Vionnaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vionnaz
Blason de Vionnaz
Héraldique
Vue du village de Vionnaz
Vue du village de Vionnaz
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Valais
District Monthey
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Mayen, Revereulaz, Torgon, Beffeux, Bonne Année, le Chêne, les Crosats
Communes limitrophes :
France, Vouvry, Collombey-Muraz, Monthey
Président(e) Laurent Lattion
Code postal 1895 Vionnaz
1899 Torgon
N° OFS 6158
Démographie
Gentilé Les Vionnérouds
Les Papous (sobriquet)
Population 2 217 hab. (31 décembre 2010)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 39″ N 6° 54′ 05″ E / 46.3107, 6.9013 ()46° 18′ 39″ Nord 6° 54′ 05″ Est / 46.3107, 6.9013 ()  
Altitude 392 m
Superficie 2 093 ha = 20,93 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Valais

Voir sur la carte administrative du Canton du Valais
City locator 14.svg
Vionnaz

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Vionnaz

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Vionnaz
Liens
Site web www.vionnaz.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Vionnaz est une commune suisse du canton du Valais, située dans le district de Monthey.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Vionnaz se situe entre celle de Collombey-Muraz et Vouvry. Cette commune jouxte aussi la France sur 5 kilomètres, notamment à son point culminant, la Tour de Don (1998m). Vionnaz est un village de plus de 2200 habitants, situé dans le Bas-Valais et construit sur le cône de déjection du torrent de la Greffaz. La commune s'étale en plaine mais aussi sur plusieurs hameaux en montagne tels que : Beffeux, Bonne Année, Le Chêne, Les Crosats ainsi que les villages de Mayen, Reveurelaz et Torgon.

En 2009, Vionnaz possède une superficie de 2099 hectares (20,9 km2). Dans cette superficie, 6,32 km2 (30,2 %) sont utilisés à des fins agricoles, tandis que 11,45 km2 (54,7 %) sont des zones forestières. Pour le reste, les constructions (bâtiments et routes) occupent une zone de 1,48 km2 (7,1 %), un territoire de 0,24 km2 (1,1 %) est partagé par des rivières ou des lacs et les 1,46 km2 (7 %) restants sont des zones non-productives[3].

Parmi les zones bâties, la construction de logements et de bâtiments est en hausse de 3,2 % et la construction des infrastructures de transports est en hausse de 2,6 %. Sur les terres forestières, 49,1 % de la zone totale sont fortement boisés et 2 % sont couverts de vergers ou de petits groupes d'arbres. Sur les terres agricoles, 7,6 % sont utilisés pour la culture et 4,2 % sont des pâturages, tandis que 1,3 % sont utilisés pour des vergers ou des vignes et 17 % sont utilisés pour des pâturages alpins. Une grande partie de l'eau contenue dans la commune est de l'eau en mouvement. Dans les zones non-productives, 4,9 % sont de la végétation improductive et 2,1 % de la zone sont trop rocailleux pour la végétation[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Construites traditionnellement en bois et en pierre, proches les une des autres, les maisons étaient une cible facile pour les incendies. Ainsi, plusieurs sinistres destructeurs ont ravagé les villages de la commune. On retiendra notamment l'incendie du 20 août 1800 qui toucha Vionnaz et au cours duquel une partie des cloches de l'église furent déformées par la chaleur. En 1929, le village de Torgon fut a son tour touché par un incendie déclenché par la foudre, le 24 juillet. Sur les 19 maisons du village, 16 furent entièrement détruites. On retiendra également la destruction du village de Mayen, dans la nuit du 14 novembre 1946. Le village fut reconstruit de 1946 à 1948 avec l'aide des Confédérés.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le village de Torgon, station de sport d'hiver qui fait partie du domaine skiable des "Portes du Soleil", se trouve sur le territoire de la commune. Torgon et Plan de Croix, situé à environ 1200 et 1500 mètres proposent plusieurs piste de ski parmi lesquelles la "Jorette" ou la "Djeu des Têtes".

Transport[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2010 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 15 décembre 2011).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a et b Swiss Federal Statistical Office-Land Use Statistics 2009 data (de) accessed 25 March 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :