Virgil Griffith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Virgil Griffith

Description de cette image, également commentée ci-après

Virgil Griffith, 2007

Naissance 1983
Alabama
Décès N/A
Profession Hacker

Virgil Griffith (né en 1983), également connu sous le pseudo Romanpoet, est un hacker américain, connu pour son implication en 2003 dans un procès avec l'éditeur américain de logiciel Blackboard, dont il menaçait d'exposer publiquement les lacunes de son système.

Il a gagné une renommée internationale en 2007 en créant Wikiscanner, un scanner pour Wikipédia, permettant d'analyser les éditions d'IP anonymes.

Le WikiScanner[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir WikiScanner.

Le 14 août 2007, Wired Magazine annonce la sortie de ce scanner, qui permet de déterminer les adresses IP des contributeurs et surtout d'identifier à quelles entreprises elles appartiennent.

Ainsi un certain nombre de sociétés et de personnalités manipuleraient les articles les concernant[1],[2]. D'après la BBC[2], des contributions anonymes sur le Parti démocrate, la CIA, le Vatican et la firme Diebold auraient été faites à partir d'ordinateurs situés dans l'enceinte de ces différentes organisations ou sociétés[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Virgil Griffith, Markus Jakobsson, 2005. Messin' with Texas: Deriving Mother's Maiden Names Using Public Records,
  • Virgil Griffith, Larry Yaeger, 2005, MIT Press. Ideal Free Distribution in Agents with Evolved Neural Architectures. A-Life 10 Conference
  • Griffith est référencé comme l'un des contributeurs (sous "Virgil G") dans The Mammoth Book of Secret Codes and Cryptograms, 2006, (ISBN 0-7867-1726-2)[3]
  • Deux articles dans Phishing and Counter-Measures: Understanding the Increasing Problem of Electronic Identity Theft, (ISBN 0-471-78245-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Borland, « See Who's Editing Wikipedia - Diebold, the CIA, a Campaign », Wired magazine,‎ 14 août 2007 (lire en ligne)
  2. a, b et c (en) Jonathan Fildes, « Wikipedia 'shows CIA page edits' », sur BBC News,‎ 15 août 2007 (consulté le 15 août 2007)
  3. (en) « Mammoth Book of Secret Code Puzzles: Acknowledgements » (consulté le 14 août 2007)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]