Vincent de Tinténiac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vincent de Tinténiac
Image illustrative de l'article Vincent de Tinténiac

Surnom Le loup blanc
Naissance ~ 1764
à Bannalec
Décès 18 juillet 1795 (à 31 ans)
à Coëtlogon
Mort au combat
Origine Français, Breton
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Naval Ensign of the Kingdom of France.svg Association bretonne
Flag of Royalist France.svg Chouan
Arme Infanterie
Grade Maréchal de camp
Années de service 1795
Conflits Guerre de Vendée
Chouannerie
Faits d'armes Bataille de Quiberon
Bataille de Coëtlogon

Vincent de Tinténiac, né à Bannalec vers 1764, tué au château de Coëtlogon le 18 juillet 1795 était un général chouan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, il avait servi comme lieutenant dans la Marine royale mais avait démissionné.

En 1791, il rejoignit l'Association bretonne de Armand Tuffin de La Rouërie, où il servit comme agent de liaison entre la Bretagne et Jersey.

La chute de l'association ne mit pas fin à ses activités, en 1793, lors de la guerre de Vendée, il transmit aux Vendéens les dépêches qui proposaient l'aide britannique aux Vendéens si ceux-ci parvenaient à prendre un port.

En 1794, Tinténiac aida Joseph de Puisaye à prendre la tête de la chouannerie. Il participa activement au Débarquement des émigrés à Quiberon et fut nommé pour l'occasion maréchal de camp, et prit la tête d'une division de chouans.

Chargé lors de la bataille de prendre les républicains à revers, il dut se détourner, sur ordre, vers Saint-Brieuc. Ce fut lors de ce trajet que Tinténiac fut tué lors d'une escarmouche au château de Coëtlogon, le 18 juillet 1795. Car Tinténiac qui, dès les premiers coups fusils était sortit prendre la tête de ses hommes, fut frappé au cœur par une balle républicaine et tué sur le coup[1].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-François Chiappe, Georges Cadoudal, ou la liberté, p.24-27


Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]