Virus de la jaunisse de la betterave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le virus de la jaunisse grave de la betterave, ou BYV (acronyme de Beet yellows virus) est une espèce de phytovirus pathogène du genre Closterovirus. Ce virus, transmis par diverses espèces de pucerons est l'agent de maladies de la « jaunisse » chez certaines espèces de plantes dicotylédones, notamment chez les espèces Beta vulgaris et Spinacia oleracea[1].

Ce virus a été décrit pour la première fois en 1936 par Georges Roland, ingénieur agronome à l'Institut royal belge pour l'amélioration de la betterave (IRBAB)[2].

Symptômes[modifier | modifier le code]

La jaunisse grave de la betterave se manifeste par une coloration jaune citron du limbe des feuilles, entre les nervures. Les feuilles s'épaississent et deviennent cassantes, puis prennent une coloration rougeâtre[3]. Cette maladie entraîne des pertes de rendements importantes, qui peuvent atteindre 50 % dans les cas graves[2].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

La gamme des plantes expérimentalement sensibles du BYV comprend au moins 121 espèces appartenant à 15 familles différentes, principalement les Amaranthaceae, Aizoaceae, Caryophyllaceae et Chenopodiaceae. La famille des Chenopodiaceae comprend plus de la moitié des hôtes connus du BYV, dont plusieurs plantes cultivées (betterave sucrière, betterave fourragère, betterave potagère, blette et épinard)[4].

Chez ses hôtes le BYV est fréquemment associé avec un autre virus, le virus de la jaunisse modérée de la betterave (BMYV, beet mild yellowing virus, du genre Polerovirus), dont il partage le principal insecte vecteur, Myzus persicae. Ces deux virus, provoquant des symptômes similaires de « jaunisse », n'ont été distingués qu'à partir de 1958[4].

Distribution[modifier | modifier le code]

Ce virus a une répartition quasi cosmopolite et est présent dans toutes les grandes zones de culture de la betterave sucrière, soit au total 39 pays en Europe, en Amérique du Nord et du Sud, en Asie et en Australie[1],[4].

Modes de transmission[modifier | modifier le code]

Le virus de la jaunisse grave de la betterave se transmet par l'intermédiaire d'insectes vecteurs du groupe des pucerons, selon un mode semi-persistant. 32 espèces de pucerons sont concernées, mais les plus importantes sont le puceron vert du pêcher (Myzus persicae) et le puceron noir de la fève (Aphis fabae)[1].

Il peut également être transmis par certaines espèces de cuscute (plante parasite). D'autres espèces ne le transmettent pas directement mais peuvent acquérir le virus sur des betteraves infectées et le transmettre par l'intermédiaire de pucerons[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Beet yellows virus », sur Descriptions of Plant Viruses (DPV) (consulté le 23 juin 2014)
  2. a et b « Jaunisse », sur Agris.be (consulté le 24 juin 2014).
  3. « Jaunisse grave de la Betterave », HYP3, INRA (consulté le 24 juin 2014).
  4. a, b et c (en) « beet yellows (Beet yellows virus) », sur Plantwise Knowledge Bank (consulté le 25 juin 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Carlyle Wilson Bennett, Sugar beet yellows disease in the United States, vol. Numéro 1218 de Technical bulletin, U.S. Dept. of Agriculture,‎ 1960, 63 p. (lire en ligne).
  • H. Rietberg, Institut International de Recherches Betteravières, La jaunisse de la betterave sucrière et la lutte contre cette maladie, Commission des Maladies à Virus de la Betterave Sucrière,‎ 1959, 95 p..

Liens externes[modifier | modifier le code]