Violão

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La violão et la viola sont les termes portugais (dérivés de la vihuela espagnole) désignant des variétés de guitares répandues dans le monde lusophone, au sein de la musique portugaise, capverdienne et brésilienne. Violão désigne la guitare classique et viola désigne la guitare folklorique (le terme guitarra désignant au Portugal une sorte de cistre, la guitare portugaise, et au Brésil, la guitare électrique).

Le terme viola désigne bien plus de variétés régionales en fait, telles :

  • Açores : micaelense, da terra, da Terceira.
  • Brésil : angrese, brasileira, cabocla, caipira, cantadeira, chorosa, cuibana, de arame, de dez cordas, de Queluz, goiana, nordestina, paulista, pinho, serena, sertaneja.
  • Cap-Vert : de diz cordas.
  • Madère : da Madeira, de arame, francesa.
  • Portugal : amarantina, beiroa, braguesa, campaniça, cravelhas, de arame, de fado antigua, de jazz, toeira.

Outre ces acceptions du terme viola, il existe aussi une version de l'arc musical brésilien berimbau appelée ainsi.


Violão[modifier | modifier le code]

C'est une guitare classique aux cordes en boyaux à l'origine, et en nylon aujourd'hui. Outre la version à six cordes, il en existe plusieurs au Brésil avec des cordes surnuméraires et au Portugal, des versions avec des cordes susnuméraires ou des formes hybrides.

Lutherie[modifier | modifier le code]

Violão de sete cordas

Brésil :

  • Violão de sete cordas :

Lutherie typique avec l'adjonction d'une septième corde basse. L'accord est : Si - Mi - La - Ré - Sol - Si - Mi

  • Violão de oito cordas :

Une autre version pour jouer le répertoire baroque. Un autre corde basse s'ajoute ici.

  • Violão tenor :

C'est une guitare à quatre cordes accordées en quinte et qui remplace le violoncelle.

Portugal :

  • Violão baixo :

C'est une guitare basse à quatre cordes.

  • Violão harpa :

C'est une guitare mélangée à une harpe.

Jeu[modifier | modifier le code]

Au Brésil, on l'utilise pour jouer les choros, la bossa-nova et la musique baroque.

Parmi ses grands interprètes on peut citer : Baden Powel, Antônio Carlos Jobim, João Gilberto, Toninho Ramos.

Viola[modifier | modifier le code]

Viola caipira

C'est une guitare plus petite avec en général dix cordes de métal placées en cinq doubles chœurs en général. Elle est plus proche de la vihuela ou de la guitare baroque.

Lutherie[modifier | modifier le code]

Açores :

  • Viola micaelense :
  • Viola da terra :

Elle a douze cordes en cinq chœurs. Sa table d'harmonie est percée de deux grandes ouïes en forme de cœur comme l'amarantina. La touche du manche est toutefois fondue dans la table d'harmonie. Le chevillier à l'ancienne se termine en pointe. L'accord est : la - la - la - ré - ré - ré - sol - sol - si - si - ré - ré.

  • Viola da Terceira ou viola terceirense :

Elle a de quinze à dix-huit cordes en six à sept chœurs. La touche est légèrement surélevée par rapport à la table d'harmonie. Elle a une grosse ouïe centrale ronde. L'accord est : mi - mi - mi - la - la - la - ré - ré - ré - sol - sol - si - si - mi - mi (le septième chœur est variable).

Brésil :

Viola caipira avec marqueterie;
  • Viola caipira (aussi appelée 'viola de dez cordes, viola cabocla, viola de pinho, viola de arame ou viola paulista) :
Viola de Cocho

Elle est un peu plus petite et plus élancée que la guitare classique, avec un dos plat, une touche surélevée et un chevillier plat.

Parmi les nombreux accords possibles, le plus courant est ouvert : laLA - réRé - fafa# - lala - réré.

  • Viola sertaneja :

Même caractéristique que la précédente, mais utilisée dans la « country » brésilienne du Nordeste. Elle est souvent jouée sur quatre cordes simples et les accords sur trois doubles chœurs.

  • Viola delvecchio ou viola dinamico :

C'est une guitare inspirée de la dobro, avec un résonateur en métal incorporé dans la caisse de résonance, et une dizaine d'ouïes pratiquées sur la table d'harmonie.

  • Viola de cocho :


Elle se rencontre au Mato Grosso (Cuiabá) et Mato Grosso do Sul (Corumbá), et a des caractéristiques uniques, qui la rattachent plus aux instruments du Moyen Âge (guiterne).

Le corps, le manche (très court) et le chevillier sont excavés d'un bloc de bois léger monoxyle. De fines plaques de bois sont ensuite collées sur la touche, sur la table d'harmonie et le chevillier légèrement courbé. Il n'y a aucun vernis et l'instrument semble rudimentaire. Il n'y a que deux ou trois frettes en boyaux.

Elle est montée avec cinq cordes en nylon ou boyaux, fixées sur cinq chevilles à l'ancienne. L'accord est Sol - Ré - Mi - La - ré ou Sol - Do - Mi - La - ré.

Cap-Vert :

  • Viola de dez cordas :

Elle a dix cordes en cinq chœurs et deux ouïes en forme de cœur, comme l'amarantina et la da terra. Le chevalet est différent aussi. L'accord est : la - la - ré - ré - sol - sol - si - si - mi - mi.

Madère :

  • Viola de arame :

Elle a neuf cordes en cinq chœurs. La touche du manche est surélevée par raort à la table d'harmonie. Elle a une grande ouïe centrale ronde. L'accord est : sol - sol - ré - ré - sol - sol - si - ré - ré.

  • Viola francesa :

Elle a six cordes simples accordées comme une guitare. Le chevillier est à l'ancienne et les hanches de la caisse, un peu minces.

Portugal :

  • Viola amarantina :

Elle a dix cordes en cinq chœurs. Comme la da terra et la de diz cordas, elle a une caisse de résonance percée de deux ouïes en forme de cœur. La touche est légèrement surélevée par rapport à la table d'harmonie, et le chevillier est à l'ancienne. Le chevalet est décoré. L'accord est : ré - ré - la - la - si - si - mi - mi - la - la.

  • Viola beiroa :

Elle a douze cordes en six chœurs et une caisse de résonance aux hanches très minces, percée d'une ouïe centrale ronde. Les deux cordes les plus aiguës, faisant office de bourdon, sont attachées à un petit chevillier séparé et fixé contre le manche et l'éclisse, près de la caisse de résonance, sur la partie supérieure de laquelle est placé un petit sillet. L'accord est souvent : ré - ré (bourdon) - la - la - ré - ré - sol - sol - si - si - ré - ré, mais il peut fluctuer selon les régions.

  • Viola braguesa :

Elle a dix cordes en cinq chœurs. L'ouïe centrale eset en forme de croissant. La touche ne se prolonge pas sur la table d'harmonie. L'accord est : do - do - sol - sol - la - la - ré - ré - sol - sol.

  • Viola campanica :

Elle a dix cordes en cinq chœurs et ressemble à la beiroa avec une caisse de résonance aux hanches très minces (ici plus décorée), une ouïe centrale ronde et un chevillier à l'ancienne. L'acccord est : do - do - fa - fa - do - do - mi - mi - sol - sol.

  • Viola Toeira :

Elle a douze cordes en cinq chœurs. Elle a une grande ouïe centrale ovale et un chevillier à l'ancienne. La caisse est décorée. L'accord est : la - la - la - ré - ré - ré - sol - sol - si - si - mi - mi.

Jeu[modifier | modifier le code]

Au Brésil, on y joue la musique cantoria et sertaneja, souvent en duo. La viola est aussi entendue dans la samba de viola, la moda de viola, les folias, le cururu, le catertê, le fandango, la cana-verde, la congada, le bailado moçambique, etc.

Roberto Corrêa en est l'instrumentiste le plus accompli. D'autres compositeurs et musiciens de renom sont: Almir Sater, Braz da Viola, Inezita Barroso, Paulo Freire et Ivan Vilela[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]