Vladimir Dmitrievitch Nabokov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nabokov (homonymie).
Vladimir Dmitrievitch Nabokov en 1914

Vladimir Dmitrievitch Nabokov (Saint-Pétersbourg, 21 juillet 1870 - Berlin, 28 mars 1922) est un homme politique russe.

Professeur de droit, connu pour ses idées libérales[1], il est un des membres fondateur du Parti constitutionnel démocratique[2] russe. Il est le deuxième fils de Dimitri Nikolaïevitch Nabokov, ministre de la Justice de l'Empire russe, et le père de l'écrivain Vladimir Nabokov.

Biographie[modifier | modifier le code]

Du 6 au 9 novembre 1904, le ministre de l'Intérieur, Piotr Sviatopolk-Mirski, cède à l'Assemblée des zemstvos (300 représentants) et lui accorde le droit de se réunir dans des appartements privés, dont la maison de Vladimir Dmitrievitch Nabokov[3], au 47 rue Bolchaïa Morskaïa[4].

En janvier 1905, après le massacre du Dimanche rouge à Saint-Pétersbourg, Vladimir Dmitrievitch fait accepter par le conseil municipal de capitale impériale la constitution d'un fonds d'aide aux victimes de la manifestation[5].

Quelques mois plus tard, les troubles de la « Révolution russe de 1905 » débouchent sur la signature du Manifeste d'octobre, par lequel l'empereur Nicolas II accorde plusieurs libertés et promet la première constitution de l'Empire russe. En 1906, le Parti constitutionnel démocratique - dont fait partie Vladimir Dmitrievitch - obtient un tiers des sièges de la première Douma d'État de l'Empire russe. Membre fondateur du parti KD, Vladimir Dmitrievitch figure parmi les élus. Mais en juillet 1906, Nicolas II, violant la toute nouvelle constitution, proclame la dissolution du Parlement. Une partie des députés se révoltent, tiennent séance à Vyborg et dans le Manifeste de Vyborg appellent le peuple russe à se révolter contre le pouvoir tsariste, en particulier en refusant de payer impôts et taxes. Parmi, les députés rebelles, Vladimir Dmitrievitch Nabokov[6]...

Cette rébellion contre le pouvoir autocratique lui vaut, ainsi qu'aux autres députés insoumis, un séjour de quelques mois en prison.

En mars 1917, Nabokov est l'un des deux juristes chargés de rédiger l'acte d'abdication de Michel Alexandrovitch de Russie, qui n'a régné qu'un seul jour, et dont la signature marque la fin de l'Empire russe[7].

Assassinat[modifier | modifier le code]

Vladimir Dmitrievitch meurt assassiné dans la soirée du 28 mars 1922 alors que ses deux premiers fils - alors étudiants à l'université de Cambridge - sont en vacances à Berlin[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Appartenant à un milieu très aisé, Vladimir Dmitrievitch put offrir à sa famille de nombreux séjours en villégiatures dans différents pays européens : Abbazia[9], Wiesbaden[10], Biarritz, Bad Kissingen... Lui adorait pratiquer le vélo[11] dans ses propriétés, jouait du tennis[12] et s'adonnait à la chasse aux papillons, une passion qu'il transmit à son fils aîné Vladimir. Il possédait une collection de lépidoptères qui fascinait son fils. Toutefois, il ne semble pas avoir partagé la passion de son épouse pour le poker[12], qui pouvait y jouer des nuits entières, ou pour la cueillette des champignons[12]. C'est lui qui ramena en 1904 de Munich le premier teckel brun, chiens dont sa femme devait s'enticher jusqu'à la fin de ses jours à Prague[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William G. Rosenberg, « Les libéraux russes et le changement de pouvoir en mars 1917 », Cahiers du monde russe et soviétique, 1968, Volume 9, Numéro 9-1, p. 46-57
  2. Nabokov, Autres rivages, chapitre I, 4, 1967, p. 1163
  3. Figes, 2006, p. 239.
  4. Selon, l'historien Orlando Figes, ibidem : « Ce fut en fait la première Assemblée nationale de l'histoire russe. D'aucuns devraient la comparer aux états généraux de 1789. »
  5. Abraham Ascher, The Revotution of 1905. T. I : Russia in Disarray, 1988, Stanford University Press, p. 93.
  6. Nabokov, Autres rivages, chapitre I, 4, 1967, p. 1164
  7. Orlando Figes 2006, p. 442.
  8. Nabokov, Autres rivages, chapitre I, 4, 1967, p. 1181
  9. Nabokov, Autres rivages, chapitre I, 4, 1967, p. 1161
  10. Nabokov, Autres rivages, chapitre IV, 4, 1967, p. 1213
  11. Nabokov, Autres rivages, chapitre I, 4, 1967, p. 1174
  12. a, b et c Nabokov, Autres rivages, chapitre I, 4, 1967, p. 1175
  13. Nabokov, Autres rivages, chapitre I, 4, 1967, p. 1180

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Vladimir Nabokov (trad. Maurice et Yvonne Couturier, Bernard Kreise et Laure Troubetzkoy), Nouvelles complètes, Paris, Gallimard, coll. « Quarto »,‎ mars 2010, 868 p. (ISBN 978-2070-127863), « Vie et œuvre (1899-1977) » Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Brian Boyd (trad. Philippe Delamare), Vladimir Nabokov [« Vladimir Nabokov: The Russian Years »], t. I : Les années russes, Paris, Gallimard (Biographie), coll. « Biographies »,‎ 9 janvier 1992 (1re éd. 1990), 660 p. (ISBN 978-2-0707-2509-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Orlando Figes (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, préf. Marc Ferro), La Révolution russe : 1892-1924 : la tragédie d'un peuple [« A People's Tragedy »], Paris,‎ 2006 (1re éd. 1996), 1107 p. (ISBN 978-2207258392)