Virgil Ierunca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Virgil Ierunca en 1994

Virgil Ierunca (né le 16 août 1920 à Lădești (en), Județ de Vâlcea en Roumanie – décédé le 28 septembre 2006, Paris), philosophe, poète et critique littéraire, a aussi écrit sous le pseudonyme de Virgil Untaru. Il s'oppose au régime communiste dirigé par Gheorghe Gheorghiu-Dej, qui s'impose en Roumanie après la Deuxième Guerre mondiale ; ses chroniques sont censurées ; arrêté et emprisonné, il sera contraint de fuir le pays pour venir s'installer en France (à Paris) en septembre 1947. Il obtient, avec son épouse Monica Lovinescu, l'asile politique, en France, en 1948. Monica et Virgil ne purent retourner à Bucarest qu'un an après la chute Nicolae Ceaușescu en décembre 1989.

Durant son exil en France, il participe avec son épouse, de 1951 à 1974, aux émissions de l'Office de radiodiffusion télévision française (ORTF) et Radio Free Europe ; il collabore au "Centre national de la recherche scientifique" (CNRS), (Section philosophie).

En 1996 paraissait, dans une quasi-indifférence, un court texte intitulé Pitesti, laboratoire concentrationnaire (1949-1952), préfacé par François Furet, aux éditions Michalon. Une première édition circulait déjà à Paris dès 1991, mais en langue roumaine uniquement. Virgil Ierunca, y rendait compte d’un phénomène inconnu jusqu’alors en Occident : l’existence, au cœur de la Roumanie, d’un lieu de détention où se déroule, de 1949 à 1952, un travail de rééducation révolutionnaire sans précédent. L’ouvrage établissait un rapprochement avec les méthodes employées en République populaire de Chine, sous Mao Zedong (Mao Tsé-Toung), à la même époque. Et l’on pouvait découvrir la vérité sur le pouvoir communiste en Roumanie.

Virgil Ierunca

Publications en roumain[modifier | modifier le code]

  • (ro) Fenomenul Pitești (Ed. Humanitas, București, 1990; reeditat în 2007);
  • (ro) Românește (Ed. Humanitas, București, 1991; reeditat în 2005);
  • (ro) Subiect și predicat (Ed. Humanitas, București, 1993);
  • (ro) Dimpotrivă (Ed. Humanitas, București, 1994);
  • (ro) Semnul mirării (Ed. Humanitas, București, 1995);
  • (ro) Trecut-au anii (Ed. Humanitas, București, 2000);
  • (ro) Poème de exil (Ed. Humanitas, București, 2001).

Publications en français[modifier | modifier le code]

  • Pitesti, laboratoire concentrationnaire (1949-1952), Ed. Michalon, 1996, trad. Alain Paruit, préface François Furet

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :