Vlasta Parkanová

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vlasta Parkanova)
Aller à : navigation, rechercher
Vlasta Parkanová et Robert Gates, le 14 juin 2007.

Vlasta Parkanová (née le 21 novembre 1951 à Prague), est une femme politique tchèque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Née Vlasta Trnovcová elle passe sa jeunesse à Tábor avant d'étudier le droit à l'université Charles de Prague, d'où elle sort diplômée en 1975. Elle travaillera ensuite comme juriste dans diverses entreprises d'État, principalement dans des organisations agricoles.

Premiers mandats[modifier | modifier le code]

Cofondatrice de la section locale de Tábor du Forum civique, elle devient membre du club libéral du Forum et est élue de 1990 à 1992 député à l'Assemblée fédérale de Tchécoslovaquie, sous les couleurs du Forum civique puis de l'ODA, parti auquel elle adhère en 1991.

À partir de 1992 Vlasta Parkanová travaillera au ministère tchèque des Affaires étrangères, puis au ministère de l'Intérieur.

Ministre à plusieurs reprises[modifier | modifier le code]

Durant la deuxième moitié des années 1990 elle sera deux fois ministre de la Justice dans les gouvernements de Vaclav Klaus et de Josef Tošovský. Elle est élue à la Chambre des députés tchèque en 1997 (élection partielle), et en 1998 sous les couleurs du KDU-ČSL, parti qu'elle rejoindra en 2001. Elle préside à la Sněmovna le groupe parlementaire du parti en 2006. Elle est, à partir du, 19 janvier 2007 ministre de la Défense dans le gouvernement de Mirek Topolanek. Martin Barták lui succède le 8 mai 2009.

Vlasta Parkanová figure régulièrement en tête du classement des personnalités tchèques les plus populaires, qui est établi régulièrement par l'institut de sondages STEM.

Vice-présidente de la Chambre[modifier | modifier le code]

Ayant rejoint le parti TOP 09 de Miroslav Kalousek et Karel Schwarzenberg, elle est réélue députée en mai 2010 et devient ensuite vice-présidente de la Chambre des députés. Mise en cause pour abus de pouvoir et abus de confiance dans l'achat de quatre avions CASA, à l'époque où elle était ministre de la Défense, elle démissionne en juillet 2012, à la suite de la levée de son immunité parlementaire par la Chambre[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]