Vincent Badie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Badie.

Vincent Badie, né le à Béziers (Hérault) et décédé le à Montpellier, est un homme politique français.

Vincent Badie
Fonctions
Parlementaire français
Député de l'Hérault
1936-1940
1944-1958
Gouvernement IIIe République et IVe République
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 87 ans)

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocat au barreau de Montpellier, il est élu député radical-socialiste de l'Hérault à la Chambre des députés, aux deux Assemblées nationales constituantes et à l'Assemblée nationale de 1936 à 1958.

Il vote contre les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, le . Lors de cette séance, il tente de proposer une motion s'opposant à la disparition du régime républicain. Il s'exclame en quittant la salle avec les 80 opposants à Pétain : « Vive la République quand même ! ». Suspendu de ses fonctions de maire de Paulhan, il entre dans la Résistance, est arrêté et déporté à Dachau.

En conflit avec Pierre Mendès France après la démission de ce dernier du gouvernement Guy Mollet en 1956, il entre en dissidence et préside un nouveau groupe parlementaire. Badie refuse la confiance à de Gaulle en 1958.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Wieviorka, Les Orphelins de la République, Le Seuil, 2001 (ISBN 2-02-034036-4).
  • Edouard Barthe, Le Combat d'un parlementaire sous Vichy, Éditions Singulières, 2007 (ISBN 978-2-35478-005-0).
  • Pierre Miquel, "Les quatre-vingts", Ed. Fayard, 1995, I.S.B.N: 2-213-59416-3