Viviane Forrester

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Viviane Forrester

Nom de naissance Viviane Dreyfus
Naissance 29 septembre 1925
Paris
Décès 30 avril 2013 (à 87 ans)
Paris
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
roman, biographie, essai

Œuvres principales

Viviane Dreyfus, plus connue sous le nom de Viviane Forrester, est une femme de lettres, essayiste, romancière et critique littéraire française, née le 29 septembre 1925 à Paris et morte dans la même ville le 30 avril 2013.

Son œuvre comprend des romans, des biographies et des essais. Elle reçoit notamment le prix Femina Vacaresco en 1983, le prix Médicis essai en 1996 et le prix Goncourt de la biographie en 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Viviane Dreyfus naît à Paris dans une famille aisée. Pendant l'occupation, ils fuient en Espagne pour échapper aux rafles de juifs[1],[2]. Elle épouse le peintre britannique John Forrester en 1967. Le couple se sépare après quelques années, sans jamais divorcer[3],[4].

Carrière littéraire[modifier | modifier le code]

Ainsi des exilés, son premier roman paraît en 1970[5]. Critique littéraire au quotidien Le Monde, elle écrit également pour Le Nouvel Observateur et La Quinzaine littéraire[3],[6].

Elle est considérée comme une spécialiste de Vincent van Gogh et Virginia Woolf. En 1983, le prix Femina Vacaresco est attribué à Van Gogh ou l'Enterrement dans les blés. Sa biographie de la femme de lettres britannique reçoit en 2009 le prix Goncourt de la biographie[5],[7]. À partir de 1994, fait partie du jury du prix Femina[7].

Viviane Forrester se fait connaître au niveau international grâce à ses essais. Elle critique l'ultralibéralisme dans L'Horreur économique. L'ouvrage, paru en 1996, reçoit le prix Médicis essai[8]. Bien que très critiqué par la presse économique, il devient néanmoins un livre à succès, vendu en France à plus de 350 000 exemplaires.

« En jouant les mouches du coche dans un monde d'experts et en rédigeant, sans jargon mais aussi sans nuances, le cahier de doléances des exclus de la croissance, la spécialiste de Virginia Woolf, d'Edith Wharton ou encore de Nathalie Sarraute les vengeait tous de cet ennemi invisible représenté confusément par tous les hommes en gris de la planète[9]. »

L’horreur économique est traduit dans une trentaine de langues[3] et ses ventes au niveau mondial atteignent le million d'exemplaires[10],[11]. Elle publie également Une étrange dictature, ainsi que Le Crime occidental, qui met en perspective le problème israélo-palestinien et l'attitude des démocraties occidentales[3],[6].

Rue de Rivoli, un journal relatant sa vie entre 1966 à 1972, paraît en 2011[4], suivi d’un recueil de nouvelles, Dans la fureur Glaciale.

« Le 19 avril 2013, onze jours avant sa mort survenue le 30, Viviane Forrester me faisait parvenir « le début de ce qui pourrait s’appeler “la promesse du pire” ». Une vingtaine de feuillets, envoi de l’essai que nous avions projeté de publier au Seuil en janvier 2014 pour faire suite à L’Horreur économique, ce livre au succès planétaire qui avait d’abord paru chez Fayard en 1996[12]. »

Avec la même virulence que dans L'horreur économique, elle dresse dans ces quelques pages un constat critique des pratiques financières du XXe siècle qui perdurent en s’accentuant au XXIe :

« On spécule sur du rien mais aussi sur tout : sur l’inflation, le chômage, sur la volatilité des marchés boursiers, sur la volatilité de leur volatilité comme sur le temps qu’il fera[13]. »

Engagements[modifier | modifier le code]

Viviane Forrester fait partie des membres fondateurs du collectif altermondialiste Attac[1],[14].

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ainsi des exilés, roman, Gallimard, Paris, 1970
  • Le Grand Festin, roman, Denoël, Paris, 1971
  • Virginia Woolf, essai, La Quinzaine littéraire, 1973
  • Le Corps entier de Marigda, roman, Denoël, Paris, 1975
  • Vestiges, roman, Seuil, Paris, 1978
  • La Violence du calme, essai, Seuil, Paris, 1980
  • Les Allées cavalières, roman, Belfond, Paris, 1982
  • Van Gogh ou l’Enterrement dans les blés, biographie, Seuil, Paris, 1983
  • Le Jeu des poignards, roman, Gallimard, Paris, 1985
  • L’Œil de la nuit, roman, Grasset, Paris, 1987
  • Mains, essai, Séguier, Paris, 1988
  • Ce soir, après la guerre, récit, Fayard, 1992
  • L'Horreur économique, Fayard, Paris, 1996, 1996, (ISBN 978-2213597195)
  • Une étrange dictature, Fayard, Paris, 2000, (ISBN 978-2744136542)
  • Au Louvre avec Viviane Forrester : Léonard de Vinci, Louvre/Somogy, Paris, 2002
  • Le Crime occidental, Fayard, Paris, 2004
  • Mes passions de toujours (Van Gogh, Proust, Woolf, etc.), Fayard, Paris, 2005
  • Virginia Woolf, Albin Michel, Paris, 2009
  • Rue de Rivoli. Journal (1966-1972), Gallimard, Paris, 2011
  • Dans la fureur glaciale, Gallimard, Paris, 2011
  • La Promesse du pire, Seuil, Paris, 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hélène Combis-Schlumberger, « Disparition de Viviane Forrester », France Culture,‎ 2 mai 2013
  2. François Devinat, « Viviane Forrester, auteur d'essais sur Van Gogh et Virginia Woolf, fait un tabac en dénonçant l'horreur libérale. Jeanne d'Arc et les marchands », Libération,‎ 15 novembre 1996
  3. a, b, c et d Josyane Savigneau, « Viviane Forrester, romancière, essayiste », Le Monde,‎ 2 mai 2013
  4. a et b Monique Verdussen, « Viviane Forrester en ses années décisives », La Libre Belgique,‎ 6 juin 2011
  5. a et b Mohammed Aïssaoui, « Viviane Forrester, femme de lettres et de conviction, s'est éteinte », Le Figaro,‎ 2 mai 2013
  6. a et b « Viviane Forrester : Critique littéraire et romancière française », Evene.fr
  7. a et b Jérôme Béglé, « Viviane Forrester, l'auteur de "L'horreur économique", est morte », Le Point,‎ 2 mai 2013
  8. Pascal Carreau, « La révolte de Viviane Forrester », Regards, no 22,‎ mars 1997 (ISSN 1262-0092, lire en ligne)
  9. Marianne Payot, «Viviane Forrester, révoltée à plus d’un titre», L’Express, 9 mars 2000 | en ligne
  10. Isabelle Fiemeyer, « Ils ont changé les choses », Lire,‎ 1er octobre 2000
  11. Laurence Ville, « Viviane Forrester, rive gauche et droits d'auteur », L'Expansion,‎ 2 mars 2000
  12. Olivier Bétourné, « Avertissement de l’éditeur », La promesse du pire, éditions du Seuil, août 2013
  13. La promesse du pire, éditions du Seuil, août 2013
  14. Patrick Apel-Muller, « Viviane Forrester. Une plume insoumise contre les mots menteurs », L'Humanité,‎ 3 mai 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]