Vital Kamerhe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vital Kamerhe
Portrait de Vital Kamerhe en décembre 2010
Portrait de Vital Kamerhe en décembre 2010
Fonctions
Président de l'Union pour la nation congolaise
En fonction depuis le décembre 2010
Président de l'Assemblée nationale
28 décembre 200625 mars 2009
Président Actuellement Président National de UNC
Groupe politique Union pour la Nation Congolaise
Biographie
Nom de naissance Vital Kamerhe lwa Kanyiginyi Nkingi
Date de naissance 4 mars 1959 (55 ans)
Lieu de naissance Bukavu, Sud Kivu (République démocratique du Congo)
Nationalité Congolais (Congo-Kinshasa)
Parti politique UNC
Diplômé de Faculté des sciences économiques de l’université de Kinshasa
Profession Économiste et Homme politique.

Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi, né le 4 mars 1959 à Bukavu, est un économiste et homme politique de la République démocratique du Congo. Il a notamment été président de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo.

Ancien secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) il devient le directeur de campagne du président Joseph Kabila lors des élections de 2006, avant de tomber en disgrâce en 2009. En décembre 2010, Vital Kamerhe lance son propre parti politique, l'Union pour la nation congolaise (UNC) et se porte candidat à l'élection présidentielle du 28 novembre 2011. Il ne remporte que 7,74 % des suffrages et sa campagne est occultée par le duel entre le président sortant Joseph Kabila et son opposant Étienne Tshisekedi de l'UDPS.

Avant son émergence, Vital Kamerhe a occupé divers postes dans plusieurs cabinets ministériels, dont ceux de Léon Kengo, Mushobekwa Kalimba wa Katana et du général Denis Kalume Numbi. Il fut nommé commissaire général adjoint du gouvernement (AFDL) chargé des relations avec la MONUC. Plus tard il devint titulaire en tant que commissaire général du gouvernement chargé du suivi du processus de paix dans la région des Grands Lacs. Il a occupé ce poste jusqu’à sa nomination comme ministre de la Presse et de l’Information dans le gouvernement de transition en 2003.

Vital Kamerhe est une personnalité marquante et controversée de la période débutant avec la deuxième guerre du Congo, en 1998, et des divers processus de « paix » subséquents ayant établi durablement une guerre de prédation à faible intensité à l'Est du Congo. Le résultat aura été la guerre la plus meurtrière depuis la deuxième guerre mondiale avec plus de 6 millions de victimes[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Vital Kamerhe est le fils de Constantin Kamerhe Kanyginyi et d’Alphonsine Nemberwa Mwankingi. Cette dernière est d’origine shi de Walungu dans la province du Sud-Kivu[2],[3],[4]. Vital Kamerhe est né à Bukavu le 4 mars 1959 dans la province du Kivu.

Le grand-père de Vital Kamerhe, « sieur Kanyginyi » pourrait être issu, comme le suggère l'étymologie de son nom, du clan royal des Banyiginya[5] au Rwanda. Lui et une bonne partie de sa famille sont demeurés au Rwanda, dans les environs du village de Shagasha[6] dans la préfecture de Cyangungu[7], partageant la frontière rwandaise avec le Sud-Kivu (Congo-belge). Constantin, le père de Vital Kamerhe s'est retrouvé au Congo-Belge et y a évolué notamment comme cadre de la Caisse d’épargne du Congo.

Vital Kamerhe est marié à Mamick Boji, une Mushi originaire du village de Ngueshe, secteur de Bulwi dans le territoire de Walungu au Sud-Kivu. Le couple a huit enfants et vit en Afrique du Sud.

Vital Kamerhe est un polyglotte qui maîtrise globalement les quatre langues nationales du Congo à savoir le kikongo, le lingala, le swahili et le tshiluba en plus de certaines langues étrangères[8].

Scolarité[modifier | modifier le code]

Il commence ses études primaires à Bukavu puis à Goma dans la province du Kivu. Il les poursuit au Kasai-Oriental à Gandajika ou il finira son école primaire. De 1973 à1975 il fréquente l'Institut Sadisana (ancien collège Saint-François-Xavier) à Kikwit Sacré-Cœur, dans la province du Bandundu[9]. Il est alors en troisième et quatrième scientifique, option Mathématiques-Physique. L'année suivante, la famille déménage à nouveau à Kananga (province du Kasai-Occidental) pour une année avant de retourner au Kasai-Oriental cette fois-ci à Mbuji-Mayi. Là, il obtient son diplôme d’État (diplôme de fin d'études secondaires) en 1980 à l'Institut Mulemba.

En 1980, il s'inscrit à l'université de Kinshasa. Il obtient un diplôme de licencié en Sciences économiques en 1987 avec mention « distinction ». De 1987 à 1995, Vital Kamerhe est maintenu comme assistant chargé des cours à la faculté des Sciences économiques à l'Université de Kinshasa, sous la supervision du professeur Nyembo.Après 10 ans d’assistanat, l’homme affirme avoir forgé ses premiers pas politiques dans l’Udps en 1984.

Entrée en politique[modifier | modifier le code]

Kamerhe affirme avoir fait ses premiers pas politiques dans l’Union pour la démocratie et le progrès social. Plusieurs sources affirment que l'homme a milité avant dans le FROJEMO (Front des jeunes mobutistes) comme « informateur » (délateur) pendant ses études au campus de Kinshasa. Cette version semble corroborée par Vital Kamerhe lui-même. Lors d'une interview le 10 mai 2014, pour la première fois, il remonte son activisme politique en 1981 alors qu'il était en deuxième graduat mais se défend de l'avoir été sous la bannière du MPR. En 1987, il évoque sa rencontre avec le maréchal Mobutu à la N'sele, rencontre initiée par la SARM (service de renseignements) alors qu'en 1983 il se mêle avec les jeunes partisans de l'UDPS d'Étienne Tshisekedi[10].

Est-il que, dès la fin de ses études, Vital Kamerhe rejoint les sphères mobutistes rapidement: d'abord comme coordonnateur de la Cellule d’études de planification de l’Enseignement supérieur et universitaire de 1988 à 1989, puis comme conseiller économique et financier au Ministère des Mines et Énergie de 1989 à 1990. Le 24 avril 1990 marque la fin de la deuxième République. Malgré cet évènement, Vital Kamerhe réussit à se maintenir parmi le camp au pouvoir.

Le contexte mouvementé de 1991 à 1992 qui amène 4 premiers ministres à se succéder au gouvernement zaïrois permet à Vital Kamerhe d'occuper quelques postes de manière plus ou moins éphémère selon la rapidité de succession des premiers ministres. Durant cette période, d'après les propres dires de Kamerhe[11] il abandonne son postnom (Lwa Kanyiginyi Nkingi) « pour des raisons médiatiques ». Il devient conseiller au ministère des Mines sous le gouvernement de Nguz-a-Karl-Ibond en 1992. Toujours en 1992 il devient conseiller financier au ministère des Postes, Téléphones et Télécommunication, tout en assumant la fonction de directeur des études de la Chambre de commerce franco-zaïroise.

De 1990 à 1995, il assure la fonction de président de la Jeunesse de l'Union Sacrée de l'opposition Radicale et Alliés (JUSORAL)[9]

Pendant cette période, il occupe plusieurs fonctions dans divers cabinets ministériels à un rythme aussi accéléré que lors des successions de gouvernements éphémères de 1991. En 1993 il est directeur du cabinet du ministère de l’Environnement, Tourisme et Conservation de la Nature (Le Zaïre a eu deux gouvernements en 1993 : celui de faustin Birindwa, par l'ordonnance présidentielle du 2 avril 1993, et le gouvernement Tshisekedi remanié par le décret ministériel du 9 avril 1993). En 1994 il devient coordonnateur du Cabinet du Premier ministre Kengo Wa Dondo, dans le septième gouvernement de la transition de Mobutu (ordonnance du 6 juillet 1994). Enfin de 1994 à 1995 il est directeur de cabinet au ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire Mushobekwa Kalimba wa Katana au gouvernement remanié de Kengo wa Dondo[9].

Guerres du Congo et l'émergence de Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi[modifier | modifier le code]

Lorsque la première guerre du Congo, maquillée en rébellion interne, se termine en 1997, Laurent-Désiré Kabila arrive au pouvoir soutenu par son parti, l'Alliance de forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL). Le régime est flanqué d'encombrants alliés rwandais et ougandais portés à bout des bras par les Anglo-saxons[12] et le Royaume de Belgique. En 1997 Vital Kamerhe passe alors de l’opposition à Mobutu à l'adhésion au régime de l'Alliance de forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL).

En 1997, le président Laurent-Désiré Kabila confie au général Denis Kalume Numbi, la tâche de mettre en place le « Service National ». Cette structure paramilitaire rassemble des militaires et des civils, avec pour objectif la production agricole, la formation des jeunes aux métiers et une formation militaire de base. Vital Kamerhe est nommé Directeur administratif et financier dans son cabinet.

Au déclenchement de la deuxième guerre du Congo en août 1998, Vital Kamerhe fait connaissance de Joseph Kabila, lors de la défense de l'aéroport de Kinshasa. Depuis le 2 août, débarquée sur la côte Atlantique, une coalition internationale tutsie (Rwanda, Ouganda, Burundi, Érythrée), sponsorisée par les États-Unis[13] et ses alliés occidentaux, maquillée en « rébellion » du Rassemblement congolais pour la démocratie tentait de capturer l'aéroport international de Kinshasa[14].

Peu après, au cours de la conférence de Victoria Falls au Zimbabwe, Laurent-Désiré Kabila remarque Vital Kamerhe. Il fait partie de la délégation du gouvernement lors des négociations pour l'Accord de cessez-le-feu de Lusaka en juillet 1999 alors qu'il est directeur de cabinet adjoint au ministère de la Reconstruction.

De retour au pays, au moment de la conclusion de l’accord de siège entre la RDC et l’Onu pour la mise sur pied de la Monuc (la Mission de l'Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo) au début de l'année 2000, Vital Kamerhe devient le commissaire général adjoint au Commissariat général du gouvernement chargé des affaires de la MONUC pour les questions politiques, logistiques et Finances (2000-2002). Il est l'adjoint du professeur Ntwaremba Onfre (Bandundu), aux côtés de Vangu Mambweni ma Busana (Bas-Congo).

Une lutte de leadership au sein de l'équipe dessert l'organisation et annihile l’action de cette structure qui avait pour mission de gérer les relations entre le gouvernement et la Monuc[réf. nécessaire].

Laurent-Désiré Kabila est assassiné janvier 2001 et Joseph Kabila, accède à la présidence de la République. Le nouveau président amorce alors des démarches pour lancer des négociations avec les adversaires du Congo sous l'euphémisme de « Dialogue intercongolais ». Vital Kamerhe est nommé commissaire général du Gouvernement chargé du Suivi du Processus de Paix dans la Région des Grands-Lacs. Il occupe ainsi un poste stratégique en ce époque précise pendant que la deuxième guerre du Congo,un conflit régional qui à un certain moment a impliqué jusqu'à sept armées africaines s'enlise dans une guerre à faible intensité, centrée à l'est de la République. Elle n'en sera pas moins meurtrière, au fait elle deviendra la plus meurtrière depuis la deuxième guerre mondiale, le nombre de victimes dépassant les six millions[1].

Au terme du Dialogue intercongolais, Vital Kamerhe demande un nouveau poste. Il est nommé ministre de la Presse et de l'Information de la Transition de 2003 à 2004, ce qui est bien en deçà de ses ambitions[15].

Présidence de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Plusieurs centaines de personnes, membres du gouvernement congolais de Joseph Kabila ou soutenant ses options politiques, ont fondé le 31 mars 2002 à Kinshasa le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD). Le premier juillet 2004 le Secrétariat Général du PPRD est confié à Vital Kamerhe avec comme objectif de lancer la campagne de Kabila pour les élections de 2006. Le vendredi 10 mars 2006, le lendemain de la promulgation de la loi électorale, Vital Kamerhe présente au public un livre, « Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila », dans lequel il fait l'apologie de Kabila.

Devant le peu de succès que récolte la campagne en faveur de Joseph Kabila dans toute la moitié ouest du pays, Vital Kamerhe mise sur son arrière-pays, au Kivu et la partie swahiliphone de la RDC. Faisant d'une pierre deux coups, il y installe également sa propre base comme candidat député dans cette partie du pays très affectée par les guerres et invasions rwandaises.

À l'issue des élections, Vital Kamerhe est élu député de la circonscription de Bukavu au Sud-Kivu avec une écrasante majorité[réf. nécessaire].

En décembre 2006, il est élu président de l’Assemblée nationale du Congo-Kinshasa[16],[11]. Le 11 mai 2007, Léon Kengo Wa Dondo (né Léon Lubicz) se présente comme candidat indépendant au poste du président du sénat. Il bat, contre toute attente Léonard She Okitundu, candidat de l'AMP, la coalition majoritaire au pouvoir.

Après cette manœuvre, seul le gouvernement cédé à Antoine Gizenga du Parti lumumbiste unifié (Palu) lors de la formation de la coalition dirigeante échappe au clan d'ascendance rwandaise. Par contre ce gouvernement officiel est fortement affaibli par la mise en place, autour de la présidence, d'un gouvernement « parallèle »[17], avec des ministres ayant un pouvoir décisionnel plus élevé que ceux du Gouvernement officiel.

Une opération armée conjointe rwando-congolaise au Nord-Kivu contre les FDLR (Front de Libération du Rwanda) était prévue entre le 20 janvier et le 27 février 2009. Cette opération secrète du nom de code Umoja Wetu (en) (notre unité) était négociée par le président Congolais Joseph Kabila et son homologue rwandais, Paul Kagame tous deux étant issus de l'armée patriotique Rwandaise, le groupe rebelle tutsi qui envahit le Rwanda de 1990 à 1994[18] à partir de l'Ouganda (phénomène des militaires sans frontières).

Vital Kamerhe déclara publiquement son opposition et critiqua le fait qu’une entrée au Congo de l’ex-armée ennemie n’ait pas été discutée au Parlement. Le président Kabila a souligné qu'il en avait néanmoins averti Kamerhe et considérait cette sortie publique comme déloyale et très délicate politiquement. Sous l'instigation de l'entourage de Joseph Kabila, le 24 février 2009, le vice-président de l'Assemblée nationale Christophe Lutundula et la questeur adjointe Brigitte Kalama présentent leur démission au bureau du secrétariat de l'Assemblée nationale. Acculé, Vital Kamerhe démissionne le 26 mars 2009[19],[17].

Controverses[modifier | modifier le code]

Identité et nationalité[modifier | modifier le code]

La question de la nationalité congolaise de Vital Kamerhe revient avec insistance[20].

  • Il affirme détenir un diplôme qui reprend son prénom Vital, obtenu à l'époque de la zairianisation pendant laquelle seuls les étrangers pouvaient s'inscrire à l'université avec un prénom d'origine européenne[11].
  • D'aucuns affirment que la nationalité « rwandaise » est bien inscrite sur son diplôme, ce qui justifierait ainsi la présence de son prénom sur ce document. Elle lui aurait donné en plus droit à une bourse de la CEPGL (communauté économique des Pays des Grands Lacs), décernée par le gouvernement zaïrois de l'époque aux ressortissants du Rwanda et du Burundi.
  • De nombreuses personnes indépendantes l'ayant côtoyé pendant sa scolarité affirment l'avoir connu porteur du postnom "Rwakanyasigize", un nom qui n'a rien de la tribu shi dont l'homme se réclame aujourd'hui, ce qui serait par ailleurs conforme au système patrilinéaire adopté par les communautés de la contrée.

Kamerhe a essuyé maintes questions lourdes d'insinuations. Il y a répondu sans toujours persuader[21].

WikiLeaks:Sa réputation de leader modernisateur, démocrate et honnête ne correspond peut-être pas tout à fait à la réalité[modifier | modifier le code]

Un câble diplomatique de William Garvelink (en), - ancien ambassadeur des États-Unis à Kinshasa - décrit à sa hiérarchie la lutte de pouvoir qui a eu lieu entre le président Joseph Kabila Kabange et Vital Kamerhe[22]. Dans ce câble secret daté du 2 mars 2009 et révélé par Wikileaks, le diplomate américain livre un portrait nuancé de Vital Kamerhe : « Sa réputation de leader modernisateur, démocrate et honnête ne correspond peut-être pas tout à fait à la réalité... Ses détracteurs l’ont même accusé (accusations que nous ne pouvons corroborer), d'attiser - pour des fins politiques - la flamme du conflit dans les provinces du Nord et Sud-Kivu(…) dans le but d’ affaiblir Kabila. Selon une source, il aurait même acheminé de l'argent au général renégat Laurent [Nkundabatware] dans son effort de déstabilisation de Kabila[23]. Que ces allégations soient vraies ou non[24], tous les diplomates occidentaux avec qui nous avons parlé s'accordent sur le constat que Kamerhe recourt fréquemment au mensonge pour s'assurer un gain politique.[...] Nos informateurs nous rapportent que son ambition aveugle de devenir un jour président a compromis son jugement... Il est soupçonné d'avoir bloqué des enquêtes sur les allégations de détournement de sommes considérables lors de sa présidence à l'Assemblée nationale »[22].

Les élections de 2011 sous le label de l'Union pour la nation congolaise (UNC)[modifier | modifier le code]

Concert pour la candidature de Vital Kamerhe aux présidentielles, novembre 2011

Le 18 avril 2009, Evariste Boshab succède à Vital Kamerhe à la présidence de l'Assemblée nationale. Le 14 décembre 2010, Vital Kamerhe démissionne du PPRD et de l'Assemblée nationale et présente au public son nouveau parti : l’Union pour la nation congolaise (UNC)[25].

Deux jours plus tard il retourne vers sa base électorale au Kivu. En se posant en « opposant », l'ancien directeur de campagne du président Kabila espérait débaucher un bon pourcentage de ses électeurs de 2006. Pour l'occasion, Vital Kamerhe déclare : « Je suis venu dire à la population de Goma que j’ai menti en 2006 »[26]. En dehors de son fief, une bonne partie de l'opinion publique et de l'opposition politique congolaise en général continuent de le percevoir comme un « faire-valoir » pour le président Kabila, en attendant son tour en 2016.

Visiblement réfractaire à l'ouverture de l'espace économique du Congo à la Chine, Kamerhe préconise une nouvelle formule du commerce triangulaire sur l'Atlantique.

Le 5 avril 2011, Vital Kamerhe publie ses réflexions aux éditions Larcier[27]. Dans un message destiné à l'Occident, l'économiste plaide que la RDC a un rôle stratégique à jouer.

À l'issue du congrès de son parti tenu à Kinshasa il est investi comme candidat à l'élection la présidentielle de 28 novembre 2011. En outre 447 candidats de l'UNC briguent les 500 sièges au parlement pour les élections législatives[28]. Le nouveau mode de scrutin pour la présidentielle ne comportant cependant qu'un seul tour, Vital Kamerhe prône l'union de l'opposition contre Joseph Kabila, sans pour autant annoncer son désistement. Le président de l'UDPS, Étienne Tshisekedi, refuse aussi de céder sa place[29].

La campagne électorale de 2011 est entièrement dominé par le duo Joseph Kabila, le président sortant d'un côté, et Étienne Tshisekedi de l'autre côté, occultant les autres candidats. Malgré cela, ni le mobutiste Léon Kengo, président du Sénat, ni Vital Kamerhe n'ont souhaité se ranger sous la bannière de Tshisekedi.

À l'issue du scrutin, Vital Kamerhe récolte 7,74 % des suffrages exprimées dans l'ensemble du pays. Il se joint à Tsishikedi pour contester la validité des résultats des élections pour le premier et, la validité du processus électoral pour le second plongeant le pays dans une dangereuse spirale post-électorale[30]. La grande majorité de son électorat reste concentrée au Sud Kivu (42 %), et dans une moindre mesure au Nord-Kivu voisin (23 %). En outre, le parti réussit à faire élire 16 députés[31].

Crise post-électorale[modifier | modifier le code]

À l’annonce des résultats provisoires des élections présidentielles le 10 décembre 2011, dans une déclaration à l'AFP[32], Étienne Tshisekedi rejète les résultats de la Céni[33], et s'auto-proclame "président élu de la République démocratique du Congo". Vital Kamerhe rejète également "catégoriquement" ces résultats et reconnait la victoire de Tshisekedi.

Tirant les conséquences de son auto-proclamation comme nouveau président élu de la RDC, le candidat Étienne Tshisekedi refuse de recourir à la Cour suprême de justice pour contester le travail effectué par la CENI et ne modifie en rien son attitude de méfiance envers Vital Kamerhe. Encouragé par ce qui restait de l’opposition congolaise, le candidat Vital Kamerhe se résout à combler le vide en introduisant plutôt une requête en annulation des élections en bonne et due forme auprès de la cour suprême de Justice[34] le lundi 12 décembre, en son nom personnel.

La céni reconnaitra des irrégularités mais soutiendra du même souffle que les résultats n’en sont pas pour autant invalidés[35] La CSJ jugera la requête recevable mais non fondée[36] avant de procéder à la proclamation des résultats définitifs donnant Joseph Kabila vainqueur[37] .

Les candidats malheureux aux élections tenteront d'orienter la sortie de crise vers la formation d'un nième gouvernement de transition inclusif (le fameux partage du gâteau). Ainsi, lors des consultations pour la formation du nouveau gouvernement en mars 2012, Vital Kamerhe prônant désormais le dialogue ira rencontrer l’informateur Charles Mwando[38].

La "rébellion" du M23: l'agression du pays par la coalition rwando-ougandaise en rajoute à la crise interne[modifier | modifier le code]

Pour parfaire le décor, début avril 2012 les militaires tutsis du CNDP intégrés à l’armée congolaise par les précédents accords intervenus le 23 mars 2009 reprennent du service en la forme d’une nouvelle « rébellion » au nom du « Mouvement du 23 mars » (date de la signature de l’accord). Un scénario déjà vu en 1998 et les mêmes acteurs: les émissaires occidentaux (sous le pseudonyme de la Communauté Internationale) poussent le président Kabila en mal de légitimité, à arrêter le général rwandais Bosco Ntaganda intégré dans l'armée congolaise par les dits accords. Un mandat d'arrêt de la cour pénale internationale pour crime de guerre pesait sur lui depuis 2006. Quelques centaines de soldats tutsi fidèles au général Ntaganda se mutinent sous ses ordres. Lorsqu'ils sont acculés par l'armée congolaise dans un réduit à un jet de pierre de la frontière Rwandaise, ce pays et l'Ouganda craignant la perte du contrôle de riches mines du Kivu, interviennent aux côtés des "mutins".

C'est dans ces circonstances qu'après moult tractations, un gouvernement de technocrates avec à sa tête le Premier ministre Augustin Matata Ponyo est investit le 9 mai 2012. Les Bureaux de l’Assemblée nationale et du Sénat devaient fixer la désignation du porte-parole de l'opposition dans le mois en application des dispositions légales[39].

Monsieur Vital Kamerhe se lance à la conquête de ce nouveau poste, possédant en plus une opportune fenêtre qui a fait son fonds de commerce politique depuis la chute de Mobutu: « la reprise du conflit à l'Est » qui ankylose quelque peu le pouvoir en place[40]. Malgré le mutisme et le cordon "sécuritaire" autour du président auto-proclamé Tshisekedi (UDPS) et l'emprisonnement de Jean Pierre Mbemba (MLC) à la Cour Pénale Internationale, le leader de l'UNC ne réussit pas à créer l'adhésion autour de sa personne comme porte-parole de l'opposition politique congolaise. Certaines de ses positions en rapport avec la "guerre de l'Est" et la multiplication de ses démarches ont pour effet de diviser un peu plus cette opposition et l'éloigner de lui.

« Aucune opération militaire n’a porté des solutions escomptées sur le territoire congolais »[modifier | modifier le code]

C’est la substance[41] du message de Vital Kamerhe, président de l’Union pour la nation congolaise (UNC). Dans une déclaration à la presse vendredi 5 octobre 2012 à Kinshasa, l’ancien président de l’Assemblée nationale recommande des solutions pacifiques et invite le président de la République à favoriser le « dialogue » national inclusif[42] de tous les Congolais autour des guerres à répétitions dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Pourtant, depuis juin, le rapport préliminaire des experts de l'ONU sur le respect de l'embargo d'armes vers les groupes armés opérant au Congo montrait que la chaine de commandement des M23 remontait jusqu'à l'entourage immédiat du président Rwandais Paul Kagamé du Rwanda que l'ambassadrice des États-Unis aux Nations Unis, Mme Susan Rice(parti démocrate) s'évertuait à soustraire de la réprobation générale contre tout bon sens[43],[44].

En septembre 2012, le leader de l'UNC est parmi les invités étrangers à la convention démocrate pour l'investiture de Barack Obama comme candidat démocrate aux élections présidentielles américaines, convention qui s'est tenue à Charlotte (Caroline du Nord) du 3 au 6 septembre. Pendant son séjour, l'homme politique de l'opposition congolaise a pu échanger avec de nombreux leaders internationaux sur son plan de sortie de crise pour l'Est de la RDC. Parmi ses interlocuteurs, l'ancienne secrétaire d'État Américaine madame Madeleine Albright (Marie Jana Korbel) de l'administration Clinton, mentor de Susan Rice sa sous-secrétaire d'État. Pour mémoire, le duo a joué un rôle préjudiciable lors des événements déclencheurs[45] de la deuxième guerre du Congo début août 1998. La petite histoire veut justement que la première rencontre entre Vital Kamerhe et le jeune Joseph Kabila se soit produite lors de la défense de l'aéroport de N'djili durant ces événements.

De Charlotte, monsieur Vital Kamerhe annonce le dévoilement prochain de "son plan" de sortie de crise[46]. Le plan laisse le peuple congolais perplexe et passe mal aux yeux de l'opinion publique congolaise dès lors que les "rebelles" voulaient pousser l'affront jusqu'à s'emparer de Goma, la capitale régionale de la zone occupée. Lassé par les pseudo-rébellions[47] le peuple se tourne vers le président Joseph Kabila et son gouvernement pour non seulement leur forcer la main à dénoncer clairement le militarisme des régimes rwando-ougandais[48] , mais en plus prône, pour une première fois, la solution militaire malgré la mauvaise posture.

Le 19 novembre 2012, les "rebelles" appuyés directement par l'armée rwandaise, selon les experts de l'ONU[49], s'emparent de la ville de Goma malgré la présence des forces onusiennes de la Monusco. Les militaires congolais dont la majorité est issue des différentes rébellions[50] et intégrations des infiltrés de l'armée Rwandaise abandonnent la ville avant même l'arrivée des "rebelles", qui étaient leurs collègues quelques mois plus tôt!

Les événements semblent donner raison au leader de l'UNC.

« On veut nous faire croire qu’on va mettre des verrous qui vont éviter à la ville de tomber ? Il faut, entre deux maux, choisir le moindre », a ajouté Vital Kamerhe[24], le patron de l'UNC avant de joindre sa voix à celles de ceux qui[51], comme les rebelles[52], exigent des négociations directes d'égal à égal entre le gouvernement congolais et cette force négative portée à bout des bras par des parrains étrangers[53],[54].

2013: Changement du décor, d'acteurs et de paradigme avec le retour des africains sur le théâtre congolais[modifier | modifier le code]

En laissant les supplétifs de l'armée Rwandaise opérant sous le label du M23 conquérir la ville de Goma, la complaisance de la "communauté internationale" choquera plus d'un et marquera un tournant dans le regard que l'opinion portait sur les acteurs et le "processus de paix" dans la région des Grands Lacs.

Alors que le gouvernement Congolais est "trainé" dans les négociations directs avec les "rebelles" à Kampala comme le préconisait monsieur Vital Kamerhe[24], ses alliés militaires au sein de la SADC menacent de plus en plus ouvertement d'intervenir[55] pour mettre un terme aux aventures guerrières du Rwanda et de l'Ouganda à l'est de la RDC devenu leur terrain de jeu depuis leur mise en déroute à l'ouest du pays en août 1998. Le spectre d'une nouvelle "guerre mondiale africaine" crée la panique et indispose plus d'un, surtout les parrains anglo-saxons[56]. Alors que l'économie de guerre et de conquêtes fait partie de paradigme occidental, les initiatives contre les minerais du sang (Dodd-Frank Wallstreet reform and consumer protection act aux États-Unis) secouait l'establishment qui rendait l'holocauste[57] de l'est congolais rentable économiquement. Après quelques tergiversations, l'ONU est contraint d'organiser le 24 février 2013 à Addis-Abeba un sommet au cours duquel 11 pays africains souscrivent à un accord-cadre dans l'objectif de pacifier est de la République démocratique du Congo (RDC)[58]. Les signataires s’engagent « à ne pas tolérer ni porter assistance ou soutien à aucune forme de groupes armés » en RDC.


L'ONU accepte la création au sein de sa force de "maintien de paix" (la Monusco) une brigade offensive des militaires issus des pays de la SADC avec sa propre structure de commandement[59]. On parle au début de la création d’une brigade offensive "neutre"[60] à déployer le long de la frontière entre le Rwanda et la RDC pour combattre les groupes armés. Une première dans l'histoire de l'ONU.

Le 18 mars 2013, le Secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki Moon annonce la nomination de Mary Robinson, de l'Irlande, comme Envoyée spéciale pour la région des Grands Lacs en Afrique avec pour mission de jouer un rôle clef dans l'appui à la mise en œuvre, par ses signataires, de l'Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération en République démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs d'Afrique[61].

Les chose se précipite ensuite. Le vendredi 17 mai c'est au tour du lieutenant général Carlos Alberto Dos Santos Cruz du Brésil d'être nommé commandant des forces de la Monusco en succession au général indien Chander Prakash qui a achevé son mandat le 31 mars 2013. Le 11 juin 2013, M. Martin Kobler de l'Allemagne devient Chef de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO). Il remplacera en date du 13 août 2013[62] l’Américain Roger A. Meece, en poste de fin juillet 2010 au 30 juin 2013. Dans la foulée, le mardi 18 juin, c'est au tour des États-Unis de remplacer Barrie Walkey par Russ Feingold comme nouvel émissaire des États-Unis pour la région de Grands lacs[63].

Aux efforts de changement de paradigme sur l'économie de prédation au niveau de Wall Street, les compagnies se blanchissent et ce sont les acteurs brutaux de leurs chaines d'approvisionnement (Les régimes Tutsis des Grands-Lacs et les pseudo-rebelles Congolais) qui portent le blâme devant l'opinion publique mondiale. Dans le nouveau contexte que sieur Kamerhe semble avoir du mal à appréhender - contrairement au régime de Kabila anormalement perspicace - son plan de sortie de crise, un clone des précédents est plombé par son anachronisme.

L'accord d’Addis-Abeba demande également au gouvernement congolais d'entreprendre des réformes internes, à promouvoir les objectifs de la réconciliation, de tolérance et de démocratisation du pays. M. Vital Kamerhe et certains membres de l'opposition politique congolaise se faisant les alliés objectifs[64] des pseudo rebelles de M23, y lisent une crise de légitimité du pouvoir issu les élections controversées du 28 novembre 2011[65] , tout en se disant non concernés par les négociations de Kampala. Pour M. Kamerhe, cet accord-cadre ouvre implicitement la voie à un dialogue national qui selon lui, devrait être inclusif et piloté par un médiateur international neutre[66].

L'effondrement des rebelles du M23 laissant derrière eux le drapeau de l'UNC flottant à Kibumba[modifier | modifier le code]

Avant d'y être contraint par la force à la négociation, le porte-parole du gouvernement congolais - M. Lambert Mende- parlait du Mouvement du 23 Mars comme des «forces fictives mises en place par le Rwanda pour dissimuler ses activités criminelles en RDC». Et d'ajouter: «Nous préférons négocier avec le Rwanda, l'agresseur réel, au sein de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs»[67].

Nous sommes le lundi 28 octobre 2013. L'armée congolaise, épaulée par les militaires issus des pays de la SADC formant la brigade offensive de la Monusco, inflige depuis vendredi revers sur revers aux combattants du M23 après deux mois de trève et quatre jours après la suspension des pourparlers de paix entre les deux camps qui se déroulent à Kampala[68].

"Les rebelles du M23, présents dans l'est de la République démocratique du Congo, sont quasiment finis en tant que force militaire...Presque toutes les positions du M23 ont été abandonnées hier...Cela marque quasiment la fin militaire du M23". Telle est la substance du message du chef de la mission des Nations unies au Congo (Monusco), Martin Kobler au Conseil de sécurité de l'ONU par vidéo-conférence".

Vital Kamerhe, l'ancien commissaire général du gouvernement chargé du suivi du processus de paix dans la région des Grands Lacs, n'a donné aucune chance à une mission offensive pour mettre un terme à l'holocauste. Il n'est pas le seul surpris par la tournure des événements. Dans cet environnement troublant des Grands-Lacs africains, ou "pyromanes criminels" et "pompiers sauveurs" ne sont parfois que des rôles joués par les mêmes acteurs au fils des 25 dernières années, les appels se multiplient pour épargner la force pourtant jugée "négative" des M23 d'une fin aussi humiliante que subite[69],[70]. Le 5 novembre 2013,le gouvernement de la RDC annonce à l'aube avoir emporté une victoire militaire "totale" sur le M23 après la chute des deux dernières collines que tenait la rébellion dans les montagnes de la province du Nord-Kivu. Le même jour, le M23 annonce "mettre un terme à sa rébellion".

Lors de la libération de Kibumba, alors qu'aucun autre symbole de la république était visible pendant le règne des terroristes du M23, deux drapeaux de l'UNC le parti cher à Vital Kamerhe, - comme pour accueillir les soldats victorieux des FARDC - flottaient dans les airs[23], laissés par les maitres du lieu lors de leur fuite précipitée vers le Rwanda.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)« Counting deaths to save lives », sur Rescue.org
  2. Le Phare, 2007
  3. Christian Science Monitor, 13 décembre 2010
  4. Soudan, Jeune Afrique, 2007
  5. http://books.google.com/books?id=zxBW0hMd9kEC&pg=PA123
  6. « Toute la vérité sur Vital Kamerhe (video stream 09:01) »,‎ le 29 mars 2014
  7. [PDF] Journal le SOFT n° 768 page 4, daté du 26 Mars 2002, paru dans une édition spéciale
  8. « Invité de l’Entretien de FRANCE 24, Vital Kamerhe »,‎ le 20 novembre 2008
  9. a, b et c />, un conglomérat fortement noyauté par Mobutu[réf. nécessaire]. Le JUSORAL se présente comme le front anti-Mobutu derrière Étienne Tshisekedi de l'UDPS, bien que Vital Kamerhe évolue sous l'aile « modérée » de Léon Kengo wa Dondo, un personnage clef du régime mobutiste mué pour la circonstance en « opposant » au régime.
  10. « Pourquoi Vital Kamerhe, le président de l'UNC fait-il peur? (video stream 08:01) »,‎ le 10 mai 2014
  11. a, b et c « CSIS : Congo Event »,‎ le 2 février 2011 Vital Kamerhe confirme son nom Vital Kamerhe Lwa Kkanyiginyi Nkingi utilisé à l’université, au CSIS, [00:57:20 à 01:00:57]
  12. US-Backed Destabilization of Central Africa
  13. « U.N. Mapping Report: US Must Come Clean »
  14. « Ne négocions pas dans la peur, mais n’ayons pas peur de négocier » (consulté le 29 septembre 2012)
  15. « Déballage de Vital Kamerhe par Kikaya Bin Karubi »,‎ 10 février 2011
  16. « Vital Kamhere, président de l’Assemblée nationale », sur Radio Okapi,‎ 29 décembre 2006
  17. a et b « Vital Kamerhe démissionne de l'assemblée nationale du pprd et crée l'UNC parti d'opposition », sur Radio Okapi (consulté le 6 mars 2011)
  18. Cartes sur table les quatre vérités du général james Kabarebe
  19. « Démission du président de l’Assemblée nationale », sur RFI,‎ 26 mars 2009 (consulté le 27 août 2012)
  20. « Les origines rwandaises de Vital KAMERHE »
  21. (fr) [vidéo] Réponses sur la nationalité sur YouTube
  22. a et b Câble du diplomate américain
  23. a et b « Kibumba centre. On y voit, de loin, deux drapeaux de l'UNC », sur [1],‎ 28 octobre 2013
  24. a, b et c « RDC : Vital Kamerhe appelle le gouvernement à négocier avec les mutins », sur radiookapi.net,‎ 19 novembre 2012
  25. « Vital Kamerhe démissionne de l'Assemblée nationale, du PPRD et crée l'UNC, parti d'opposition », sur www.congoplanete.com
  26. « Je suis venu dire à la population de Goma que j’ai menti en 2006 », sur Radio Okapi
  27. « Les Fondements de la Politique transatlantique de la république démocratique du Congo »
  28. « Partis politiques ayant présentés le plus de candidats à la députation nationale », sur Commission électorale nationale indépendante
  29. « RDC : Vital Kamerhe pour un candidat commun de l’opposition à l’élection présidentielle », Afrique, sur RFI,‎ 9 août 2011 (consulté le 27 août 2012)
  30. « RDC - Présidentielle : le casse-tête Kabila, ou la peur du chaos », sur Jeune Afrique,‎ 30 décembre 2011 (consulté le 27 août 2012)
  31. « Le camp de Kabila obtient la majorité absolue aux législatives selon des résultats provisoires », sur Jeune Afrique,‎ 2 février 2012 (consulté le 27 août 2012)
  32. « RDC: Joseph Kabila déclaré élu, Tshisekedi se proclame président », sur Le Point.fr,‎ 10 décembre 2011
  33. « Commission Electorale Nationale Indépendante », sur Céni.gouv.cd,‎ décembre 2011
  34. « Contestion électorale, la requête de l'Opposition », sur Direct.cd,‎ 15 décembre 2011
  35. « RDC: la CENI répond aux accusations », sur BBC Afrique,‎ 13 décembre 2011
  36. « Requête de Vital Kamerhe », sur Radio Okapi,‎ 16 décembre 2011
  37. « L’Afrique plébiscite Kabila, en dépit des critiques des observateurs », sur Le Soir,‎ 16 décembre 2011
  38. « Kamerhe chez l'informateur Charles Mwando », sur RD Congo Info,‎ 24 mars 2012
  39. « RDC : Vital KAMERHE porte-parole de l’opposition à l’Assemblée nationale ? », sur www.Kongotimes.com,‎ 28 juin 2012
  40. « RDC : Kamerhe à la conquête de l'opposition », sur AfriqueArabia,‎ 28 juin 2012
  41. « Guerre dans l’Est : Vital Kamerhe rejette l’option militaire », sur Radio Okapi,‎ 05 octobre 2012
  42. « Guerre dans l’Est : Vital Kamerhe rejette l’option militaire/ », sur Congo Indépendant,‎ 05 octobre 2012
  43. « Susan Rice provoque la zizanie entre Paris et Washington », sur LePoint.fr,‎ 13 décembre 2012
  44. « Susan Rice dénoncée par la presse américaine comme principal soutien de Paul Kagame ! », sur www.DigitalCongo.net,‎ 13 décembre 2012
  45. « Madeleine Korbel Albright: A Legacy of Death, Deracination and Deceit », sur [2],‎ 2012
  46. « Interview exclusive de Vital Kamerhe, invité à la Convention du parti démocrate à Charlotte », sur [3],‎ 05 septembre 2012
  47. « La nouvelle guerre d’agression contre la RDC sera-t-elle mise en échec ? », sur michelcollon.info,‎ 12 juillet 2012
  48. « RDC : pas de négociation avec les rebelles du M23 (gouvernement) », sur [4],‎ 19 novembre 2012
  49. « Le M23 a été soutenu jusqu'au bout par le Rwanda, affirment des experts de l'ONU », sur [5],‎ 07 janvier 2014
  50. « RDC: le président Kabila suspend le général major Amisi, chef des forces terrestres », sur [6],‎ 23 novembre 2012
  51. « Après la chute de Goma, le Rwanda appelle à un dialogue politique en RDC », sur radiookapi.net,‎ 20 novembre 2012
  52. « Le M23 exige un dialogue avec le président de la RDC, Joseph Kabila, avant tout retrait », sur la-croix.com,‎ 21 novembre 2012
  53. « SUSAN RICE and the M23 crisis », sur [7],‎ 24 novembre 2012
  54. « RDC.LES USA IMPOSENT LA PAIX CONTRE DES ÉLECTIONS EN 2016 », sur [8],‎ 31 octobre 2013
  55. « RDC: La SADC demande une couverture des Nations Unies pour intervenir à l’Est de la RDC », sur [9],‎ 10 février 2013
  56. « RDC : Obama met en garde le Rwanda, la Monusco en alerte au Nord-Kivu », sur [10],‎ 19.12.2012
  57. « Congo: A Death Toll Rivaling The Holocaust », sur [11],‎ 11.02.2010
  58. « RDC: Une clause de l'accord-cadre signé par onze pays africains divise la classe politique congolaise (SYNTHESE) », sur [12],‎ 28.02.2013
  59. « RD Congo: la SADC envoie 4000 hommes combattre les rebelles du M23 », sur [13],‎ 10.02.2013
  60. « RD Congo : la SADC décide de l'envoi de la « Force neutre internationale » », sur [14],‎ 08.02.2013
  61. « L'ancienne Présidente de l'Irlande, Mary Robinson, nommée Envoyée spéciale de l'ONU pour la région des Grands Lacs », sur [15],‎ 13 mars 2013
  62. « Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en RDC et Chef de la MONUSCO », sur [16],‎ août 2013
  63. « Russ Feingold, nouvel émissaire des Etats-Unis pour la région de Grands lacs », sur [radiookapi.net],‎ 19 juin 2013
  64. « Pourparlers de Kampala : le M23 veut imposer sa loi à Kinshasa », sur [17],‎ 13/12/2012
  65. « CRISE AU KIVU », sur [www.jeuneafrique.com],‎ 25/02/2013
  66. « RDC : L'opposition appelle à un dialogue national à Kinshasa avec un médiateur international », sur [www.afriquinfos.com],‎ 12 janvier 2013
  67. « Kinshasa refuse de négocier avec le «fictif» M23 », sur [www.lapresse.ca],‎ 19 novembre 2012
  68. « RDC: les rebelles du M23 anéantis ? », sur [18],‎ 28 octobre 2013
  69. « RDC: "inquiète", l'ONU presse pour un accord rapide avec le M23 », sur [19],‎ 23 octobre 2013
  70. « RDC: Russell Feingold: «Un effort militaire plus poussé en RDC risque de mettre en péril les pourparlers de Kampala» », sur [20],‎ 29 octobre 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]