Vladimir Vyssotski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vladimir Vissotsky)
Aller à : navigation, rechercher
Vladimir Vyssotski
Timbre de la Russie, Vladimir Vyssotski, 1999, 2 rub. (Michel 761, Scott 6547)

Vladimir Semionovitch Vyssotski (en russe : Владимир Семёнович Высоцкий)[1], né le 25 janvier 1938 et mort le 25 juillet 1980 (à 42 ans), est un auteur-compositeur-interprète et un acteur de théâtre et de cinéma soviétique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vladimir Vyssotski est né à Moscou d'un père officier supérieur, d'ascendance paternelle juive biélorusse et de lignée maternelle juive ukrainienne ; et d'une mère russe, interprète d'allemand. En décembre 1946, ses parents divorcèrent. Au terme d'une enfance en RDA, il rejoint Moscou, tente des études d'ingénieur en 1955 et débute une carrière d'acteur en 1959, sa seule carrière officielle au début des années 1960, rejoignant le théâtre de la Taganka en 1964.

Parallèlement, il commence à composer des poèmes et des chansons, partiellement politiques, mais généralement simplement « humains ». Au départ, ces chansons n'étaient pas destinées à un large public, et leur succès fut fortuit. Lors d'une soirée entre artistes, un ami se décide à l'enregistrer. La cassette circule, est copiée, et ce n'est qu'à partir de là qu'il commence sa carrière de chanteur. S'il est reconnu par les autorités soviétiques comme acteur, ses chansons ne seront jamais autorisées (car ne correspondant pas à la politique artistique communiste) et, par conséquent à quelques exceptions près, jamais enregistrées en URSS. Officiellement du moins. Le succès fut immédiat et l'interdiction officielle ne fit qu'accroître l'intérêt. Mais ce qui attirait le plus le public russe est que Vyssotski osait exprimer la vie de ses concitoyens. Malgré les interdictions, circulaient de nombreuses copies illégales de ses chansons et des concerts clandestins furent organisés régulièrement. En 1980, le label gouvernemental Melodiya fit paraître Песни (Chansons), un 33 tours à la production soignée avec l'ensemble philharmonique du label [Melodiya Stereo C60-14761.2].


Marina Vlady et l'occasion de sortir d'URSS[modifier | modifier le code]

En 1969, Vyssotski se marie avec l'actrice française d'origine russe Marina Vlady. Celle-ci connaît bien les nuits de travail de Vyssotski, se réveillant, marmonnant quelques mots et se dirigeant vers son bureau pour écrire debout sur ce qui lui tombe sous la main.

Grâce à son mariage avec Marina Vlady, Vyssotski a l'occasion de sortir d'URSS, de se rendre en France, aux États-Unis ou encore au Mexique en avril 1977, et d'y enregistrer quelques disques, dont un interprété partiellement en français (adaptations par Maxime Le Forestier), paru chez Polydor, mais qui n'a jamais été à ce jour édité en CD. Comme Alexandre Vertinski un demi-siècle plus tôt, il ne pouvait s'acclimater dans un pays étranger, et rentrait rapidement après chaque départ.

D'après les mémoires de Marina Vlady lors d'une visite de Kalou Rinpoché en France, Vladimir Vyssotski et Mikhaïl Chemiakine le rencontrèrent pour arrêter leur excessive consommation d'alcool. Kalou Rinpoché raconta une parabole bouddhiste, qui permit à Vyssotski et Shemyakin de s'abstenir de boire durant près d'un an[2].

Le travail constant (d'acteur et de chanteur), le manque de sommeil, l'alcool et le tabac ainsi que les interdictions et la non-reconnaissance officielle du chanteur, laissèrent beaucoup de traces. Vyssotski mourut en 1980 d'une crise cardiaque à Moscou à l'âge de 42 ans en pleins Jeux olympiques. Il est enterré au cimetière Vagankovo. Malgré le silence des médias, une foule de 200 000 admirateurs lui rendit un dernier hommage à son enterrement, plus grande manifestation populaire spontanée de toute l'histoire de l'Union soviétique. Certains chanteurs comme Boulat Okoudjava et Youri Vizbor composèrent une chanson d'adieu en sa mémoire. Le chanteur politique polonais Jacek Kaczmarski, qui s'était en partie inspiré des chansons de Vyssotski, rédigea à cette occasion Epitafium dla Włodzimierza Wysockiego (Épitaphe pour Vladimir Vyssotski).

Discographie[modifier | modifier le code]

De son vivant[modifier | modifier le code]

Posthume[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

  • Wir drehen die Erde (1993) [CD]
  • Lieder vom Krieg (1995) (CD)

Russie[modifier | modifier le code]

Песни (1980) [LP] [Melodiya Stereo C60-14761.2]

  • На концертах Владимира Высоцкого / Aux concerts de Vladimir Vyssotski
    • 01, 02, 03, ... 16 (19861990) [12"]
  • Lukomoria Bol`she Net Pesni 1967-1968 Godov [CD SoLyd Records - 1995]
  • Marina Vlady / Vladimir Vyssotski (1996) [CD] [Melodiya]
  • MP3 Kollektsiya: Vladimir Vyssotski [SoLyd Records]
    Enregistrements live et studio

Liste de chansons[modifier | modifier le code]

Une même chanson peut - selon les enregistrements ou recueils de textes - porter plusieurs noms (parfois ce sont les premiers mots de la chanson) :

  • Camarade Staline
  • L'hôpital
  • Le cirque conjugal (dialogue devant la télévision)
  • Rue Bolchoï Karetny
  • Pour moi
  • Le bal à joie
  • Pour la première des dix journées qui ébranlèrent le monde
  • Magadan
  • Sentimental boxeur
  • Vers les sommets (vers les cimes)
  • L'inquiétude (le voile déchiré)
  • Zéro-sept
  • L'étuve chauffée à blanc
  • La Chasse aux Loups
  • Variations sur des thèmes tziganes (Rien ne va)
  • Je n'aime pas
  • Le chant de la terre
  • Lyrique
  • Mao Tse Toung est un grand polisson
  • Troie
  • J'ai lâché la Russie
  • Aux poètes
  • Le miroir enfumé
  • L'homme infini
  • L'horizon
  • Je me suis sorti d'une affaire
  • La corde raide (le funambule)
  • Le silence blanc
  • Le long de la Volga notre mère
  • Les chevaux rétifs
  • Je n'ai jamais cru aux mirages
  • Le bouc émissaire
  • Le chanteur devant le micro
  • J'ai porté mon malheur
  • Les cabans noirs
  • Les ponts ont brûlé, les gués se sont creusés
  • Un rêve idiot
  • Le vol arrêté (la fin du bal)
  • L'ornière
  • Je t'aime dans l'instant
  • L'écho fusillé
  • Quand j'achèverai mon chant
  • Le monument
  • Je veille
  • Les pleurs de Maria
  • Hamlet
  • Sans trace ni interdit
  • La chanson de la Russie
  • La ballade de l'enfance
  • La ballade de l'amour
  • La fuite à l'arraché
  • La chasse à l'hélicoptère
  • Mon destin
  • Les gauchistes
  • Incendies
  • Les pommes du paradis
  • Mon homme en noir
  • Deux prières
  • Le dernier poème
  • Il n'est pas revenu de la guerre
  • Les fosses communes
  • Chant de guerre
  • Nous faisons le tour de la Terre
  • Chanson du pilote
  • Chanson d'un ami

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • En français :
    • Vladimir Vyssotski: L'homme, Le poète, L'acteur, Editions du Progrès, Moscou 1990, présentation de Fiodor Denissov. Inclut de nombreux textes de "Chansons et poèmes" en version bilingue, et des photos.
    • Marina Vlady, Vladimir ou Le Vol Arrêté. Paris, Ed. Fayard, (1987), ISBN 2-213-02062-0 (traduit en russe sous le titre Владимир, или Прерванный полет., М.: Прогресс, 1989)
  • En allemand :
    • Wladimir Wyssozki. Aufbau Verlag 1989 (DDR) : Zerreißt mir nicht meine silbernen Saiten....
  • En russe :
    • "Sovmusic.ru : Vladimir Vyssotski"

Autres[modifier | modifier le code]

Yves Desrosiers lui a consacré un album intitulé Volodia (en russe, Volodia est le diminutif de Vladimir), sorti en 2002. Sa veuve, Marina Vlady, a participé à l'adaptation de textes de l'album en français. Bïa Krieger et Maxime Le Forestier ont également participé aux adaptations.

Monuments[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs monuments rendant hommage à Vyssotski (Université d'état pédagogique de barnaoul, Melitopol, Moscou, Naberejnye Tchelny, Vladivostok...)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aussi transcrit « Vyssotsky » ou « Vissotsky ». La translittération scientifique normalisée (ISO 9) donne « Vysockij ». Les usages anglophones aboutissent à « Vysotsky ».
  2. Marina Vlady, Vladimir ou le vol arrêté

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :