Vincent van Gogh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vincent Van Gogh)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Van Gogh » redirige ici. Pour les autres significations, voir Van Gogh (homonymie).

Vincent van Gogh

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait au chapeau de feutre, 1887, huile sur toile, 41,7 cm par 32,7 cm, Musée Van Gogh - Fondation Vincent van Gogh, Amsterdam, F344/JH1353[Note 1].

Nom de naissance Vincent Willem van Gogh
Naissance 30 mars 1853
Groot Zundert (Pays-Bas)
Décès 29 juillet 1890 (à 37 ans)
Auvers-sur-Oise (France)
Nationalité Drapeau des Pays-Bas Néerlandais
Activités Peintre
Mouvement artistique Postimpressionnisme, Symbolisme
Influencé par Jean-François Millet, Rembrandt, Frans Hals, Anton Mauve, Eugène Delacroix, Adolphe Monticelli[1] et Hiroshige
Influença Expressionnisme

Vincent Willem van Gogh[Note 2] (né le 30 mars 1853 à Groot-Zundert aux Pays-Bas - mort le 29 juillet 1890 à Auvers-sur-Oise en France) est un peintre et dessinateur néerlandais. Son œuvre pleine de naturalisme, inspirée par l'impressionnisme et le pointillisme, annonce le fauvisme et l'expressionnisme. Au début du XXIe siècle, c'est l'un des peintres les plus connus au monde.

Van Gogh grandit au sein d'une famille de l'ancienne bourgeoisie. Il tente d'abord de faire carrière comme marchand d'art chez Goupil & Cie. Cependant, refusant de voir l'art comme une marchandise, il est licencié. Il aspire alors à devenir pasteur, mais il échoue aux examens de théologie. À l'approche de 1880, il se tourne vers la peinture. Pendant ces années, il quitte les Pays-Bas pour la Belgique, puis s'établit en France. Autodidacte, Van Gogh prend néanmoins des cours de peinture. Passionné, il ne cesse d'enrichir sa culture picturale : il analyse le travail des peintres de l'époque, il visite les musées et les galeries d'art, il échange des idées avec ses amis peintres, il étudie les estampes japonaises, les gravures anglaises, etc. Sa peinture reflète ses recherches et l'étendue de ses connaissances artistiques. Toutefois, sa vie est parsemée de crises qui révèlent son instabilité mentale. L'une d'elle provoque son suicide, à l'âge de 37 ans.

L'abondante correspondance de Van Gogh permet de mieux comprendre cet artiste. Elle est constituée de plus de huit cents lettres écrites à sa famille et à ses amis, dont six cent cinquante-deux envoyées à son frère « Theo »[Note 3], avec qui il entretient une relation soutenue aussi bien sur le plan personnel que professionnel.

L'œuvre de Van Gogh est composée de plus de deux mille toiles et dessins datant principalement des années 1880. Elle fait écho au milieu artistique européen de la fin du XIXe siècle. Il est influencé par ses amis peintres, notamment Anthon van Rappard, Émile Bernard et Paul Gauguin. Il échange aussi des points de vue avec son frère Theo, un marchand d'art connu. Il admire Jean-François Millet, Rembrandt, Frans Hals, Anton Mauve et Eugène Delacroix, tout en s'inspirant de Hiroshige, Claude Monet, Adolphe Monticelli, Paul Cézanne, Edgar Degas et Paul Signac.

Peu connu dans les années 1890, Van Gogh n'a été remarqué que par un petit nombre d'auteurs et de peintres en France, aux Pays-Bas, en Belgique et au Danemark. Cependant, dans les années 1930, ses œuvres attirent cent vingt mille personnes à une exposition du Museum of Modern Art à New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Photomontage de la famille de Vincent van Gogh
La famille de Vincent van Gogh
En haut : son père Theodorus van Gogh et sa mère Anna Cornelia van Gogh (née Carbentus)
En dessous : Vincent Willem, Anna Cornelia, Theo, Elisabetha Huberta, Willemina Jacoba et Cornelius Vincent

La famille Van Gogh, d'ancienne bourgeoisie, est déjà notable aux XVIe et XVIIe siècles. L'état de pasteur est une tradition familiale[WM 1], de même que le commerce de l'art. Le grand-père de Vincent (1789-1874) a, par exemple, suivi des cours à la faculté de théologie à l'université de Leyde jusqu'en 1811. Trois de ses fils sont devenus des marchands d'art.

Vincent Willem Van Gogh naît le 30 mars 1853 à Groot-Zundert, un village près de Bréda dans l'Ouest du Brabant-Septentrional, dans le Sud des Pays-Bas. Sa mère avait mis au monde un enfant mort-né le 30 mars 1852 : Vincent Willem I, dont il portera le prénom. Il est le fils aîné de Theodorus van Gogh, pasteur de l'Église réformée à Groot-Zundert depuis 1849 et d'Anna Cornelia, née Carbentus, fille d'un relieur de la cour du Duché de Brabant. Ses parents élèveront six enfants : Vincent, Anna Cornelia (1855-1930), Théodore (« Theo »), Elisabetha Huberta (« Liss », 1859-1936), Willemina Jacoba (« Wil » ou « Wilkie », 1862-1941) et Cornelis Vincent (« Cor », 1867-1900)[WM 2].

Son père Theodorus compte dix frères et sœurs. Plusieurs oncles paternels joueront un rôle déterminant dans la vie de Vincent. Hendrik Vincent van Gogh, « Hein », est marchand d'art à Bruxelles. Johannes van Gogh, « Jan », est un amiral néerlandais chez qui Vincent habitera à Amsterdam pendant plus d'un an. Cornelis Marinus van Gogh, « Cor », est également marchand d'art. Son parrain Vincent van Gogh, « Cent », s'est associé à la chaîne de galeries de l'éditeur d'art parisien Goupil & Cie.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

1853–1869[modifier | modifier le code]

Maison natale de Vincent van Gogh, dans le presbytère de Groot-Zundert, aux Pays-Bas
Vincent van Gogh à l'âge de 13 ans
Vincent van Gogh à l'âge de 13 ans (1866)

La famille de Van Gogh mène une vie simple. L'ambiance laborieuse du foyer parental marque profondément le jeune Vincent qui est un enfant sérieux, silencieux et pensif[M 1].

En 1860, Van Gogh entre à l'école de Zundert dont l'effectif est de deux cents élèves. À partir de 1861, lui et sa sœur Anna suivent les enseignements d'une institutrice qui donne des cours à la maison jusqu'au 1er octobre 1864, date à laquelle il part pour l'internat de Jan Provily à Zevenbergen, une ville rattachée à la commune de Moerdijk à trente kilomètres de chez lui. Il y apprend le français, l'anglais et l'allemand. Il y réalise aussi ses premiers essais de dessin[WM 3]. Le 15 septembre 1866, il entre au collège Guillaume II à Tilburg. Van Gogh vit difficilement cet éloignement. En mars 1868, il quitte précipitamment l'établissement et retourne chez ses parents à Zundert.

1869-1878[modifier | modifier le code]

Vincent van Gogh à l'âge de 18 ans.
Vincent van Gogh à l'âge de 18 ans[2],[3].
Theodorus van Gogh à l'âge de 21 ans.
Theodorus van Gogh à l'âge de 21 ans

Le 30 juillet 1869, à l'âge de 16 ans, Van Gogh quitte la maison familiale et devient apprenti chez Goupil & Cie à La Haye, filiale fondée par son oncle Hein[4]. Cette firme internationale vend des tableaux, des dessins et des reproductions. Elle est alors dirigée par Hermanus Tersteeg[JLB 1] pour qui l'artiste avait un grand respect. En 1871, son père est muté à Helvoirt. Vincent y passe ses vacances en 1872, avant de rendre visite à Theo, à Bruxelles.

Après sa formation en apprentissage, il est engagé chez Goupil & Cie. En juin 1873, Adolphe Goupil l'envoie dans la succursale de Londres avec l'accord de son oncle Cent. Selon la future femme de Theo, Johanna Bonger dite « Jo », c'est la période la plus heureuse de sa vie[5]. Il réussit et, à 20 ans, il gagne plus que son père. Il tombe amoureux d'Eugénie[Diff 1] Loyer, la fille de sa logeuse à Brixton, mais lorsqu'il lui révèle ses sentiments, elle lui avoue qu'elle s'est déjà secrètement fiancée avec le locataire précédent[Z 1]. Van Gogh s'isole de plus en plus. À la même époque, il développe un fervent intérêt pour la religion. Son zèle religieux prend des proportions qui inquiètent sa famille. Le 12 novembre 1873, Theo est muté à la succursale de La Haye par son oncle Cent.

Son père et son oncle envoient Vincent à Paris à la mi-mai 1875 au siège principal de Goupil & Cie au 9 rue Chaptal. Il est choqué de voir l'art traité comme un produit et une marchandise, et le dénonce à certains clients, ce qui provoque son licenciement le 1er avril 1876[6],[Z 2]. Entre-temps, la famille Van Gogh déménage à Etten, village du Brabant-Septentrional.

Van Gogh se sent alors une vocation spirituelle et religieuse. Il retourne en Angleterre où, pendant quelque temps, il travaille bénévolement, d'abord comme professeur suppléant dans un petit internat donnant sur le port de Ramsgate, où il est engagé. Il dessine quelques croquis de la ville. À son frère Theo, il écrit[Note 4],[M 2] : « À Londres, je me suis souvent arrêté pour dessiner sur les rives de la Tamise en revenant de Southampton Street le soir, et cela n'aboutissait à rien ; il aurait fallu que quelqu'un m'explique la perspective. » Comme l'école doit par la suite déménager à Isleworth dans le Middlesex[Note 5], Van Gogh décide de s'y rendre. Mais le déménagement n'a finalement pas lieu. Il reste sur place, devient un fervent animateur méthodiste et veut « prêcher l'Évangile partout ». À la fin d'octobre 1876, il prononce son premier sermon à la Wesleyan Methodist Church à Richmond. En novembre, il est engagé comme assistant à la Congregational Church de Turnham Green[JLB 2].

À Noël 1876, il retourne chez ses parents. Sa famille l'incite alors à travailler dans une librairie de Dordrecht aux Pays-Bas pendant quelques mois. Toutefois, il n'y est pas heureux. Il passe la majeure partie de son temps dans l'arrière-boutique du magasin à dessiner ou à traduire des passages de la Bible en anglais, en français et en allemand. Ses lettres comportent de plus en plus de textes religieux. Son compagnon de chambre de l'époque, un jeune professeur appelé Görlitz, expliquera plus tard que Van Gogh se nourrit avec parcimonie[7] : « Il ne mangeait pas de viande, juste un petit morceau le dimanche, et seulement après que notre propriétaire eut longuement insisté. Quatre pommes de terre avec un soupçon de sauce et une bouchée de légumes constituaient son dîner. »

Le soutenant dans son désir de devenir pasteur, sa famille l'envoie en mai 1877 à Amsterdam, où il séjourne chez son oncle Jan, qui est amiral. Vincent se prépare pour l'université et étudie la théologie avec son oncle Johannes Stricker, théologien respecté[Note 6]. Il échoue à ses examens. Il quitte alors le domicile de son oncle Jan, en juillet 1878, pour retourner à la maison familiale à Etten. Il suit des cours pendant trois mois à l'école protestante de Laeken, près de Bruxelles, mais il échoue à nouveau et abandonne ses études pour devenir prédicateur laïc. Début décembre 1878, il obtient une mission d'évangéliste en Belgique, auprès des mineurs de charbon du Borinage, dans la région de Mons. Il y devient un prédicateur solidaire des luttes contre le patronat mais il a déjà fait son apprentissage pictural en ayant visité tous les grands musées des villes importantes qu'il a traversé quand il travaillait chez Goupil & Cie[8].

1879-1880[modifier | modifier le code]

Vincent van Gogh - 1878 1879 - Wasmes - Maison du boulanger Denis - Angle Rue du petit-Wasmes et Rue Wilson
Maison dans laquelle a séjourné Vincent van Gogh à Cuesmes, Belgique en 1878.

Sa traversée du Borinage en Belgique commence à Pâturages (aujourd'hui dans la commune de Colfontaine) en 1878. Il y est accueilli par un évangéliste qui l'installe chez un cultivateur à Wasmes. Très vite, il juge cette maison trop luxueuse et, en août, il part pour Cuesmes pour loger chez un autre évangéliste. Allant au bout de ses convictions, Van Gogh décide de vivre comme ceux auprès desquels il prêche, partageant leurs difficultés jusqu'à dormir sur la paille dans une petite hutte. Il descend à 700 mètres dans un puits de mine au Charbonnage de Marcasse. Il consacre tout aux mineurs et à leur famille. Il va même jusqu'à descendre dans la mine. Lors d'un coup de grisou, il sauve un mineur. Mais ses activités de pasteur ouvrier ne tardent pas à être désapprouvées[Z 3], ce qui le choque. Accusé d'être un meneur, il est contraint d'abandonner la mission — suspendue par le comité d'évangélisation — qu'il s'était donnée[M 3]. Il en garde l'image de la misère humaine qui apparaîtra dans une partie de son œuvre. Après ces évènements, il se rend à Bruxelles puis revient brièvement à Cuesmes, où il s'installe dans une maison. Mais, sous la pression de ses parents, il retourne à Etten. Il y reste désœuvré, jusqu'en mars 1880, ce qui préoccupe de plus en plus sa famille. Vincent et Theo se disputent au sujet de son avenir : ces tensions les privent de communication pendant près d'un an[8].

De plus, un grave conflit éclate entre Vincent et son père, ce dernier allant jusqu'à se renseigner pour faire admettre son fils à l'asile de Geel. Il s'enfuit de nouveau et se réfugie à Cuesmes, où il loge jusqu'en octobre 1880 chez un mineur. Entre-temps, Theo obtient un emploi stable chez Goupil & Cie à Paris.

Maturité[modifier | modifier le code]

Déplacements de Van Gogh. À chaque numéro sur la carte correspond une des photographies ci-contre.

Van Gogh atteint sa maturité au moment où il débute sa carrière d'artiste. Il s'intéresse de plus en plus à ses proches et aux scènes quotidiennes qu'il commence à représenter dans des croquis à la mine de plomb, au fusain ou au crayon[Z 4]. En octobre 1880, il part à Bruxelles et, le 15 novembre 1880, il s'inscrit à l'Académie royale des beaux-arts sur les conseils du peintre Willem Roelofs. Il a l'opportunité de travailler à l'atelier du peintre Anthon van Rappard, rue Traversière. Le 1er février 1881, Theo est nommé gérant de la succursale de Goupil & Cie sur le boulevard Montmartre ; il décide alors de subvenir aux besoins de son frère[JLB 3]. Vincent est presque âgé de 28 ans.

Fin avril 1881, Van Gogh revient à la maison familiale et y reste jusqu'à Noël. Il consacre principalement son temps à la lecture et aux études des figures. L'été, il tombe amoureux de Kee Vos, la fille de son oncle Stricker. Malgré le refus clair de Kee, veuve toute récente, Vincent insiste, créant une atmosphère de plus en plus tendue dans sa famille.

La Haye[modifier | modifier le code]

Sorrow, 1882, mine de plomb, lavis, 45,5 cm par 29,5 cm, collection privée, F929/JH129[Note 1].

À la suite d'une violente dispute avec son père, il part pour La Haye, où il s'installe dans un modeste atelier. Il y reçoit des leçons de peinture de son cousin par alliance Anton Mauve, pratique alors essentiellement l’aquarelle et étudie la perspective.

En janvier 1881, Van Gogh rencontre une ancienne prostituée, Sien Hoornik, qui commence à poser pour lui. Au printemps 1882, son oncle Cornelis Marinus, propriétaire d'une galerie d'art renommée à Amsterdam, lui commande des dessins de La Haye. Le travail ne s'avère pas à la hauteur des espérances de son oncle, qui lui passe néanmoins une deuxième commande. Bien qu'il lui ait décrit en détail ce qu'il attendait de lui, il est de nouveau déçu. En juin 1882, une hospitalisation liée à une maladie vénérienne lui permet de se réconcilier avec ses parents[JLB 4]. À sa sortie, il s'installe dans un plus grand atelier avec Sien Hoornik et ses deux enfants. C'est au cours de l'été 1882 qu'il commence la peinture à l'huile. Cette période de sa vie lui permet de se consacrer à son art. Il partage ses réflexions sur des peintres qu'il admire comme Daumier ou Jean-François Millet dont il connaît bien les œuvres[Lettre 1],[Lettre 2]. Il exécute de nombreux tableaux et dessins selon différentes techniques. Il envoie ses œuvres à Theo et écrit à Anthon van Rappard. À partir du printemps 1883, il s'intéresse à des compositions plus élaborées, basées sur le dessin. Très peu de ces dessins ont survécu car, manquant de nervosité et de fraîcheur selon Theo, ils seront détruits par Vincent.

Les vingt mois qu'il passe à La Haye (entre 1882 et 1883) semblent décisifs pour l’artiste, qui réalise sa volonté de rompre avec les conventions morales de son milieu social, et son impossibilité à mener une existence normale. De nombreuses lectures, Honoré de Balzac, Victor Hugo, Émile Zola ou encore Charles Dickens, viennent enrichir sa vision du monde, et renforcent ses convictions sociales. En août 1883, il envisage de partir dans la province campagnarde de la Drenthe pour profiter de ses paysages. Sa relation avec Sien Hoornik se termine alors.

Drenthe[modifier | modifier le code]

De septembre à décembre 1883, Vincent séjourne en solitaire dans la province de Drenthe, dans le Nord des Pays-Bas, où il s'acharne à sa peinture. C'est l'unique remède qu'il trouve face à un profond sentiment de détresse. Il change assez souvent de logement et la solitude lui pèse. Le temps pluvieux et les difficultés financières de son frère Theo le décident à rejoindre sa famille installée depuis juin 1882 à Nuenen, en Brabant-Septentrional, dans le presbytère paternel[JLB 5].

Nuenen[modifier | modifier le code]

Le Vieux Clocher de Nuenen (« Le Cimetière paysan »), 1885, huile sur toile, 65 cm par 80 cm, Musée van Gogh - Fondation Vincent van Gogh, Amsterdam, F84/JH772.

Van Gogh profite d'un petit atelier aménagé à son intention dans la maison familiale. Il y réalise des séries de tableaux sur différents thèmes, notamment les tisserands. C'est à Nuenen que son talent se révèle définitivement : de cette époque datent de puissantes études à la pierre noire de paysans au travail, mais aussi quelque deux cents tableaux à la palette sombre et aux coups de brosse expressifs, qui confirment alors son talent de dessinateur et de peintre[9].

Étude pour Les Mangeurs de pommes de terre, 1885, huile sur toile, 33,5 cm par 44,4 cm, Musée van Gogh - Fondation Vincent van Gogh, Amsterdam, F77r/JH686.

Vincent propose à Theo de ne plus lui verser de pension mais plutôt d'échanger ses versements contre ses tableaux. Theo acquiert ainsi des tableaux qu'il espère vendre[JLB 6]. Vincent continue à voir Van Rappard avec qui il peint. À cette période, il donne aussi des cours de peinture à des amateurs. Puis, en mai 1884, il loue un atelier plus vaste que ce qu'il avait jusqu'alors.

Portrait de paysan, 1885, huile sur toile, 39 cm par 30,5 cm, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles

Pour la troisième fois, Van Gogh tombe amoureux. Il entame une relation avec sa voisine Margot Begemann, ce que leurs familles respectives n'apprécient pas. À la mi-septembre, Margot tente de se suicider. Elle passe sa période de convalescence à Utrecht. Le 26 mars 1885, le père Van Gogh meurt d'une crise cardiaque. À cause des relations difficiles qu'il entretient avec son entourage, la sœur de Vincent lui demande de quitter le presbytère. Il habite alors dans son atelier entre avril et mai 1885.

Alors qu'il est encore à Nuenen, il travaille sur une série de peintures qui doivent décorer la salle à manger d'un de ses amis vivant à Eindhoven. Van Gogh s'intéresse alors aux artistes renommés de l'école de La Haye, comme Théophile de Bock et Herman Johannes van der Weele. Il s'agit d'un groupe d'artistes qui, entre 1860 et 1890, sont fortement influencés par la peinture réaliste de l'école de Barbizon. Parmi ces artistes, Johan Hendrik Weissenbruch ou Bernard Blommers par exemple, sont cités dans les lettres de Van Gogh lors de ses discussions sur l'art[Lettre 3],[Lettre 4]. Il n'hésite pas non plus à faire des remarques sur Rembrandt et Frans Hals en discutant de leurs œuvres[Lettre 5].

À la même époque, Émile Zola est critique d'art. En 1885, au moment où paraît son roman Germinal, Van Gogh peint Les Mangeurs de pommes de terre. Ils exposent tous les deux la vie de la classe populaire. Après son passage à Nuenen, passant de ce réalisme sombre au colorisme, Van Gogh prend un nouvel élan dans sa peinture. Sa palette devient plus claire et plus colorée, alors que ses coups de pinceaux deviennent plus nets[10].

Anvers[modifier | modifier le code]

À Anvers de nouveau, en novembre 1885, il est impressionné par les peintures de Rubens et découvre les estampes japonaises, qu'il commence à collectionner dans cette ville. C'est aussi dans la capitale flamande que l'artiste inaugure sa fameuse série d'autoportraits. Il prend divers cours de dessin et réalise des études de nus. L'idée de repartir à Paris lui est agréable. Il compte déjà étudier dans l'atelier de Fernand Cormon et se loger chez Theo pour des questions d'économie[JLB 7]. En février 1886, il débarque donc à Paris.

Paris[modifier | modifier le code]

Le Restaurant de la Sirène à Asnières, 1887, huile sur toile, 54 cm par 65 cm, Musée d'Orsay, Paris, F313/JH1251.

Au début du mois de mars 1886, Vincent rejoint son frère Theo à Montmartre avec l'envie de s'informer sur les nouveautés de la peinture impressionniste. À l'époque, Theo est gérant de la galerie montmartroise Boussod, Valadon & Cie (les successeurs de Goupil & Cie)[JLB 8],[Z 5]. Vincent y devient également l'amant d'Agostina Segatori, tenancière italienne du cabaret Le Tambourin, boulevard de Clichy. Seule la connaissance du milieu artistique parisien peut véritablement permettre à Van Gogh de renouveler et d'enrichir sa vision. Cette année-là est celle de la dernière exposition impressionniste que Vincent découvre, et en 1887 doit avoir lieu la première rétrospective de l’œuvre de Millet[8].

Paris se prépare alors à accueillir plusieurs expositions : en plus du Salon, où sont exposées les œuvres de Puvis de Chavannes, Van Gogh visite les salles de la cinquième exposition internationale à la galerie Georges Petit, qui présente des toiles d'Auguste Renoir et de Claude Monet. Ces derniers n'avaient pas souhaité participer à la huitième et dernière exposition des impressionnistes qui offrait le spectacle d'un groupe déchiré, entre les défections et les nouvelles arrivées, et ouvrait ses portes à la nouveauté du moment, le néo-impressionnisme, avec la toile de Georges Pierre Seurat, Un dimanche après-midi à l'Île de la Grande Jatte.

À Paris dans les années 1886 - 1887, Van Gogh fréquente un moment l’Académie du peintre Cormon, où il fait la connaissance de Henri de Toulouse-Lautrec, de Louis Anquetin, d’Émile Bernard ainsi que de John Peter Russell. Ce dernier réalise son portrait. Il rencontre également, par l’intermédiaire de son frère, presque tous les impressionnistes, en particulier Georges Seurat et Camille Pissarro, ainsi que Paul Gauguin. Dans la boutique du Père Tanguy, il devient l'ami de Paul Signac. Sous l’influence des estampes japonaises, ses compositions acquièrent peu à peu davantage de liberté et d’aisance, tandis qu’il s’essaie à la technique de l’aplat coloré. Pissarro l’initie également aux théories nouvelles sur la lumière et au traitement divisionniste des tons. La palette de l'artiste s’enrichit alors de couleurs vives et sa touche s’anime et se fragmente, ceci grâce également à Signac avec qui il travaille en 1887[M 4].

Exalté par la ferveur du climat artistique parisien, Van Gogh brûle les étapes de son renouvellement artistique grâce à la fréquentation des peintres les plus anticonformistes du moment : il s'essaye au néo-impressionnisme auprès de Signac et Pissarro, enquête sur les profondeurs psychologiques du portrait avec son ami Toulouse-Lautrec, est précocement informé de la synthèse du cloisonnisme par ses compagnons Louis Anquetin et Émile Bernard, et peut apprécier les toiles exotiques réalisées par Gauguin en Martinique. Régénéré par cette modernité, il est prêt à réaliser son rêve méditerranéen, à la recherche de la lumière aveuglante de la Provence, qui fait resplendir les couleurs pures de la nature, étudiées jusque-là dans sa collection d'estampes japonaises. C'est une période très fertile où son art s'oriente vers l'impressionnisme mais l'absinthe et la fatigue aggravent son état mental. Le 19 février 1888, il quitte Paris.

Arles[modifier | modifier le code]

La Maison jaune (« La Rue »), 1888, huile sur toile, 72 cm par 89 cm, Yale University Art Gallery, New Haven, F464/JH1589.
La Chambre à coucher, 1888, huile sur toile, 72 cm par 90 cm, Musée van Gogh - Fondation Vincent van Gogh, Amsterdam, F482/JH1608.

Le 20 février 1888, il s'installe à Arles dans la vieille ville à l'intérieur des remparts à l'hôtel-restaurant Carrel au 30 rue de la Cavalerie, à l'époque quartier des maisons closes, avec comme compagnon le peintre danois Christian Mourier-Petersen. Il loue également une partie de la « maison jaune » pour en faire son atelier. Quelques jours après, il loge au café de la Gare, 30 place Lamartine[Lettre 6],[JLB 9] et s'installe ensuite, à partir du 17 septembre, dans la Maison Jaune, juste à côté.

Paysage enneigé, 1888, huile sur toile, 50 cm par 60 cm, collection privée, Londres, F391/JH1358.
Moissons en Provence, juin 1888, environs d'Arles, huile sur toile, 50 x 60 cm, Musée d'Israël, Jérusalem, F558/JH1481.
L'hôpital (appelé alors « Hôtel-Dieu » et aujourd'hui « Espace van Gogh ») où fut admis Vincent van Gogh à la fin de 1888.
Iris, 1889, huile sur toile, 71 cm par 93 cm, J. Paul Getty Museum, Los Angeles, F608/JH1691.
Tournesols dans un vase, 1888, huile sur toile, 93 cm par 73 cm, National Gallery, Londres, F454/JH1562.

Bien qu'il arrive dans la cité avec un temps de neige, une nouvelle page de son œuvre s'ouvre avec la découverte de la lumière provençale. Dès le 22 février 1888, il débute sa production arlésienne : il parcourt à pied la région et peint des paysages, des scènes de moissons et des portraits. Il envoie toujours ses tableaux à Theo. Trois de ses premiers tableaux sont présentés à la 4e exposition annuelle de la Société des artistes indépendants. En avril, Vincent rencontre le peintre américain Dodge MacKnight, qui habite Fontvieille, un petit village au nord-est d'Arles. Par MacKnight, il fait la connaissance du peintre Eugene Boch avec lequel une relation plus profonde se développe et dont il fait le portrait[11].

Au début du mois de juin 1888, ayant reçu un billet de 100 francs de son frère Theo, il se rend en diligence aux Saintes-Maries-de-la-Mer pour un séjour de cinq jours. Il y peint la barque Amitié et le village regroupé autour de l'église fortifiée.

À Arles, des idées plus anciennes sur l'art et la peinture réapparaissent, comme faire des séries de tableaux[Note 7]. Au printemps 1888, il réalise ainsi une série sur les vergers fleurissants dans des triptyques, ainsi qu'une série de portraits comme ceux de la famille Roulin. La première série des tournesols date aussi de cette époque. Entre-temps, il continue à échanger des lettres et des tableaux avec Émile Bernard et Paul Gauguin. Vincent qui habite la maison jaune, rêve en effet d'une communauté d'artistes unissant fraternellement leurs expériences et leurs recherches : Paul Gauguin vient le rejoindre dans ce but le 23 octobre 1888 et ils commencent à travailler ensemble, par exemple sur la série de tableaux consacrés aux Alyscamps. Mais les deux hommes s'entendent mal : la tension et l’exaltation permanentes qu’implique leur démarche créatrice débouchent sur une crise.

Le 23 décembre 1888, à la suite d'une dispute plus violente que les autres avec Gauguin, Van Gogh est retrouvé dans son lit le lobe de l'oreille gauche tranché[12]. Plusieurs théories tentent d'expliquer l'incident[13]. La thèse classique, soutenue par le musée Van Gogh d'Amsterdam d'après le témoignage de Gauguin[14],[15], explique que Van Gogh menace d'un rasoir Gauguin qui s'enfuit, laissant Van Gogh seul. Dans un accès de délire, celui-ci retourne le rasoir contre lui-même et se coupe l'oreille avant d'aller l'offrir à une prostituée[JLB 10]. Différents diagnostics possibles expliquent cet accès de folie (voir ci-dessous). Une théorie concernant la mutilation de l'oreille de Van Gogh a été publiée en 2009. Ses auteurs Hans Kaufmann et Rita Wildegans soutiennent que ce serait Gauguin qui, au cours d'une violente dispute, aurait tranché au sabre l'oreille de Vincent avant de s'enfuir d'Arles. La version de l'automutilation aurait pour but de l'innocenter[16].

Le lendemain de sa crise, Van Gogh est admis à l'hôpital et soigné par le docteur Rey dont il peint le portrait. Theo, inquiet de la santé de son frère, vient le voir et retourne à Paris le jour de Noël[JLB 10] accompagné de Gauguin. Cependant, une pétition signée par trente personnes demande l'internement ou l'expulsion de Vincent van Gogh d'Arles : il lui est reproché des troubles à l'ordre public. Le 7 février, le docteur Delon demande son internement pour « hallucinations auditives et visuelles ». Le 27 février, le commissaire de police d'Ornano conclut dans son rapport que Van Gogh pourrait devenir dangereux pour la sécurité publique[17]. En mars 1889, après une période de répit, il peint entre autres Autoportrait à l'oreille bandée. Cependant, à la suite de nouvelles crises, il est interné d'office sur ordre du maire à l'hôpital d'Arles[Lettre 7]. À la mi-avril, il loue un appartement au docteur Rey dans un autre quartier d'Arles[Lettre 8]. Le 18 avril 1889, Theo et Johanna Bonger se marient à Amsterdam[JLB 11].

Pendant son séjour à Arles, Vincent maintient le lien avec l'univers artistique parisien grâce à l'abondante correspondance qu'il échange avec son frère Theo. Malgré l'échec de son projet d'établir un atelier à Arles, il ne renonce pas au dialogue avec ses amis Émile Bernard et Gauguin. Ce dernier, après son séjour mouvementé à Arles, accompagne à travers ses lettres la vie de Van Gogh jusqu'à la fin[18].

Saint-Rémy-de-Provence[modifier | modifier le code]

Chambre de Vincent van Gogh à Saint-Paul-de-Mausole.

Le 8 mai 1889, il quitte Arles, ayant décidé d'entrer dans l'asile d'aliénés Saint-Paul-de-Mausole que dirige le médecin Théophile Peyron à Saint-Rémy-de-Provence. Il y reste un an, au cours duquel il a trois crises importantes : à la mi-juillet, en décembre et la dernière entre février et mars 1890.

La Nuit étoilée, 1889, huile sur toile, 73 cm par 92 cm, Museum of Modern Art, New York, F612/JH1731.

Malgré son mauvais état de santé, Van Gogh est très productif. Ce n'est que pendant ses crises de démence qu'il ne peint pas. Dans l'asile, une pièce au rez-de-chaussée lui est laissée en guise d'atelier[19]. Il continue à envoyer ses tableaux à Theo. Deux de ses œuvres font partie de la 5e exposition annuelle de la Société des artistes indépendants de Paris. Un des premiers tableaux de cette époque est l’Iris. Les peintures de cette période sont souvent caractérisées par des remous et des spirales. À diverses périodes de sa vie, Van Gogh a également peint ce qu'il voyait de sa fenêtre, notamment à la fin de sa vie avec une grande série de peintures de champs de blé qu'il pouvait admirer de la chambre qu'il occupait à l'asile de Saint-Rémy-de-Provence. Il quitte l'asile le 19 mai 1890[Note 8].

Theo rencontre le docteur Paul Gachet sur les recommandations de Pissarro. Theo encourage Vincent à sortir de l'asile et à se rendre à Auvers-sur-Oise, où il pourra consulter le médecin et être près de son frère[JLB 12].

Van Gogh commence également à devenir connu. En janvier 1890, un article d’Albert Aurier dans le Mercure de France[20] souligne pour la première fois l’importance de ses recherches. Un mois plus tard, le peintre Anna Boch acquiert l’un de ses tableaux, La Vigne rouge pour la somme de 400 francs[21].

Le 31 janvier 1890 naît le petit Vincent, fils de son frère Theo[22]. Dans les mois précédents la venue au monde de ce neveu et dont Vincent est le parrain, il écrit à Theo sans jamais mentionner le nom de l'enfant, en le nommant « le petit ». Lorsque le nouveau-né tombe malade sans gravité, Vincent éprouve de la tristesse et du découragement.

Auvers-sur-Oise[modifier | modifier le code]

Le Docteur Gachet, 1890, huile sur toile, 66 cm par 57 cm, collection privée[Note 9], F753/JH2007.

Après avoir rendu visite à Theo à Paris, Van Gogh s'installe à Auvers-sur-Oise, situé à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Paris[23]. Cette commune rurale du Vexin français était déjà connue dans le milieu des peintres, initialement par les paysagistes de l'école de Barbizon puis par les impressionnistes[Note 10]. Il y passe les 70 derniers jours de sa vie, du 20 mai au 29 juillet 1890. Le docteur Paul Gachet a promis de prendre soin de lui à la demande de Theo[Lettre 9]. Gachet, ami de Paul Cézanne et des peintres impressionnistes et lui-même peintre amateur, veille sur Van Gogh, qui loue une petite chambre dans l’auberge Ravoux (en).

Van Gogh, au sommet de sa maîtrise artistique, va alors décrire dans ses œuvres la vie paysanne et l'architecture de cette commune. Des articles paraissent dans la presse parisienne, bruxelloise et néerlandaise. C'est un signe important de sa reconnaissance dans ce milieu artistique. Grâce aux soins du docteur Gachet, son activité est intense : il peint plus de 70 tableaux[VK 1]. D'autre part, Theo, dont la maladie perdure, lui confie son inquiétude pour son travail et pour le petit Vincent Willem, malade. Theo désire retourner aux Pays-Bas.

Mort de Vincent van Gogh[modifier | modifier le code]

Tombes des deux frères van Gogh, recouvertes d'un simple lierre, à Auvers-sur-Oise

L'instabilité mentale de Vincent van Gogh reprend vers la fin juillet 1890. Le 27 juillet 1890, dans un champ derrière le château où il peint peut-être une ultime toile, car il a emmené son matériel de peinture avec lui, il se tire un coup de revolver dans la poitrine (pour viser le cœur) ou l'abdomen. Revenu boitillant à l'auberge Ravoux, il monte directement dans sa chambre. Ses gémissements attirent l'attention de l'aubergiste Arthur Ravoux qui le découvre blessé : il fait venir le docteur Gachet qui lui fait un bandage sommaire (une opération chirurgicale est impossible vu l'état de la médecine à cette époque) et dépêche à Paris Anton Hirschig (en), artiste néerlandais pensionnaire de son auberge, pour prévenir Théo van Gogh. Vincent van Gogh y meurt deux jours plus tard, à l'âge de 37 ans, son frère Théo étant à son chevet[24].

Théo, atteint de syphilis et de ses complications neurologiques, est hospitalisé en octobre 1890 dans une clinique psychiatrique d'Utrecht où il meurt le 25 janvier 1891[25] à l'âge de 34 ans. Les deux frères reposent tous deux au cimetière d'Auvers-sur-Oise, depuis que Johanna van Gogh-Bonger a fait transférer le corps de son premier mari auprès de son frère en 1914.

En 2011, une nouvelle hypothèse sur la mort de Vincent van Gogh a été avancée par deux auteurs, Steven Naifeh et Gregory White Smith, qui reprennent une anecdote douteuse de Victor Doiteau[26] : Vincent van Gogh aurait été victime par accident d'une balle tirée par les frères Gaston et René Secrétan, deux adolescents qu'il connaissait, ces derniers jouaient « aux cowboys » avec une arme de mauvaise facture à proximité du champ où Van Gogh se promenait. Avant de succomber deux jours plus tard, le peintre aurait alors décidé d'endosser toute la responsabilité de l'acte en déclarant s'être visé lui-même, dans le but de protéger les garçons et par amour pour son frère Théo pour lequel il pensait être devenu un fardeau trop pesant. Cette thèse repose sur trois arguments fragiles[27] : Vincent van Gogh aurait été le souffre-douleur des frères Secrétan (interview de René Secrétan, devenu banquier, donnée en 1956), l'historien d'art John Rewald (en) a reccueilli dans les années 1930 des rumeurs auversoises dans ce sens, mais ces témoignages sont tardifs et de seconde main; enfin René Secrétan, dont les auteurs américains prétendent que le peintre a réalisé un dessin déguisé en cowboy et qui a assisté au Buffalo Bill Wild West Show à Paris au début de l'année 1890, aurait volé le revolver de l'aubergiste Arthur Ravoux pour tirer sur des oiseaux et petits animaux, revolver[28] à l'origine de l'homicide involontaire ou du tir accidentel sur Vincent van Gogh[29],[30],[31].

Problèmes de santé[modifier | modifier le code]

tableau montrant un homme à l'oreille droite bandée
Autoportrait à l'oreille bandée, 1889, huile sur toile, 60 cm par 49 cm, Institut Courtauld - The Samuel Courtauld Trust, Londres, F527/JH1657.

À plusieurs reprises, Van Gogh souffre d'accès psychotiques et d'instabilité mentale, en particulier dans les dernières années de sa vie. Au fil des ans, il a beaucoup été question de l'origine de sa maladie mentale et de ses répercussions sur son travail. Plus de cent cinquante psychiatres ont tenté d'identifier sa maladie et quelque trente diagnostics différents ont été proposés[32].

Parmi les diagnostics avancés se trouvent la schizophrénie[33], le trouble bipolaire, la syphilis, le saturnisme, l'épilepsie du lobe temporal[33], la maladie de Menière[34] et la porphyrie aiguë intermittente. Chacune de ces maladies pourrait être responsable de ses troubles et aurait été aggravée par la malnutrition, le surmenage, l'insomnie et un penchant pour l'alcool, en particulier pour l'absinthe.

Certaines théories médicales ont même laissé entendre que le goût de Van Gogh pour l'utilisation de la couleur jaune pourrait être lié à son amour de l'absinthe. En effet, cet alcool contient une neurotoxine, la thuyone, qui à forte dose, peut causer la xanthopsie, un trouble de la vision amenant à voir les objets en jaune. Toutefois, une étude réalisée en 1991 a mis en évidence qu'un consommateur d'absinthe sombrerait dans l'inconscience en raison de la teneur en alcool avant d'avoir pu ingérer suffisamment de thuyone. Une autre théorie suggère que le docteur Gachet aurait prescrit de la digitaline à Van Gogh pour traiter l'épilepsie, substance qui pourrait entraîner une vision teintée de jaune et des changements dans la perception de la couleur d'ensemble. Cependant, il n'existe aucune preuve directe que Van Gogh ait pris de la digitaline, même si Van Gogh a peint Portrait du Dr Gachet avec branche de digitale, plante à partir de laquelle est produite la digitaline[35].

En 2006, King Ross, un écrivain canadien, a prétendu que Van Gogh souffrait de saturnisme, car il utilisait des peintures à base de plomb et parce que l'un des symptômes de l'intoxication par le plomb est un gonflement de la rétine qui peut conduire à l'apparition d'un effet de halo, qui apparaît d'ailleurs dans plusieurs de ses tableaux[36].

Lettres[modifier | modifier le code]

Croquis de Marguerite Gachet au piano[Lettre 10].

Les lettres de Vincent van Gogh témoignent de sa vie ainsi que de l'enchaînement de ses idées lorsqu'il produisait une œuvre. Ces textes n'ont pas été écrits en vue d'être publiés : ils représentent les pensées les plus profondes et les sentiments de leur auteur. La vision intime de sa propre vie, sa démarche artistique et l'origine de ses tableaux y sont expliqués dans un style direct et transparent. Ces lettres constituent une référence très riche concernant le contexte artistique et intellectuel dans lequel il se trouvait et les efforts qu'il fournissait pour s'y attacher, les méthodes et les matériaux utilisés à l'époque, les relations intimes qu'il nouait avec ses proches, sa façon de voir les autres artistes, etc[JLB 13].

Contexte[modifier | modifier le code]

En général, les lettres de Van Gogh sont adressées à son frère Théo, qui est aussi son plus grand soutien[37]. Au début de cette correspondance, il écrit[Note 4],[Lettre 11] : « […] nous n'aurons qu'à nous écrire très souvent ». Il a aussi écrit aux autres membres de sa famille et à ses amis, tels que Paul Gauguin et Émile Bernard[38]. La lettre la plus ancienne est adressée à Théo et datée du 29 septembre 1872. La dernière, rédigée quelques jours avant sa mort, était également destinée à Théo et il la portait sur lui le jour de son suicide. Environ les deux tiers de ses lettres, jusqu'en 1886, sont rédigées en néerlandais. Après cette date, il écrit en français, langue qu'il maîtrise depuis son apprentissage de la langue dans son enfance et qu'il perfectionne en France. Il a aussi écrit quelques lettres en anglais[39]. En 2011, il existe 902 lettres répertoriées, dont 819 écrites par lui et 83 à son intention. Ces lettres ainsi que des photographies et d'autres documents le concernant sont conservés en 2011 au musée van Gogh à Amsterdam.

Histoire de la publication[modifier | modifier le code]

Croquis de La Chambre à coucher[Lettre 12].

À la mort de Vincent, son frère devient propriétaire de toutes les peintures, sauf une qui a été vendue du vivant de Vincent, ainsi que des lettres. Theo, atteint de la syphilis, perd la raison trois mois après le décès de son frère. D'abord interné à Paris, il est rapidement transféré à Utrecht aux Pays-Bas où il finira ses jours[VK 2]. À la suite de cet évènement, Johanna Bonger-Van Gogh, la femme de Theo, devient l'héritière de cette collection d'art, qui n'a pas à l'époque une grande valeur marchande.

Grâce à Johanna, Émile Bernard et d'autres amis, ses lettres apparaissent dans les revues de l'époque (Van Nu en Straks et Mercure de France, par exemple). La première publication des lettres sous forme d'ouvrage date de 1914[40]. Cette édition comporte les lettres de Vincent à Theo et à Johanna. Durant les années 1920, d'autres correspondances de Vincent apparaissent : Émile Bernard, Paul Gauguin, George-Albert Aurier, Paul Signac, John Peter Russell, etc. Après la mort de Johanna en 1925, son fils Vincent Willem van Gogh prend le relais. Après la Seconde Guerre mondiale, il publie une édition en 4 volumes de nature documentaire[41]. Vingt ans plus tard, il publie une autre édition en 2 volumes, cette fois-ci en tâchant de rassembler les dernières lettres de Van Gogh en français[42].

Petit à petit, le nombre d'ouvrages concernant les lettres se multiplie. Sa célébrité ne cessant de croître, la publication de ses lettres et leur analyse deviennent de plus en plus fréquentes, comme les travaux de Jan Hulsker[43],[44]. L'originalité du travail de Hulsker réside dans sa recherche de compréhension et d'explication des œuvres. Il a identifié les œuvres mentionnées dans les lettres, reproduit les croquis et revu les datations des courriers[JLB 14]. Pour le centenaire de Van Gogh, le musée Van Gogh publie sa correspondance au complet en néerlandais[45] dans l'ordre chronologique. De nombreux livres reprennent une partie des lettres et les analysent à leur façon. Le dernier grand ouvrage est le fruit du projet Lettres de Van Gogh lancé par le musée Van Gogh en partenariat avec le Huygens Institute en 1994[39]. Publiés en trois langues (néerlandais, français et anglais), ces 6 volumes offrent une analyse approfondie, de nouvelles lettres non publiées et, surtout, des bases solides pour effectuer de nouvelles recherches sur ce peintre.

Peinture[modifier | modifier le code]

Van Gogh a beaucoup travaillé pour perfectionner son dessin et sa peinture, notamment en se basant sur des livres ou des manuels. Il a, par exemple, copié toutes les pages du Cours de dessin de Charles Bargue[H 1],[WM 4]. Sa peinture est le fruit d'un travail long, méticuleux et acharné. Il s'est essayé à plusieurs sortes de matériaux comme la pierre noire, la craie lithographique et la plume de roseau. Il était sensible et attentif à l’environnement artistique de la fin du XIXe siècle. Son style, qui se caractérise surtout par l'utilisation des couleurs et les touches de ses pinceaux, a une influence importante sur l'art du XXe siècle[H 2]. Les lettres de Van Gogh nous apprennent l'admiration de ce dernier pour Rembrandt, Frans Hals, Eugène Delacroix, Jean-François Millet[46], mais aussi pour Anton Mauve, Émile Bernard et Paul Gauguin. Il s'est inspiré des maîtres hollandais du XVIIe siècle[JLB 15]. Ses peintures témoignent de son expérience de la vie quotidienne[47] et ses tableaux portent la marque de sa personnalité tourmentée et instable[48]. Il a notamment réalisé Les Mangeurs de pommes de terre (1885), La Chambre de Van Gogh à Arles (1888), Les Tournesols (1888-1889), Autoportrait à l'oreille bandée (1889), La Nuit étoilée (1889), Portrait du Dr Gachet avec branche de digitale (1890) et L'Église d'Auvers-sur-Oise (1890).

Signature de Van Gogh. Il a régulièrement signé ses travaux par « Vincent ».

Au XXIe siècle, il reste de lui des peintures, des œuvres sur papier, des croquis et des lettres. Van Gogh a produit plus de 2 000 œuvres d'art : à peu près 900 peintures et 1 100 dessins et croquis[JLB 16] qui s'étendent sur 10 ans de travail. Il avait l'habitude d'échanger ses peintures avec d'autres peintres, comme cela se faisait fréquemment alors, notamment Émile Bernard et Paul Gauguin.

Style[modifier | modifier le code]

L'art de Van Gogh a évolué constamment au cours de sa carrière artistique. Par exemple, il s'intéresse aux estampes japonaises et aux gravures anglaises. Il prend plaisir à exécuter des reproductions auxquelles il souhaite apporter une contribution artistique originale. Il réalise plusieurs séries de tableaux, notamment des autoportraits et Les Tournesols. Par ailleurs, il accorde aussi une place importante aux tableaux nocturnes[49]. Il applique les couleurs par touches de pinceaux, sans mélanger sur la palette. Les couleurs se fondent à distance dans l'œil du spectateur.

À l'automne 1882, Theo commence à financer Vincent afin que ce dernier puisse développer son art sereinement. Au début de l'année 1883, il commence à travailler sur des compositions multi-figures, surtout des dessins. D'après Theo, ces travaux manquent de vivacité et de fraîcheur. À cause de ces commentaires, Vincent les détruit et se tourne vers la peinture à l'huile. À Nuenen, il réalise de nombreuses peintures de grande taille mais il en détruit également. Parmi les toiles de l'époque, on peut citer Les Mangeurs de pommes de terre, les différentes têtes de paysans et les diverses interprétations de la chaumière.

Maison sous un ciel nocturne, 1890, huile sur toile, 59,5 par 73 cm, Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg, F766/JH2031.

Pensant qu'il manque de connaissance sur les techniques de la peinture, il se rend à Paris pour continuer à apprendre et développer son style. Sa tendance à développer les techniques et les théories des impressionnistes et les néo-impressionnistes dure peu. À Arles, Van Gogh reprend d'anciennes idées. Il recommence par exemple à peindre une série de tableaux sur des sujets similaires. La progression de son style se voit dans ses autoportraits. En 1884, à Nuenen, il avait déjà travaillé sur une série pour décorer la salle à manger d'un de ses amis à Eindhoven. À Arles, il transforme ses Vergers fleurissants en triptyques. Il réalise une autre série sur la famille Roulin et il travaille avec Gauguin sur la décoration de la maison jaune. Les peintures faites pendant la période de Saint-Rémy sont souvent caractérisées par des tourbillons et des spirales. Les motifs de luminosité de ces dernières images ont été montrés conforme au modèle statistique de turbulence de Kolmogorov[50].

L'historien d'art Albert Boime est l'un des premiers à montrer que Van Gogh basait ses travaux sur la réalité[51]. Par exemple, le tableau Maison sous un ciel nocturne montre une maison blanche au crépuscule avec une étoile bien visible, entourée d'une auréole jaune. Les astronomes du Southwest Texas State University à San Marcos ont établi que cette étoile est Vénus, très brillante le soir du 16 juin 1890, date de la création de ce tableau[52].

Autoportraits[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Autoportraits de Van Gogh.
(a) Autoportrait au visage glabre (b) Autoportrait en chapeau de feutre (c) Autoportrait
  1. Autoportrait au visage glabre, 1889, huile sur toile, 40 par 31 cm, collection privée, F525/JH1665
  2. Autoportrait en chapeau de feutre, 1887, huile sur carton, 19 par 14 cm, Musée van Gogh - Fondation Vincent van Gogh, Amsterdam, F296/JH1210
  3. Autoportrait, 1889, huile sur toile, 65 par 54 cm, Musée d'Orsay, Paris, F627/JH1772

Van Gogh a peint des autoportraits à plusieurs reprises. Beaucoup de ces toiles sont de petites dimensions : ces essais lui permettent d'expérimenter les techniques artistiques qu'il découvre[H 3]. Ses autoportraits reflètent ses choix et ses ambitions artistiques qui évoluent en permanence[H 3]. Les peintures varient en intensité et en couleur et l'artiste se représente avec barbe, sans barbe, avec différents chapeaux, avec son bandage qui représente la période où il s'est coupé l'oreille, etc. La plupart de ses autoportraits sont faits à Paris. Tous ceux réalisés à Saint-Rémy-de-Provence montrent la tête de l'artiste de gauche, c'est-à-dire du côté opposé de l'oreille mutilée. Plusieurs des autoportraits de Van Gogh représentent son visage comme se reflétant dans un miroir, c'est-à-dire son côté gauche à droite et son côté droit à gauche. Il s'est peint 37 fois en tout[53]. Cependant, durant les deux derniers mois de sa vie, à Auvers-sur-Oise, et malgré sa productivité, il ne peint aucun autoportrait. Son Autoportrait au visage glabre, qui date de fin septembre 1889, est une des toiles les plus chères au monde, vendue à 71,5 millions de dollars en 1998 à New York[54].

Japonisme[modifier | modifier le code]

(a) La Courtisane (b) Pruniers en fleurs (c) Père Tanguy
  1. La Courtisane (d'après Eisen), 1887, huile sur toile, 105,5 par 60,5 cm, Musée van Gogh - Fondation Vincent van Gogh, Amsterdam, F373/JH1298
  2. Pruniers en fleurs (d'après Hiroshige), 1887, huile sur toile, 55 par 46 cm, Musée van Gogh - Fondation Vincent van Gogh, Amsterdam, F371/JH1296
  3. Père Tanguy, 1887, huile sur toile, 92 par 75 cm, Musée Rodin, Paris, F363/JH1351

Le japonisme, style qui se développe en France surtout dans la seconde moitié du XIXe siècle avec l'ouverture du Japon à l'Occident, attire Van Gogh depuis qu'il est à Nuenen. Les maîtres japonais comme Hokusai et Hiroshige l'inspirent. Il achète ses premières reproductions à Anvers et transmet son goût pour cet art asiatique à son frère Théo. Les deux réunissent plus de 400 œuvres qui sont aujourd'hui au musée Van Gogh d'Amsterdam[H 4].

À Paris, Van Gogh s'interroge sur l'apport de cet art d'une grande qualité esthétique par rapport à ses propres travaux[H 5]. Il exécute alors plusieurs copies des crépons japonais. Le Courtisan est la reproduction d'un dessin qu'il a vu sur la couverture de Paris illustré. Il lui ajoute un arrière-plan inspiré des estampes japonaises en employant des couleurs intenses. Le Prunier en fleur est un autre tableau de ce genre : il interprète cette fois-ci une œuvre de Hiroshige. Le fond du portrait du père Tanguy est aussi décoré d'estampes japonaises. Van Gogh a l'habitude de délimiter des plans ou des objets par du noir, une couleur qualifiée de « non-couleur » par les impressionnistes, qui la bannissent quasiment systématiquement de leurs palettes. Il trouve ainsi une justification à cette pratique dans les estampes japonaises. Par la suite, il s'approprie l'art japonais, et confesse à son frère[Note 4],[Lettre 13] : « Tout mon travail est un peu basée sur la japonaiserie… »

Copies d'œuvres[modifier | modifier le code]

(a) Le Semeur de Jean-François Millet (b) Le Semeur
  1. Le Semeur de Jean-François Millet, 1850, huile sur toile, 55 par 46 cm
  2. Le Semeur de Vincent van Gogh (d'après Millet), 1889, huile sur toile, 81 par 65 cm, collection privée, F690/JH1837

Non seulement Vincent van Gogh aime contempler les reproductions des œuvres d'art mais il en réalise lui-même. Sa première reproduction date de l'époque Saint-Rémy-de-Provence : il copie une lithographie de la Pietà de Delacroix, cette dernière ayant été abîmée. Il interprète aussi plusieurs tableaux à l'huile dans son propre style. Entre septembre 1889 et mai 1890, il produit de nombreuses œuvres d'après Delacroix, Rembrandt et Millet, dont, de ce dernier, Hiver, la plaine de Chailly[55]. Ce sont des scènes religieuses et des travailleurs des champs. Durant la période où il est confiné dans un asile psychiatrique à Saint-Rémy-de-Provence, il trouve dans la reproduction d'œuvres un moyen de poursuivre son travail sans modèle ; il n'avait les moyens de n'employer que lui-même comme modèle. Il considère que le sujet d'un tableau n'est qu'un seul point de départ et que l'interprétation de l'artiste est la contribution principale. Il exprime cette idée à son frère par les mots suivants[Note 4],[Lettre 14] : « je pose le blanc et noir de Delacroix ou de Millet ou d'après eux devant moi comme motif.– Et puis j'improvise de la couleur là-dessus mais bien entendu pas tout à fait étant moi mais cherchant des souvenirs de leurs tableaux – mais le souvenir, la vague consonance de couleurs qui sont dans le sentiment, sinon justes – ça c'est une interpretation à moi ». Le tableau Le Semeur de Millet est l'un des exemples caractéristiques éclairant les intentions de Van Gogh pour la reproduction. On voit l'apport de l'utilisation de la couleur et les coups de pinceaux très personnels de Van Gogh. Le résultat est plus vif, la personnalité de l'artiste s'affirme par l'intensité des couleurs appliquées.

Séries[modifier | modifier le code]

(a) Tournesols dans un vase (b) Tournesols séchés (c) Tournesols dans un vase
  1. Tournesols dans un vase, 1888, huile sur toile, 91 par 71 cm, Neue Pinakothek, Munich, F456/JH1561
  2. Tournesols séchés, 1887, huile sur toile, 43 par 61 cm, The Metropolitan Museum of Art, New York, F375/JH1329
  3. Tournesols dans un vase, 1888, huile sur toile, 73 par 58 cm, collection privée, F453/JH1559

Van Gogh a réalisé plusieurs séries de tableaux. Pour affiner son art, il aime peindre plusieurs tableaux sur des sujets similaires concernant la nature : les fleurs, les champs de blé, les vergers fleurissant, etc. Il fait également des séries de portraits, surtout en peignant chaque membre de la famille Roulin ou des séries de semeurs. Van Gogh s'intéresse particulièrement à la peinture des fleurs. Il réalise plusieurs paysages avec différentes fleurs : des lilas, des roses, des lauriers, etc. Sur certains de ses tableaux, comme Iris, on les voit au premier plan. Il a fait deux séries de tournesols : la première alors il est à Paris en 1887, la seconde lorsqu'il habite Arles l'année suivante. La première montre des tournesols fraîchement cueillis posés par terre. Dans la seconde, les tournesols sont dans des vases, parfois en train de faner. Les fleurs sont peintes par d'épais coups de brosse avec des surplus de peinture. L'idée de Van Gogh est de remplir les murs de l'atelier qu'il veut partager avec Paul Gauguin dans le but de créer une communauté d'artistes[Note 4],[Lettre 15] : « Dans l'espoir de vivre dans un atelier à nous avec Gauguin je voudrais faire une decoration pour l'atelier. Rien que des grands Tournesols ». Gauguin représente dans un de ses tableaux Van Gogh en train de peindre des tournesols. Van Gogh est assez content du résultat le montrant « fatigué et chargé d'électricité »[Lettre 16].

(a) Verger (b) Verger en fleurs et vue d'Arles
  1. Verger, 1889, huile sur toile, 72 par 92 cm, Musée van Gogh - Fondation Vincent van Gogh, Amsterdam, F511/JH1386
  2. Verger en fleurs et vue d'Arles, 1889, huile sur toile, 72 par 92 cm, Neue Pinakothek, Munich, F516/JH1685

La série des vergers en fleur de Van Gogh fait partie de ses premiers travaux à Arles. Les peintures de cette série sont joyeuses. Il passe beaucoup de temps à exprimer la gaieté du printemps. Vincent dit à son frère[Note 4],[Lettre 17] : « J'ai maintenant 10 vergers sans compter trois petites etudes et une grande d'un cérisier que j'ai ereintée[Note 11]. » Dans la plupart de ces peintures, un arbre fleuri est mis en valeur. Il varie ses coups de pinceau : des touches de pointillisme, des élans impressionnistes plus veloutés, aplatissement des traits à la manière des estampes japonaises. Les tonalités intenses remplissent ses toiles, la couleur plus délicate des fleurs occupe le visuel[H 6].

(a) Route avec un cyprès et une étoile (b) Champ de blé avec cyprès (c) Cyprès
  1. Route avec un cyprès et une étoile, 1890, huile sur toile, 90,6 par 72 cm, Musée Kröller-Müller, Otterlo, F683/JH1982
  2. Champ de blé avec cyprès, 1890, huile sur toile, 52 par 65 cm, collection privée, F743/JH1790
  3. Cyprès, 1889, huile sur toile, 95 par 73 cm, The Metropolitan Museum of Art, New York, F613/JH1746

Une des séries de tableaux les plus connues que Van Gogh a réalisée est celle des cyprès. Ces arbres, caractéristiques des paysages du Midi de la France, inspirent Van Gogh. Il écrit à son frère[Note 4],[Lettre 18] : « Les cyprès me preoccupent toujours, je voudrais en faire une chose comme les toiles des tournesols parce que cela m'étonne qu'on ne les ait pas encore fait comme je les vois ». Pendant l'été 1889, sur la demande de sa sœur Wil, il peint aussi plusieurs petites versions de Champ de blé avec cyprès[3]. Ces travaux sont caractérisés par des tourbillons et par une technique qui lui permet de garder visibles les différentes couches de peintures qu'il superpose. Les autres tableaux de la série partagent les mêmes éléments stylistiques. Son tableau La Nuit étoilée — qu'il peint lorsqu'il est à Saint-Rémy-de-Provence — fait partie de cette série.

Tableaux nocturnes[modifier | modifier le code]

Terrasse du café le soir, 1888, huile sur toile, 80,7 par 65,3 cm, Musée Kröller-Müller, Otterlo, F467/JH1580

La peinture des scènes vespérales et nocturnes est très fréquente chez Van Gogh qui écrit[Note 4],[Lettre 19] : « Souvent, il me semble que la nuit est bien plus vivante et richement colorée que le jour ». L'importance qu'il accorde à cette période de la journée peut être constatée lorsqu'on considère le nombre d'œuvres qu'il a peintes pour la représenter. Il évoque le plus souvent la dure vie rurale, les paysans dans leur intimité familiale ou en plein travail, aux champs. Par ailleurs, une de ses peintures les plus connues, Terrasse du café le soir, décrit une ambiance citadine.

Pour Van Gogh, les peintres de son siècle ont réussi à représenter l'obscurité par de la couleur[Lettre 3]. Il réinterprète ce sujet dans ses tableaux en s'inspirant de plusieurs grands peintres. Si en Breton et Millet il voit l'essentiel de la représentation du travail de la terre, il est impressionné par la réussite de Rembrandt à utiliser de la couleur pour peindre la nuit. À travers ses œuvres, Delacroix lui apprend comment les couleurs vives et les contrastes de couleurs peuvent décrire les couchers de soleil, les tombées de nuit, voire les nuits avec leurs étoiles. Comme pour Adolphe Monticelli, la couleur devient pour Van Gogh un moyen de juger la modernité d'un tableau. Il apprécie l'art de l'impressionniste Monet, capable de donner l'impression d'une ambiance vespérale par un coucher de soleil en rouge. Il admire aussi la technique pointilliste de Seurat parvenant à évoquer une atmosphère nocturne, avec des tâches et aplats de couleurs[49].

Van Gogh est donc fasciné par la réalité vespérale et nocturne. La disparition progressive de la lumière, un coucher de soleil intense, le crépuscule avec l'apparition des lumières artificielles des maisons et le scintillement des étoiles et de la Lune dans un ciel sombre, nourrissent son imagination et sa créativité.

Technique[modifier | modifier le code]

Van Gogh peignait sur des toiles souvent déjà apprêtées, qu'il pouvait réutiliser, soit en grattant l'œuvre précédente, soit en la recouvrant d'une nouvelle couche[56]. Il employait cependant certains pigments instables, entraînant une modification des couleurs sous l'effet de la lumière, dont la laque géranium qui perd sa teinte rouge avec le temps[56]. Les couleurs originelles sont donc perdues, posant des problèmes en termes de restauration : ainsi, les restaurateurs ont décidé, pour la Cambre datant de 1888, de ne pas « recoloriser » le tableau, se contentant de tenter de stopper les dégradations et de proposer un éclairage avec des filtres colorés pour restituer les teintes d'origine[57].

Mouvements artistiques et Van Gogh[modifier | modifier le code]

Le Peintre sur la route de Tarascon, 1888, huile sur toile, 48 par 44 cm, brûlé pendant la Seconde Guerre mondiale, F448/JH1491.

Van Gogh a expérimenté plusieurs styles dans sa carrière artistique. Il a fini par créer un style qui lui est propre. Il croit que les peintures peuvent exprimer l'émotion et qu'elles ne sont pas qu'une imitation de la réalité[10].

Van Gogh découvre l'impressionnisme à Paris. Il adopte avec exaltation la peinture claire sans renoncer aux cernes de ses figures[58]. Les trois artistes isolés, Van Gogh[59], Gauguin et Cézanne, tous influencés un moment par l'impressionnisme, constituent les figures majeures du postimpressionnisme. Van Gogh a également influencé la peinture postérieure et plus moderne, en particulier les mouvements tels que l'expressionnisme et le fauvisme[60]. D'ailleurs, en Provence, il travaille dans un esprit qui annonce l'expressionnisme. Il contribue aussi à l'élaboration du symbolisme à travers sa volonté d'exprimer une émotion grâce à son art.

Impressionnisme[modifier | modifier le code]

La toile qui donnera son nom à l'impressionnisme : Impression, soleil levant, Claude Monet, 1872, huile sur toile, 48 par 63 cm, Musée Marmottan Monet, Paris
Article général Pour un article plus général, voir Impressionnisme.

L'impressionnisme est un mouvement pictural français né pendant la deuxième moitié du XIXe siècle. Les grandes batailles du passé ou les scènes de la Bible, qui étaient jusque-là les sujets de prédilection des peintres, laissent leur place à des sujets de la vie quotidienne librement interprétés selon une vision personnelle. Les couleurs vives et les jeux de lumière gagnent de l'importance aux yeux des peintres de ce mouvement qui se veulent aussi réalistes. Ils s'intéressent à l'étude du plein air et font de la lumière l'élément essentiel de leurs peintures.

L'impressionnisme incarné par Monet, Manet, Renoir, Degas (plutôt connu pour ses cadrages et perspectives) est un point de départ pour le néo-impressionnisme de Seurat et Signac, maîtres du pointillisme, pour Gauguin et son école de Pont-Aven, pour Bernard et son cloisonnisme, pour Toulouse-Lautrec, Van Gogh ainsi que pour de nombreux « postimpressionnistes », en France et à l'étranger. La série des vergers de Van Gogh, par exemple, montre une version variée d'impressionnisme avec toutes ses caractéristiques[WM 5], c'est-à-dire la recherche de la lumière et de la couleur à travers les motifs de la nature. Ces peintres favorisent le travail à l'extérieur. Ils excluent le plus possible les gris et les noirs. Ils abandonnent le point de vue frontal et l'illusion de la profondeur. « L'impressionnisme » de Van Gogh se traduit par l'utilisation des effets de la lumière, les reflets qui expriment l'intensité lumineuse du moment[WM 6]. Chez lui, les couleurs sont perçues dans leurs contrastes de complémentaires, par exemple, le vert et le rouge créent une image « complète ». Quelques peintures de Van Gogh sont placées à l'exposition des indépendants avec celles des autres impressionnistes[Lettre 20]. L'artiste tient à ce que les tableaux de ces derniers soient connus aussi en Hollande[Lettre 21] et il est persuadé que leur valeur finira par être reconnue[Lettre 22].

Postimpressionnisme[modifier | modifier le code]

Les Paveurs (« Les Grands Platanes »), 1889, huile sur toile, 73,5 par 92,5 cm, The Phillips Collection, Washington, F658/JH1861.
Article général Pour un article plus général, voir Postimpressionnisme.

Les jeunes peintres des années 1880 se trouvent face à l'impressionnisme qui marque leur époque. Ils réagissent de différentes façons. Jusqu'à la fin du siècle, différentes tendances novatrices coexistent. Le postimpressionnisme est l'ensemble de ces courants artistiques comme le néo-impressionnisme, le symbolisme, le mouvement nabi, etc. Dans l'histoire de l'art, le postimpressionnisme désigne donc une brève époque. Il regroupe entre autres Paul Cézanne, Vincent van Gogh, Paul Gauguin, Henri de Toulouse-Lautrec ou Georges Seurat qui avaient pour ambition de révolutionner la peinture. Le principal point commun de ces peintres est qu'ils refusaient le naturalisme. Van Gogh admire la volonté de dépasser la représentation de la réalité, comme il écrit à son frère à propos de Cézanne[Note 4],[Lettre 23] : « …il faut sentir l'ensemble d'une contrée… » Ils cherchaient à transmettre davantage à leur peinture.

À travers ses tableaux, Van Gogh rêve d'exprimer plus qu'une image : ses sentiments. À Auvers-sur-Oise, il écrit à son frère Theo et à sa belle-sœur[Note 4],[Lettre 24] : « … et je ne me suis pas gêné pour chercher à exprimer de la tristesse, de la solitude extrême. (…) je croirais presque que ces toiles vous diront ce que je ne sais dire en paroles, ce que je vois de sain et de fortifiant dans la campagne ».

Expressionnisme[modifier | modifier le code]

Oliviers avec les Alpilles à l'arrière-plan, 1889, huile sur toile, 72,5 par 92 cm, Museum of Modern Art, New York, F712/JH1740.
Article général Pour un article plus général, voir Expressionnisme.

Les prémices de l'expressionnisme apparaissent dans les deux dernières décennies du XIXe siècle, avec pour précurseurs Van Gogh[61] à partir de la fin 1887, ainsi que Edvard Munch (notamment Le Cri), et James Ensor[62]. Cependant, la dénomination « expressionnisme » a été utilisée pour la première fois par le critique d'art Wilhelm Worringer en août 1911[M 5]. Van Gogh accentue ce mouvement après son arrivée à Arles en 1888, où le choc de la lumière méridionale le pousse à la conquête de la couleur : La Nuit étoilée ou les Oliviers. Par la dramatisation des scènes, la simplification, voire la caricature, qui caractérisent son œuvre des débuts à la fin, il annonce l'expressionnisme, où les peintres exposent sans pudeur la misère physique et morale[63].

Les expressionnistes comme Ernst Ludwig Kirchner, Erich Heckel et Oskar Kokoschka s'inspirent de la technique de Van Gogh, le coup de pinceau brutal laisse des traces empâtées et granuleuses[60]. Selon Octave Mirbeau, un des tout premiers admirateurs de Van Gogh, « Ces formes se multiplient, s'échevèlent, se tordent, et jusque dans la folie admirable de ces ciels […], jusque dans les surgissements de ces fantastiques fleurs […] semblables à des oiseaux déments, Van Gogh garde toujours ses admirables qualités de peintre »[64].

De même, Van Gogh s'autorise toute liberté de modifier les couleurs naturelles pour favoriser l'expression de ces sujets. « Je voudrais faire le portrait d'un ami artiste qui rêve de grands rêves. [...] Pour le finir, je vais maintenant être coloriste arbitraire. J'exagère le blond de la chevelure, J'arrive aux tons orange, aux chromes, au citron pâle. Derrière la tête, au lieu de peindre le mur banal du mesquin appartement, je fais un fond simple, du bleu le plus riche, [...] la tête blonde éclairée sur ce fond bleu riche obtient un effet mystérieux, comme l'étoile dans l'azur profond. »[65].

Fauvisme[modifier | modifier le code]

Le Café de nuit, 1888, huile sur toile, 70 par 89 cm, Yale University Art Gallery, New Haven, F463/JH1575.
Article général Pour un article plus général, voir fauvisme.

Le fauvisme est un mouvement pictural français qui s'affirme notamment entre 1905 et 1907[60]. Les peintres désirent séparer la couleur et l'objet, donnant la priorité à l'expression des couleurs. Van Gogh en est un des précurseurs[Z 6]. Il a une influence sur les peintres fauves en montrant une palette de couleurs remarquable, notamment dans sa période arlésienne[Z 7]. Durant cette période, Van Gogh n'hésite plus à employer des couleurs vives et des juxtapositions de tons non conventionnelles avec, en particulier, l'usage des teintes complémentaires. Par cette utilisation de couleurs flamboyantes, Van Gogh est l'une des sources d'inspiration de plusieurs peintres fauves tels que Vlaminck ou Derain. Ainsi, dans les œuvres fauves, on retrouve les mêmes dispositions de couleurs que chez Van Gogh. Par exemple, dans la Partie de campagne ou La Seine à Chatou de Vlaminck, la proximité du rouge et du vert s'accentue comme dans le tableau Le Café de nuit de Van Gogh[66].

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Portrait d'Eugène Boch (« Le Poète »)[Lettre 25], 1888, huile sur toile, 60 par 45 cm, Musée d'Orsay, Paris, F462/JH1574.
Article général Pour un article plus général, voir Symbolisme (art).

Le symbolisme est un mouvement artistique qui s'exprime entre 1886 et 1900 dans plusieurs domaines. Gustave Moreau, Eugène Carrière, Edward Burne-Jones et Martiros Sergueïevitch Sarian sont parmi les peintres influençant ce mouvement. Le symbolisme est une réaction au naturalisme. Il s'agit de « vêtir l'idée d'une forme sensible ». Les symbolistes ne peignent pas fidèlement l'objet, contrairement aux naturalistes, mais recherchent une impression, une sensation, qui évoque un monde idéal ; ils privilégient l'expression des états d'âmes. Les symboles permettent d'atteindre la « réalité supérieure » de la sensibilité.

Dans une de ses lettres, Van Gogh exprime ce qu'il pense du symbolisme[Note 4],[Lettre 26] : « ...toute réalité est en même temps symbole ». Il mentionne également les artistes Millet et Lhermitte en relation avec le symbolisme. Ceci indique son approche positive pour le symbolisme et éclaircit ses propres intentions et inspirations. Il est dévoué à la réalité, pas à une réalité comme dans les photographes, mais à une réalité symbolique[67].

Le symbolisme recherchait dans le pouvoir du verbe[68] « l'essence de la poésie c'est-à-dire la poésie pure, celle qui dira comment sont faits l'esprit et le monde en lui révélant la structure idéale de l'univers. (...) le Symbolisme invite la poésie à rejoindre la mystique ». La quête de Van Gogh est identique, comme il l'écrit à son frère Theo[Note 4],[Lettre 27] : « Et dans un tableau je voudrais dire quelque chose de consolant comme une musique. Je voudrais peindre des hommes ou des femmes avec ce je ne sais quoi d'éternel dont autrefois le nimbe était le symbole et que nous cherchons par le rayonnement même, par la vibration de nos colorations ». Van Gogh emprunte et prépare ainsi les sentiers de la peinture moderne, de l'impressionnisme à l'expressionnisme.

Dessins[modifier | modifier le code]

On connaît environ un millier de feuilles de l'artiste[69]. Les techniques utilisées sont le crayon, la plume, l'encre, la craie, parfois colorisés à l'aquarelle. À partir de 1888, il emploie préférentiellement la plume de roseau (calame)[69]. Plusieurs de ses lettres comportent des croquis, reprenant certains tableaux[70].

Postérité[modifier | modifier le code]

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

La veuve de Théo, Johanna Bonger, détient le rôle principal dans le processus de la valorisation de l'œuvre de Van Gogh. L'héritage de ce dernier lui est confié en 1891, après le décès de son époux[VK 1]. Cependant, il ne faut pas oublier que Van Gogh était connu et apprécié de son vivant[20]. Il est connu que Van Gogh a vendu une toile, mais rien ne prouve qu'il n'en ait pas vendu d'autres. D'ailleurs, il confie cette charge à son frère, marchand d'art reconnu de l'époque et il échange plusieurs tableaux avec ses amis[VK 3]. Théo, qui n'a survécu que peu de temps à Vincent, organise une exposition de ses toiles dans son appartement, annoncée dans le Mercure de France en septembre 1890[VK 4]. Par la suite, Johanna réussit à transformer cette collection d'art méconnue en une collection de grande valeur.

Vincent Van Gogh peignant les tournesols, par Paul Gauguin, 1888, Musée van Gogh - Fondation Vincent van Gogh, Amsterdam

Pour surmonter ces moments difficiles, Johanna déménage en Hollande où elle retrouve le soutien de sa famille. Dès février 1891, elle fait venir chez elle une grande partie des tableaux restants de Van Gogh depuis Paris. Elle fait assurer les 200 tableaux et les dessins pour une valeur de 2 600 florins. Elle commence ainsi à montrer et à placer des tableaux aux Pays-Bas, puis à lire et à classer les lettres de Vincent. Elle récupère aussi les lettres qu'Albert Aurier possédait. En effet, Theo lui avait envoyé quelques lettres afin d'en faire publier des extraits. Cette même année, Émile Bernard publie dans le Mercure de France les lettres que Vincent lui a envoyées. En 1914, Johanna parvient à publier les lettres de Van Gogh après avoir rédigé une introduction[VK 5].

D'un autre côté, à Paris, Le père Tanguy vend 13 peintures et un dessin. C'est le début d'un succès commercial qui se prolongera jusqu'à nos jours[VK 6]. À la fin du XIXe siècle, afin de faire connaître Van Gogh, Johanna organise des expositions : une à La Haye, une à Rotterdam, trois à Amsterdam et une nouvelle à La Haye. Au début du XXe siècle, une vingtaine d'expositions honorent déjà l'œuvre de Van Gogh aux Pays-Bas. À Paris, le Salon des indépendants de 1901 a également un impact important sur la reconnaissance de Van Gogh grâce aux demandes provenant de nouveaux collectionneurs, comme Ivan Morozov et Sergueï Chtchoukine, et les travaux entrepris par la critique Jacob Baart de la Faille, tel son catalogue raisonné publié en 1928[71]. L'un des premiers acheteurs de toiles de van Gogh est Edgar Degas[72].

Les contacts que Johanna tisse avec des personnes influentes de son époque l'aident à s'imposer et à mieux faire connaître son beau-frère. Paul Cassirer est le premier à exposer et à vendre les œuvres de Van Gogh. Il en vend au moins 55, entre 1902 et 1911, d'une valeur totale de 50 000 florins. Ambroise Vollard organise aussi deux expositions dans sa galerie en 1895 et en 1896. Julien Leclercq rassemble 65 tableaux et 6 dessins pour une exposition à la Galerie Bernheim-Jeune[VK 7]. La valeur des œuvres de Van Gogh commence à augmenter considérablement. Johanna Bonger arrive à placer plus de 70 tableaux et une trentaine de dessins au Stedelijk Museum d'Amsterdam. En même temps, elle reçoit les amateurs chez elle pour leur montrer les tableaux qu'elle possède. L'énergie mise pour la reconnaissance de ces œuvres est finalement récompensée par une grande valeur marchande. La reconnaissance du travail effectué par Van Gogh se concrétise par l'acquisition d'une nature morte de tournesols, en 1924, par la National Gallery de Londres, au prix de 15 000 florins[VK 8]. La femme de Theo est la principale ambassadrice de ce phénomène jusqu'à sa mort en 1925. À partir de cette date, la valeur de ses œuvres ne cesse d'augmenter. Par exemple en 1930, l'exposition du Museum of Modern Art de New York reçoit 120 000 personnes[37].

Renommée[modifier | modifier le code]

Les réflexions sur Van Gogh divergent selon le point de vue choisi. Par exemple, Salvador Dalí s'exprime ainsi en 1972 sur ce peintre qu'il n'aime pas[73] : « Van Gogh est la honte de la peinture française et de la peinture universelle… ». Pour certains, sa vie, digne d’un héros romantique, en fait un mythe, celui du peintre incompris ou de l'artiste maudit[48]. Il est pauvre, dépressif, asocial, au tempérament de feu, etc. Pour d'autres, Van Gogh est un artiste complexe, intelligent et cultivé. Sa peinture est le « fruit d'un travail long, méticuleux, acharné et référencé »[VK 9]. Quel que soit le point de vue choisi, Van Gogh est un peintre reconnu et admiré. Dans sa dernière lettre, trouvée dans sa poche le jour de son suicide, il écrit[Note 4],[Lettre 28] : « Eh bien vraiment nous ne pouvons faire parler que nos tableaux ».

Pour les historiens de l’art, Van Gogh est un précurseur qui a ouvert à la peinture de nouvelles voies. Par exemple, Derain et Vlaminck sont directement rattachés à l'art de Van Gogh « par l'emploi de couleurs pures en larges touches »[74]. Pour les amateurs d'art, il reste un maître à l’égal de Léonard de Vinci ou de Rembrandt avec une production très importante et une trajectoire artistique fulgurante en durée et par ses styles. Pour le grand public, son œuvre est aujourd'hui accessible dans les plus grands musées[Note 12].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

La vie, l'œuvre et la personnalité de Vincent van Gogh ont inspiré de nombreux films :

Musique[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Gradimir Smudja : Vincent et Van Gogh - Delcourt (2003)
  • Gradimir Smudja : Trois Lunes - Delcourt (2010)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Van Gogh a peint des centaines de toiles et plusieurs sont ressemblantes ou ont le même thème. Au début du XXIe siècle, il existe deux catalogues relativement exhaustifs de celles-ci :
    1. L'Œuvre de Vincent van Gogh par Jacob Baart de la Faille (1928) en 6 volumes ;
    2. The Complete Van Gogh de Jan Hulsker (1980).
    Lorsqu'on lit « F344 », il faut comprendre qu'il s'agit de la peinture no 344 de l'ouvrage de de la Faille, alors que « JH1353 » renvoie à la peinture no 1353 de Hulsker.
  2. La prononciation du nom « Van Gogh » varie selon les langues. La prononciation d'usage en France et au Québec est [vɛ̃sɑ̃ vɑ̃ gɔg]. En néerlandais, c'est [vɪnˈsɛnt vɑn'xɔx], [ˈvɪntsɛnt faŋˈxɔx] ou, dans le dialecte de Brabant-Septentrional, où est né Van Gogh, [vɑɲˈʝɔç] avec un « V » voisé. En anglais, c'est [ˌvæn ˈɡɒx], parfois [ˌvæn ˈɡɒf] (surtout en Grande-Bretagne) ou [ˌvæn ˈɡoʊ] (surtout aux États-Unis) avec un « gh » silencieux.
  3. Plusieurs membres de la famille Van Gogh ont le même prénom (exemple, « Theodorus » pour le père et le frère de Vincent) ou des prénoms semblables (exemple, « Vincent Willem » et « Cornelius Vincent »). Cette situation se retrouve également parmi les frères et les sœurs du père de Vincent (exemple, « Hendrik Vincent van Gogh » et « Vincent van Gogh » pour deux oncles de Vincent). Pour diminuer les risques de confusion, l'article a recours à des diminutifs.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Les citations sont données telles qu'elles étaient écrites par Van Gogh avec les éventuelles fautes d'orthographes, telles que citées dans Les Lettres.
  5. Au début du XXIe siècle, elle est située dans le district londonien de Hounslow.
  6. Johannes Stricker a notamment publié la première Vie de Jésus disponible aux Pays-Bas.
  7. Déjà en 1884 alors qu'il est encore à Nuenen, il travaille sur une série de peintures destinée à décorer la salle à manger d'un de ses amis vivant à Eindhoven.
  8. Sur le livre d'admission, Peyron note le 25 mai 1889 : « admis le 8 mai 1889 », que Vincent Van Gogh souffre « d'hallucinations auditives et visuelles ». Il y ajoute en sortie le 16 mai 1890 : « pendant son séjour le patient était calme la plupart du temps », pendant les crises « il est sujet à des attaques de terreurs », « a tenté de s'empoisonner en avalant de la peinture », et boit l'huile des lampes. Entre ces crises, le patient est calme et lucide et se dévoue passionnément à la peinture (voir Le grand registre de l’asile de Saint-Rémy-de-Provence)
  9. Vendu 82,5 millions USD en 1990, ce tableau fut pendant un temps le plus cher du monde.
  10. Au XXIe siècle, le village cultive encore le souvenir de ces peintres. 22 plaques-tableaux ont été installées à travers la commune par l'association « La mémoire des lieux ». Elles permettent de comparer les toiles avec les sites tels qu'ils se présentent aujourd'hui, le plus souvent sans grande évolution hormis des détails. Le parcours peut se prolonger à travers la ville voisine de Pontoise, où d'autres plaques sont installées devant les paysages peints par Camille Pissarro.
  11. Cette peinture de cerisier a disparu.
  12. Notamment le musée van Gogh (Amsterdam), le musée Kröller-Müller (Otterlo), le musée d'Orsay (Paris), la National Gallery (Londres), le musée des beaux-arts Pouchkine (Moscou), le musée de l'Ermitage (Saint-Pétersbourg), la Neue Pinakothek (Munich), ainsi que des musées au Japon et aux États-Unis.

Différences[modifier | modifier le code]

  1. Selon la chronologie établie par Pascal Bonafoux dans Lettres à son frère Theo, p. 15, la jeune fille s'appelle Ursula.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent van Gogh, « 670 To Willemien van Gogh. Arles, on or about Sunday, 26 August 1888. », Van Gogh Museum,‎ 26 août 1888 (consulté le 6 juin 2014)
    Lire le paragraphe commençant par « Je pense moi ici énormément à Monticelli. »
  2. Marc Tralbaut, Vincent van Gogh, le mal aimé, Lausanne & Macmillan pour 1969, Macmillan pour 1974, Alpine Fine Art Collections pour 1981,‎ 1981 (ISBN 0-933516-31-2), p. 39
  3. a et b Ronald Pickvance, Van Gogh In Saint-Remy and Auvers : Exhibition catalog, Metropolitan Museum of Art,‎ 1986 (ISBN 0-87099-477-8)
  4. Catalogue de l'exposition Vincent van Gogh : Entre terre et ciel. Les Paysages, p. 294, Kunstmuseum Basel, 2009
  5. Ken Wilkie, À la recherche de Van Gogh,‎ 1991, p. 34-36
  6. Patrick Delaunay, Le Roman de Vincent van Gogh, Carrère/Kian,‎ 1988, p. 57
  7. Extrait d'une lettre adressée à Frederik van Eeden lorsqu'il préparait un article sur Van Gogh ; cité dans W.H. Auden, Van Gogh : Un art de l'auto-portrait ; Lettres révélant sa vie de peintre, Greenwich, Société graphique de New York, p. 37-39
  8. a, b et c Pascal Bonafoux, Van Gogh, le soleil en face, Gallimard,‎ 1997 (ISBN 978-2070530397), p. 176
  9. Nadia Marchioni, Les grands maîtres de l'art : Van Gogh et le post-impressionnisme (ISBN 978-2-8105-0000-0)
  10. a et b (en) Enrica Crispino, Van Gogh, États-Unis, The Oliver Press,‎ 2008
  11. Eugene Boch (ami de Vincent van Gogh)
  12. Victor Doiteau et Edgar Leroy, Vincent van Gogh et le drame de l'oreille coupée, Paris, Esculapes,‎ 1939, PDF, 26 p. (lire en ligne)
  13. Éric Biétry-Rivierre, Révélations sur l'oreille coupée de Van Gogh, 4 mai 2009 sur le site du Figaro, consulté le 14 juillet 2010
  14. Paul Gauguin, Avant et après, Papeete (Tahiti),‎ 1903, 210 p. (ISBN 2-907716-25-5), « 3 »
  15. Daniel Guérin, Oviri, Écrits d’un sauvage : Textes choisis,‎ 1974 (ISBN 2-07-032533-4)
  16. Dans (de) Hans Kaufmann et Rita Wildegans, Van Goghs Ohr: Paul Gaugin und der Pakt des Schweigens, Berlin, Osburg Verlag,‎ 2008, 392 p. (ISBN 978-3-940731-14-2) (soit L’Oreille de Van Gogh : Paul Gauguin et le pacte du silence), deux historiens de l'art allemands soutiennent une thèse selon laquelle ce serait en fait son ami Gauguin qui lui aurait asséné un coup de sabre, provoquant l’ablation de l’organe.
  17. Vincent van Gogh : La Pétition d'Arles
  18. Asmara Klein, Van Gogh, le pinceau et la plume, L'Intermède, 4 mars 2003
  19. Le Grand Dictionnaire de la peinture : Des origines à nos jours, EDDL,‎ 1998
  20. a et b G. Albert Aurier, Les Isolés - Vincent van Gogh : Mercure de France,‎ janvier 1890 (lire en ligne), p. 24-29
  21. Le site Anna Boch offre plus de details sur l'achat du tableau La Vigne rouge.
  22. (en) Vincent Willem van Gogh
  23. Wouter Van der Veen et Peter Knapp, Vincen van Gogh à Auvers, France, Chêne,‎ octobre 2009, 304 p. (ISBN 978-2-81230-059-2)
  24. (en) Jan Hulsker, The Complete Van Gogh, Oxford, Phaidon,‎ 1980 (ISBN 0-7148-2028-8), p. 480-483
  25. Octave Mirbeau, Dans le ciel,‎ 2002 (lire en ligne), p. 148
  26. Victor Doiteau, Deux copains de Van Googh, inconnus, les frères Gaston et René Secrétan. Vincent, tel qu'ils l'ont vu, Aesculape,‎ 1957
  27. « Van Gogh : les "preuves" du meurtre issues de multiples sources », sur lepoint.fr,‎ 19 octobre 2011
  28. Selon l'historien local Alain Rohan (Vincent van Gogh : Aurait-on retrouvé l'arme du suicide ?, éditions Argeau, 2011. ISBN 978-2-7466-4251-5), un cultivateur en labourant son champ en 1965 a retrouvé un revolver à broche, calibre 7 mm, système Lefaucheux, similaire à celui d'Arthur Ravoux qu'aurait emprunté le peintre.
  29. Stephen Naifeh et Gregory White Smith, Van Gogh : The Life,‎ 2011 (ISBN 978-0-375-50748-9)
  30. Article du Monde rapportant la thèse de la mort de Van Gogh par accident.
  31. Adèle Smith, « Vincent Van Gogh ne se serait pas suicidé : Une nouvelle biographie du peintre remettant en cause la thèse du suicide laisse entrevoir la possibilité d'un assassinat ou d'un accident. », Le Figaro,‎ 17 octobre 2011 (lire en ligne)
  32. Dietrich Blumer, La Maladie de Vincent van Gogh, American Journal of Psychiatry,‎ 2002
  33. a et b (en) Dietrich Blumer, Psychiatric Aspects of Epilepsy, vol. 2, Washington, DC, American Psychiatric Press
    Martine Stassart et Jean Mélon ont traduit un chapitre de ce livre en français : L'épilepsie de Vincent van Gogh. Consulté le 3 mars 2011.
  34. (en) I. K. Arenberg, L. F. Countryman, L. H. Bernstein et G. E. Shambaugh Jr, « Van Gogh had Ménière's disease and not epilepsy », Journal of the American Medical Association, vol. 264, no 4,‎ 25 juillet 1990
  35. Paul Wolf, Créativité et maladie chronique de Vincent van Gogh (1853-1890), Western Journal of Medicine. Réédité le 7 octobre 2007,‎ novembre 2001
  36. (en) King Ross, The Judgment of Paris : The Revolutionary Decade that Gave the World Impressionism, New York, Waller & Company,‎ 2006 (ISBN 0-8027-1466-8), p. 61
  37. a et b Georges Charensol, Correspondance générale de Vincent van Gogh, t. 1, 2, 3, Gallimard-Grasset,‎ 1960
  38. Susan Alyson Stein, Van Gogh : Un peintre, une vie, une œuvre, Maxi-Livres,‎ 2004, 2e éd., 383 p. (ISBN 2-7434-5078-9)
  39. a et b Leo Jansen, Hans Luijten et Nienke Bakker, Les Lettres, vol. 1-6, Actes Sud / Van Gogh Museum / Huygens Institute,‎ octobre 2009, 2148 p. (ISBN 978-2-7427-8586-5)
  40. (nl) Brieven aan zijn broeder, vol. 1-3, Johanna van Gogh-Bonger,‎ 1914
    Lettres à son frère
  41. (nl) Vincent van Gogh, Verzamelde brieven, vol. 1-4, Vincent Willem van Gogh
    Ensemble des lettres
  42. (en) Letters of Vincent van Gogh 1886-1890, vol. 1-2, Vincent Willem van Gogh,‎ 1977
  43. (nl) Van Gogh door Van Gogh. De brieven als commentaar op zijn werk, Amsterdam, Jan Hulsker,‎ 1973, 223 p.
  44. (nl) Een leven in brieven, Jan Hulsker,‎ 1980, 2e éd.
  45. (nl) De Brieven van Vincent van Gogh, Amsterdam, Van gogh Museum,‎ 1990
  46. Lorenz Eitner, La peinture du XIXe siècle en Europe, 2007, Hazan, Bibliothèque des arts, ISBN 978-2-7541-0195-0, p. 444
  47. Cornelia Homburg, Les Trésors de Van Gogh, Suzanne Bélanger Communications,‎ octobre 2007, 72 p. (ISBN 978-2-7098-1911-4)
  48. a et b Patricia Fride-Carrasat, Les Maîtres de la peinture, Larousse,‎ 2006, 335 p., p. 240-241
  49. a et b Sjraar Van Heugten, Joachim Pissarro et Chris Stolwijk, Vincent van Gogh Les couleurs de la nuit, Van Gogh Museum & The Museum of Modern Art,‎ 2008, 159 p. (ISBN 978-2-7427-7836-2)
  50. (en) J. L. Aragón, Gerardo Naumis, M. Bai, M. Torres et P. K. Maini, « Kolmogorov scaling in impassioned van Gogh paintings », Arxiv,‎ 28 juin 2006 (lire en ligne)
  51. (de) Albert Boime, Vincent van Gogh: Die Sternennacht — Die Geschichte des Stoffes und der Stoff der Geschichte, Francfort, Fischer,‎ 1989 (ISBN 3-596-23953-2)
  52. « Star dates Van Gogh canvas », BBC News,‎ 8 mars 2001
  53. Ingo F. Walther et Rainer Metzger (trad. Françoise Laugier-Morun (pages 1-300) et Marie-Anne Trémeau-Böhm (pages 301-740)), Van Gogh : L'Œuvre complet - Peinture, Taschen,‎ 2002, 740 p. (ISBN 2-7434-2506-7)
  54. (en) « Top 10 Most Expensive Paintings Ever », Chiff.com,‎ 2011 (consulté le 2 mars 2011)
  55. Lorenz Eitner, La peinture du XIXe siècle en Europe, 2007, Hazan, Bibliothèque des arts, ISBN 978-2-7541-0195-0, p. 438
  56. a et b Bakker N, Van Gogh à l'œuvre, Dossier de l'art no 214, janvier 2014, p. 39-49
  57. Fayol A, Restaurer un Van Gogh, l'exemple de « La Chambre », Dossier de l'art no 214, janvier 2014, p. 50-54
  58. Noemi Adda, Histoire de l'Art : Peinture - Sculpture - Architecture, Paris, De Boeck,‎ 1995 (ISBN 2-01-135001-8)
  59. Lorenz Eitner, La peinture du XIXe siècle en Europe, 2007, Hazan, Bibliothèque des arts, ISBN 978-2-7541-0195-0, p. 591
  60. a, b et c Patricia Fride-Carrassat et Isabelle Marcadé, Les Mouvements dans la peinture, Larousse,‎ 2010, 2e éd., 240 p. (ISBN 978-2-03-585639-5)
  61. Gérard Denizeau, Vocabulaire des arts visuel du XIXe siècle, Paris, Minerve,‎ 2004, 239 p. (ISBN 2-86931-108-7, notice BnF no FRBNF39156350), p. 10 et 57
  62. Histoire de l'art, Paris, Larousse,‎ 1990 (ISBN 2035093066), p. 502-503
  63. Gérard Denizeau, Vocabulaire des arts visuel du XIXe siècle, Paris, Minerve,‎ 2004, 239 p. (ISBN 2-86931-108-7, notice BnF no FRBNF39156350), p. 59
  64. L'Écho de Paris,‎ 31 mars 1891
  65. Gérard Denizeau, Vocabulaire des arts visuel du XIXe siècle, Paris, Minerve,‎ 2004, 239 p. (ISBN 2-86931-108-7, notice BnF no FRBNF39156350), p. 42 - Lettre à Théo, août 1888
  66. André Derain et le fauvisme
  67. (en) Cliff Edwards, Van Gogh and God : A creative spiritual quest, Loyola Press,‎ 1989, 219 p.
  68. G. Michaud, Message poétique du Symbolisme, Nizet,‎ 1947
  69. a et b Vellekoop M, Les dessins de Van Gogh, un travail de l'ombre, Dossier de l'art no 214, janvier 2014, p. 28-33
  70. Caillaud L, Van Gogh à travers ses lettres, Dossier de l'art no 214, janvier 2014, p. 34-37
  71. Jacob Baart de la Faille, L'Œuvre de Vincent van Gogh : Catalogue raisonné, ouvrage accompagné de la réproduction de plus de 1.600 tableaux, dessins, aquarelles et gravures du Maître, Paris et Bruxelles, Les Éditions G. van Oest,‎ 1928, 6 volumes
  72. Lorenz Eitner, La peinture du XIXe siècle en Europe, 2007, Hazan, Bibliothèque des arts, ISBN 978-2-7541-0195-0, p. 588
  73. [vidéo] Entretien avec Salvador Dali sur le site de l'INA
  74. Raymond Cogniat, Histoire de la peinture, Fernand Nathan,‎ 1954
  1. vol. 1, p. 21
  2. vol. 1, p. 95
  3. vol. 1, p. 227
  4. vol. 2, p. 11
  5. vol. 3, p. 11
  6. vol. 3, p. 75
  7. vol. 3, p. 319
  8. vol. 3, p. 361
  9. vol. 4, p. 79
  10. a et b vol. 4, p. 11
  11. vol. 6, p. 76
  12. vol. 5, p. 11
  13. vol. 1, p. 15
  14. vol. 6, p. 38
  15. vol. 6, p. 25
  16. vol. 6, « Index des œuvres de Van Gogh »
  1. p. 30
  2. p. 30-31
  3. p. 32
  4. p. 37-38 et 40
  5. p. 258 La revue citée Der Sturm (« Le Combat »).
  1. p. 11
  2. p. 13
  3. p. 20
  4. p. 21
  5. p. 97 et 100
  6. p. 182 ch.4 : Le fauvisme
  7. p. 155
  • Ingo F. Walther et Rainer Metzger (trad. Françoise Laugier-Morun (pages 1-300) et Marie-Anne Trémeau-Böhm (pages 301-740)), Van Gogh : L'Œuvre complet - Peinture, Taschen,‎ 2002, 740 p. (ISBN 2-7434-2506-7)
  1. La famille nombreuse, p. 15
  2. La famille nombreuse, p. 15-20
  3. Vie et œuvre, p. 702
  4. Les modèles de sa jeunesse, p. 66-67
  5. Impressionnisme personnel, Les vergers en fleurs, p. 333
  6. Impressionnisme personnel, Les vergers en fleurs, p. 340
  • Cornelia Homburg, Les Trésors de Van Gogh, Suzanne Bélanger Communications,‎ octobre 2007, 72 p. (ISBN 978-2-7098-1911-4)
  1. Début de l'artiste, p. 8
  2. Introduction, p. 4
  3. a et b Les autoportraits, p. 24
  4. Japonisme, p. 29
  5. Japonisme, p. 28
  6. Arles, p. 30
  • Wouter Van der Veen et Peter Knapp, Vincent van Gogh à Auvers, France, Chêne,‎ octobre 2009, 304 p. (ISBN 978-2-81230-059-2)
  1. a et b Préface, p. 11
  2. L'héritière Johanna Bonger, p. 264
  3. Introduction, p. 13
  4. L'héritière Johanna Bonger, p. 258
  5. L'héritière Johanna Bonger, p. 273
  6. L'héritière Johanna Bonger, p. 276
  7. L'héritière Johanna Bonger, p. 280
  8. L'héritière Johanna Bonger, p. 284
  9. Introduction, p. 12

Lettres[modifier | modifier le code]

La numérotation utilisée est celle de 2009.

  1. Lettre no 309 de Vincent van Gogh à Anthon van Rappard, La Haye, le 8 février 1883 (N)
  2. Lettre no 310 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, La Haye, le 13 octobre 1883 (N)
  3. a et b Lettre no 495 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Nuenen, le 21 avril 1885 (N)
  4. Lettre no 776 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Saint-Rémy-de-Provence, le 23 mai 1889 (F)
  5. Lettre no 535 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Nuenen, le 13 octobre 1885 (N)
  6. Lettre no 606 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Arles, 7 mai 1888 (F)
  7. Lettre no 750 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Arles, le 19 mars 1889 (F)
  8. Lettre no 758 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Arles, vers le 14-17 avril 1889 (F)
  9. Lettre de Theodorus van Gogh à Paul Gachet, Paris, 9 mai 1890 (F)
  10. Lettre no 893 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Auvers-sur-Oise, 28 juin 1890 (F)
  11. Lettre no 2 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, La Haye, 13 décembre 1872 (N)
  12. Lettre de Vincent van Gogh à Paul Gauguin, Arles, 17 octobre 1888 (F)
  13. Lettre no 640 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Arles, 15 juillet 1888 (F)
  14. Lettre no 805 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Saint-Rémy-de-Provence, vers le 20 septembre 1889 (F)
  15. Lettre no 666 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Arles, le 21 ou le 22 août 1888 (F)
  16. Lettre no 801 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Saint-rémy-de-Provence, le 10 septembre 1889 (F)
  17. Lettre no 600 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Arles, vers le vendredi 20 avril 1888 (F)
  18. Lettre no 783 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Saint-Rémy-de-Provence, le 25 juin 1889 (F)
  19. Lettre no 676 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Arles, le 8 septembre 1888 (F)
  20. Lettre no 589 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Arles, le 25 mars 1888 (F)
  21. Lettre no 590 de Vincent van Gogh à Willemien van Gogh, Arles, le 30 mars 1888 (N)
  22. Lettre no 602 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Arles, le 1er mai 1888 (F)
  23. Lettre no 816 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Saint-Rémy-de-Provence, le 3 novembre 1889 (F)
  24. Lettre no 898 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh et Johanna van Gogh-Bonger, Auvers-sur-Oise, le 10 juillet 1890 (F)
  25. Lettre no 678 de Vincent van Gogh à Willemien van Gogh, Arles, le 9 et vers le 14 septembre 1888 (F)« ...je l'ai peint un peu en poète, la tête fine & nerveuse se détachant sur un fond de ciel de nuit d'un outremer profond avec les scintillements des étoiles. » voir Lettre no 678
  26. Lettre no 533 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Nuenen, le 4 octobre 1885 (N)
  27. Lettre no 673 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Arles, le 3 septembre 1888 (F)
  28. Manuscrit apparenté MA25 de Vincent van Gogh à Theodorus van Gogh, Auvers-sur-Oise, le 23 juillet 1890 (F)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Écrits de Vincent van Gogh[modifier | modifier le code]

  • Vincent van Gogh (trad. Maurice Beerblock et Louis Roëdlandt (nl), préf. Georges Charensol), Correspondance complète enrichie de tous les dessins originaux, Paris, Éditions Gallimard & Grasset,‎ 1960, 3 vol. in quarto, 563 + 531 + 580 p.
  • Vincent van Gogh (trad. Louis Roëdlandt (nl)), Lettres à son frère Théo, Paris, Éditions Gallimard, coll. « L'imaginaire »,‎ 1988, 566 p. (ISBN 978-2070714483)
  • Vincent van Gogh (trad. Louis Roëlandt (nl)), Lettres à Van Rappard, Paris, Éditions Grasset et Fasquelle, coll. « Les Cahiers rouges »,‎ 1950 (réimpr. 1991, 2009), 242 p. (ISBN 978-2246049340)

Livres sur Vincent van Gogh[modifier | modifier le code]

Biographies

  • Dieter Beaujean, Vincent van Gogh : vie et œuvre, Könemann,‎ 1999 (ISBN 3829029381)
  • Victoria Charles, Vincent van Gogh par Vincent van Gogh, New York, Parkstone international,‎ 2008, 2 volumes (ISBN 978-1-84484-493-7, notice BnF no FRBNF41432935)
  • David Haziot, Van Gogh, Gallimard (biographie), coll. « Folio Biographies »,‎ 2007 (ISBN 2070307573)
  • Rainer Metzger et Ingo F. Walther, Van Gogh, Taschen,‎ 2008, 256 p. (ISBN 978-3-8228-3767-2)
  • Karin Müller (préf. David Haziot), Van Gogh : pour planer au-dessus de la vie, Michel de Maule (biographie), coll. « je biographe »,‎ 2014 (ISBN 2876235544)
  • José Féron Romano, Van Gogh, la course vers le soleil, Jasmin, coll. « Signes de vie »,‎ 2004, 173 p. (ISBN 2912080509)
  • David Sweetman, Une vie de Vincent Van Gogh, Presses de la Renaissance (biographie),‎ 1990, 468 p. (ISBN 2856165486)
  • Ingo F. Walther, Vincent van Gogh, 1853-1890 : Vision et réalité, Taschen,‎ 2000, 95 p. (ISBN 3822861685)

Catalogues d'expositions

  • Carel Blotkamp et al., Vincent van Gogh : Entre terre et ciel. Les paysages., Hatje Cantz (Catalogue de l'exposition au Kunstmuseum de Bâle),‎ 2009, 312 p. (ISBN 9783775723534)
  • Isabelle Cahn (dir.) et al., Van Gogh-Artaud : Le suicidé de la société, Paris, Skira (Catalogue de l'exposition au Musée d'Orsay),‎ 2014, 205 p. (ISBN 9782370740038)
  • Ronald Pickvance et al., Van Gogh et Arles : Exposition du centenaire, Arles (Catalogue de l'exposition à Arles),‎ 1989 (ISSN 0982-2291)
  • (en) Ronald Pickvance et al., Van Gogh in Saint-Rémy and Auvers, New-York, Harry N. Abrams Inc. Publishers (Catalogue de l'exposition au Metropolitan Museum of Art),‎ 1986 (ISBN 0-8109-1734-3)

Peintures et dessins

  • John Leighton, 100 Chefs-d'œuvre du Van Gogh Museum,‎ 2002 (ISBN 9789063140151)
  • Ronald Pickvance, Van Gogh en Arles, Genève, Skira,‎ 1985 (ISBN 2-605-00056-7)
  • Miloslava Neumannova, Van Gogh : Aquarelles, gouaches et dessins : traduit par Françoise Tabery, Paris, Ars Mundi,‎ 1987 (ISBN 2-86901-0281)
  • François Mathey, Van Gogh. Auvers-sur-Oise : Petite Encyclopédie de l'Art n°8, Paris, Fernand Hazan,‎ 1956

Autres

Filmographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 3 mars 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.