Vision photopique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La vision photopique est la vision diurne[1] — de jour — par opposition à la vision scotopique qui est la vision nocturne. La vision photopique est due aux cônes[1] se trouvant sur la rétine de l'œil.

Le domaine photopique est le domaine de la photométrie pour lequel les surfaces observées ont des luminances allant de quelques candelas par mètre carré à quelques milliers de candelas par mètre carré[1],[2]. Au delà, on entre dans le domaine de l'éblouissement ; en deçà, on entre dans le domaine mésopique (vision crépusculaire).

La sensibilité de l'œil en vision photopique n'est pas la même pour toutes les longueurs d'onde : la fonction d'efficacité lumineuse spectrale photopique rend compte de cette réalité. Le maximum de sensibilité de l'œil est notamment obtenu pour une longueur d'onde de 555 nanomètres correspondant à un vert-jaune.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ 2009 (ISBN 2-9519607-5-1), p. 25-26
  2. Selon les applications une valeur comprise entre 3 cd.m-2 et 10 cd.m-2 constitue la limite basse du domaine photopique : ceci nécessite pour un diffuseur parfait un éclairement lumineux minimum d'environ 100 lx. Robert Sève 2009, p. 25-26.