Viracocha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
« Wiracocha, le Dieu Créateur », tiré de Hergé dans Le Temple du Soleil, page de garde et dernière page (édition française)

Viracocha est le principal dieu des Incas, dieu créateur, roi de la foudre et des tempêtes. Il est parfois représenté comme un vieil homme portant une barbe (symbole du dieu de l'eau), une longue robe et transportant un sac.

Aussi orthographié Huiracocha, Wiracocha ou Wiraqocha, il était à l'origine adoré par les premiers habitants du Pérou et il fut intégré relativement récemment au Panthéon Inca, probablement sous l'empereur Viracocha Inca (mort en 1438), qui a pris le nom du dieu.

Avant Viracocha, le monde était sombre. Viracocha créa le soleil à qui il commanda de se lever derrière une roche noire, l'île du soleil qui émergeait du lac Titicaca. Il créa aussi la lune et les étoiles. Ensuite, Viracocha créa les tribus des Andes, qui sortirent des grottes, des sources au milieu de leur territoire respectif. Il leur attribua à chacune un costume, une langue et des traditions.

Selon Thor Heyerdahl (Early man and the ocean, 1978) le personnage mythique de Viracocha existe dans une mutlitude de civilisations préeuropéennes d'Amérique du Sud et Centrale. Selon les différentes légendes de ces peuples, ce personnage aurait été de grande taille, de peau claire, avec une longue barbe et une grande toge, d'un style similaire à un moine. Il aurait suivi une route allant du Nord vers le Sud, civilisant suivant ces légendes les différents peuples qui se trouvaient sur son passage et leur donnant des valeurs et des techniques, les faisant passer du statut de sauvage à celui d'homme civilisé. Viracocha se présentait comme étant le fils du soleil.

Pour différentes raisons, il changeait de lieu, continuant sa route vers le Sud, jusqu'à quitter définitivement le continent américain sur un bateau partant vers l'ouest et la Polynésie.

Les différentes légendes concordent au niveau des qualités de Viracocha et de l'autorité naturelle qu'elles lui conféraient. Cette divinité porte différents noms en fonction des différents peuples, Viracocha, Quetzacoatl, Con, Tici..., mais garde ses attributs essentiels de fondateur de la civilisation.

La confusion entre ce dieu, qui était censé revenir, et les Européens aux traits physiques semblables (grands, de peau claire, barbus) explique la facilité avec à laquelle les Espagnols, et plus particulièrement les aventuriers Hernán Cortés et Francisco Pizarro (qui furent considérés par les autorités espagnoles hors la loi pour leurs expéditions), conquirent les puissants empires aztèques et incas. Ceci est toutefois aussi attribué à Quetzalcóatl.