Vladimir Kramnik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vladimir Kramnik

Description de cette image, également commentée ci-après

Vladimir Kramnik en 2011

Naissance 25 juin 1975 (39 ans)
Touapsé, RSFS de Russie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Nationalité Drapeau de l'URSS soviétique → Drapeau de la Russie russe
Profession Joueur d'échecs
Distinctions
Grand maître international (1992)
Champion du monde d'échecs
classique (2000-2007)
Oscar des échecs (2000 et 2006)

Vladimir Borissovitch Kramnik (en russe : Владимир Борисович Крамник), né à Touapsé le 25 juin 1975, est un grand maître international d'échecs russe champion du monde de 2000 à 2007.

Au 1er août 2014, il est le 10e joueur mondial, et le no 3 russe, avec un classement Elo de 2 760 points (son record est de 2811 points).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Vladimir Kramnik est le fils d'un sculpteur et d'une professeur de musique. Il a commencé à jouer aux échecs à l'âge de cinq ans.

Après s'être initié aux échecs à l'âge de cinq ans, Kramnik s'aguerrit au fil des années grâce à un sérieux entraînement et se distingue véritablement à l'âge de 11 ans, lorsqu'il reçoit le titre de candidat maître et intègre en 1987 l'école d'échecs de Mikhaïl Botvinnik, qui était considérée comme la meilleure du monde avec des leçons de Garry Kasparov.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Vladimir Kramnik fut pendant son adolescence en couple avec la joueuse Almira Skripchenko. Ils ont en commun, selon elle, d'avoir tous deux eu des relations « furieuses » avec leurs pères[1].

Le 30 décembre 2006, Vladimir Kramnik épousa Marie-Laure Germon, journaliste française qui travaille au quotidien Le Figaro[2]. Ils ont une fille, Daria, née le 28 décembre 2008, et un fils, Vadim, né le 28 janvier 2013.

Carrière[modifier | modifier le code]

Grand maître international (1992)[modifier | modifier le code]

En 1990-1991, à quinze ans, Kramnik finit premier ex æquo et deuxième aux départages du championnat de la République de Russie (RSFSR) adultes. À seize ans, il remporta le championnat du monde des moins de 18 ans en 1991 après avoir fini deuxième l'année précédente (victoire de Sergei Tiviakov en 1990). À la fin de l'année 1991, il termina quinzième ex æquo (sur 64 joueurs) du dernier championnat d'URSS avant la dislocation de l'Union soviétique.

Au début de 1992, Kramnik remporta les opens de Gausdal et de Dortmund. Dans une interview parue dans New in Chess, Kasparov déclara[3] :

« Le plus talentueux des joueurs que j'ai vus [à Dortmund] est Vladimir Kramnik. En termes de talent, il est définitivement le no 1. Je ne l'ai jamais dit auparavant, mais je pense qu'il est le seul qui joue aussi bien que moi au même âge. J'ai toujours souri en regardant le talent de Judit Polgár et ri en ce qui concerne Gata Kamsky, et je ne crois pas en un brillant avenir pour les autres participants du festival de Dortmund. Mais, à seize ans, Kramnik joue déjà des échecs de haut niveau. C'est un pur talent d'échecs. Il y a beaucoup de joueurs, mais il ne jouent pas aux échecs, ils déplacent les pièces, tandis que Kramnik joue aux échecs. »

En juin 1992, il apparut aux yeux du grand public à l'Olympiade d'échecs de 1992 à Manille, où il réalisa la meilleure performance Elo[4] (2 958) de la compétition avec 8,5 points sur 9, devançant le champion du monde (Garry Kasparov) et permettant à l'équipe de Russie de remporter la médaille d'or. Il reçut sa médaille d'or le jour de ses 17 ans. Sa progression fut fulgurante et, à 17 ans, après l'olympiade, il obtint le titre de grand maître international, sans passer par celui de maître international, un exploit rarissime.[réf. nécessaire]

Numéro quatre mondial à dix-huit ans (1993)[modifier | modifier le code]

Vladimir Kramnik en 1993.

La même année que l'olympiade de 1992, Kramnik remportait l'open de Chalcidique, puis, lors du championnat d'Europe par équipe à Debrecen, il marquait 6 points sur 7 (+5 =2). En janvier 1993, le classement Elo de Kramnik atteignit 2 685 et il occupait la sixième place au classement mondial.

Enfin en 1993, il battit en match Joël Lautier à Cannes ; puis il disputa le super-tournoi de Linares et finit cinquième, il remporta ensuite le tournoi d'Amsterdam (mémorial Max Euwe). À l'âge de 18 ans, en juillet 1993, il devint no 4 mondial avec 2 710 points Elo.

En 1993, à dix-huit ans, Kramnik décida de ne pas poursuivre des études supérieures et de consacrer son temps à l'étude des échecs[5].

En 1994, lors du tournoi de Linares, Kramnik battit pour la première fois Garry Kasparov et le champion du monde annonça que Kramnik serait un jour champion du monde[6].

1993-1995 : quart de finaliste des candidats[modifier | modifier le code]

En 1993, Kramnik se qualifia pour les matchs des candidats des championnats du monde FIDE et PCA. En 1994, il fut éliminé par Gata Kamsky en quart de finale du cycle du championnat du monde PCA et par Guelfand en quart de finale du cycle du championnat du monde FIDE. En 1995, Kasparov invita Kramnik dans son équipe de préparateurs et d'analystes qui l'encadraient lors du match de championnat du monde qu'il disputa contre Anand à New York.

Succès dans les grands tournois internationaux (1995 à 2001)[modifier | modifier le code]

Kramnik vainqueur à Dortmund en 1997.

Par la suite, Vladimir Kramnik s'ancra dans l'élite mondiale : il remporta de nombreux tournois prestigieux comme ceux de

  • Wijk Aan Zee en 1998,
  • Linares en 2000 (ex æquo avec Kasparov, avec 6 points sur 10),
  • Tilburg en 1997 (ex æquo avec Kasparov et Svidler),
  • Horgen en 1995,
  • Dortmund  : en 1995 et 1996 (avec 7 points sur 9 possibles), en 1997 (avec 6,5/9), en 1998, 2000 (avec 6/9) et 2001
  • ou encore Dos Hermanas : en 1996 (ex æquo avec Topalov et devant Kasparov et Anand) et en 1997, les deux fois avec 6 points sur 9[7].

Kramnik remporta aussi le tournoi rapide de Monaco en 1996 (avec 16 points sur 22) et en 2001.

Durant cette période faste, le style de jeu de Vladimir Kramnik est très tranchant et tendu, ses parties sont extrêmement complexes. Néanmoins, son plus grand rêve est de devenir champion du monde et il comprend alors qu'un style de jeu plus universel est nécessaire pour la conquête d'un tel titre[8].

En janvier 1996, Kramnik atteignit un classement Elo de 2 775 points, à égalité avec Garry Kasparov avec lequel il occupa la première place du classement mondial avant de revenir à la troisième place au classement de juillet 1996.

Championnats du monde FIDE (1997-1999)[modifier | modifier le code]

Kramnik face à Anand en 1999.

En 1997, Kramnik refusa de disputer le championnat du monde FIDE qui avait lieu à Groningue. Il estima que le privilège accordé au champion du monde FIDE Anatoli Karpov de rencontrer le vainqueur du tournoi, immédiatement après la finale, sans que son challenger n'ait pu se reposer et se préparer, était inacceptable. Karpov battit Viswanathan Anand qui était épuisé. En 1999, le privilège accordé au champion du monde, Karpov, fut abandonné et Kramnik participa au championnat du monde FIDE de Las Vegas. Il fut éliminé en quart de finale par Michael Adams.

Champion du monde « classique » (Londres, 2000)[modifier | modifier le code]

Remise des prix à Dortmund en 2000, Kramnik est au centre

En 1998, Kramnik perdit un match des candidats contre Alexeï Chirov, mais les négociations entre Kasparov et Chirov pour organiser un match de championnat du monde échouèrent en 1999. Faute de sponsor, le match Kasparov-Chirov n'eut jamais lieu. En l'an 2000, Garry Kasparov, alors champion du monde depuis quinze ans, choisit Vladimir Kramnik pour l'affronter. La légitimité de ce match est contestée car Kasparov a désigné alors arbitrairement comme challenger son dauphin au classement mondial, Vladimir Kramnik.

Kramnik face à Kasparov à Moscou en 2001

La préparation de Vladimir Kramnik pour ce match fut d'un très haut niveau. Il la débuta près de six mois avant le match avec de longues séances de sport intensif et d'entraînement échiquéen, un rituel presque quotidien[9]. Il choisit pour ce match une équipe de secondants composée de nombreux grands maîtres dont Evgeny Bareev et Joël Lautier.

Enfin du 8 octobre au 4 novembre 2000, Kramnik joua un match de 16 parties contre Garry Kasparov à Londres pour le championnat du monde « classique » d'échecs. Contre toute attente, Kramnik réussit facilement à neutraliser le jeu tactique et dynamique de Kasparov en adoptant la défense berlinoise face à l'ouverture espagnole de Kasparov et en échangeant rapidement les dames dans de nombreuses parties, il parvient à neutraliser son adversaire dans des positions calmes et positionnelles qu'il affectionne. Enfin, dans les parties où il possède les pièces blanches, Kramnik impose un jeu difficile qui lui permet de marquer deux précieuses victoires. Il remportait ainsi le match sur le score de 8,5 à 6,5 sans perdre une seule partie[10].

Kramnik est aujourd'hui le seul joueur à avoir battu Kasparov en match, si on exclut le premier match entre Karpov et Kasparov en 48 parties qui a été interrompu et rejoué en 1985 alors que Karpov menait cinq victoires à trois. Mieux encore, avec cette victoire, il vient de mettre un terme à quinze ans de domination de Garry Kasparov sur le championnat du monde des échecs.

Les succès de Kramnik en 2000 au championnat du monde, aux tournois de Dortumund et de Linares, et sa deuxième place à Wijk aan Zee lui permirent de remporter son premier Oscar des échecs (devant Kasparov). En 2001, il remporta à nouveau le tournoi de Dortmund. En 2003 et 2004, il remporta le tournoi de Linares en devançant à chaque fois Garry Kasparov.

Défense du titre[modifier | modifier le code]

Match contre Léko (Brissago, 2004)[modifier | modifier le code]

En 2004, Kramnik remit son titre en jeu contre Péter Lékó, qui s'est qualifié en gagnant le tournoi des candidats de Dortmund en 2002. Le championnat du monde est un match en 14 parties qui se déroule l'automne 2004 à Brissago en Suisse.

Kramnik face à Leko en 2006

Kramnik gagna la première partie en finale, alors que Péter Lékó aurait pu annuler, mais il perdit la cinquième partie après une longue lutte. Lékó parvint ensuite à gagner avec les noirs dans un gambit Marshall de manière convaincante, montrant un défaut dans la préparation de Kramnik qui suivait les analyses de son équipe et de l'ordinateur. Cette défaite lui fait dire : « Quitte à perdre une partie, autant la perdre de cette manière. » Dans la treizième partie, Kramnik avec les noirs parvient à surprendre Lékó, mais celui-ci, dans une situation qui semble désespérée, réussit à égaliser. Finalement, Kramnik parvient à gagner la quatorzième et dernière partie et égalise au score (sept points à sept) et conserve ainsi son titre de justesse.

Problèmes de santé (2005-2006)[modifier | modifier le code]

Atteint d'une spondylarthrite ankylosante, Kramnik enchaîna en 2005 les résultats décevants. Il s'éloigna provisoirement de la scène échiquéenne mondiale et déclarait notamment forfait au Tournoi d'échecs Corus 2006, pour suivre un important traitement médical[11]. Son classement Elo diminue et il est, en avril 2006, 9e joueur mondial. Après presque 6 mois d'absence, il effectua son grand retour à l'Olympiade d'échecs de 2006 de Turin, où il obtint la médaille d'or au 1er échiquier avec une performance à 2 847.

Champion du monde « titre unifié » (Elista, 2006)[modifier | modifier le code]

Kramnik en 2006
Kramnik face à Anand en 2004

Topalov qui avait remporté le championnat du monde la Fédération internationale des échecs en 2005 et Kramnik s'affrontèrent en douze parties, du 23 septembre au 13 octobre 2006, dans la capitale kalmouke, Elista, pour le titre de champion du monde « réunifié » (champion du monde « classique » contre le champion du monde FIDE).

La rencontre était tendue et fut marquée par plusieurs manœuvres contestées du camp Topalov accusant, sans preuve, Kramnik de tricherie[12],[13]. À la fin des douze parties, le score est de 6-6. Les parties de départage semi-rapides tournent à l'avantage de Kramnik qui gagne le match de réunification le 13 octobre et devient champion du monde FIDE.

Les succès de Kramnik en 2006 au championnat du monde, à l'olympiade de Turin (meilleure performance au premier échiquier) et au tournoi de Dortmund, lui permirent de remporter son deuxième Oscar des échecs (Kasparov avait quitté la compétition en 2005).

Matchs contre les ordinateurs (2002 et 2006)[modifier | modifier le code]

Une confrontation entre Deep Fritz version 7 et Vladimir Kramnik avait abouti sur un match nul en 2002. Un mois après avoir conquis le titre réunifié de champion du monde, Kramnik entama une compétition homme/machine, avec pour adversaire le programme Deep Fritz 10, monté sur un PC quadri-processeur capable de calculer jusqu'à 10 millions de coups à la seconde. Le match, qui a lieu du 25 novembre au 5 décembre 2006 à Bonn, est doté d'un prix pour Kramnik d'un million de dollars en cas de victoire et de 500 000 USD en cas de défaite. La compétition est organisée en six confrontations. Deep Fritz parvint à gagner les parties 2 et 6 avec les Blancs face à un Kramnik sans doute fatigué par son duel pour le titre mondial le mois précédent. En effet, lors de la deuxième partie, Kramnik permet à la machine de le mater en un coup dans une position par ailleurs équilibrée. Les quatre autres parties se soldèrent par des nulles.

Perte du titre mondial (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

Kramnik à Dortmund en 2007

Tournoi de Mexico 2007[modifier | modifier le code]

Kramnik lors du championnat du monde de 2008

Grâce à sa victoire sur Topalov en 2006, Vladimir Kramnik était qualifié pour le Championnat du monde d'échecs 2007 à Mexico, qui consistait en un tournoi fermé double rondes avec 8 joueurs (la FIDE ayant rompu en 2005 avec la tradition des matches). Après un bon début de tournoi (2/3), il ne parvint pas à l'emporter face à Aleksandr Grichtchouk dans une position clairement avantageuse et concède 6 nulles consécutives avant de s'incliner face à Aleksandr Morozevitch, permettant à Viswanathan Anand de prendre seul la tête. Grâce à une bonne fin de tournoi (3,5/5) il prend la deuxième place, parvenant à rattraper Boris Guelfand mais pas Anand. Kramnik perd ainsi son titre de champion du monde[14].

Match revanche contre Anand (octobre 2008)[modifier | modifier le code]

En octobre 2008, Kramnik affronta en match de 12 parties le tenant du titre, Viswanathan Anand, pour le titre mondial à Bonn en Allemagne. Il fut rapidement mené trois victoires à zéro après six parties mais remporte la 10e. Il est finalement défait 6½ – 4½ (+1 - 3 =7) et Anand conserve le titre.

Vladimir Kramnik à Londres en 2010.

Tournoi des candidats (2011, 2013 et 2014)[modifier | modifier le code]

Grâce à son classement Elo, Vladimir Kramnik était qualifié d'office pour les quarts de finale du tournoi des candidats qui avait lieu en mai 2011 à Kazan. Il remporta son match de quart de finale contre Radjabov avant de perdre contre Grichtchouk lors du départage en parties éclair (blitz).

Grâce à son classement Elo, Vladimir Kramnik était qualifié d'office pour le tournoi des candidats qui a lieu en mars 2013 à Londres. Il finit premier ex æquo avec Magnus Carlsen, mais deuxième au nombre de parties gagnées (quatre contre cinq pour Carlsen).

En 2014, Kramnik finit troisième ex æquo du tournoi des candidats disputé à Khanty-Mansiïsk, remporté par Viswanathan Anand.

Palmarès (parties lentes)[modifier | modifier le code]

Les tables suivantes donnent les résultats et les scores de Vladimir Kramnik dans les tournois et les matchs[15]. La notation (+3 –1 =7) signifie : trois victoires, une défaite et sept parties nulles.

1987 à 1992 : champion du monde des moins de 18 ans[modifier | modifier le code]

En 1989, après s'être qualifié lors du tournoi de Belgorod organisé par la GMA, Kramnik finit 64e de l'open GMA de Moscou avec 4,5 / 9 (+2 −2 =5) (victoire de Dolmatov : 7/9).

Année Vainqueur Deuxième à quinzième
1987 Samtredia (équipes) : 6,5 / 7
Bakou (championnat d'URSS des garçons)
1988 Dimitrovgrad[16] (5e échiquier de l'équipe de RSFSR) Championnat d'URSS junior[17] (Ivano-Frankivsk) (5e-10e) : 7 / 11
(tournoi remporté par Oubinine et Kamsky devant Chirov)
Rostov-sur-le-Don (10e-11e) : 7,5 / 16
1989 Championnat du monde des moins de 14 ans (2e) : 8,5 / 11
(Aguadilla, tournoi remporté par Veselin Topalov)
Open GMA de Belgorod[18] (2e-10e après Tiviakov) : 6 / 9 (+3 =6)
Odessa[19] (3e-5e) : 2,5 / 5 (victoire de Serper devant Tiviakov)
Championnat d'URSS junior[20] (Pinsk) (6e-10e) : 7 / 11
(tournoi remporté par Tiviakov)
Sotchi (tournoi B) (4e-5e) : 6 / 11 (+2 −1 =8)
(tournoi remporté par Tounik)
1990 Sotchi (tournoi de sélection juniors) : 6 / 8 (+4 =4)
(sélection pour le championnat d'Europe juniors)

1990 et 1991 (départage) :
Championnat de la RSFSR[21]  : 9,5 / 15 (+4 =11[22])
(Kouïbychev, ex æquo avec Makharov, Sorokhine et Kharlov)
2e du tournoi de départage[21] (Rybinsk)[23]  : 3 / 6 (+1 -1 =4)
Championnat d'URSS junior[24] (3e-7e) : 7,5 / 11 (+4 –1 =6)
(Simferopol, tournoi remporté par Sakaev et Shchekachev)
Sotchi (tournoi de sélection juniors[n 1]) (3e-4e) : 7[25] / 11 (+3 =8)
(tournoi remporté par Alterman devant Belikov)
Championnat du monde des moins de 18 ans (2e) : 8 / 11 (+5 =6)
(Singapour, tournoi remporté par Tiviakov)
1990-1991 : Championnat d'Europe junior (3e-7e) : 7 / 11 (+5 –2 =4)
(Arnhem, victoire de Rune Djurhuus)
1991 Kherson[26] (tournoi de maîtres, 1er-3e) : 8 / 13 (+5 -2 =6)
(ex æquo avec Ibraguimov et Kharlov)

Championnat du monde des moins de 18 ans
(Guarapuava) : 9 / 11 (+7 =4)
Olympiade universitaire (Maringá, 2e échiquier) : 6 / 6
Rio de Janeiro : 11 / 12
Open de Gdynia (2e) : 8,5 / 11
(Léningrad) Match URSS-Yougoslavie juniors (3e) : 6 / 8 (+5 –1 =2)
Open de Moscou[27] (2e-4e après Vaganian) : 6,5 / 9
Open de São Paulo : 7 / 9
Championnat d'URSS[28] (15e-22e) : 6 / 11 (+2 -1 =8)
(Moscou, tournoi remporté par Minassian et Maguerramov)
Open de Groningue (8e) : 6,5 / 9 (+4 =5)
1992 Open de Gausdal (1er-7e) : 6,5 / 9 (+4 =5)
Open de Dortmund (1er-3e) : 8,5 / 11 (+6 =5)
(ex æquo avec Lputian et Azmaiparashvili)
Olympiade de Manille (1re réserve) : 8,5 / 9
Open de Chalcidique : 7,5 / 11 (+4 =7)
Championnat d'Europe par équipes
(Debrecen, 3e échiquier) : 6 / 7 (+5 =2)
Open junior de Oakham (2e-6e après Chirov) : 6,5 / 9 (+4 =5)

Open de Moscou (mémorial Alekhine) (9e-15e) : 5,5 / 9 (+3 –1 =5)
(tournoi remporté par Tiviakov)

1992-1993 : Pampelune (3e-7e) : 4,5 / 9 (+1 -1 =7)
(tournoi remporté par Lautier devant Illescas)

1993 à 1998 : candidat au championnat du monde[modifier | modifier le code]

En 1993, Kramnik se qualifia pour les matchs des candidats aux championnats du monde FIDE et PCA. En 1994, il fut éliminé au stade des demi-finales des candidats dans chacun des cycles. De 1995 à 1998, Kramnik remporta quatre fois de suite le tournoi de Dortmund. En 1998, il perdit son match des candidats contre Chirov.

Année Vainqueur Deuxième à sixième
1993 (Cannes) Match contre Lautier : 4,5–1,5 (+4 -1 =1)
Amsterdam (mémorial Max Euwe) : 3,5 / 6 (+2 -1 =3)
(ex æquo avec Anand et Short)

Madrid : 6,5 / 9 (+4 =5) (ex æquo avec Anand et Topalov)
(Alcobendas) Match contre Illescas : 4,5–1,5 (+3 -0 =3)
Linares (5e) : 7,5 / 11 (+4 -2 =7) (tournoi remporté par Kasparov)
Dortmund (2e-3e derrière Karpov) : 4 / 7 (+1 =6)
Tournoi interzonal (Bienne) (2e-9e après Guelfand) : 8,5 / 13 (+6 -2 =5)
Belgrade (2e derrière Beliavski) : 6 / 9 (+3 =6)
Tournoi de sélection PCA (Groningue) (3e-7e) : 7 / 11 (+4 -1 =6)
(tournoi remporté par Adams et Anand)
1994 (Wijk aan Zee) Huitième de finale des candidats FIDE
contre Youdassine : 4,5–2,5 (+2 - 0 =5)
Linares (5e-6e} : 7 / 13 (+4 -3 =6) (tournoi remporté par Karpov)
Quarts de finale des candidats :
PCA : match contre Kamsky (New York) : 1,5–4,5 (+0 -3 =3)
FIDE : match contre Guelfand (Sanghi Nagar) : 2,5–3,5 (+1 -2 =3)
Novgorod (3e) : 5 / 10 (+3 -3 =4) (victoire de Kasparov et Ivantchouk)
Olympiade de Moscou (5e au 2e échiquier) : 8 / 11 (+5 =6)
1995 Dortmund : 7 / 9 (+5 =4)
Horgen : 7 / 10 (+4 =6) (ex æquo avec Ivantchouk)
Belgrade : 8 / 11 (+6 -1 =4) (ex æquo avec Guelfand)
Riga (mémorial Tal) (4e-5e) : 6 / 11 (+2 =8)
(tournoi remporté par Kasparov devant Anand, Ivantchouk et Short)
Novgorod (6e) : 5 / 9 (+3 -2 =4)
(victoire de Kasparov devant Ehlvest, Ivantchouk, Short et Topalov)
1996 Dos Hermanas  : 6 / 9 (+3 =6) (ex æquo avec Topalov)

Dortmund : 7 / 9 (+5 =4) (ex æquo avec Anand)
Amsterdam (5e-6e) : 4,5 / 9 (+2 -2 =5)
(mémorial Max Euwe, victoire de Kasparov et Topalov)
Novgorod (4e-6e) : 4,5 / 10 (+2 -3 =5, tournoi remporté par Topalov)
Vienne (4e-6e) : 5 / 9 (+3 -2 =4) (victoire de Karpov, Topalov et Guelfand)
Las Palmas (3e-4e) : 5 / 10 (+2 -2 =6) (tournoi remporté par Kasparov)
1997 Dos Hermanas : 6 / 9 (+3 =6) (ex æquo avec Anand)
Dortmund : 6,5 / 9 (+4 =5)
Tilburg : 8 / 11 (+5 =6) (ex æquo avec Svidler et Kasparov)
Linares (2e après Kasparov) : 7,5 / 11 (+5 =5)
Novgorod (2e après Kasparov) : 6 / 10 (+3 -1 =5)
Belgrade (4e-6e) : 5 / 9 (+2 -1 =6) (victoire de Anand et Ivantchouk)
1998 Wijk aan Zee : 8,5 / 13 (+6 -2 =5) (ex æquo avec Anand)

Dortmund : 6 / 9 (+3 =6) (ex æquo avec Svidler et Adams)
Linares (3e-4e) : 6,5 / 10 (+2 -1 =9) (victoire de Anand devant Chirov)
(Carzola) Match des candidats contre Shirov : 3,5–5,5 (+0 -2 =7)
Tilburg (3e-4e) : 6 / 11 (+3 -2 =6) (tournoi remporté par Anand)

1999 à 2006 : champion du monde classique[modifier | modifier le code]

En 1999, lors du championnat du monde FIDE de Las Vegas, Kramnik gagna ses matchs contre Tiviakov, Kortchnoï et Topalov mais fut éliminé en quarts de finale au départage par Michael Adams. La même année jusqu'au début 2000, il fut invaincu dans les tournois auxquels il participa et il réalisa une série de 82 parties à cadence lente sans défaite[29]. Cependant, Kramnik fut devancé par Kasparov à Linares et à Wijk aan Zee (en 1999 et 2000), par Leko à Dortmund 1999 et par Adams à Dos Hermanas 1999 et au championnat du monde de Las Vegas 1999. Sa première partie perdue fut au tournoi de Dortmund 2000 face à Adams.

Année Vainqueur ou ex æquo Deuxième à septième
1999



Championnat du monde FIDE (Las Vegas)
Quart de finaliste : matchs remportés
contre Tiviakov : 1,5–0,5, contre Kortchnoï : 1,5–0,5
et contre Topalov : 1–1 (=2), puis 2–0 (rapide)
Wijk aan Zee (3e) : 8 / 13 (+3 =10)
Linares (2e-3e) : 8 / 14 (+2 =12)
(tournois remportés par Kasparov devant Anand)
Dos Hermanas (2e derrière Adams) : 5,5 / 9 (+2 =7)
Dortmund (2e derrière Lékó) : 4,5 / 7 (+2 =5)
Championnat du monde FIDE (Las Vegas, quart de finaliste)
(+2 =6 en parties lentes, tournoi remporté par Khalifman)
Quart de finale perdu contre Adams : 1–1 (=2), 1–1 (rapide), 0–2
2000 Linares : 6 / 10 (+2 =8) (ex æquo avec Kasparov)
Dortmund : 6 / 9 (+4 -1 =4) (ex æquo avec Anand)
Championnat du monde « classique » contre Kasparov
(Londres) : 8,5-6,5 (+2 =13)
Wijk aan Zee (2e-4e) : 8 / 14 (+3 =10)
(tournoi remporté par Kasparov devant Anand et Lékó)

2001 Dortmund : 6,5 / 10 (+3 =7) (ex æquo avec Topalov)
(Moscou) Match exhibition contre Kasparov
(Mémorial Botvinnik) : 2–2 en parties lentes (+0 -0 =4)
Wijk aan Zee (3e-4e) : 8 / 13 (+4 -1 =8)
(victoire de Kasparov devant Anand et Ivantchouk)
Astana (2e après Kasparov) : 6,5 / 10 (+4 -1 =5)
2002 (León) Match contre Anand (Advanced chess) : 3,5–2,5 (+1 =5)
(Bahreïn) Match contre Deep Fritz : 4–4 (+2 -2 =4)
2003 Linares : 9 / 14 (+4 =10) (ex æquo avec Leko) Wijk aan Zee (4e-8e) : 7 / 13 (+4 -3 =6)
(victoire de Anand devant Polgar et Bareïev)
Dortmund (2e-3e derrière Bologan) : 5,5 / 10 (+1 =9)
2004 Linares : 6 / 12 (+2 =10)
Championnat du monde « classique » contre Leko
(Brissago) : 7-7 (+2 -2 =10)
Wijk aan Zee (6e-8e) : 6,5 / 13 (+3 -3 =7)
(victoire de Anand devant Leko, Adams, Topalov et Bologan)
Dortmund (finaliste contre Anand) : 13,5 / 24 (+6 -3 =15)
2005 Wijk aan Zee (4e-7e) : 7 / 13 (+2 -1 =10)
(victoire de Leko devant Anand et Topalov)
Sofia (tournoi Mtel) (5e-6e) : 4 / 10 (+2 -4 =4) (victoire de Topalov)
Dortmund (7e-8e) : 4,5 / 9 (+2 -2 =5) (victoire de Naiditsch)
Championnat de Russie (Moscou, 7e) : 5,5 / 11 (+2 -2 =7)
(victoire de Roublevski devant Jakovenko et Morozevitch)
2006 Dortmund : 4,5 / 7 (+2 =5) (ex æquo avec Svidler)
Olympiade de Turin : 6,5 / 9 (+4 =5)
Championnat du monde contre Topalov (Elista)  : 6–6 (+3 -3 =6), match de départage rapide : 2,5–1,5 (+2 -1 =1)

Depuis 2007[modifier | modifier le code]

Kramnik face à Anand en 2008

En 2007, Kramnik perdit son titre de champion mondial à Mexico. Il échoua à le reconquérir lors du match revanche contre Anand en 2008. Puis en 2011, il échoua en demi-finale du tournoi des candidats visant à désigner le challenger d'Anand pour le Championnat du monde d'échecs 2012.

En novembre 2011, Kramnik finit 8e-9e et avant-dernier du mémorial Tal avec : 3,5 / 9 (+0 –2 =7) (victoire de Aronian et Carlsen). En juin 2013, il termina dixième et dernier (avec 3 points sur 9 : trois défaites et six parties nulles) du mémorial Tal à Moscou remporté par Boris Guelfand.

Année Vainqueur ou ex æquo Deuxième à septième
2007 Dortmund : 5 / 7 (+3 =4)
Moscou (mémorial Tal) : 6,5 / 9 (+4 =5)
Wijk aan Zee (4e) : 8 / 13 (+3 =10) (victoire de Aronian, Topalov et Radjabov)
Championnat du monde (2e-3e) : 8 / 14 (+3 –1 =10)
(Mexico, victoire de Anand devant Guelfand)
(Moscou) Match Advanced Chess contre Anand : 1-1 (+0 -0 =2)
2008 Wijk aan Zee (7e-9e) : 6,5 / 13 (+2 –2 =9) (victoire de Carlsen et Aronian)
Dortmund (7e) : 3 / 7 (+1 –2 =4) (tournoi remporté par Lékó)
Moscou (mémorial Tal, 4e-5e) : 5 / 9 (+2 –1 =6) (victoire de Ivantchouk)
Championnat du monde contre Viswanathan Anand (Bonn) : 4,5–6,5 (+1 –3 =7)
2009 Dortmund : 6,5 / 10 (+3 =7)
Moscou (mémorial Tal) : 6 / 9 (+3 =6)
Londres (Chess Classic) (2e derrière Carlsen) : 4,5 / 7 (+3 –1 =3)
2010 Bilbao : 4 / 6 (+2 =4)
(finale du Masters d'échecs)
Wijk aan Zee (2e-3e) : 8 / 13 (+4 –1 =8) (victoire de Carlsen devant Chirov)
Dortmund (3e-4e) : 5 / 10 (+2 –2 =6)
(victoire de Ponomariov devant Le Quang et Mamedyarov)
Shanghai (2e-3e[n 2]) : 3 / 6 (+1 –1 =4) (victoire de Chirov devant Aronian)
Moscou (7e) : 4,5 / 9 (+2 –2 =5) (mémorial Tal remporté par Aronian et Kariakine)
Londres (4e-5e derrière Carlsen, Anand et McShane) : 4 / 7 (+2 –1 =4)
2011
Dortmund : 7 / 10 (+5 −1 =4)
Tournoi de Hoogeveen : 4,5 / 6 (+3 =3)
Londres : 16 / 24 (+4 =4)
Wijk aan Zee (5e-6e) : 7,5 / 13 (+3 –1 =9) (victoire de Nakamura devant Anand)
Tournoi des candidats (Kazan, demi-finaliste) : 4 / 8 (=8 en parties classiques)
(Moscou) Championnat de Russie (3e-5e) : 4 / 7 (+3 −2 =2)
(victoire de Svidler devant Morozevitch)
Moscou (mémorial Botvinnik, tournoi rapide, 2e-3e) : 3 / 6 (+1 -1 =4)
(victoire de Anand devant Aronian, Kramnik et Carlsen)
2012 (Zurich)
Match contre Aronian : 3–3 (+1 –1 =4)
Moscou (mémorial Tal, 4e-7e) : 4,5 / 9 (+2 –2 =5)
(victoire de Carlsen devant Caruana et Radjabov)
Dortmund (3e-6e) : 5,5 / 9 (+3 −1 =5)
(victoire de Caruana devant Kariakine, Ponomariov, Leko et Naiditsch)
Londres (2e derrière Carlsen) : 16 / 24 (+4 =4)
2013 Coupe du monde : 15,5 / 18 Zurich (3e-4e) : 2,5 / 6 (+0 –1 =5) (victoire de Caruana devant Anand et Guelfand)
Tournoi des candidats (2e au départage derrière Carlsen) : 8,5 / 14 (+4 −1 =9)
(Londres, départage : nombre de victoires inférieur à celui de Carlsen)
Paris-Saint-Pétersbourg (mémorial Alekhine, 4e-8e) : 4,5 / 9 (+2 −2 =5)
(victoire de Aronian devant Guelfand et Anand)
Dortmund (2e après Adams) : 6,5 / 9 (+5 –1 =3)
2014 Tournoi des candidats (3e-5e) : 7 / 14 (+3 −3 =8)
(Khanty-Mansiïsk, victoire de Anand devant Kariakine)
Stavanger (tournoi Norway Chess, 6e-9e) : 4 / 9 (+2 –3 =4)
(victoire de Kariakine devant Carlsen et Grichtchouk)
Dortmund (7e) : 2,5 / 7 (+0 −2 =5) (victoire de Caruana devant Leko et Meier)

Compétitions par équipes[modifier | modifier le code]

Kramnik a remporté trois olympiades d'échecs avec l'équipe de Russie (1992, 1994 et 1996). Il est resté invaincu lors de ses six participations (1992, 1994, 1996, 2006, 2008 et 2010) à cette compétition (+20 =36), il détient le record du plus grand de parties jouées sans défaites aux olympiades et a obtenu trois médailles d'or individuelles (deux en 1992 et une en 2006[30]). Premier remplaçant de l'équipe de Russie en 1992, il a joué au deuxième échiquier en 1994 et 1996 et au premier échiquier lors des trois dernières éditions.

Kramnik a également remporté le championnat d'Europe d'échecs des nations à Debrecen en 1992 en réalisant la meilleure performance individuelle (+5 =2).

Victoires au tournoi de Dortmund[modifier | modifier le code]

Dixième titre de Kramnik à Dortmund en 2011.
Kramnik face à Karpov lors du tournoi de Dortmund 1999.
Kramnik face à Leko en 1999.

En 1992, Kramnik remporta l'open de Dortmund. Il participa pour la première fois au tournoi de grands maîtres de Dortmund en 1993 et il finit deuxième derrière Karpov.
Par la suite, il remporta dix fois le tournoi de Dortmund, dont quatre fois de suite de 1995 à 1998 :

  • en 1995 (7 / 8, devant Karpov, Leko, Lautier et Ivantchouk),
  • en 1996 (au départage devant Anand, suivi de Guelfand, Adams, Polgar, Chirov et Topalov),
  • en 1997 (devant Anand, Topalov, Ivantchouk, Polgar, Guelfand, Karpov, Short, Hübner et Youssoupov),
  • en 1998 (au départage devant Adams et Svidler, suivis de Leko, Ivantchouk et Anand),

En 1999, Kramnik termina deuxième et invaincu derrière Leko, mais devant Anand, Karpov et Adams. Il remporta à nouveau le tournoi les deux années suivantes :

  • vainqueur en 2000 (au départage devant Anand),
  • vainqueur en 2001 (au départage devant Topalov, suivi de Leko),

En 2002, le tournoi était un tournoi des candidats qui désigna Leko comme adversaire de Kramnik pour le championnat du monde d'échecs 2004 (classique). Kramnik annula le match contre Leko.
En 2003, Kramnik finit deuxième-troisième ex æquo avec Anand et toujours invaincu, derrière Bologan.
En 2004, Kramnik perdit la finale contre Anand au départage rapide. En 2005, il perdit deux parties et marqua seulement la moitié des points et il finit seulement 6e-7e ex æquo.

  • vainqueur en 2006 (au départage devant Svidler et devant Adams, Leko, Guelfand et Aronian),
  • vainqueur en 2007 (devant Leko, Anand et Guelfand),

En 2008, Kramnik perdit deux parties et finit avant-dernier avec une seule partie gagnée. Le tournoi fut remporté par Leko.

  • Vainqueur en 2009, il devança Carlsen qu'il battit, Leko et Bacrot lors du tournoi qui était un tournoi à deux tours.

En 2010, Kramnik perdit deux parties, marqua la moitié des points et finit troisième. Le tournoi fut remporté par Ponomariov devant Quang Liem.

  • En 2011, Kramnik remporta le tournoi devant les deux joueurs qui l'avaient devancé l'année précédente.

En 2012, il perdit contre Fabiano Caruana lors de l'avant-dernière ronde alors qu'il menait et dut se contenter de la troisième place.

En 2013, il finit deuxième, un demi-point derrière Michael Adams, après avoir perdu contre Dmitri Andreïkine.

En 2014, il finit avant-dernier avec une défaite et six parties nulles.

Palmarès : compétitions non classiques[modifier | modifier le code]

Victoires au tournoi Melody Amber (parties à l'aveugle)[modifier | modifier le code]

Kramnik détient le record du nombre de victoires au tournoi d'échecs Amber en parties à l'aveugle avec neuf victoires (en 1995, 1996, 1998, 1999, 2000, 2003, 2007, 2008 et 2009) et le record de victoires au classement combiné (en rapide et aveugle) avec six victoires : en 1996, 1998, 1999, 2001, 2004 et 2007.

Tournois rapides et blitz[modifier | modifier le code]

1994
  • Vainqueur du tournoi rapide de Monaco (Melody Amber), ex æquo avec Anand
  • Grand Prix rapide PCA-Intel : premier au classement général au départage devant Kasparov
    • Moscou : finaliste, bat Kasparov en demi-finale
    • Londres et Paris : demi-finaliste
    • New York, bat Kasparov en finale : 1,5 à 0,5
    • Paris, finale perdue contre Kasparov : 1 à 2
1995
  • Grand Prix PCA-Intel : troisième au classement général
    • Moscou et New York : demi-finaliste
    • Paris, tournoi rapide et blitz : finale perdue contre Kasparov
1996
  • Grand Prix PCA
    • Moscou, « Kremlin Stars » : bat Kasparov en finale
    • Genève : éliminé en quarts de finale par Speelman
1998
  • Deuxième du tournoi rapide de Francfort, derrière Anand et devant Kasparov et Ivantchouk
  • (Moscou) Match en blitz contre Kasparov : 12 à 12
1999
  • Francfort : deuxième-troisième
2001
  • Vainqueur du tournoi rapide de Monaco (Melody Amber)
  • (Mayence) « Duel des champions », match rapide contre Anand : 5 à 5 (+1 -1 =8), perd le départage en blitz : 0,5 à 1,5 (+0 -1 =1)
  • Zurich (tournoi semi-rapide) : bat Kasparov en finale : 1,5 à 0,5
  • (Budapest) Match contre Léko : 7–5
  • (Moscou) Mémorial Botvinnik : matchs rapide et blitz contre Kasparov : (+1 −4 =5) en parties rapides et 3–3 (+1 −1 =4) en blitz
2002
  • (Londres) Match exhibition contre Howell (blitz, 5') : 3,5–0,5
  • Match Russie–Reste du monde rapide : 4 / 9 (+1 -2 =6)
2003
  • Vainqueur du tournoi du Cap d'Agde
2006
  • (Elista, championnat du monde) Match de départage rapide contre Topalov : 2,5–1,5
2009
  • Vainqueur du tournoi de Zurich rapide : 5 / 7
2010
  • Vainqueur de la coupe de Bakou
2013
  • Deuxième du tournoi rapide de Genève, battu en finale par Mamedyarov[31]

Exemples de parties[modifier | modifier le code]

Kasparov - Kramnik, Dos Hermanas, 1996[modifier | modifier le code]

Malgré sa réputation de joueur positionnel, Kramnik montre son sens du jeu tactique en lançant une attaque de mat contre Garry Kasparov avec les Noirs. Cette partie fut élue meilleure partie du numéro 66 de l'informateur (parties du deuxième tiers de 1996) avec 87 points sur 90[32],[n 3]. Ce fut également la première partie perdue par Kasparov depuis 1986 en commençant par 1.d4[33].

Ouverture : défense semi-slave variante de Meran. 1. d4 d5 2. c4 c6 3. Cc3 Cf6 4. Cf3 e6 5. e3 Cbd7 6. Fd3 dxc4 7. Fxc4 b5 8. Fd3 Fb7 9. 0-0 a6 10. e4 c5 11. d5 c4 12. Fc2 Dc7 13. Cd4 Cc5 14. b4 cxb3 15. axb3 b4 16. Ca4 Ccxe4 Tout ce qui précède avait déjà été joué auparavant.

17. Fxe4 Cxe4 18. dxe6 Fd6 ! 19. exf7+ Dxf7 ! 20. f3 (diagramme)

Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
Tour noire sur case blanche a8 Case noire b8 vide Case blanche c8 vide Case noire d8 vide Roi noir sur case blanche e8 Case noire f8 vide Case blanche g8 vide Tour noire sur case noire h8
Case noire a7 vide Fou noir sur case blanche b7 Case noire c7 vide Case blanche d7 vide Case noire e7 vide Reine noire sur case blanche f7 Pion noir sur case noire g7 Pion noir sur case blanche h7
Pion noir sur case blanche a6 Case noire b6 vide Case blanche c6 vide Fou noir sur case noire d6 Case blanche e6 vide Case noire f6 vide Case blanche g6 vide Case noire h6 vide
Case noire a5 vide Case blanche b5 vide Case noire c5 vide Case blanche d5 vide Case noire e5 vide Case blanche f5 vide Case noire g5 vide Case blanche h5 vide
Cavalier blanc sur case blanche a4 Pion noir sur case noire b4 Case blanche c4 vide Cavalier blanc sur case noire d4 Cavalier noir sur case blanche e4 Case noire f4 vide Case blanche g4 vide Case noire h4 vide
Case noire a3 vide Pion blanc sur case blanche b3 Case noire c3 vide Case blanche d3 vide Case noire e3 vide Pion blanc sur case blanche f3 Case noire g3 vide Case blanche h3 vide
Case blanche a2 vide Case noire b2 vide Case blanche c2 vide Case noire d2 vide Case blanche e2 vide Case noire f2 vide Pion blanc sur case blanche g2 Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1 Case blanche b1 vide Fou blanc sur case noire c1 Reine blanche sur case blanche d1 Case noire e1 vide Tour blanche sur case blanche f1 Roi blanc sur case noire g1 Case blanche h1 vide
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
Après 20.f3

20.… Dh5 !! 21. g3 0-0

Selon Kramnik[34], 21… Cxg3 ! était plus fort.

22. fxe4 Dh3 ! 23. Cf3

Selon Kramnik[34], 23 De2 ! aurait donné aux Blancs l'avantage.

23.… Fxg3 !! Peu de joueurs oseraient sacrifier 2 pièces contre Kasparov !

24. Cc5 ? (24. De2 était nécessaire)

24.… Txf3 25. Txf3 Dxh2+ 26. Rf1 Fc6 !! (Ce coup fut sous-estimé par Kasparov)

27. Fg5 Fb5+ 28. Cd3 Te8 29. Ta2 Dh1+

Pressé par le temps, Kramnik manque un mat en quatre coups : 29.… Fxd3+ ! 30. Txd3 Dh1+ 31. Re2 Dg2+ 32. Re3 Txe4#.

30. Re2 Txe4+ 31. Rd2 Dg2+ 32. Rc1 Dxa2 33. Txg3 Da1+ 34. Rc2 Dc3+ 35. Rb1 Td4 0-1

Troisième partie du match Kasparov-Kramnik, 2000[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De Kramnik, avec Iakov Damsky : (en) My Life and games, éd. Everyman Chess, 2000
  • Sur Kramnik, de Cyrus Lakdawala : (en) Kramnik move by move, éd. Everyman Chess, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Kramnik se qualifia pour le championnat du monde junior des moins de 18 ans.
  2. Deuxième après le départage contre Aronian
  3. Le nombre de points atteint n'a été dépassé que par une partie Karpov contre Kortchnoï en 1974 (89 points sur 90) et égalé par les parties Karpov-Sax (Londres 1983) et Ivantchouk-Chirov (tournoi de Wijk aan Zee 1996).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Losson, « Première dame de France », Libération,‎ 27 août 2005 (lire en ligne)
  2. Jean-Pierre Mercier, « Vladimir Kramnik se marie », sur Tout à tour (Libération.fr),‎ 12 janvier 2007
  3. Kramnik et Damski, Kramnik, my life and games, Everyman Chess, p. 18-19.
  4. Site olympbase
  5. Vladimir Kramnik et Iakov Damski, My Life and Games, Everyman Chess, 2000, p. 32.
  6. Kramnik et Damnski, Kramnik, my life and games, Everyman Chess, p. 40.
  7. (en) La page du palmarès de Vladimir Kramnik sur son site officiel.
  8. (en) DVD (Chapitres 2 à 7) où Vladimir Kramnik parle de son style de jeu.
  9. (en) DVD (Chapitre 8) où Vladimir Kramnik parle de sa préparation pour ce championnat du monde contre Garry Kasparov.
  10. (en) Championnat du Monde d'échecs 2000 entre Kramnik et Kasparov.
  11. (en) Communiqué de Kramnik expliquant son absence à Wijk aan Zee
  12. Jean-Pierre Mercier, « "Toiletgate", une affaire qui sent le souffre », sur Tout à tour,‎ 14 février 2007
  13. Il faut noter que la situation est tellement désagréable qu'au Tournoi de Wijk aan Zee 2008, lors d'une ronde les opposant, Kramnik et Topalov éviteront de se serrer la main en début de partie. D'après (en)« Handshakes from hell », sur shazgood.wordpress.com,‎ 23 janvier 2008 (consulté le 30 juin 2013)
  14. Il reconnait la capacité de ce championnat à désigner le champion du monde dans cette interview (en) Vladimir Kramnik on the world of chess (Part 2)
  15. On trouve les tables des tournois dans :
    • Le livre de Kramnik et Damsky : My Life and games, éd. Everyman Chess 2000
    • Le site de Mark Weeks (pour les tournois jusqu'en 2004)
    • Le site de Chessbase (depuis 2001)
  16. RUSbase Dimitrovgrad 1988
  17. RUSbase Ivano-Frankovsk 1988
  18. RUSbase Belgorod 1989, tournoi de qualification pour l'open GMA de Moscou
  19. RUSbase Odessa 1989
  20. RUSbase URSS junior 1989
  21. a et b 'Vladimir Kramnik et Iakov Damsky, Kramnik, my life and games, page 269, éd. Everyman Chess, 2000
  22. RUSbase Kouybichev 1990
  23. RUSbase Rybinsk 1991
  24. RUSbase URSS junior 1990
  25. Sotchi mars 1990
  26. RUSbase Kharson 1991, tournoi des jeunes maîtres soviétiques
  27. Tournoi international de Moscou sur RuSbase.
  28. RUSbase URSS 1991
  29. records échiquéens
  30. Page de Vladimir Kramnik sur le site olimpbase.
  31. Geneva Chess Masters sur echecs.com
  32. Chess Informant, The Best of the Best, 2008.
  33. Vladimir Kramnik et Iakov Damsky, My Life and games, page 166
  34. a et b Vladimir Kramnik et Iakov Damsky, My Life and games, page 167
Liste des 10 premiers mondiaux au 1er août 2014
Rang Ancien
rang
Nom Nation Classement Elo (variation) Parties
jouées
Né en
1 1 Magnus Carlsen Drapeau de la Norvège Norvège 2 877 (=) 0 1990
2 2 Levon Aronian Drapeau de l'Arménie Arménie 2 805 (=) 0 1982
3 (4) Fabiano Caruana Drapeau de l'Italie Italie 2 801 (+12) 7 1992
4 (3) Aleksandr Grichtchouk Drapeau de la Russie Russie 2 795 (=) 0 1983
5 5 Hikaru Nakamura Drapeau des États-Unis États-Unis 2 787 (=) 0 1987
6 6 Sergueï Kariakine Drapeau de la Russie Russie 2 786 (=) 0 1990
7 7 Viswanathan Anand Drapeau de l'Inde Inde 2 785 (=) 0 1969
8 (9) Veselin Topalov Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 2 772 (=) 0 1975
9 (10) Maxime Vachier-Lagrave Drapeau de la France France 2 768 (+2) 10 1990
10 (8) Vladimir Kramnik Drapeau de la Russie Russie 2 760 (-17) 7 1975

Cette liste est établie tous les mois et les variations concernent la différence avec la liste du 1er août 2014.
Source : (en) Top100 Hommes sur fide.com.



Sur les autres projets Wikimedia :