Voilier blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Voilier (homonymie).

Iphiclides feisthamelii

Le Voilier blanc ou Flambé ibérique, Iphiclides feisthamelii, est une espèce de papillons de la famille des Papilionidae, de la sous-famille des Papilioninae et du genre Iphiclides. Il est parfois classé comme une sous-espèce d'Iphiclides podalirius.

Description[modifier | modifier le code]

Le Voilier blanc est comme le Flambé un grand papillon de forme vaguement triangulaire possédant une queue, qui présente sur un fond très blanc six rayures noires disposées en éventail sur l'aile antérieure et sur l'aile postérieure une bordure noire et des lunules marginales bleues ainsi qu'un ocelle anal bleu cerné de noir et surmonté d'un arc orange.

Chenille et chrysalide[modifier | modifier le code]

Le Voilier blanc pond ses œufs d'avril à août. La larve, noire devient verte après la seconde mue. Puis après huit semaines, elle se transforme en chrysalide sur sa plante hôte.

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

Le Voilier blanc hiverne à l’état de chrysalide.

Il vole de fin mars à septembre.

Il a une, deux, ou trois générations par an.

Il est migrateur dans la partie nord de son aire.

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de sa chenille sont des Prunus (amandier : Prunus dulcis syn. Prunus amygdaloides, Prunus insitia, Prunus longpipes, Prunus persica), Pyrus communis, Malus domestica et Crataegus oxyacantha[1].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Il est présent en Afrique du Nord, (Maroc, Algérie, Tunisie), dans la péninsule Ibérique, et dans les Pyrénées[2].

Depuis 1980 il n'a été inventorié que dans deux départements français, l'Aude et les Pyrénées-Orientales[3].

Plusieurs spécimens trouvés au sud du Lot (été 2014) près de Castelnau-Montratier.

Biotope[modifier | modifier le code]

Des lieux fleuris divers lui conviennent, jusqu'à 1500 mètres.

Vue de sa tête et de ses antennes

Systématique[modifier | modifier le code]

L’espèce Iphiclides feisthamelii a été décrite par l'entomologiste français Duponchel, en 1832, sous le nom initial de Papilio feisthamelii[4].

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Papilio feisthamelii Duponchel, 1832 Protonyme
  • Papilio podalirius ab. latteri Austaut, 1879[5]
  • Papilio podalirius ab. lotteri Austaut, 1879[6]
  • Papilio podalirius feisthameli Rothschild, 1895[7];
  • Papilio podalirius f. interjecta Verity, 1911[8]
  • Papilio feisthameli f. maura Verity, 1911[9]
  • Papilio podalirius maura ab. asymetrica Holl, 1912[10]

Nom vernaculaire[modifier | modifier le code]

  • Le Voilier blanc

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-espèces
  • Iphiclides feisthamelii f. latteri
  • Iphiclides feisthamelii f. mieglii[1].

Protection[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b funet
  2. Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord de Tom Tolman, Richard Lewington, éditions Delachaux et Niestlé, 2010 (ISBN 978-2-603-01649-7)
  3. lepinet
  4. Papilio feisthamelii Duponchel, 1832; in Godart, Hist. nat. Lépid. Fr. (Suppl.) 1 : 7, pl. 1, f. 1
  5. Austaut, 1879; Petites Nouv. Ent. 2 (212): 293
  6. Austaut, 1879; Petites Nouv. Ent. 2 (214): 304
  7. Rothschild, 1895, Novit. Zool. 2 (3): 404
  8. Verity, 1911; Rhopalocera Palaearctica 1 (suppl.): 291
  9. Verity, 1911; Rhopalocera Palaearctica 1 (suppl.): 293
  10. Holl, 1912; Bull. Soc. Hist. nat. Afr. N. 4(1): 3, [4], f. 10

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman, Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, 2010 (ISBN 978-2-603-01649-7)