Vipérine commune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Echium vulgare

La Vipérine commune (Echium vulgare L. ) est une plante herbacée de la famille des Boraginacées.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante bisannuelle, érigée, poilue, aux feuilles à une seule nervure saillante, les basales étant pétiolées ovales lancéolées, les supérieures sessiles étroites.

La couleur de ses fleurs varie selon l'âge de roses en boutons à bleu vif à maturité. Elles ont une forme en épis de cymes scorpioïdes aux 5 étamines inégales très saillantes (à filets rouges et anthères jaunes). Il existe la forme "blanche" (forme albiflora).

Elle donne de toutes petites graines (400 graines pèsent 1 g).

C'est une plante mellifère. L'attirance des abeilles, bourdons et papillons pour cette plante est exceptionnelle. Elle leur fournit un abondant nectar pendant plusieurs semaines consécutives. Un hectare de vipérine fournit 300 à 400 kg d'un excellent miel.

Elle apprécie les sols maigres (peu profonds voire caillouteux) à tendance calcaire.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Organes reproducteurs
  • Type d'inflorescence : racème de cymes unipares scorpioïdes
  • répartition des sexes : hermaphrodite
  • Type de pollinisation : entomogame
  • Période de floraison : avril à août
Graine
Habitat et répartition 
  • Habitat type : friches xérophiles, médioeuropéennes.
  • Aire de répartition : Europe (très commune en France).
Détail des cymes

Distribution[modifier | modifier le code]

Espèce originaire des régions tempérées d'Eurasie :

Elle s'est naturalisée dans les autres continents, et parfois considérée comme plante envahissante.

Usage[modifier | modifier le code]

Selon la théorie des signatures (corolles à lobes inégaux ressemblant vaguement à des mâchoires ouvertes et étamines évoquant la langue d'un serpent tandis que les styles font penser à la queue), cette plante soignait les morsures de vipère. En fait, elle contient un alcaloïde paralysant comme le curare, l'échiine ou cynoglossine, mais en quantité si faible (0,0017 pour cent du poids de la plante fraîche) qu'elle est inoffensive pour l'homme[1].

La pharmacopée cependant l'utilise en infusion pour calmer la toux (fleurs séchées aux propriétés dépuratives, pectorales et diurétiques)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Photographie de vipérine commune près de Saratov

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]