Visuddhimagga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Visuddhimagga (La Voie de la pureté) est le plus reconnu des commentaires theravadin du canon bouddhique pâli. Il fut rédigé par Buddhaghosa en 430 apr. J.-C., en magadhi.

Introduction[modifier | modifier le code]

Dans son discours, le Rathavinitasutta, Gautama Bouddha expose la parabole des Sept relais. De même qu'un homme doit emprunter plusieurs chariots, prenant des correspondances, afin de parvenir au point qu'il souhaite, de même celui qui pratique le bouddhisme, s'il veut atteindre le Nibbana, doit passer par sept points. Toujours selon ce discours, la pureté de la discipline permet la pureté de la concentration, qui permet la pureté de la vue, etc.

Cet enseignement de sept puretés fut d'abord repris par le commentateur Upatissa. Buddhaghosa s'en inspira et le Visuddhimagga présente ces sept puretés.

Contenu du livre[modifier | modifier le code]

Le livre comporte quatre parties, traitant respectivement des sujets suivants :

  • la discipline, l'éthique (sila),
  • la concentration méditative (samadhi),
  • le terrain de la sagacité ou de la sagesse,
  • la sagacité ou sagesse (prajña).

Discipline[modifier | modifier le code]

La discipline, l'éthique, est la première partie de l'entraînement bouddhique, qui permet de cultiver la première pureté.

  • La première partie détaille la discipline : différents préceptes, différentes règles que le moine doit s'efforcer de respecter ;
  • Elle expose aussi des austérités, qui ne sont pas des mortifications (que le bouddhisme refuse) mais des exercices supplémentaires (voir Dhutanga).

Concentration[modifier | modifier le code]

C'est la deuxième partie de l'entraînement bouddhique : Samatha bhavana, qui permet de cultiver la deuxième pureté.

  • Il s'agit d'abord de décrire pour le moine comment procéder pour trouver un monastère, une place où pratiquer, un maître, et autres instructions pratiques ;
  • Cette partie décrit ensuite les différents stades de la concentration méditative : l'atteinte de la concentration de proximité, puis du jhana, en utilisant comme objet la globalité de la terre.
  • Cette partie décrit quarante objets de pratique permettant de se concentrer - voir Samatha bhavana.
  • Elle décrit enfin quels pouvoirs magiques le moine pourra développer.

Terrain de la sagacité[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la partie théorique, qui expose les "bases de la sagacité", de la sagesse :

Sagacité[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la troisième et dernière partie de l'entraînement bouddhique, qui correspond à vipassana bhavana. Elle permet de cultiver cinq puretés :

  • pureté de la vue ;
  • pureté dans l'élimination des doutes ;
  • connaissance du chemin et du non chemin ;
  • connaissance et vision du parcours ;
  • connaissance et vision.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Pali Text Society, édition en pâli, 1921
  • Sayâ U Pe Maung Tin, The Path of Purity, Pali Text Society, Londres, 1931(en)
  • The Path of Purity, traduction d’ Henry Clarke Warren, révisée par Dharmananda Kosambi, 1950.(en)
  • Bhikku Nyanamoli, The Path of Purification, Seattle Pariyatti Publishing (Buddhist Publication Society), 1956 (en)
  • Le chemin de la pureté, trad. Christian Maës, Fayard 2002

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]