds after 9/11 losses », BBC,‎ 4 septembre 2006 (consulté le 28 juillet 2014).
  48. (en) Susan Sachs, « After the Attacks: The Trade Center; Heart-Rending Discoveries as Digging Continues in Lower Manhattan », The New York Times,‎ 15 septembre 2001 (lire en ligne).
  49. (en) Sean Gardiner, Graham Rayman, « Hijackers May Have Used Handcuffs », AM New York,‎ 15 septembre 2001 (consulté le 28 juillet 2014).
  50. (en) Patrice O'Shaughnessy, « More Than Half Of Victims Id'd », Daily News,‎ 11 septembre 2002 (lire en ligne).
  51. (en) Bill Brubaker, « Remains of Three 9/11 Victims Identified », The Washington Post,‎ 2 novembre 2006 (lire en ligne).
  52. (en) John Holusha, « 3 Trade Center Victims Identified by DNA », The New York Times,‎ 2 novembre 2006 (lire en ligne).
  53. (en) Stephanie Gaskell, « 9/11 Plane Passenger Id'd », New York Post,‎ 11 avril 2007 (lire en ligne).
  54. (en) Tina Kelley, « Officials Identify Remains of Two Hijackers Through DNA », The New York Times,‎ 1er mars 2003 (lire en ligne).
  55. (en) Leo Standora, « ID Remains OF 2 WTC Hijackers », Daily News,‎ 1er mars 2003 (lire en ligne).

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. « We have some planes. Just stay quiet and you'll be O.K. We are returning to the airport. »
  2. « Nobody move. Everything will be okay. If you try to make any moves, you'll endanger yourself and the airplane. Just stay quiet. »
  3. « Nobody move, please. We are going back to the airport. Don't try to make any stupid moves. »
  4. « He looked like he was going down, but we didn't hear any mechanical difficulty. We couldn't figure out why an American Airlines plane would be so low in downtown Manhattan. We sort of expected him to veer off and go into the Hudson. But he just rose a little bit, his altitude, leveled off, and he was headed straight for the Trade Center. So just before he got to the Trade Center, it seemed as though he gained power. We were just watching this airplane on target for the World Trade Center. All of a sudden, boom! He disappears into the Trade Center. »
  5. « Yeah. This just in. You are looking at obviously a very disturbing live shot there. That is the World Trade Center, and we have unconfirmed reports this morning that a plane has crashed into one of the towers of the World Trade Center. CNN Center right now is just beginning to work on this story, obviously calling our sources and trying to figure out exactly what happened, but clearly something relatively devastating happening this morning there on the south end of the island of Manhattan. That is once again, a picture of one of the towers of the World Trade Center. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]