Vison d'Amérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Neovison vison

Description de cette image, également commentée ci-après

Vison d'Amérique sauvage à Delta (Colombie-Britannique)

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Super-ordre Eutheria
Ordre Carnivora
Sous-ordre Caniformia
Famille Mustelidae
Sous-famille Mustelinae
Genre Neovison

Nom binominal

Neovison vison
(Schreber, 1777)

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après

Répartition du vison d'Amérique (Neovison vison)

     /    Régions d'origine

     /    Régions d'introduction

Synonymes

  • Mustela vison Schreber, 1777

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Vison d'Amérique (Neovison vison) est une espèce de mammifères carnivores de la famille des Mustélidés, originaire d'Amérique du Nord. Anciennement classé dans le genre Mustela, ce vison est le seul représentant actuel du genre Neovison depuis l'extinction vers 1870 du Vison de mer (Neovison macrodon).

Animal commun en Amérique du Nord, il a été chassé sur son territoire pour sa fourrure, puis élevé intensivement en Europe et en Russie, notamment pendant le XXe siècle. Des spécimens importés à cet usage se sont échappés et ont formé par la suite des populations dans le reste de l'hémisphère nord. Sa présence en Europe est indésirable car il y concurrence une autre espèce de Mustélidés déjà gravement menacée, le Vison d'Europe (Mustela lutreola).

Dénominations[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie[modifier | modifier le code]

Le vison a la morphologie caractéristique des mustélidés : corps allongé, dos courbe, pattes courtes avec cinq doigts pourvus de griffes non rétractiles, ainsi qu’une longue queue. Les pattes sont semi-palmées. Il est équipé, comme les autres mustélidés, de glandes anales dont il sécrète une substance malodorante en cas de danger.

Le Vison d’Amérique montre un dimorphisme sexuel, surtout concernant le poids et la taille. Dans la nature, les mâles atteignent de 900 g à 2 kg, pour une longueur comprise entre 58 et 70 cm queue comprise. Une femelle pèse de 600 g à 1,2 kg, pour 40 à 65 cm de long. Les individus d’élevages peuvent être bien plus gros : certains mâles mesurent jusqu’à 90 cm de long pour un poids de 4 kg.

Le vison est pourvu d’une dentition de carnivore, avec quatre canines proéminentes. Le Vison d’Amérique possède 34 dents.

Formule dentaire : 3132/3131 = 34

3/3 incisives
1/1 canines
3/3 prémolaires
1/2 molaires

Pelage[modifier | modifier le code]

Le Vison d’Amérique, selon qu'il est sauvage ou originaire d’élevage, peut revêtir des dizaines de couleurs différentes. Dans la plupart des cas, il se distingue par une tache blanche sur le menton, mais elle n’est pas systématique : on observe parfois un marquage très épars, voire une absence de marquage. La couleur d’origine est un brun noir pour les poils de jarre, et brun-foncé pour les poils de bourre. Le pelage est dense et très fourni. Au fil des générations d’élevage, la sélection a permis des couleurs et des marquages infiniment variés, dont les noms varient en fonction des visonnières et des pays.

Couleurs de base du vison d’élevage : blanc, perle, silver blue cross, saphir cross, palomino cross, dawn cross, pastel cross, black cross, silver blue, saphir, palomino, topal, aube, pastel, scanglow, scanbrown, scanblack.
D’autres couleurs existent, produit de marquages aléatoires des visons : chat, Chalsedony, gletcher, hermine, karelskaja spotted, herggedal shadow, amethist, royal silver, spotted et d’autres…

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Le Vison d’Amérique est un animal semi-aquatique, essentiellement crépusculaire et nocturne. Une grande partie de la journée est consacrée à la toilette et au sommeil, la nuit correspond davantage à la période de chasse (qui représente une grande majorité de l’activité puisque le vison ne stocke pas, ou rarement, de nourriture), aussi bien terrestre qu’aquatique.

La baignade est fréquente et quotidienne chez le vison, particulièrement en période de forte chaleur : du fait de son épaisse fourrure, il lui est très difficile de réguler sa température, et plonger dans l’eau est souvent le moyen le plus efficace de se rafraîchir. Les plongées sont de courtes durées (moins d’1 min en général, jusqu’à 2 min s’il reste immobile), et il ne reste pas plus d'une heure consécutive dans l’eau, son poil n’étant pas suffisamment imperméable. Il remonte ainsi régulièrement se sécher sur des places de « ressui », et se lèche soigneusement la fourrure pour l’imperméabiliser à nouveau. Il n’est pas un excellent nageur, la plupart du temps sa technique de nage s’apparente à celle du « petit chien », excepté lorsqu’il plonge : dans ce cas, la propulsion se fait par impulsion des pattes arrières. De ce fait, le vison est surtout un nageur de surface. Sous l’eau, il a une vision assez médiocre, et il chasse principalement à l’aide de ses vibrisses (moustaches), qui lui permettent de repérer ses proies en fonction de leurs mouvements. Hors de l’eau, son ouïe fine et son flair aiguisé lui permettront de repérer facilement sa nourriture. Sous l’eau ou sur terre, c’est davantage grâce à sa discrétion qu’à sa vitesse qu’il capture ses proies.

Le vison est individualiste, territorial et sédentaire. Il marque son territoire par des sécrétions anales et des excréments (fèces) mis en évidence. En période de reproduction le mâle quitte son territoire pour aller à la rencontre de plusieurs femelles. Ces dernières restent sur leur domaine vital, où elles élèveront seules leurs jeunes, avant que ces derniers partent pour se trouver un territoire propre. Le reste du temps, le vison vit seul, et ne part que s’il est chassé ou menacé.

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le Vison d’Amérique est un carnivore strict. C’est un prédateur opportuniste, inféodé à tout type de milieux aquatiques. Selon son habitat, le vison consomme plus ou moins de poissons, de mammifères, d’oiseaux, d’amphibiens, de crustacés ou d’insectes de façon variée… Les traces de végétaux dans les excréments ne sont qu’anecdotiques.

La plupart du temps, on retrouve ces aliments dans les proportions suivantes : 30 % de poissons, 35 % de mammifères, 30 % d’oiseaux, 5 % d’insectes et d’amphibiens. Il consomme essentiellement des animaux fréquentant les milieux humides. Le Vison d’Amérique mange environ 10 % de son poids par jour.

Reproduction et gestation[modifier | modifier le code]

La période de rut a lieu dès la fin de l’hiver, en France généralement en février-mars. Le mâle vient séduire la femelle sur son territoire. L’accouplement est souvent assez bref (10 min à deux heures, avec une moyenne de 30 min) : le mâle mord la nuque de la femelle, la maintient au sol, et la pénètre. La femelle s’accouple généralement avec plusieurs mâles différents (2 à 5 mâles, 3 en moyenne). Le mâle parcourt de très longues distances pour trouver plusieurs femelles. Il n’y a pas d’implantation différée chez le vison. En revanche il est très sensible à la photopériode, et les conditions climatiques ont une forte influence sur la reproduction.

La gestation dure entre en moyenne 48 à 52 jours (avec des extrêmes de 38 et 72 jours) selon les individus et les conditions, et les naissances arrivent d’avril à juin. Il n’y a qu’une portée de 2 à 7 jeunes par an (en moyenne 5). Les petits naissent aveugles et sourds. Vers l’âge de 3 semaines, leurs yeux s’ouvrent, ils commencent à marcher dans le nid. Lorsqu’ils appellent leur mère, leur cri ressemble au jappement d’un petit chien.

Vers 5 à 6 semaines, ils marchent et jouent, et commencent à manger des aliments carnés. Ils sortent du gîte pour s’aventurer dans l’herbe. Les jeunes sont sevrés à l’âge de 6 semaines.

Vers 8 semaines, les petits commencent à s’intéresser à l’eau, la mère leur apprend à se nourrir. Ils consomment de plus en plus de proies vivantes. Ils quittent la mère entre 3 et 6 mois. Le vison est sexuellement mature entre 8 et 10 mois, et se reproduit pour la première fois à un an et demi, certains seulement après leur deuxième année.

Maladies[modifier | modifier le code]

Le vison est sujet à un certain nombre de maladies infectieuses, mortelles pour la plupart, dont voici les plus courantes : carré (parvovirus canin) ; entérite virale du vison (EVV) ; coccidiose ; leptospirose ; maladie aléoutienne (ADV) ; maladie d’Aujeszky ; pseudomonose ; rage.

On rencontre parfois certaines infections hépatiques et la laryngotrachéite infectieuse dans les élevages intensifs, mais ces pathologies n'ont pas été observées sur des visons vivant à l’état sauvage.

Le vison peut aussi être sujet à des maladies liées à la nutrition. Ces maladies surviennent essentiellement sur les animaux en captivité, par manque de contrôle de la provenance des aliments (rupture de la chaine du froid ou erreur de dosage) et peuvent provoquer soit d’importantes carences ou excès, soit divers troubles parmi lesquels : anémie de nutrition ; hépato-néphrite ; paralysie de Chastek ; empoisonnement par le sel ; polychlorinate de biphenyl (PCB) ; botulisme.

Mortalité et longévité[modifier | modifier le code]

À l’état sauvage, la longévité est estimée entre 6 et 8 ans. Cependant en captivité et dans de bonnes conditions, le Vison d’Amérique peut vivre jusqu’à 16 ans, avec une moyenne d’une dizaine d’années. En visonnière, les animaux sont abattus vers 7 mois (voire 14 mois selon les élevages) et les reproducteurs au bout de 3 ou 4 ans. On a donc assez peu de recul sur la mortalité des visons d’Amérique en captivité, sachant en plus que la plupart des animaux présentent des pathologies dues à la consanguinité (problèmes cardiaques…).

À l’état sauvage, lorsqu’ils ne meurent pas de maladies (ADV, carré…) transmises par d’autres mustélidés, ils souffrent souvent d’affections par des parasites, internes la plupart du temps. Leur qualité d’animal semi-aquatique (et la densité de fourrure qui y est corrélée) leur évite la plupart des tiques et puces.

Les collisions routières, la pollution des eaux, les empoisonnements (par consommation de rongeurs infectés) et les pièges restent les principales causes de mortalité du vison. Néanmoins il est parfois victime de prédation :

  • en Europe : renard, occasionnellement loutres, gros rapaces, chiens errants...
  • en Amérique : alligator, loup, grand duc de Virginie, martre, lynx…

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Le vison semble vivre à proximité de milieux aquatiques d’eau douce très variés : on le trouve dans les cours d’eau, étangs, lacs, marais, milieux ouverts et forestier, mais aussi les côtes de l’Atlantique et les milieux urbains, tel que les ports. On le rencontre néanmoins le plus fréquemment sur les moyennes rivières.

Généralement, il ne s’éloigne pas de plus d’une dizaine de mètres des rives (150 m au maximum en Espagne).

C’est un animal de plaine, qu’on ne trouve quasiment jamais au-delà de 700 m d’altitude.

Le gite du vison n’est pas obligatoirement sous terre. La plupart du temps, en période estivale, il dort caché dans les hautes herbes (dans les formations d’hélophytes). En hiver ou en période de gestation, il occupe des terriers d’autres espèces ou des cavités naturelles. Il habite parfois les troncs creux, les ronciers, les tas de bois, ou utilise le terrier de ses proies… Le vison ne creuse pas lui-même de terriers. Son domaine vital s’étend généralement entre 1,8 et 3 km de cours d’eau, celui du mâle étant plus grand que celui de la femelle. Le domaine observé le plus grand est de 18,1 km.

Classification[modifier | modifier le code]

Anciennement classé dans le genre Mustela, il est inclus dans un nouveau genre, Neovison, depuis 2005, avec une autre espèce, Neovison macrodon, éteint[7] depuis le XIXe siècle. Le Vison d'Amérique se distingue par un nombre de chromosomes différent des animaux du genre Mustela (2n=30, contre 2n=38 pour le Vison d’Europe).

Cette espèce a été décrite pour la première fois en 1777 par le naturaliste allemand Johann Christian Daniel von Schreber.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Mammal Species of the World (19 juin 2013)[8] et Catalogue of Life (19 juin 2013)[9] :

  • sous-espèce Neovison vison aestuarina (Ginnell, 1916)
  • sous-espèce Neovison vison aniakensis (Burns, 1964)
  • sous-espèce Neovison vison energumenos (Bangs, 1896)
  • sous-espèce Neovison vison evagor (Hall, 1932)
  • sous-espèce Neovison vison evergladensis (Hamilton, 1948)
  • sous-espèce Neovison vison ingens (Osgood, 1900)
  • sous-espèce Neovison vison lacustris (Preble, 1902)
  • sous-espèce Neovison vison letifera (Hollister, 1913)
  • sous-espèce Neovison vison lowii (Anderson, 1945)
  • sous-espèce Neovison vison lutensis (Bangs, 1898)
  • sous-espèce Neovison vison melampeplus (Elliot, 1904)
  • sous-espèce Neovison vison mink (Peale & Palisot de Beauvois, 1796)
  • sous-espèce Neovison vison nesolestes (Heller, 1909)
  • sous-espèce Neovison vison vison (Schreber, 1777)
  • sous-espèce Neovison vison vulgivaga (Bangs, 1895)

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’origine il est chassé en Alaska pour sa fourrure.

C’est Charles Rich, un américain, qui fut le premier à monter un élevage de fourrure, nommé « visonnière », en 1872. Ce fut un tournant pour le Vison d’Amérique : en effet, les croisements génétiques ont donné lieu à une nouvelle variété de visons d’Amérique, différente de la souche sauvage (morphologie supérieure, couleurs très variables…).

Une ferme d'élevage de visons aux États-Unis (Wisconsin, 2007).

À partir de 1926, le Vison d’Amérique est introduit en Europe, où de petits élevages voient le jour. Dans certains pays du vieux continent, en Sibérie et en Russie par exemple, des Visons d’Amérique sont relâchés pour être piégés à l’état sauvage, les visons d’élevage ayant moins de valeur commerciale. On remarque dès lors ses formidables capacités d’adaptation. Le vison d’Amérique commence donc à conquérir de nouveaux territoires, comme l’Eurasie et l’Amérique du sud.

À partir de 1940, un peu partout en Europe, des élevages ferment faute de rentabilité (particulièrement suite à la Seconde Guerre mondiale) et relâchent les animaux dans la nature, d’autres s’échappent, et plus récemment il arrive que des élevages entiers soient libérés par des activistes (le dernier en date en France : octobre 2009 en Dordogne, 5 000 animaux). C’est ainsi que le vison d’Amérique colonise peu à peu la grande majorité de l’Europe. On le retrouve dans la plupart des milieux naturels, aussi bien en montagne qu’en bord de mer (bien que l’eau salée ne soit pas son milieu de prédilection), menaçant directement la population fragile des visons d’Europe, et provoquant des ravages chez certaines espèces menacées (par ex. les sternes en Bretagne)

Il faut en outre préciser que depuis 2003 environ le Vison d’Amérique est aussi détenu en Europe (Espagne, France, Pays-Bas, Luxembourg, Belgique, Allemagne, Hollande) comme animal de compagnie.

Statut[modifier | modifier le code]

À l’état sauvage, le Vison d’Amérique se trouve à l’origine en Amérique du nord. Il est largement présent en Alaska, dans tout le sud du Canada et dans la large moitié nord des États-Unis. Il y est assez bien représenté, même si l’on constate quelques diminutions des populations depuis le début des années 2000.

En Europe, le Vison d’Amérique est une espèce introduite et devenue invasive.

En France[modifier | modifier le code]

C'est une espèce chassable, inscrite en France sur la liste des animaux susceptibles d'être classés nuisibles.

Ce vison est concerné par:

  • l'Arrêté Ministériel du 10 aout 2004 (condition de détention des espèces) modifié par AM du 30 juillet 2010 (JO du 10/09/10) (introduction dans le milieu naturel interdite)
  • Annexe 2 du 10 aout 2004
  • Arrêté du 26 juin 1987, (fixant la liste des espèces de gibier dont la chasse est autorisée)
  • Article L415-3 du code de l'environnement (loi du 12 juillet 2010) modifié par la loi « Grenelle 2 »(concernant les sanctions pénales)
  • AM du 25 octobre 1995 (contrôle des établissement de détention d'espèces non domestiques)
  • Loi du 10 juillet 1976 (protection de la nature)

Marquage obligatoire des spécimens avec transpondeur NAC/faune sauvage, inscription au registre CERFA n° 12446*01, le détenteur doit obligatoirement être titulaire du certificat de capacité, autorisation préfectorale d'ouverture et tenir un registre journalier ainsi qu'un registre d'entrée-sortie. Son introduction dans le milieu naturel est interdite sur le territoire français.

Distinction avec le vison d’Europe (Mustela lutreola)[modifier | modifier le code]

Plusieurs caractères permettent de de distinguer le vison d’Amérique de celui d’Europe :

  • la taille : le vison d’Amérique est plus gros que son cousin européen à l’âge adulte ;
  • la tache sur le museau : la plupart du temps, le vison d’Europe possède une tache blanche sur la partie supérieure des lèvres et sur le menton, là ou le vison d’Amérique n’en a que sur le menton. S'il n’y a aucune tache, on peut en déduire qu’il s’agit d’un vison d’Amérique. En revanche, le fait qu’il y ait une tache sur la partie supérieure ou inférieure des lèvres n’est pas un critère suffisamment fiable pour permettre une conclusion définitive.
  • le cri : les deux espèces possèdent un cri bien différent. Alors que le cri du vison d’Europe est court et répétitif, ressemblant à un aboiement strident, celui du vison d’Amérique est long et plaintif.
  • les crottes et les empreintes : seule une analyse par procédé ADN (pour les crottes) ou une mesure au mm près grâce à une mousse mémoire (pour les empreintes) permet pas une identification fiable.

Plusieurs mesures (le plus souvent effectuées sur des individus morts) permettent davantage de certitude :

  • la bulle tympanique : étroite et en forme d’amande chez Mustela lutreola, triangulaire chez Neovison.
  • les vertèbres caudales : 20 à 21 chez Mustela lutreola, 19 chez Néovison
  • le nombre de racines de la première prémolaire supérieure : une chez Mustela lutreola, deux chez Neovison.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ITIS, consulté le 19 juin 2013
  2. Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  3. a et b Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  4. a, b, c, d, e et f (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. ISBN 0444518770, 9780444518774. 857 pageRechercher dans le document numérisé
  5. Voir cette espèce sur le site Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)
  6. a, b et c (en) Nom en français d’après Animal Word List, Liste d’animaux du monde (français, latin, anglais, suédois).
  7. WOZENCRAFT, W. C. 2005. Family Mustelidae. In Mammal species of the world: A taxonomic and geographic reference, 3rd ed., D. E. Wilson, and D. M. Reeder (eds.). The Johns Hopkins University Press, Baltimore, Maryland, p. 601–605
  8. Mammal Species of the World, consulté le 19 juin 2013
  9. Catalogue of Life, consulté le 19 juin 2013

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Camby & C. Maizeret, Visons d’Europe et d’Amérique (Fascicules 13 et 14 de l'Encyclopédie des Carnivores de France), 1990, Société Française pour l’Étude et la Protection des Mammifères
  • Le Vison - Vie sauvage, Encyclopédie Larousse des Animaux - hebdomadaire n°126, collectif SFEPM
  • Lionel Lafontaine, Loutres et autres mammifères aquatiques de Bretagne. 2005, ed. GMB
  • Martial Villemin, Le Vison : Biologie - Élevage - Pathologie, Collection des animaux à fourrure. Édition VIGOT. 1956 (1e édition)
  • Andrée Tétry et Martial Villemin, Le Vison : Biologie - Élevage - Pathologie (tome I). Collection des animaux à fourrure. Édition VIGOT. 1962 (2e édition)
  • Andrée Tétry et Martial Villemin, Génétique du Vison (tome II). Collection des animaux à fourrure. Édition VIGOT. 1959
  • R. Mamy et M.H Motte, Le Vison - Méthodes d'élevage en France et au Danemark. Ed. La Maison Rustique - Paris 1956
  • R. Mamy. Le Vison - Méthodes d'élevage en France - Belgique - Espagne - Italie. Ed. La Maison Rustique - Paris 1962
  • Regroupement CPAQ-CPVQ-GÉAGRI. Vison, 2000
  • Rich Faler. The Mink Trapper's Guide. 1996
  • (en) Mink Production par Scientifur 1985.
  • L. Augeron. Le Guide pratique de l'élevage du vison, ed. Maloine, 1974
  • (en) W. J. Radke, R. B. Chiasson, Laboratory Anatomy of the Mink, ed. Brown, 1997

Thèses[modifier | modifier le code]

  • Perrot Amélie. Le déclin du vison d’Europe (Mustela lutreola) : une origine infectieuse ? le point sur la maladie aléoutienne en France. 2003, Toulouse
  • F. Boucher pinard. L'antibiothérapie chez le vison d’élevage. 1990, Nantes
  • P. Cappe. L’élevage du vison. 1996, Nantes
  • B. Coche. Aspects pratiques de l’élevage et de la pathologie du vison en France. 1962, Lyon
  • B. Coche. Aspects pratiques de l'élevage et de la pathologie du vison en France, 1964
  • M. Denicourt. Contribution à la splanchnologie du vison. appareil digestif et appareil respiratoire. 1964, lyon
  • J.L. Desfaits. Contribution à l’étude de la maladie aléoutienne du vison. 1968, Lyon
  • C. Gachet. Étude de l'impact écologique et économique du vison d'Amérique (mustela vison) sur une rivière de basse Bretagne : l'aulne. première approche du régime alimentaire. 1990, Nantes
  • J. Guillaume. Contribution à l’étude de la pathologie du vison : les lésions rénales des animaux à fourrure défectueuse. 1966, Alfort
  • H.E. Jeanbourquin. Contribution à l’étude de la maladie du vison aléoutien : virologie, immunologie, pathogénie. 1987, Alfort
  • A.P. Jetur. La maladie aléoutienne du vison : épidémiologie, diagnostic, traitement et prophylaxie. 1989, Alfort
  • A. Le Delezir-Lecoq. Contribution à l’étude du botulisme. Essai de mise au point d'un vaccin de type C chez le vison d’élevage. 1986, Nantes
  • M. Liabeuf. Contribution à l'évaluation des risques sanitaires pour le vison d’Europe lies à la présence d’élevages et de populations férales de visons d'Amérique dans le sud-ouest de la France. 2005, Nantes
  • M. Liberge. Statut parasitaire du vison d’Europe (mustela lutreola) en France : étude comparative de la faune helminthique du vison d’Europe, du vison d'Amérique (mustela vison) et du putois (mustela putorius). 2004, Toulouse
  • J.L.G. Morque. Contribution à l'étude physico-pathologique de la reproduction du vison d'élevage. 1981, Toulouse
  • J.M.Petit. Alimentation du vison. 1989
  • C. Reme. Photorégulation de la reproduction et horloges biologiques chez le vison mâle. Expériences en lumières poly et monochromatiques. 1999, Lyon
  • M. Sense Guilbert. Contribution à l’étude des paramètres de la reproduction du vison. analyse statistique des résultats de l’élevage de l'INRA de Jouy-en-Josas de 1971 a 1986. 1988, Alfort
  • N. Weber-Chalas. Connaissances actuelles sur les maladies du vison. 1982, Lyon

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bases taxinomiques :

Élevage :