Vladimir Gelfand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gelfand.

Vladimir Natanovitch Gelfand

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Vladimir Gelfand, Allemagne, 1945

Naissance 1er mars 1923
Novoarchangelsk, Oblast de Kirovohrad
Décès 25 novembre 1983
Dnipropetrovsk
Nationalité Drapeau de l'Ukraine Ukraine

Vladimir Natanovitch Gelfand (en russe : Влади́мир Ната́нович Ге́льфанд) est né le 1er mars 1923 dans le village de Novoarchangelsk, Oblast de Kirovohrad (Ukraine), et mort le 25 novembre 1983 à Dnipropetrovsk (Ukraine)). Il a participé à la Grande Guerre nationale.

Vladimir Gelfand est connu comme l'auteur de journaux intimes, publiés entre 1941 et 1946. Gelfand notait les expériences rencontrées pendant son temps militaire dans un journal. Le Journal d'Allemagne en 1945-1946: Des enregistrements de Rotarmisten (Deutschland Tagebuch 1945–1946: Aufzeichnungen eines Rotarmisten) apparait en 2005 en Allemagne. C'est le premier journal privé d'un officier de l'armée rouge qui existe en allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

De mai 1942 à novembre 1946, il sert dans les rangs de l'Armée rouge et devient membre du Parti communiste de l'Union Soviétique dès 1943. En 1952, il sort de l'Université de Gorki des Marteaux (Perm). De 1952 selon 1983 le professeur des sciences sociales et l'histoire à PTU (approx.: éducation technique).

La Seconde Guerre mondiale change rapidement le cours sa vie. Après le fait de servir au front, Gelfand, un jeune Juif Ukrainien, est témoin de la destruction et la mort, la camaraderie d'expériences et la traîtrise et découvre des endroits étrangers dans l'Allemagne occupée. Il va chez le tailleur, achète au marché noir, visite des pubs, apprend comment prendre des photographies et rencontre des femmes. Il est à la fois un observateur sensible et un complice qui n'essaie pas de dissimuler ses actes de vengeance et de pillage. Les journaux de Gelfand sont un témoignage unique de la première occupation soviétique de l'Allemagne.

Les avis de la presse sur ses écrits[modifier | modifier le code]

  • "La force de ce journal d'un soldat soviétique, réside dans sa description de la réalité, qui fut longtemps niée et n'avait jamais été montrée au grand jour. Malgré toutes les terreurs qu'elle inspire, cette lecture est intéressante parce qu'elle arrive très longtemps après les évènements. Il est heureux que ces écrits, même avec un retard de 60 ans, nous soient parvenus, du moins pour le public allemand, puisque notamment une telle perspective n'existait pas. Ce récit montre pour la première fois la personnalité des vainqueurs de l'Armée rouge et donne la possibilité de comprendre le point de vue des soldats russes. Pour Poutine et ses gardes post-soviétiques, il sera difficile d'ignorer ce journal et de le ranger avec les poisons de la Russie hostile à la propagande" [1].
  • "Le journal Allemand "1945-46" de Gelfand est remarquable par beaucoup d'aspects. Cette description extraordinaire a été écrite par le témoin oculaire de la libération de la Pologne et l'Allemagne de l'Est par l'armée Rouge. Puisque dans l'armée Rouge, il était interdit de rédiger un journal personnel, probablement pour des considérations de sécurité, les lecteurs ont déjà une bonne raison de remercier au lieutenant ukrainien Vladimir Gelfand, qui a violé courageusement cette interdiction. Bien que ce journal soit insuffisant pour certaines parties, il peut être le contre-poids à cette armée des révisionnistes historiques, qui travaillent pour transformer une grande victoire de l'humanité sur l'hitlérisme en attaque cruelle des gardes de Staline sur la civilisation occidentale"[2].
  • "C'est le témoignage intime d'un soldat de l'Armée rouge et occupant en Allemagne, non soumis à la censure des émotions. Il est révélateur, de ce qu'un jeune soldat de l'Armée rouge voyait de la fin de la guerre et de l'écroulement de la société allemande. Nous recevons un regard entièrement nouveau sur la fraternité d'armes de l'Armée rouge et son moral, qui fut trop souvent célèbrée par la propagande soviétique. En outre, les journaux de Gelfand résistent aux thèses répandues des succès militaires de l'Armée rouge principalement dus au système de répression. Selon les émotions personnelles de Gelfand, on peut voir qu'en 1945/46, il y avait aussi des relations étroites entre les hommes-vainqueurs et les femmes-vaincues. Ces témoignages montrent aux lecteurs que les femmes allemandes cherchaient le contact des soldats soviétiques, non uniquement pour des raisons matérielles ou des besoins de protection"[3].
  • "Parmi plusieurs récits des témoins oculaires de la fin de II guerre mondiale en Allemagne, on découvrit en 2005 le journal d'un jeune lieutenant de l'Armée rouge, qui participa à la mainmise sur Berlin et resta dans la ville jusqu'à septembre 1946. «Le journal Allemand» de Vladimir Gelfand fut l'objet de l'intérêt largement répandu des médias. Par ses commentaires, il met en lumière, de façon nouvelle, les récits allemands existants sur la chute de Berlin et les relations des occupants soviétiques à la population allemande de cette époque"[4].

Autre[modifier | modifier le code]

  • Divers objets de la collection personnelle de Vladimir Gelfand: des lettres, des documents, l'original la Revue des hostilités 301 divisions d'infanterie (Журнал боевых действий 301 стрелковой дивизии), les trophées et plusieurs autres (approximativement 150 pièces), se trouvent en la possession du musée de Berlin-Karlshorst allemand-russe (de).
  • Une pièce de théâtre, en 2007, Le Dictionnaire de soldat germano-russe - Deux espaces dans le dialogue(Das deutsch-russische Soldatenwörterbuch - Zwei Räume im Dialog), sous l'application des extraits : Vladimir Gelfand, Journal d'Allemagne 1945-1946, enregistrements de Rotarmisten ©Aufbau Verlagsgruppe GmbH.
  • Comme l'éditeur informe qu'une version imprimée en russe n'existe pas (l'Éventaire: janvier de 2008).

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Det oändliga kriget (Per Landin (sv), Dagens Nyheter)
  2. Dagbok kastar tvivel över våldtäktsmyten (Stefan Lindgren (sv), Flamman)
  3. Dr. Elke Scherstjanoi, Institut de l'histoire moderne Munich-Berlin (Institut für Zeitgeschichte (de))
  4. Anne Boden, Conférence Bredfordsky sur la littérature moderne allemande, Trinity College (Dublin)