Vin biodynamique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vins biodynamiques en dégustation lors du Taste Festival à Hobart

Le vin biodynamique correspond à un vin produit selon les principes de l'agriculture en biodynamie, et dont les raisins sont issus de la viticulture biodynamique. La biodynamie peut s'appliquer, selon le producteur, tant aux méthodes de culture (viticulture) qu'au traitement de la vendange et du vin (vinification).

Cette méthode fait appel à des pratiques impossibles à vérifier scientifiquement, elle utilise des rites ésotériques, un calendrier lunaire, ce qui est loin de faire l'unanimité dans la filière viti-vinicole. Il est à souligner que le producteur peut pratiquer la biodynamie sans nécessairement adhérer à un label certifiant cette pratique pour commercialiser son vin.

Historique[modifier | modifier le code]

Rudolf Steiner (1861-1925)

Comme l'agriculture biodynamique, la biodynamie appliquée au vin découle des théories de Rudolf Steiner, qui dans son Cours d'Agriculture, en 1924[1], une série de huit conférences faites à des paysans de Silésie, jeta les bases d'une méthode qu'il proposait comme une alternative. Les principes et les pratiques de cette biodynamie étaient calqués sur la philosophie ésotérique de son fondateur. Appelée anthroposophie, elle mêlait écologie et spiritualisme[2],[3].

La pratique de la biodynamie est devenue très populaire à partie des années 2000[4]

Cette expansion doit beaucoup aux prises de position de deux critiques du vin des plus influents au monde, Robert Parker et Jancis Robinson.

La viticulture biodynamique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Viticulture biodynamique.

Les raisins utilisés pour la production d'un vin biodynamique doivent eux-mêmes être issus de la viticulture biodynamique pour prétendre à la certification d'un label biodynamique.

La vinification en biodynamie[modifier | modifier le code]

Ouillage d'une barrique de vin rouge
Analyse des sucres d'une vendange blanche
Fragmentation du chapeau de marc d'une vendange rouge
Programmation de la maîtrise des températures dans une cuve de vinification

Il est à souligner que les viticulteurs pratiquant une agriculture biodynamique choisissent ou non d'élaborer leurs vins selon les principes de Steiner. C'est pourquoi certains n'appliquent pas le cahier des charges spécifique à la vinification. Par conte ceux qui se lancent dans cette voie affirment avoir noté une augmentation qualitative de leurs vins qui seraient plus floraux[5]. Ils notent également un meilleur équilibre dans la croissance végétative liée à une production de sucre dans les raisins qui coïncide avec la maturité physiologique. Celle-ci entraîne un bon équilibre entre le glycérol et la teneur en alcool[6].

Lors d'une dégustation à l'aveugle de 20 vins biodynamiques, organisé par le magazine Fortune, neuf des vins biodynamiques ont été jugés supérieurs à leurs équivalents classiques[7]. Les commentaires sur ces vins, fait par les sept experts en vin composant le jury, mettent en avant « de meilleures expressions du terroir, leur expression aromatique et leur texture[8]. ». Robert Parker, puissant et influent critique de vin, met en exergue dans les compte-rendus de ses dégustations les domaines qui pratiquent la biodynamie.

Nombre de critiques reconnaissent, il est vrai, la qualité des vins biodynamiques, tout en se demandent si les améliorations constatées dans le goût du vin et la santé du vignoble ne seraient pas dues à la seule agriculture biologique et non aux pratiques ésotériques ajoutées par la biodynamie[9],[10]. D'autres spécialistes y ajoutent le travail méticuleux des viticulteurs qui veillent à de nombreux détails souvent négligés. Ray Isle, rédacteur en chef du Wine & Spirit magazine, explique : « Alors que faire s'ils pensent aussi qu'enterrer des cornes de vache pleines de bouse va les aider à canaliser de nouvelles forces de vie venues du cosmos? [8]. ».

Comme l'expliquent Douglass Smith et Jesus Barquin, très critiques envers les aspects ésotériques de la biodynamie, leur appréciation des vins qui en sont issus n'en est pas affectée. Ils reconnaissent d'ailleurs le talent de beaucoup des vignerons adeptes de cette méthode, tout en regrettant « leur crédulité en des croyances et des pratiques non scientifiques comme l'astrologie ou l'homéopathie, ainsi que leur pratique de rituels de style vaudou ». Constatant que les meilleures études, menées à ce jour, n'ont pu « trouver de distinctions entre l'agriculture biodynamique et biologique dont elle est une partie. L'ésotérisme, semble-t-il, n'ajoute rien, n'apporte rien. Et nous, en tant que supporters du rationalisme et de la clarté, sommes consternés par ces déconnexions entre la croyance et la recherche. Buvons un verre à la raison[9] ».

L'attention portée aux phases lunaires dans le travail des vins[modifier | modifier le code]

Lors de la vinification, il est pris en compte le calendrier lunaire. Par exemple, le soutirage, la filtration, la mise en bouteilles n'ont lieu qu'en lune descendante, car elle est sensée favoriser l’expression aromatique du vin. « La lune descendante a un effet réducteur — qui est l'inverse de l'effet oxydatif — ce qui permet de resserrer les parfums et de préserver les arômes au soutirage et à la mise en bouteille », explique Frédéric Duseigneur, conseiller en biodynamie, dans la basse vallée du Rhône[11].

Il est aussi utilisé des vasques de dynamisation, destinées à clarifier le vin par sédimentation après le soutirage. Le levurage, la chaptalisation et le collage sont aussi réglementés. Enfin, il y a interdiction d'utiliser des levures sélectionnées, tandis que d'autres limitent le plus possible l'emploi de soufre[11].

Les labels de certification pour la viticulture biodynamique exigent désormais l'application de ces principes en vinification. De plus, ils mentionnent les produits autorisés tout en en limitant l'usage. Demeter a défini un cahier des charges pour la vinification qui en vigueur depuis le millésime 2009 sur des cuvées qui n'ont été ni levurées, ni acidifié, ni flash-pasteurisées, et qui limite la chaptalisation, le levurage, le sulfitage, le collage et l'utilisation d'enzymes. Biodyvin applique les mêmes critères définis par Demeter[12].

Controverses sur le vin biodynamique[modifier | modifier le code]

L'acceptation scientifique des méthodes biodynamiques est difficile due à l'utilisation de pseudo-sciences, de l'astrologie et de l'ésotérisme. Ces pratiques sont sujettes à des critiques et à la réfutation de leur réelle efficacité[13].

La commercialisation des vins en biodynamie[modifier | modifier le code]

Stand de vin biodynamique à Vinitaly
Délégation d'importateurs japonais
Dégustation sur le lieu de vente

Les vins élaborés en biodynamie s'exportent massivement vers l'étranger, en particulier aux États-Unis et au Japon. Leurs producteurs les vendent cher, puisque leurs vins sont régulièrement primés dans les concours internationaux. Le premier argument mis en avant auprès de consommateurs est le retour à une viticulture respectueuse de l'environnement. Car les grands domaines affichent rarement la mention agriculture biodynamique sur leurs étiquettes, se refusant à l'employer comme un argument commercial, mais seulement comme un argument qualitatif[14].

Joëlle Brouard, professeur de marketing et directrice de l'Institut du management du vin à l'École supérieure de commerce de Dijon, explique que chez les vignerons, la biodynamie « n'est pas un argument mis en avant. D'abord parce qu'ils n'en ont pas besoin pour vendre, mais aussi parce qu'ils ne veulent pas être jugés sur les moyens mais sur le résultat ». Insistant que, pour elle, ces producteurs ne sont pas des illuminés, elle conclut : « Fondamentalement, ça ne part pas d'une volonté commerciale, mais d'une conviction personnelle, d'autant qu'il faut convaincre l'ensemble des salariés de travailler de cette façon[14]. ».

Domaines viticoles célèbres pratiquant la biodynamie[modifier | modifier le code]

Il y a plus de 450 producteurs de vins biodynamiques dans le monde entier[2],[3]. Un certain nombre de producteurs de grande envergure, élaborant des vins de très haut de gamme, se sont convertis à la biodynamie. Selon un article paru dans Fortune, un grand nombre des meilleurs domaines en France, « y compris le Domaine Leroy, en Bourgogne, le Château de la Roche-aux-Moines dans la Loire, la Maison Chapoutier dans la vallée du Rhône, et le Domaine Zind Humbrecht en Alsace », appliquent la viticulture biodynamique[15].

Dans la bande dessinée Les Ignorants, réalisée par Étienne Davodeau, pour le bourguignon Richard Leroy, celui-ci qui avoue ne rien comprendre aux théories de Steiner, aux histoires de planètes, de lunes ou de dilutions, affirme : « Je ne suis pas chercheur, ni biologiste, et encore moins sorcier, je suis vigneron. Je sais une chose : les vins qui me parlent le plus sont issus de la biodynamie. Ceux qui m’ont fait découvrir la biodynamie sont tous des gens de grande valeur sur le plan humain : attentifs, respectueux, humbles, ça compte vachement[16]. ».

Domaine de la Romanée-Conti[modifier | modifier le code]

Labourage avec un cheval d'une parcelle de vigne de la Romanée-Conti conduite en biodynamie

Le domaine de la Romanée-Conti est conduit complètement en biodynamie depuis 2007, après une vingtaine d'années d'exploitation en viticulture biologique, et de nombreuses expérimentations.[17]

Domaine de Marcoux[modifier | modifier le code]

Robert Parker loue particulièrement Catherine et Sophie Armenier, propriétaires du domaine de Marcoux à Châteauneuf-du-pape, comme « suivant les écrits astrologiques et homéopathiques du fameux professeur allemand Rudolf Steiner » [18][13]. Catherine Armenier joue un rôle important dans les syndicats de producteurs de son AOC Châteauneuf-du-pape et des côtes-du-rhône[19].

Château Romanin[modifier | modifier le code]

Pulvérisateur à dos (en cuivre) utilisé pour l'épandage des préparations biodynamiques au Château Romanin

Le château Romanin, près de Saint-Rémy-de-Provence, au pied des Alpilles, est situé au cœur des l'AOC, les-baux-de-provence. Sa cave fut construite de toutes pièces en 1998, pour élaborer des vins biodynamiques, selon la volonté des promoteurs dont les principaux étaient une société d'investissement et Jean-André Charial, le chef emblématique de l'Oustau de Beaumanière[20].

Ils s'imposèrent un cahier des charges drastiques où aux critères de qualité (rendement : 30 hl/ha, vendanges faites à la main en petites caisses, vinification en cuves inox, macération pelliculaire pour les blancs, maîtrise des températures, etc.) se mêlaient l'ésotérisme (les onze cuves baptisées du nom des planètes, traitement du vignoble par infusion aux seules périodes déterminées par le calendrier lunaire de Maria Thun, refus de tout traitement au soufre en cas d'attaque de mildiou ou d'oïdium, etc.). Florence Arnault, disciple inconditionnelle de Steiner, dirigeait alors le domaine[20].

Cave cathédrale et batterie de cuves inox du château Romanin

Quant à Régis Baud, chef de culture et vinificateur, pourtant conseillé par des œnologues de réputation comme Jacques Puisais et Daniel Péraldi, il décida, dès 1992, d'abandonner l'ensemencement des 1 600 hectolitres de ses vins avec des levures sélectionnées pour se rabattre sur des levures issues d'un pied de cuve des anciennes vendanges. Si un grand soin était pris lors de la récolte (tri manuel des grappes pour éliminer les grains abîmés) puis lors de l'arrivée des cépages (réception sur tapis roulant des raisins placés en petites caisses, versement de la vendange dans les cuves par gravité), cette matière noble avait vocation de finir dans les fûts de bois neuf de la cave cathédrale camouflant l'apport du terroir par les notes boisées/vanillées caractéristiques du « goût international »[20].

Le domaine du château de Romanin, depuis 2006, est devenu la propriété de Jean-Louis et Anne-Marie Charmolüe, qui possédaient le Château Montrose, second cru classé de Saint-Estèphe[21],[22].


Labels spécifiques à la viticulture en biodynamie[modifier | modifier le code]

Bouteille notifiée Australian certified biodynamic
Vigne californienne menée en biodynamie certifiée Demeter

La marque internationale Demeter a été créée en 1928[23], ce label officiel de la biodynamie est reconnu dans plus de 50 pays[24]. Pour pouvoir l'utiliser, un domaine viticole doit nécessairement avoir reçu le label AB, certifiant l'utilisation des méthodes de l'agriculture biologique[16]. Il existe aussi le récent label Biodyvin pour les vins uniquement, sur les 270 producteurs en France, Biodyvin compte 70 adhérents et Demeter réunit 200 domaines[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John Paull, « Attending the First Organic Agriculture Course: Rudolf Steiner's Agriculture Course at Koberwitz, 1924 », European Journal of Social Sciences', vol. 21, no 1,‎ , p. 64–70 (lire en ligne)
  2. a et b Jack Everitt, Master List of 475 Biodynamic Wine Producers, as of July 10, 2008, Fork & Bottle. Accessed 2008-07-12.
  3. a et b P. C. Howard, The Wine Alchemy Biodynamic Directory, July 2008, Wine Alchemy. Includes the status of BD credentials. Accessed 2008-07-12.
  4. Paul Gregutt, Not Woo-Woo Anymore: More and more wineries are tasting the benefits of saving the soil, The Seattle Times, November 20, 2005. « Reprint copy » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2014-08-01. Accessed 2008-07-12.
  5. Beppi Crosariol, "Converted: I'm a biodynamic believer", Globe and Mail, February 13, 2008. Reprint. Accessed 2008-07-13.
  6. Roland Brunner, Alto Adige goes green : Part 3 : The stars go green too, in Wein-Plus Magazine, February 25, 2008. « Reprint » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2014-08-01. Accessed 2008-07-13.
  7. Jean K. Reilly, Taste-Test Results, in Fortune, August 23, 2004. Reprint. Accessed 2008-07-12.
  8. a et b Jean K. Reilly, "Moonshine, Part 2: A blind sampling of 20 wines shows that biodynamics works. But how? (This, by the way, is why we went into journalism.)", Fortune, August 23, 2004. Reprint. Accessed 2008-07-11.
  9. a et b Douglass Smith et Jesus Barquin, Le vin biodynamique
  10. Chalker-Scott, Linda, « The Myth of Biodynamic Agriculture », Horticultural Myths, Washington State University Puyallup Research & Extension Center,‎ (consulté le 12 juillet 2008)
  11. a et b L'influence du calendrier lunaire sur le vin biodynamique
  12. a et b Vins biodynamiques sur le site larvf.com
  13. a et b Douglass Smith et Jesus Barquin, La biodynamie dans la bouteille de vin
  14. a et b Vin et biodynamie : l'autre culture des vins vivants
  15. Jean K. Reilly, Moonshine, Part 1: Why are top winemakers burying cow horns filled with manure on the equinox? Because it seems to help make great wine, Fortune, August 9, 2004. Reprint. Accessed 2008-07-11.
  16. a et b Hélène Binet, Le secret de la corne de bouse et autres subtilités de l'agriculture biodynamique
  17. | Interview d'Aubert de Villaine
  18. Guide Parker 2005, p. 380
  19. Pierre Nicolas, Le Comtadin, n° 3645, jeudi 26 juin 2014.
  20. a, b et c Cépages Magazine, n° 45, septembre-octobre 1993, p. 9.
  21. Domaine du château de Romanin
  22. Château Romanin sur le site avis-vin.lefigaro.fr
  23. La biodynamie en viticulture sur le site labuenavida
  24. Demeter Calls, Biodynamic Wines: An Expression of Terroir? published by novusvinum.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]