Voiture sans conducteur de Google

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le prototype de voiture sans conducteur de Google. Pour les véhicules utilisés par Google pour prendre des photographies sur la voie publique, voir Google Street View.
Toyota Prius à conduite automatique de Google. Le capteur lidar rotatif est visible sur le toit.

La voiture sans conducteur de Google, parfois appelée Google Car, est un projet de voiture autonome développé par Google. Il a été lancé par Sebastian Thrun, également directeur du Stanford Artificial Intelligence Laboratory et co-inventeur de Google Street View, mais a été repris désormais par Anthony Levandowski[1].

Historique[modifier | modifier le code]

En octobre 2010, Google annonce avoir conçu un système de pilotage automatique pour automobile, déjà installé sur huit véhicules — six Toyota Prius, une Audi TT et une Lexus RX-450h — qui ont parcouru plus de 800 000 km en Californie[2], sans avoir provoqué d'accident. Ce projet a démarré sous l'impulsion de Sebastian Thrun, qui avait remporté le DARPA Grand Challenge en 2005, au sein de l'équipe de l'université Stanford[3].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le système de pilotage automatique utilise un lidar, une caméra, des radars, un récepteur GPS et des capteurs sur les roues motrices[3].

Le véhicule doit être conduit de manière ordinaire une fois sur le trajet qu'il empruntera ensuite de manière autonome, afin qu'une équipe vérifie que le véhicule a enregistré tous les signaux importants le long du trajet. Le véhicule n'a plus ensuite qu'à gérer les modifications de signalisation pendant son trajet autonome[4].

Une des limitations du système est son incapacité à agir suivant les gestes d'un agent de police faisant la circulation[4].

Commercialisation[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Alors que Google n'avait pas de plans immédiats pour développer le système commercial, la société souhaite développer une entreprise qui vendrait le système et les données à des constructeurs automobiles. Un avocat du California Department of Motor Vehicles a soulevé des inquiétudes : «La technologie est en avance sur la loi dans de nombreux domaines», citant des lois de l'État : " Seul un être humain peut conduire un véhicule". Selon le New York Times, les décideurs politiques et les régulateurs ont montré que de nouvelles lois seront nécessaires si les véhicules sans conducteur devaient devenir une réalité.

Google fait pression pour que deux projets de loi fassent du Nevada le premier état où les véhicules sans conducteur pourront être légalement utilisés sur la voie publique. Le premier projet de loi est un amendement à un projet de loi sur les véhicules électriques qui prévoit l'octroi de licences et les essais des véhicules autonomes. Le deuxième projet de loi va prévoir une exemption de l'interdiction de distraction au volant pour permettre aux occupants d'envoyer des messages texte tout en restant assis derrière le volant. Les deux projets de loi mis aux voix avant la session du corps législatif de l'état du Nevada a pris fin en juin 2011. Il a été spéculé que le Nevada a été choisi en raison de l'Auto Show de Las Vegas et du Salon de l'électronique grand public, et la forte probabilité que Google présente le premier produit commercialement viable à l'un ou l'autre de ces évènements. Un dirigeant de Google, cependant, a refusé d'indiquer la raison précise du choix du Nevada comme état "pilote" pour la voiture sans conducteur.

Le Nevada a adopté une loi en juin 2011 sur le fonctionnement des voitures sans conducteur, qui est entrée en vigueur le 1er mars 2012. Une Toyota Prius expérimentale, modifiée avec la technologie sans conducteur de Google, a été autorisée par le Département du Nevada of Motor Vehicles (DMV) en mai 2012. Ce fut la première licence aux États-Unis pour une voiture auto-pilotée. Les plaques d'immatriculation délivrées dans le Nevada pour les voitures autonomes auront un fond rouge et porteront le symbole de l'infini (∞) sur le côté gauche parce que, selon le Directeur du DMV, "... le symbole de l'infini est la meilleure façon de représenter la voiture du futur". Le règlement du Nevada exige qu'une personne soit derrière le volant et une autre dans le siège du passager lors des essais. Le système autonome de Google permet à un conducteur humain de reprendre le contrôle en utilisant les freins ou en tournant le volant.

La Californie et le Michigan ont depuis rejoint le club très fermé des Etats autorisant les tests de voiture autonome sur leur territoire.

Les voitures de test sans conducteur de Google coûtent environ 150 000 US$ en équipement dont 70 000 US$ pour le LIDAR (radar laser) du système.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "A l'intérieur de la Google Car" Article du New-Yorker.
  2. « Google annonce travailler sur une voiture sans pilote », lire en ligne sur le site du magazine informatique en ligne PCInpact
  3. a et b « Google expérimente des voitures sans conducteur », lire en ligne sur le site du magazine scientifique futura-sciences
  4. a et b http://www.nytimes.com/2010/10/10/science/10googleside.html?_r=2&ref=science

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :