Vladimir Yakounine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vladimir Yakounine

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Vladimir Yakounine en 2013

Naissance 30 septembre 1948
Melenki (URSS)
Nationalité Drapeau : Russie Russe
Activité principale
Autres activités

Vladimir Ivanovitch Yakounine (Владимир Иванович Якунин), né le 30 septembre 1948 à Melenki dans l'oblast de Vladimir en Russie, est le président de la compagnie des chemins de fer russes.

Il occupe également depuis 2012 le poste de Président de l'Union internationale des chemins de fer[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Vladimir Yakounine passe son enfance en Estonie, où son père était pilote dans les troupes des gardes-frontières soviétiques. En 1972, il est diplômé de l'institut de mécanique de Léningrad (Voïenmekh), (appelé aujourd'hui université d'État technique de la Baltique), avec une spécialisation en construction aéronautique[2].

Il travaille comme chercheur à l'Institut d'État de chimie appliquée de Leningrad de 1972 à 1975[2], puis fait son service militaire.

Il entre ensuite au Comité d'État pour le commerce international du Sovmin, avant de devenir chef du département des relations étrangères de l'institut physico-technique Ioffe en 1982[2].

De 1985 à 1991, il est membre des services diplomatiques soviétiques, assurant successivement les postes de second puis premier secrétaire de la représentation permanente de l'URSS auprès de l'Organisation des Nations unies[3],[4]. De 1991 à 1997, il est homme d'affaires dans le secteur privé. Il est notamment membre du comité de direction du groupe BaltUneximbank à partir de 1997.

En octobre 2000, Vladimir Yakounine est nommé vice-ministre des transports de la Fédération de Russie[3], puis vice-président de la Compagnie des chemins de fer russes en octobre 2003. Il en prend la tête le 15 juin 2005[3].

En décembre 2012, il est choisi comme Président de l'Union internationale des chemins de fer, pour un mandat de deux ans[5].

Sanctions[modifier | modifier le code]

Le président des États-Unis, Barak Obama, ajoute le 20 mars 2014 M. Yakounine à la liste des personnalités russes frappées d'interdiction de visa et de gel éventuel des avoirs, en rétorsion au rattachement de la Crimée à la fédération de Russie, le 18 mars 2014, après le vote de la population locale du 16 mars 2014 favorable à 96% à ce rattachement. Le service de presse des chemins de fer russes déclare que cette mesure de rétorsion est « une réaction inadéquate de l'administration des États-Unis envers la libre expression de positions citoyennes sur une question qui suscite une grande résonnance dans la société civile russe. » De plus le refus d'accorder des visas de voyage à M. Yakounine ne frappe pas seulement la personne du président des chemins de fer russes et de l'Union internationale des chemins de fer, mais également une personnalité dirigeante d'une des organisations internationales les plus importantes au monde.

Autres activités[modifier | modifier le code]

  • Vladimir Yakounine a obtenu un doctorat ès sciences politiques[3], avec une thèse consacrée aux mécanismes de l'élaboration de la géostratégie de l'État russe moderne, du point de vue de la sphère du transport ferroviaire[6].
  • Il est membre du conseil de l'Union russe des industriels et entrepreneurs[3].
  • Il est président de différents comités au sein de la fondation Saint-André qui s'occupe de subvenir aux besoins de différents projets de l'Église orthodoxe russe[4].

Il est aussi président[7],[4] d'une ONG enregistrée à Vienne « Forum mondial public - Dialogue des civilisations » qui organise une conférence annuelle à Rhodes.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]