Vladimir Goussinski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vladimir Gusinsky.jpg

Vladimir Aleksandrovitch Goussinski (en russe : Владимир Александрович Гусинский ; né le 6 octobre 1952 à Moscou) est un ancien magnat des médias russes, fondateur de NTV, un ancien parrain de la station de radio Écho de Moscou.

Il fait partie des « sept banquiers », nommés également « oligarques », un clan d'hommes d'affaires qui entretient une influence décisive sur la politique russe durant les années Boris Eltsine.

Après un déplacement à l'étranger durant l'été 2001, il crée la société de radiodiffusion télévisée par satellite RTVi, qui dépeint les événements en Russie tels que présentés par les journalistes de la chaîne de télévision Echo. Le site web correspondant newsru.com présente les nouvelles textuelles, photographiques et vidéo de Russie.

Le 23 août 2003, alors que Goussinski voyage d'Israël à Athènes, il est arrêté par un traité gréco-russe pour fraude s'élevant à plusieurs millions de dommages et intérêts. Une intense pression de dirigeants américains (provenant principalement de l'ambassadeur américain à Athènes Tomas Miller), de responsables israéliens sur le gouvernement grec et en particulier du Congrès juif européen, conduit à la libération Goussinski dans les cinq jours.

Selon l'Union des Conseils de Juifs soviétiques, Goussinski était un ami très proche du politicien américain, Tom Lantos.

Il possède la double nationalité israélienne et espagnole et réside souvent en Espagne. Goussinski détenait une part de l'équipe de basketball l'Hapoel Tel-Aviv et fait l'acquisition de 60 % de l'équipe en novembre 2000.

Goussinski créé NTV, la première chaîne de télévision indépendante en Russie. L'émergence de la NTV+, une ramification du canal de NTV, a été un événement important pour les médias russes. NTV+ a ​​été la première chaîne satellite à diffuser dans l'ex-URSS. Goussinski détient désormais la chaîne de télévision RTVi.

Jusqu'en novembre 2008, Goussinski détient 27 % des parts du journal israélien Maariv, qu'il échange avec la banque Hapolaim pour couvrir une créance de 28 million $ due à celle-ci.