Vladimir Monomaque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vladimir Monomaque (homonymie).
Vladimir Monomaque
(Владимир Мономах)
Image illustrative de l'article Vladimir Monomaque
Le Vladimir Monomakh

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine impériale russe Marine impériale de Russie, 3e escadre du Pacifique
Quille posée 10 février 1881
Lancement 10 octobre 1882
Armé 1er juillet 1883
Statut coulé le 28 mai 1905 à la bataille de Tsushima
Caractéristiques techniques
Type Croiseur cuirassé
Longueur 90,3 mètres
Maître-bau 15,86 m
Tirant d'eau 6,4 à 7,62 m
Déplacement 5 593 tonnes
Propulsion 2 machines à vapeur à triple expansion verticale (TEV), 8 chaudières,voiles
Vitesse 15,28 nœuds (28 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture en acier 114 à 152 mm

Ponts : 12,7 mm Tourelles : kiosque  : 152 mm

Armement (après 1897) 5 x 152 mm,

5 × 152 mm, 8 × 120 mm, 8 × 37 mm, 3 tubes lance-torpilles d'un calibre de 381 mm

Autres caractéristiques
Équipage 24 officiers et marins
Chantier naval Chantier de la Baltique Saint-Pétersbourg
Port d'attache Port-Arthur
Coordonnées 34° 32′ N 129° 40′ E / 34.53333333, 129.66666667 ()34° 32′ Nord 129° 40′ Est / 34.53333333, 129.66666667 ()  

Le Vladimir Monomaque, en russe : Владимир Мономах, est un croiseur cuirassé de la classe Dmitry Donskoï construit pour la Marine impériale de Russie.
Ce bâtiment de guerre portait le nom du grand-prince de Kiev Vladimir II Monomaque (1053-1125). C'était le navire le plus rapide de ce type, donc une menace pour les Britanniques qui se voulaient les seuls maîtres des mers.

Le début de la construction du Vladimir Monomaque commença le 10 février 1881. Il fut lancé le 10 octobre 1882 et entra en service le 1er juillet 1883. Ce croiseur fut construit au Chantier de la Baltique de Saint-Pétersbourg, l'architecte naval étant N.A. Samoïlov.
Le Vladimir Monomaque prit part à la Guerre russo-japonaise de 1904-1905 et fut coulé à la bataille de Tsushima, le 28 mai 1905.

Historique[modifier | modifier le code]

Les plans du navire furent constamment modifiés, pendant le processus de construction, et il en résulta une différence entre les deux croiseurs, le Vladimir Monomaque et le Dimitri Donskoï, quant à la nature et à la quantité de l'artillerie.

Carrière dans la Marine impériale de Russie[modifier | modifier le code]

Naval Ensign of Russia.svg En août 1883, le Vladimir Monomaque placé sous le commandement du capitaine de 1er rang P.A. Polianski accompagna à Copenhague le yacht Pouvoir avec à son bord la famille impériale. À son retour, il rejoignit la flotte de la Baltique.

Le 29 septembre 1884, le Vladimir Monomaque quitta la Baltique, traversa la Méditerranée, sous la surveillance du cuirassé britannique Agamemnon, et accosta à Port-Saïd, puis à Suez. Le croiseur fut en mesure de distancer le cuirassé en empruntant le canal de Suez et jeta l'ancre à Nagasaki où fut hissé le pavillon du contre-amiral Alexandre Egorovitch Crown[1]. L'escadre fut ensuite basée à Vladivostok pour parer à une attaque éventuelle de l'Angleterre qui possédait Hong Kong. Le Vladimir Monomaque était alors l'unique croiseur blindé de la flotte du Pacifique.

Le 9 avril 1885, le Vladimir Monomaque placé sous le commandement du capitaine de 1er rang Iakov Apollonovitch Hildebrandt (1842-1915) se rendit de Vladivostok au Japon et après une résolution pacifique du conflit avec la Grande-Bretagne, l'escadre russe rejoignit ses bases d'hiver à l'automne 1885. Il est de retour le 7 mars 1886 en Extrême-Orient pour reprendre son service. Le 20 décembre 1886, le croiseur quitta Nagasaki et mit le cap sur Kronstadt, où il jeta l'ancre en juillet 1887.

Des travaux de modernisation furent effectués pendant l'année 1888-1889 et l'on installa de nouveaux canons à bord.

Le Vladimir Monomaque après modernisation

Le capitaine de premier rang Fiodor Vassilievitch Doubassov (1845-1912) fut nommé le 1er janvier 1889 commandant du navire et le 25 novembre de la même année le croiseur se dirigea de nouveau vers l'Extrême-Orient. Cependant, mais, arrivé au Pirée, il fut dans l'obligation d'attendre la formation d'un détachement au sein duquel en qualité de cadet de la marine se trouvait le grand duc Georges Alexandrovitch de Russie.

Les plans furent bientôt modifiés et le Vladimir Monomaque rejoignit à Trieste le croiseur Mémoire d'Azov (placé sous le pavillon de l'amiral Vladimir Grigorievitch Bazarguine (1838-1893). Le 19 octobre 1890, le tsarévitch Nicolas Alexandrovitch, désireux de s'informer sur la flotte d'Extrême-Orient, monta à bord du Tsarévitch. Le croiseur rejoignit la flotte russe en février 1891, près de Ceylan. Le 11 mai de la même année, il jeta l'ancre à Vladivostok avec le reste de l'escadre.

C'est alors qu'un nouveau commandant fut nommé à son bord : le capitaine de 1er rang Oskar Viktorovitch Stark. Au début de décembre 1891, le croiseur fut transféré à Nagasaki afin de d'effectuer les préparatifs pour son retour en Baltique. Il accosta dans le port de Kronstadt le 10 septembre 1892.

Le Vladimir monomaque connut d'importantes rénovations en 1892 et 1893.

Le 2 octobre 1894, le Vladimir Monomaque fut placé sous le commandement du capitaine de 1er rang Zinovi Rojestvenski, le croiseur se dirigea vers la Méditerranée afin de remplacer le Mémoire d'Azov, mais au début de l'année 1895 les relations diplomatiques avec le Japon se dégradèrent. Le Vladimir Monomaque fut envoyé en hâte dans le Pacifique et jeta l'ancre dans le port de Chifu, le 11 avril 1895. Le 1er mai 1895, le pavillon du contre-amiral et commandant de l'escadre du Pacifique Evgueni Ivanovitch Alexeïev fut hissé sur le croiseur. Le 24 janvier 1896, le croiseur se rendit à Kronstadt afin de remplacer l'artillerie. Le 28 avril 1896, il fait escale à Cherbourg, ce qui fut relayé à grand bruit dans la presse de l'époque, la France étant alors en pleine alliance franco-russe.

On installa au cours de l'année 1896-1897 cinq canons de 152 mm, 6 de 120 mm, 8 canons de 120 mm, 8 pièces de 47 mm, 4 de 47 mm, 3 torpilles de 380 mm.

Le Vladimir Monomaque en 1902

En novembre 1897, le Vladimir Monomaque placé sous le commandement du capitaine de 1er rang Pavel Petrovitch Oukhtomsky (1848-1910) mit une nouvelle fois le cap sur l'Extrême-Orient et le croiseur fut basé à Port-Arthur.

La région était alors dangereuse à cause de la révolte des Boxers, aussi le navire fut-il utilisé en juin 1900 comme transport de troupes. L'équipage participa en plus à des opérations militaires terrestres.

Il leva l'ancre en décembre 1901, alors qu'il était ancré à Hong Kong avec le Dimitri Donskoï, pour se diriger vers la Méditerranée. Le bâtiment de guerre emprunta le canal de Suez et s'arrêta à Tanger où il stationna, la région étant alors convoitée, et n'accosta à Kronstadt qu'en septembre 1902.

Dans l'année 1903-1904, de nouvelles rénovations devaient être effectuées sur le Vladimir Monomaque, mais la formation de la 3e escadre du Pacifique placée sous le commandement de l'amiral Nikolaï Ivanovitch Nebogatov eut pour conséquence que les modifications prévues ne furent pas effectuées et que l'on installa seulement des canons de 152 mm et 120 mm.

Bataille de Tsushima[modifier | modifier le code]

À 13 heures 45, le Vladimir Monomaque placé sous le commandement du capitaine de 1er rang Vladimir Alexandrovitch Popov (1857-?) (grade correspondant à celui de colonel dans l'infanterie ou l'armée de l'air) se plaça à droite afin d'assurer la protection d'un convoi de navires de transport et de la 2e escadre du Pacifique. Il ouvrit un feu nourri sur le croiseur japonais Idzumi causant de graves dommages sur le navire : les Japonais déplorèrent trois morts et sept blessés.

Au début de la bataille, le Vladimir Monomaque se plaça dans un convoi de croiseurs battant pavillon de l'amiral Oskar Adolfovitch Enkvist. Il fut touché au cours de la journée par cinq obus (tuant une personne, blessant seize marins, endommageant un canon de 120 mm). À 16 heures un obus de 152 mm toucha le Vladimir Monomaque suivi d'un violent incendie. Heureusement, grâce à l'habileté des marins, les flammes ne provoquèrent pas l'explosion des munitions.

Au cours de la nuit suivante, le Vladimir Monomaque accomplit avec succès trois attaques sur des navires ennemis, mais à 21 heures il fut touché par une torpille à tribord, endommageant gravement le compartiment à charbon. Les tentatives de colmatage échouèrent. Un peu plus tard le croiseur fut attaqué par les croiseurs japonais Siranui et Sado-Maru, mais les japonais voyant la situation désespérée du bâtiment de guerre russe cessèrent leurs tirs.

Le 28 mai 1905, à 10 heures 20, le Vladimir Monomaque fut sabordé. Il coula rapidement. (coordonnées : 34° 32'N 129°40'E). Les membres d'équipage du Vladimir Monomaque faits prisonniers montèrent à bord des croiseurs auxiliaires japonais Manso-Maru et Sado-Maru.

le Vladimir Monomaque fut rayé des effectifs de la Marine impériale de Russie le 19 septembre 1905.

Liste des officiers en service sur le Vladimir Monomaque[modifier | modifier le code]

  • V.A. Manevsky
  • Vladimir Alexandrovitch Popov (capitaine 1er rang)
  • V.P. Ermakov (capitaine 2e rang)
  • G.N. Palley (4e adjudant vérificateur)
  • V.G. Antonov (adjudant)
  • A.A .Pelican (1er lieutenant d'artillerie (20 décembre 1904 transféré sur l’Empereur Nicolas Ier)
  • N. Nozikov (lieutenant d'artillerie) transféré le 20 décembre 1904
  • Alexandre V. Pavlov (adjudant-officier d'artillerie)
  • Prince D.P. Maksoutov (officier lieutenant de navigation)
  • V.I. Orlov (officier 1er lieutenant de navigation)
  • A.P. Mordvinov (lieutenant principal)
  • S.V. Loukomsky (Adjudant-chef)
  • S.N. Memnonov (adjudant officier de Quart)
  • Baron G. von der Osten-Saken (3e officier de quart adjudant)
  • M.P. Koretsky (officier de quart adjudant)
  • H. Metaxa (officier de quart adjudant)
  • A.I. Rytov (officier de marine adjudant)
  • V.P. George (officier de marine adjudant)
  • E.A. Kornilov (officier mécanicien) à partir du 11 janvier 1905 (ingénieur mécanicien de la flotte)
  • E. Elttsberg (ingénieur mécanicien) à partir du 1er janvier 1905 (poruchik)
  • G.K. Opel (adjoint de l'ingénieur mécanicien) à partir du 1er janvier 1905 (poruchik)
  • A.K. Redko (officier mécanicien)
  • I. Boïko (officier mécanicien)
  • K.A. Zarjetsky (médecin)
  • A. Loboda (médecin)
  • Kopyssov
  • Père Appollinaire (prêtre, aumônier du Vladimir Monomaque)

Commandants du Vladimir Monomaque[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'origine écossaise

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :