Vipère de Schlegel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bothriechis schlegelii

Description de cette image, également commentée ci-après

Vipère de Schlegel

Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Viperidae
Sous-famille Crotalinae
Genre Bothriechis

Nom binominal

Bothriechis schlegelii
(Berthold, 1846)

Synonymes

  • Trigonocephalus schlegelii Berthold, 1846
  • Lachesis nitidus Günther, 1859
  • Bothrops nigroadspersus Steindachner, 1870
  • Thanatophis torvus Posada Arango, 1889
  • Bothrops schlegelii (Berthold, 1846)

Statut CITES

Sur l'annexe  III  de la CITES Annexe III , Rév. du 13/04/87

Bothriechis schlegelii, la Vipère de Schlegel, est une espèce de serpents de la famille des Viperidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Son habitat s'étend du Belize et du sud du Mexique, sur le côté sud-est du versant Atlantique et les plaines qui parcourent l'Amérique centrale, jusqu'au nord de l'Amérique du Sud en Colombie et au Venezuela. On la rencontre aussi sur le versant Pacifique et les plaines, dans certaines parties du Costa Rica, du Panama, de la Colombie, de l'Équateur et du Pérou. Et également dans la forêt mésique à des altitudes allant presque du niveau de la mer jusqu'à 2 640 m. La localité type est Popayán en Colombie.

Habitat[modifier | modifier le code]

Elle préfère des altitudes plutôt basses, des régions humides et tropicales au feuillage dense, en général à proximité d'une source d'eau permanente.

Bothriechis schlegelii .jpg

Description[modifier | modifier le code]

C'est une espèce relativement petite qui dépasse rarement 75 cm de long ; les femelles sont plus grandes que les mâles. Ces vipères ont une tête large, de forme triangulaire et des yeux aux pupilles verticales. Comme toutes les Crotalinae, elles sont solénoglyphes, et possèdent dans la mâchoire supérieure de grands crochets à venin semblables à des aiguilles hypodermiques et qui se rétractent quand elles ne s'en servent pas ; elles ont des organes sensibles à la chaleur, qui se trouvent de chaque côté de la tête entre l’œil et la narine.

Leur principale caractéristique est un ensemble d'écailles modifiées sur les yeux, qui ressemblent beaucoup à des cils. On pense que ces cils les aident à se camoufler, en dissimulant la silhouette du serpent parmi le feuillage où elles ont l'habitude de se cacher. Bothriechis schlegelii se rencontre avec une large gamme de couleurs, y compris le rouge, le jaune, le marron, le vert, voire le rose, parfois combinées. Elles ont souvent des mouchetures noires ou marron sur la couleur de base.

B. schlegelii au zoo de Philadelphie

Comportement[modifier | modifier le code]

Comme d'autres membres du genre Bothriechis, cette espèce est arboricole, avec une queue fortement préhensile. En grande partie nocturne, elle se nourrit de petits rongeurs, de grenouilles, de lézards et de petits oiseaux. Elle n'a pas la réputation d'être un serpent agressif, mais elle n'hésitera pas à frapper si on la dérange.

Prédateur d'embuscade typique, elle attend avec patience qu'une proie sans méfiance erre à proximité. On a remarqué quelquefois qu'elle choisit un emplacement particulier pour se placer en embuscade et qu'elle y retourne chaque année à l'époque de la migration printanière des oiseaux. Des études ont montré que ces serpents apprennent à améliorer avec le temps leur habileté dans l'attaque. Quelquefois ces serpents (surtout les plus jeunes) se servent de ce qu'on appelle le « leurre caudal », c'est-à-dire qu'ils font bouger leur queue avec des mouvements qui rappellent ceux d'un ver, incitant ainsi la proie potentielle à pénétrer dans la zone où ils peuvent l'attaquer.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Cette espèce est nommée en l'honneur de l'herpétologiste Hermann Schlegel (1804-1884).

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Berthold, 1846 : Über verschiedene neue oder seltene Reptilien aus Neu-Granada und Crustaceen aus China. Abhandlungen der Königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, vol. 3, p. 3-32 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]