Vincenzo Cardarelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vincenzo Cardarelli, de son vrai nom Nazareno Cardarelli, né le 1er mai 1887 Tarquinia dans le Latium et décédé le 18 juin 1959 à Rome, était un écrivain, poète et journaliste italien.

Après avoir obtenu le prix Bagutta en 1929, pour Il Sole a picco, il remporta le prix Strega en 1948, pour Villa Tarantola. Il était grand officier de l'Ordre du Mérite de la République italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vincenzo Cardarelli naquit à Tarquinia (ville jadis nommée Corneto Tarquinia), dans la province de Viterbe, où son père, Antonio Romagnoli, originaire des Marches, gérait le buffet d'une gare. Il y passa son enfance et son adolescence. Il fit des études chaotiques et se cultiva en autodidacte. À 17 ans il s'enfuit de chez lui et se retrouva à Rome, où, pour vivre, il fit les métiers les plus divers, parmi lesquels correcteur d'épreuves au quotidien Avanti !. C'est dans ce journal, où il devint rédacteur, qu'il commença en 1906 sa carrière de journaliste. Il collabora à Il Marzocco, La Voce, Lirica, Il Resto del Carlino. Après les années de guerre qu'il avait passées entre la Toscane, la Vénétie et la Lombardie, il revint à Rome, où, se joignant à un groupe d'intellectuels, il fonda la revue littéraire La Ronda et y fit connaître son programme de restauration classique.

Sa renommée reste liée aux nombreuses poésies et œuvres en prose autobiographiques sur les façons de vivre et les voyages, rassemblées dans Prologhi (1916), Viaggi nel tempo (1920), Favole e memorie (1925), Il sole a picco (1929), Il cielo sulle città (1939), Lettere non spedite (1946), Villa Tarantola (1948).

C'était un causeur brillant, un écrivain polémique et grave, ayant mené une vie errante et solitaire et montrant une dignité austère et renfrognée.

Ses maîtres furent Baudelaire, Nietzsche, Leopardi, Pascal, qui lui apprirent à exprimer ses passions de façon rationnelle, sans une exaltation d'esprit exagérée. Sa poésie est une poésie descriptive, linéaire, liée à des souvenirs passés quel qu'en soit le type, qu'il s'agisse de paysages, d'animaux, de personnes et d'états d'esprit ; il les exprime en se servant d'un langage discursif et en même temps impétueux et profond.

Bien des gens considèrent sa poésie Marzo comme une des plus belles... Elle commence par : « Aujourd'hui le printemps/ est comme un vin mousseux. / Le premier vert pétille/ sur les grands ormes aux touffes fleuries. »

Ouvrages principaux[modifier | modifier le code]

  • Prologhi, Milano, 1916;
  • Viaggi nel tempo, Firenze, 1920;
  • Terra genitrice, Roma,1935;
  • Favole e memorie, Milano, 1925;
  • II sole a picco, Bologna, 1928; prix Bagutta 1929
  • Prologhi viaggi, favole, Lanciano, 1929;
  • Giorni in piena, Roma, 1934;
  • Poesie,Roma, 1936 ristampa accresciuta, Roma, 1942;
  • Rimorsi,Roma, 1944;
  • Lettere non spedite,Roma, 1946;
  • Poesie nuove, Venezia, 1946;
  • Solitario in Arcadia, Milano, 1947;
  • Villa Tarantola, Milano, 1948; prix Strega
  • Poesie, Milano, 1949;
  • Invettiva ed altre poesie disperse, Milano, 1964;
  • Autunno, sei vecchio, rassegnati, a cura di C. Martìgnoni, Lecce, 1988;
  • Opere complete, a cura di G. Raimondi, Milano, 1962;
  • Opere, a cura di C. Martignoni, Milano, 1981.
  • Gabbiani, a cura Mondadori, Milano, 1998.
  • Estate, a cura di Alice,2008

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniele D'Alterio: Vincenzo Cardarelli sindacalista rivoluzionario : politica e letteratura in Italia nel primo Novecento, Bulzoni : Rom 2005
  • Carmine Di Biase: Invito alla lettura di Vincenzo Cardarelli, 1986
  • Charles Burdett: Vincenzo Cardarelli and His Contemporaries: Fascist Politics and Literary Culture (Oxford Modern Languages and Literature Monographs), Oxford University Press 1999, ISBN 0-19815-978-1
  • Italienische Lyrik. 50 Gedichte. Ital./Dt. Übers. u. Hrsg.: Jürgen Freiherr von Stackelberg, Reclam ISBN 978-3-15-018310-6
  • Giuseppe Savoca: Concordanza delle poesie di Vincenzo Cardarelli, Olschki : Florenz 1987, ISBN 88-222-3540-1
  • Pia-Elisabeth Leuschner, Vincenzo Cardarelli: „Settembre a Venezia / September in Venedig, in: Italienisch. Zeitschrift für italienische Sprache und Literatur, Bd. 48, November 2002, S. 66ff.
  • H. Meter: Vincenzo Cardarelli: 'Autunno veneziano', in: Manfred Lentzen (Hg.), Italienische. Lyrik in Einzelinterpretationen, Berlin (E. Schmidt) 1999, S. 79 - 87

Sources[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]