Voile universel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La volve et les lambeaux blanchâtres sur et à la marge du chapeau de l'amanite des Césars sont des restes du voile universel.

Le voile universel ou voile général est une enveloppe qui entoure l'ébauche du sporophore des champignons de l'ordre des Agaricales.

Le voile se rompra plus ou moins rapidement pour permettre la dispersion des spores, mais en général en laissant des traces qui peuvent être des espèces de pustules sur le chapeau ou la volve, une structure en coupe à la base du pied.

Cette structure est très importante pour l'identification des champignons sauvages parce qu'elle est facilement observable et qu'elle indique souvent un membre des Amanitaceae. Cela a une importance particulière en raison du nombre élevé d'espèces potentiellement mortelles contenues dans cette famille.

Cette membrane enveloppe le champignon au premier stade de son développement.

Évolution du voile universel[modifier | modifier le code]

Le voile universel, général ou primaire enveloppe tout le sporophore du primordium du champignon et donne les débris formant la volve et les verrues sur le chapeau.

Voile universel chez les basidiomycètes[modifier | modifier le code]

Le voile universel chez les amanitaceae va laisser des verrues comme chez les amanita strictu senso, ou abandonner des lambeaux, et disparaître du sporophore comme dans les section des Vaginae et des Ceasareae du sous-genre Amanita. Dans certain cas il semble que ce soit la pluie qui délave la cuticule, soit dans le cas des Vaginae et des Caesareae, la texture du voile plus élastique.

La volve[modifier | modifier le code]

La volve est le restant du voile général qui forme un sac membraneux ou un étui à la base du pied de certains champignons (exemple typique : l'amanite phalloïde).

L'anneau[modifier | modifier le code]

L'anneau est le restant du voile partiel.

Confusion avec le voile partiel[modifier | modifier le code]

Le voile partiel ou secondaire protège l'hyménium, les lames comme chez les amanites et les cortinariaciées, ou les tubes chez certaines bolétacées du genre suillus.