Virus de la stomatite vésiculaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Virus de la stomatite vésiculaire

Description de cette image, également commentée ci-après

Virus de la stomatite vésiculaire

Classification
Type Virus
Groupe Groupe V
Ordre Mononegavirales
Famille Rhabdoviridae
Genre Vesiculovirus

Espèce

Virus de la stomatite vésiculaire
— auteur incomplet —, date à préciser

Le virus de la stomatite vésiculaire (VSV) est un virus enveloppé, ARN à sens négatif non segmenté[1] soit du Groupe V (voir Classification des virus), qui répond de façon très sensible à un traitement à l'interféron[2]. Il fait partie de l'ordre des Mononegavirales (les virus à polarité négative non-segmentés) et de la famille des Rhabdoviridae. Ce virus fait partie de la même famille que le virus de la rage beaucoup mieux connu.

Le génome du virus a une forme de balles de fusil (bullet) soit cyclindrique avec une des extrémités moins arrondies (voir figure). Après infection virale de cellules in vitro, les produits viraux vont arrêter l'expression génétique de la cellule et prendre le contrôle complet du métabolisme interne de la cellule. L'infection par VSV va causer une destruction rapide des tissus car les produits viraux dépolymérisent le cytosquelette. L'infection virale provoque une réponse immunitaire qui inclut la production d'interféron et d'oxyde nitrique ce qui permet de contrôler rapidement la réplication virale. Enfin, par la production d'anticorps, la réponse adaptative immunitaire va prévenir de futures réinfections virales[1].

Structure protéique du virus[modifier | modifier le code]

Schéma de la structure du virus de la stomatite vésiculaire

Le virus de la stomatite vésiculaire est le membre prototype du genre Vesiculovirus de la famille Rhabdoviridae. Le génome de ce virus est une simple molécule à polarité négative encodant cinq protéines majeures : la glycoprotéine (G), la protéine matrice (M), la nucléoprotéine ou nucléocapside (N), la protéine large (L) et la phosphoprotéine (P).

La glycoprotéine (G) sert à se lier à la surface de la cellule hôte ainsi qu’à fusionner les membranes cellulaires et virales[3] après l'endocytose de façon à permettre le relâchement du génome viral et la réplication dans le cytoplasme. La protéine G se lie à la phosphatidylsérine qui est une composante quasi universelle de la membrane cellulaire chez les animaux. Pour cette raison, cette glycoprotéine est souvent utilisée pour "pseudotyper" des vecteurs lentiviraux ou (onco)rétroviraux utilisés en thérapie génique. Ainsi, en changeant la glycoprotéine d'enveloppe, ces vecteurs viraux sont capables de pénétrer dans un plus grand nombre de types cellulaires.

Protéine matrice (M) est composé de 229 acides aminés, joue un rôle crucial dans l’assemblage du virus, son bourgeonnement, l’apoptose et la perturbation de la réponse immunitaire de la cellule-hôte. La protéine M de VSV joue un rôle dans les premières phases de l’infection virale en l’aidant à éviter les programmes antiviraux cellulaires par deux moyens : interruption du programme de transcription cellulaire et en bloquant le transport des ARNm exporté du noyau. Dans ces deux mécanismes, le rôle de la protéine M est de bloquer l’expression de produits de transcription tels l’interféron. Cette inhibition implique une interaction entre protéine M et Nup98, un gène qui répond à l’interféron[4].

Nucléocapside ou nucléoprotéine (N) : protéine qui entoure l’ARN.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Letchworth, Rodriguez et al., 1999. Vesicular stomatitis. [1]
  2. Belkowski and Sen, 1987. Inhibition of vesicular stomatitis viral mRNA synthesis by interferons.
  3. Lichty, Power et al., 2004. Vesicular stomatitis virus: re-inventing the bullet [2]
  4. Lichty, Power et al., 2004. Vesicular stomatitis virus: re-inventing the bullet