Virgil Miller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miller.

Virgil Miller

Description de cette image, également commentée ci-après

Photographié vers 1922

Naissance 20 décembre 1887
Coffeen
Illinois, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 5 octobre 1974 (à 86 ans)
Los Angeles (Hollywood)
Californie, États-Unis
Profession Directeur de la photographie
Films notables The Hurricane Kid (1925)
Le Jardin d'Allah (1936)
La Femme en vert (1945)

Virgil Miller (parfois crédité Virgil E. Miller), né le 20 décembre 1887 à Coffeen (en) (Illinois), mort le 5 octobre 1974 à Los Angeles — Quartier d'Hollywood (Californie), est un directeur de la photographie américain, membre de l'ASC.

Biographie[modifier | modifier le code]

Virgil Miller débute comme chef opérateur sur deux films sortis en 1917, A Stormy Night (avec Jean Hersholt et Agnes Vernon) et The Man Trap (avec Herbert Rawlinson et Ruby Lafayette), tous deux réalisés par Elmer Clifton.

Durant la période du muet, il collabore à près de soixante-dix films américains, dont des westerns réalisés par Edward Sedgwick et ayant pour vedette Hoot Gibson, comme The Hurricane Kid en 1925.

Après six films sortis en 1929, Virgil Miller ne revient au cinéma qu'à partir de 1936, sur le western Drift Fence (en) d'Otho Lovering (avec Buster Crabbe et Katherine DeMille) et le mélodrame Le Jardin d'Allah de Richard Boleslawski (avec Marlène Dietrich et Charles Boyer).

Par la suite, il contribue principalement à des films de série B, dont le film d'horreur La Malédiction de la Momie (en) de Leslie Goodwins (1944, avec Lon Chaney Jr. et Virginia Christine). Son dernier film est le western I Killed Wild Bill Hickok (en) de Richard Talmadge (avec Denver Pyle et Helen Westcott), sorti en 1956.

Fait notable, il travaille aux côtés du réalisateur Roy William Neill sur trois films consacrés au détective Sherlock Holmes (Basil Rathbone) et à son comparse le docteur Watson (Nigel Bruce), La Perle des Borgia (1944), La Femme en vert (1945) et La Maison de la peur (1945).

En 1953, Virgil Miller obtient son unique nomination à l'Oscar de la meilleure photographie, pour le documentaire Navajo de Norman Foster (avec Hall Bartlett), sorti en 1952.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

(comme directeur de la photographie, sauf mention contraire)

La Femme en vert (1945) :
Eve Amber, Nigel Bruce et Basil Rathbone

Distinction[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]