Voiture Standard Européenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Voiture Standard Européenne

Une voiture standard européenne Bz des FS en livrée d'origine.

Une voiture standard européenne Bz des FS en livrée d'origine.

Identification
Type voiture internationale
Maître d’œuvre Eurofima
Commande 1973
Période de service 1977 - présent
Aménagement compartiments
climatisés
Types de voitures
Classe nombre de
compartiments
places assises
1ère  (A)
2e (B)
9
11
54 places
66 places
Affectation
Opérateur nombre
A / B
livrée vitesse
DB
ÖBB
FS
SNCB
CFF
SNCF

Total
100 /  – 
  25 / 75
  30 / 70
  20 / 60
  20 /  – 
100 /  – 

295 / 205
TEE
C1
C1
C1
C1
C1
200
160
200
160
200
160
Caractéristiques techniques
Tare 42 t
Dimensions
 Longueur 26 400 m
 Largeur 2 825 m
 Hauteur 4 050 m
Empattement 19 000 m
Bogies FIAT Y 0270 S
 Empattement du bogie 2 560 m
Portes Faiveley
Vitesse maximale 200 km/h
Une voiture Eurofima des CFF.

La Voiture Standard Européenne (VSE) ou voiture Eurofima est une voiture de chemin de fer destinée aux liaisons internationales. Elle a été commandée en 1973 par la Société européenne pour le financement de matériel ferroviaire (Eurofima).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La production globale a été de 10 prototypes, suivis de 500 voitures commandées en 1973 et livrées en 1977 aux réseaux suivants :

  • allemand Deutsche Bundesbahn (DB) : 100 Avmz207 de première classe,
  • italien Ferrovie dello Stato (FS) : 30 Az et 70 Bz,
  • autrichien ÖBB : 25 Amoz et 75 Bmoz,
  • français SNCF : 100 A9u, certaines d'entre elles ont été revendues à l' ONCF (avec modification de l' alimentation électrique),
  • belge SNCB : 20 A9 et 60 B11 (voitures I6),
  • suisse CFF : 20 Am 61 85 19-90.

Les voitures Eurofima sont destinées aux trajets longue distance et internationaux. Elles devaient remplacer les anciennes voitures UIC-X dans les trains internationaux d'affaire.

Chaque voiture a une capacité d'accueil de 54 places assises en première classe, réparties en 9 compartiments, et 66 places dans les voitures de seconde classe, réparties dans 11 compartiments plus 18 places sur des strapontins dans le couloir. Pour la fabrication de ces voitures, on a utilisé pour la première fois le concept de caisse avec des profilés d'acier et de la tôle avec des compléments en résine ; ce concept a été repris ensuite sur les voitures de type UIC-Z1.

Une nouveauté sur ces voitures concerne les portes affleurant au nu extérieur de la caisse, qui garantissent un plus grand silence d'écoulement en évitant les remous classiques au niveau des niches de porte.

Toutes les voitures disposaient de la climatisation et disposaient des bogies conçus et produits par Fiat Ferroviaria, bien que le premier prototype construit en Italie ait disposé de bogies construits par Breda. La fabrication des caisses a été répartie entre un constructeur autrichien (voitures de première classe) et Fiat Ferroviaria (voitures de seconde classe, dans l'usine de Savigliano au sud de Turin).

Malgré tous les efforts développés officiellement, le projet Eurofima engendra une grande déconvenue, les compagnies ferroviaires acceptant mal de ne pas définir elles-mêmes leur propre matériel. C'est ainsi que la SNCF développa parallèlement son propre prototype de voiture Corail. Les autres réseaux commanderont des voitures de type UIC-Z.

La SNCF utilise dorénavant ces voitures pour les trains de pèlerinage ou les forcements. Elles sont très appréciées des voyageurs, car elles ont été déclassées en voitures de 2e classe. Parfois, certaines sont utilisées comme voiture frein, pour amener à la casse du matériel qui ne freine plus[1]. Avant la livraison des 100 A9 VSE à la SNCF pour le transport des voyageurs, la SNCF reçut à titre d'essai 2 prototypes VSE mixtes 1re/2e classe. Ces 2 véhicules ont été transformés en voitures de mesures : Hélène et Lucie, avec l'installation d'un générateur autonome 220 volts, en lieu et place de l'un des 2 WC, afin d'alimenter l'appareillage de mesure (enregistreurs vidéo, ordinateurs PC, oscilloscopes). LUCIE est utilisée, conjointement avec le wagon VULCAIN, pour des vérifications des installations fixes de traction électrique. C'est une sorte de multimètre d'électricien (voltmètre, ampèremètre, testeur de courant de retour, wattmètre), mais roulant.

Avec seulement 510 voitures distribuées à six sociétés de chemins de fer, la maintenance s'est avérée particulièrement coûteuse. Quasiment tous les opérateurs ont transformé leur parc Eurofima en voitures de type UIC-Z1 en remplaçant l'installation électrique spécifique à ces voitures, l'instrumentation, ainsi que l'aménagement intérieur. Un pictogramme lumineux indique la direction où se trouve la voiture-restaurant (en cas d'incorporation sur un train de type EuroCity, ou en train spécial qui comporterait ce genre de service).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Un convoi de voitures I6 de la SNCB.
Année de conception 1973
Années de construction 1973 – 1976
Années de service 1975 – en service
Quantité 510 exemplaires au total (10 prototypes et 500 de la série)
Capacité 54 places en 1re classe - 66 en 2e
Dimensions 26 400 × 2 825 × 4 050 mm
Empattement 19 000 mm
Empattement bogie 2 560 mm
Type bogies FIAT Y 270
Vitesse maximale homologuée 200 km/h
Masse à vide 42 tonnes

Prototypes[modifier | modifier le code]

Précurseurs[modifier | modifier le code]

Dès la fin des années 1960 est apparue la volonté d'améliorer le confort des voitures pour les liaisons internationales. S'inspirant des voitures TEE Av4üm puis Avmz111 de la DB et des voitures Am-19 des CFF, deux tentatives ont ouvert la voie au contrat des voitures Eurofima :

  • en 1971, la voiture Simmering-Graz-Pauker SGP G 69885/1971 [1] [2] des ÖBB, construite par Simmering-Graz-Pauker (SGP)[2], climatisée, avec 9 compartiments ; sa caisse évoque déjà la voiture standard européenne, malgré les portes Mielich et les raidisseurs de toit allant de bout en bout ; référence et livrées :
    • 1971 : Am(o)z 51 81 19-70 000-4 ; livrée d'origine gris avec bande bée bleue remplacée en 197? par la livrée C1
    • 1987 : Amz 61 81 19-90 900-9 ; livrée ÖBB Komfort 1[3].
  • en 1972, les voitures ABwümz227 et Bwümz237 [3] de la DB, construites par Linke-Hofmann-Busch (LHB), climatisées, l'une mixte à 4 compartiments de 1re classe et 6 de seconde, l'autre de 2e classe à 11 compartiments ; contrairement aux 5 prototypes Eurofima de 1974, elles sont réalisées en acier inoxydable et n'avaient à l'origine que les bandes bées et les portières de peintes, la mixte en orange sanguin et la seconde en bleu cobalt ; leurs portes louvoyantes coulissantes seront adaptées aux VSE de série.
    • 1972 : ABwümz227 et Bwümz237 respectivement 51 80 30-70 001-8 et 51 80 21-70 001-9 bande bée respectivement orange et bleue,
    • 19?? : ABvmz227 et Bvmz237 respectivement 61 80 30-70 001-6 et 61 80 21-70 001-7 de même livrée mais avec portières peintes monocolores,
    • 19?? : ABvmz227.4 et Bvmz237.4 respectivement 61 80 30-73 001-3 et 61 80 21-73 001-4 de livrée bleu océan (bas de caisse) et ivoire.

Prototypes Eurofima[modifier | modifier le code]

En 1974, 10 prototypes ont été réalisés dans le cadre du contrat Eurofima. Il s'agit de voitures mixtes de diagramme A4B6 à portes louvoyantes coulissantes ; leurs différences ont servi à affiner les spécifications de la future VSE (notamment pour les bogies).

Numéro
d'ordre
Compagnie Dénomination Type bogie Couleur caisse
1 DB ABwümz227
[4]
Y 32 bleu océan et crème
2 Fiat Ferroviaria Y 270 bleu océan et crème
3 Minden-Deutz bleu océan et crème
4 bleu olympia et bande blanche
5 bleu olympia et bande blanche
6 SNCF A6B6u
[5]
Y 32 gris et blanc Corail
7 gris et blanc Corail
8 FS ABz
[6]
Fiat Ferroviaria Y 270 orange et bande blanche
9 orange et bande blanche
10 orange et bande blanche

Parc par opérateur[modifier | modifier le code]

Compagnie Nombre
voitures
Par
classe
Classe Type
immatriculation
Couleur caisse Vitesse
homologuée
Commentaires
DB 100 100 1re Avmz207 rouge et crème TEE (160) 200 km/h trains InterCity internes allemands
ÖBB 100 25 1re Amoz orange et bande blanche 160 km/h
200 après rodage
transformées en Ampz
75 2e Bmoz orange et bande blanche
FS 100 30 1re Az orange et bande blanche 200 km/h
70 2e Bz orange et bande blanche
SNCB 80 20 1re A I6 orange et bande blanche 160 km/h
60 2e B I6 orange et bande blanche 15 unités transformées en voitures-couchettes
CFF 20 20 1re Am orange et bande blanche 200 km/h
SNCF 100 100 1re A9u gris et blanc Corail 160 km/h huit voitures orange pour le trafic avec le Benelux

Modélisme[modifier | modifier le code]

Les voitures standard européennes ont été reproduites en miniature par la plupart des constructeurs : Fleischmann, LS Models, Märklin / Trix, Rivarossi, Roco

Les prototypes ABwümz227 et Bwümz237 sont proposés par LS Models.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les véhicules non freinés ont une conduite "blanche" et sont attelés entre quelques VSE qui utilisent leurs propres freins).
  2. sous la référence SGP G 69885/1971
  3. ÖBB 1. Klasse Amoz mit drehfalttüren (de)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « VSE : Voitures standard européennes », Voies ferrées, no 48,‎ juillet-août 1988 (ISSN 0249-4914)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

« Les voitures VSE du parc SNCF », sur le site trains-en-voyage.com,‎ octobre 2009 (consulté le 7 août 2011)