Villeneuve-sur-Yonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Villeneuve sur Yonne)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villeneuve.
Villeneuve-sur-Yonne
L'hôtel de ville.
L'hôtel de ville.
Blason de Villeneuve-sur-Yonne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Sens
Canton Villeneuve-sur-Yonne
(chef-lieu)
Intercommunalité CC du Villeneuvien (siège)
Maire
Mandat
Cyril Boulleaux
2014-2020
Code postal 89500
Code commune 89464
Démographie
Population
municipale
5 315 hab. (2011)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 34″ N 3° 17′ 40″ E / 48.092757, 3.294525 ()48° 05′ 34″ Nord 3° 17′ 40″ Est / 48.092757, 3.294525 ()  
Altitude Min. 68 m – Max. 206 m
Superficie 40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeneuve-sur-Yonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeneuve-sur-Yonne

Villeneuve-sur-Yonne est une commune française située dans le département de l'Yonne, en région Bourgogne, dans la basse vallée de l'Yonne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se trouve à 136 km de Paris, 78 de Troyes, 45 d'Auxerre, 21 de Courtenay, 17 de Joigny, 16 de Sens, 8 de Saint-Julien-du-Sault.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Marsangy Passy, Véron Les Bordes Rose des vents
Rousson
Bussy-le-Repos
N
O    Villeneuve-sur-Yonne    E
S
Saint-Julien-du-Sault Armeau Dixmont

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Villeneuviens et les Villeneuviennes. La charte de 1163 de Louis VII évoque Villeneuve et Villefranche (villafranca régis) et c'est Villefranche-le-Roi qui fut le premier nom de la cité jusqu'en 1175. Lorsque de 1187 à 1204, Adèle de Champagne reçut la ville en douaire, celle-ci s'appela Villeneuve-la-Reine [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

La ville de Villeneuve-sur-Yonne située dans la basse vallée de l'Yonne fut habitée dès le Néolithique[2],.

Un camp défensif gaulois (début du Ier siècle av. J.-C.) existait à proximité de Villeneuve (cf Château) qui fut pris par Jules César lors de sa campagne contre les Sénons [3]. On y découvrit des monnaies gauloises et romaines, ainsi que des poteries [4]. L'oppidum du « Camp du château », avec ses 120 ha, était ceint d'un rempart. Un sondage a livré des amphores et des potins qui semblent indiquer une occupation à l'époque La Tène (civilisation celtique du 2e âge du fer). Cet oppidum inspiré des organisations urbaines méditerranéennes surveille de vastes territoires. Son apparition correspond à une réorganisation complète des pôles d’exploitation agricole.

En 52 avant J.-C. un combat eut lieu au « Champ-Château » entre les Sénons (ou Sénones) (sous les ordres de leur chef Drapès) et les légions romaines (envoyées par Jules César) commandées par Larenius qui triomphèrent.

À Villeneuve, les découvertes attestent qu'un ensemble gallo-romain appelé « Villa longa parce qu'elle ne s'étendait que sur une seule rue [5] le long de la plaine des Égriselles (un peu au-dessus de la ville actuelle)» précéda la fondation de la Villa nova par le roi Louis VII en 1163. On trouva notamment en 1931, à l'angle de la rue Valprofonde et de la rue Carnot, 5 300 pièces de bronze. Dans la rue Carnot on a également trouvé les fondations d'établissements artisanaux [3]. Par ailleurs, la charte de l'abbaye Saint-Rémy de Sens de l'an 833 fait était d'un lieu près de Valprofonde qui se nommait Longpaut [6]

Sur la rive gauche de l'Yonne, une voie romaine allant de Sens (Agedincum) à Autun (Augustodunum et antérieurement Bibracte) passait par Villeneuve (villa longa) [7]. Sur la rive droite, une piste gauloise reliait Villeneuve à Joigny en passant par Armeau [réf. nécessaire]. Un pont de bois remplacé par un pont de pierres au XIIIe siècle franchissait l’Yonne [réf. souhaitée].

Pendant près de quatre siècles ce fut une vie simple, mais constamment perturbée par d’autres groupes. Notamment, en 451 pendant les guerres barbares entre Normands et Sarrasins. Les hordes d'Attila détruisirent Villeneuve et ses environs quand elles déferlèrent une première fois de Troyes vers Orléans et aussi lors de leur repli.

Royaume de France[modifier | modifier le code]

Porte de Joigny.

À l’arrivée au trône de France des capétiens descendants du comte Eudes, défenseur de Paris contre les Normands, la région de Sens fut entraînée vers le domaine capétien alors que Joigny et Auxerre continuaient à dépendre du duc de Bourgogne. Cinq cents ans plus tard, Villeneuve continuait à dépendre du roi de France.

Fondation d'une ville neuve[modifier | modifier le code]

La mort du comte de Blois, Thibaud le Grand, en 1152 permet un rapprochement entre Louis VII et Henri le Libéral, comte de ce qui prend désormais le nom de Champagne. Deux mariages cimentent les relations jusque là désastreuses. En épousant Adélaïde de Champagne, Louis VII épouse la culture économique qui propulse la Champagne au cœur du négoce mondial (les foires de Champagne). Par une série d'accords mutuels, il lève les hypothèques politiques bloquant le développement économique du Sénonais. Un chemin nouveau, partant de Gien, passant par Courtenay, se dirige vers Troyes, la principale des villes de foire de la Champagne. Les marchands du Val de Loire retrouvent ainsi les Lombards montés d'Italie et les Flamands descendus de la Mer du Nord. Le Roi construit un pont sur l'Yonne (premier monument connu de la ville neuve), provoquant l'abandon d'un bac utilisé un peu en amont à Rousson. Le succès est foudroyant, d'autant que Louis VII freine le parasitisme de la chevalerie propriétaire des rives. Louis VII accorde son nom et les coutumes de Lorris à la ville neuve. Les patronymes traduisent l'arrivée des nouveaux venus. En somme la ville doit son origine à un axe routier Est-Ouest et non à un axe fluvial Nord-Sud[8]. Pour se procurer des terrains qu'il n'avait pas, Louis VII offre une rente sur ses moulins de Sens à des moines du voisinage contre leurs terrains proches de l'Yonne.

En 1163, un abbé de l’abbaye de Saint-Marien d’Auxerre, Milon de Trainel, soucieux de protéger ses religieuses de "Vaul Parfunde" contre les incursions de toutes sortes [9], offrit au roi des Francs Louis VII de France dit Louis le Jeune des terres de l’abbaye de Villeneuve à la condition que le roi fit bâtir des fortifications [10]. C’est à cette époque que Villeneuve, devenue bastion avancé de Sens, permit de protéger les limites du domaine royal face au comté de Champagne et perdit son appellation de "Villa Longa" pour "villa franca" (ville franche du Roi) puis "Villa nova Régis" (Villeneuve-le-Roi). Pour qu'elle s'accroisse rapidement, le roi lui donne les privilèges de Lorris [11]. C'est aussi cette année que les serfs de Villeneuve furent affranchis.

Villeneuve est située au débouché d'un gué de l'Yonne commandant le pont. La ville qui s'édifie se construit à la romaine, sur un plan quadrillé rigoureux, à l’intérieur de remparts protecteurs et dominée par son église. Villeneuve fait partie des villes dotées d'un donjon royal « la Grosse Tour », attribut de la puissance et de la gloire de Philippe Auguste dans le droit fil de la tour du Louvre, qu'il édifie de 1205 à 1211 à l'angle de l'enceinte dressée par son père Louis VII.

Le succès de la nouvelle ville est fulgurant. Il provoque le déplacement de l'axe routier longeant le cours de l'Yonne. Depuis l'Antiquité, il passait sur la rive gauche de l'Yonne, activant Saint-Julien-du-Sault et Chalecy (avant-port de Sens situé à Gron). Il passe dès le règne de saint Louis sur la rive droite et entre dans Sens par le quartier de Saint-Pregts jusque là en sommeil. Les princes de ce monde abandonnent alors leur patrimoine de la rive gauche en moindre capacité économique. Il faut voir là la cause de l'échec d'une seconde ville neuve, sur la rive gauche, au débouché du pont, face à la ville royale : la ville neuve de l'archevêque de Sens dénommée Villefolle. Ce quartier, groupé autour de la collégiale de Saint-Laurent, restera le faubourg fluvial de la ville royale.

Mise en place de la prévôté royale[modifier | modifier le code]

Au cours du XIIIe siècle, la ville accueille un prévôt royal. Il coordonne l'activité des sergents royaux (sorte d'huissiers) qu'il lance sur les terres en amont : comté d'Auxerre, seigneurie de Donzy, comte de Tonnerre, Vézelay. Le prévôt, aux ordres du bailli royal de Sens, fait progresser à vive allure l'autorité royale sur les terres des vassaux de la Couronne, eux-mêmes disposant d'administrations archaïques[12]. À la fin du XIIIe siècle, le tabellionage complète les services offerts par la prévôté royale. Il permet à des sujets étrangers à la Couronne de rédiger des actes dont la force probante est égale à celle de l'autorité reconnue aux administrations royales. La perception du droit du sceau gonfle les recettes de la prévôté.

Au même moment, la Couronne institue une châtellenie basée à Villeneuve-le-Roi, regroupant les hommages féodaux de plusieurs fiefs, en particulier ceux dont la suzeraineté a été nouvellement acquise en amont [13].

Dès la destruction de l'ordre du Temple en 1307 par Philippe IV de France dit Philippe Le Bel et l'arrestation des Templiers, ces derniers furent emprisonnés dans les prisons royales dont celle de Villeneuve-le-Roi.

Jean Menier, châtelain de Villeneuve-le-Roi, a géré les biens confisqués aux templiers dans toute la région.

À côté de la grosse tour, et dans l'intérieur de l'enceinte, fut bâti le château royal des Salles [14]). Philippe Auguste en fait une des huit résidences royales et y tient Parlement en 1204. Saint Louis y réside avant de partir pour la huitième croisade pendant laquelle il meurt à Tunis[15].

Ces « salles » peuvent avoir été des bâtiments de bois. Elles ont été très rarement fréquentées par les souverains. À partir de la commise des domaines continentaux du roi d'Angleterre, Jean Sans Terre (donc la seconde moitié du règne de Philippe Auguste), les visites sont rarissimes. Les lieux n'en sont pas moins desservis par une chapelle royale dotée d'un chapelain[16].

En 1421, les Anglais d’Henri V, qui n’avaient pu se rendre maîtres de Melun et de Montereau, réussirent à prendre Villeneuve et y logèrent une garnison, chassée en 1430. Durant ces neuf années, les habitants de la région subirent les réquisitions, les pillages et les exactions des occupants.

Après la reddition de Troyes et celle de Sens, la ville est reprise par Arnault Guilhem de Barbazan, un des plus grands capitaines au service de Charles VII, libérateur du Sénonais et du Troyen. Une garnison est maintenue car le duc de Bourgogne n'a pas encore signé le traité d'Arras. Parmi les capitaines de Villeneuve-le-Roi de la fin du XVe siècle, il convient de citer Guillaume Juvenel des Ursins, seigneur de Trainel (et de Thorigny du chef de son épouse) qui deviendra chancelier du royaume pour Charles VII et Louis XI.

Au cœur de l'entrevue de Péronne, et la chute administrative[modifier | modifier le code]

Charles VII et Louis XI n'ont de cesse d'étrangler l'Auxerrois : militairement lors des phases de rupture ; judiciairement lors des phases de paix. La prévôté royale de Villeneuve-le-Roi joue un rôle essentiel dans ce dispositif de harcèlement. Lorsque imprudemment, Louis XI se constitue prisonnier à Péronne, le duc de Bourgogne exige pour le laisser sortir une série de reculades, dont plusieurs concernent directement l'activité juridictionnelle de la prévôté (immatriculation de bourgeoisie, etc). Une fois tiré de ce mauvais pas, Louis XI réactive toutes les pratiques de son prévôt.

En 1477, le duc de Bourgogne Charles le Téméraire meurt devant Nancy. Pour arracher le ralliement à sa cause des Auxerrois, Louis XI leur promet de hisser leur bailliage à un niveau jamais atteint par lui par le passé, en insérant dans son ressort tous les villages plus proches de la cité d'Auxerre que de la prévôté de Villeneuve-le-Roi. Bien entendu, le bailliage de Sens vole au secours de sa prévôté, avec le concours inespéré des justiciables de l'Auxerrois qui refusent l'amateurisme des juges du bailliage d'Auxerre.

La décision de Louis XI attendra un demi siècle pour être appliquée sous François Ier. Une véritable expédition judiciaire solennelle, orchestrée par le Parlement de Paris, viendra à bout par intimidation de la résistance des populations de l'Auxerrois, des habitants et du personnel de la prévôté de Villeneuve-le-Roi et du bailliage de Sens [17]. Dès lors, la prévôté administre son voisinage et le comté de Tonnerre, avec l'assentiment du bailliage de Sens.

Nouvelles difficultés et petites perspectives[modifier | modifier le code]

Pour acheter le ralliement des Auxerrois et leur abandon de la cause de Marguerite de Bourgogne, Louis XI promet de les doter d'une institution judiciaire renouvelée. Le bailliage d'Auxerre se verra rattacher tous les villages les plus proches de la cité épiscopale que de la prévôté de Villeneuve-le-Roi. Pendant une cinquantaine d'années (1477-1523), les populations de l'Auxerrois refuseront de payer ce prix du rattachement du comté à la Couronne. L'amateurisme des magistrats d'Auxerre était de notoriété publique. Il faudra une véritable expédition judiciaire organisée par le parlement de Paris en 1523 pour intimider ces populations, les habitants et les membres de la prévôté de Villeneuve-le-Roi, et le bailliage de Sens. La bourgeoisie d'Auxerre pouvait remercier son évêque issu du milieu parlementaire parisien, et le roi François Ier, avide d'argent [18].

Dès lors, la prévôté ne régente que les villages les plus proches de Villeneuve-le-Roi et le comté de Tonnerre, en plein accord avec le bailliage de Sens. La ville est dans l'orbite économique et judiciaire de Sens. On remarque la poursuite d'activité de tannerie connue depuis la guerre de Cent Ans ; le poids du vignoble. Villeneuve suivra le choix de Sens de s'opposer radicalement aux Huguenots, puis aux louvoiements de la politique de Catherine de Médicis. La ville sera prise par les partisans royaux à la fin du conflit, de nuit, ce qui vaudra le surnom de « hiboux » aux habitants. La ville est alors rançonnée.

Lors des guerres de religion, Villeneuve est pillée, incendiée et prise par les huguenots de Champlost et de Tonnerre tandis que les garnisons de Saint-Julien-du-Sault et de Dixmont restent fidèle au roi Henri III. L'apaisement revient à Villeneuve, réduite à deux cents foyers, avec l'avènement du roi Henri IV [19].

Carrelage en grès émaillé à l'église

Au XIVe siècle, il y avait des tuileries dont la qualité de l'argile était tellement réputée qu'elles fournissaient des matériaux pour Villeneuve mais aussi pour Paris. En 1836, lorsqu'on creusa les fondations du presbytère on trouva à 5 mètres de profondeur un carreau du XIVe siècle qui portait le nom du potier (Antonies) qui l'avait fait pour lui-même. On trouva un autre carreau qui provenait du couvent Saint-Joseph de Valpronfonde. Ce couvent fondé dans la maison d'un bourgeois par l'archevêque de Sens Octave de Saint-Lary de Bellegarde en 1643 a disparu avant la révolution pour cause de jansénisme. La première supérieure fut Marie de Belleciel et la dernière Madame du Fourny. Elles disposaient d'une chambre dont le carrelage emmaillé était semblable à celui qui fut retrouvé[20].

Carreau du couvent Saint-Joseph

En 1840, on comptait 9 tuileries à Villeneuve dont la tuilerie du faubourg Saint-Savinien qui la première est passée du chauffage des fours au bois à la houille ou la tuilerie de la Haute-Epine réputée pour la pureté de son argile. Après la guerre de 1914-1918, le mode de construction ayant évolué, les tuileries ont peu a peu disparu[21].

Les Bourbon[modifier | modifier le code]

Au début du XVIIe siècle, Villeneuve-le-Roi est gratifiée par l'élection (administration fiscale) d'un siège particulier pour un élu, un greffier et un procureur du Roi. Sous prétexte de se rapprocher des sujets fiscaux, on multipliait des détenteurs d'offices. L'expérience fut arrêtée sous Louis XIV.

La prévôté avait été réformée au cours du XVIe siècle. Le prévôt incarnait la résistance à la dégradation judiciaire de la prévôté : il est supprimé. La prévôté est attachée au bailliage de Sens qui contourne la difficulté pour les justiciables locaux en instituant un siège particulier du bailliage de Sens à Villeneuve-le-Roi, doté ... des mêmes officiers que par le passé.

Au XVIe siècle, Villeneuve se développe avec notamment la construction d'une église par l'architecte jovinien Jean Chéreau. On peut admirer le dessin original au musée[22]. La ville devient un centre commercial et artisanal actif avec l'exploitation et le travail du bois, les tanneries (du tan, chêne broyé de la Forêt d'Othe), le commerce du vin, les tuileries. Sur la rivière, les coches d'eau circulent le long du chemin de halage.

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Au cours du XVIIIe siècle, la bourgeoisie villeneuvienne, aiguillonnée par les affairistes parisiens, découvre enfin le potentiel de sa rivière. L'approvisionnement en bois est un des sujets principaux qui agitent les Ministères parisiens. Il faut du combustible abondant et pas cher. les plein-pouvoirs sont donnés à diverses autorités pour atteindre cet objectif en brisant la résistance provinciale. Des moulins à eau sont détruits pour assurer le flottage sur les rivières, des bateaux sont réquisitionnés à certains moments. Paris vaut déjà tous les sacrifices. Des marchands de bois pour la provision de Paris prennent place en ville. Même issus de la bourgeoisie locale, ils ne sont que les agents locaux de « trusts » parisiens. La tannerie prend un essor nouveau (le tan est tiré de l'écorce de chêne de la forêt d'Othe). Les métiers de la batellerie (mariniers, charpentiers de bateaux) recrutent des dizaines de nouveaux membres. Toute la ville prend un nouveau visage, opulent et industrieux. Villefolle (le faubourg Saint-Laurent) devient un grand faubourg fluvial. La ville profite peu de la route de poste : les diligences ne font que relayer et ne mobilisent qu'une poignée de postillons. Le transport de passagers par voie d'eau (le coche) est piloté depuis Auxerre et le bureau principal se situe à Sens.

Par contre, la ville vit le traumatisme du combat de l'État contre le jansénisme, avec notamment la mort programmée des bénédictines de la ville, si estimées par la population. Les futurs députés de Villeneuve-le-Roi, Menu de Chomorceau et Martineau (père de la Constitution civile du Clergé), en tireront des enseignements pour la mise en œuvre de la politique anti-chrétienne de la révolution. Opulente et industrieuse, la bourgeoisie locale aura des exigences.

Vers le milieu du XVIIIe siècle, la réorganisation par le ministre Trudaine de l’ensemble du réseau routier de la France fit passer sur la rive droite de l’Yonne la grand-route qui, depuis lors, relie Sens à Auxerre et Avallon. Sur la Carte de Cassini, qui date de cette époque, la route qui allait sur la rive gauche de Joigny à Sens a disparu complètement. Seule une route subsiste, qui depuis lors a été désignée sous le nom de nationale no 6.

Sur l’Yonne, des transports fluviaux par « coches d’eau » (coches) ont été organisés. Un port fluvial a été créé à Auxerre avec un relais coche à Villeneuve exploité par la corporation des Nautes. Vers 1780, la rivière, que l’on a successivement appelée à partir du IIe siècle, "Iconi", "Icauna", "Imgana", "Icaunis", "Yona", "Yone" puis Yonne, fut draguée pour favoriser le passage des péniches plus importantes avec traction par mulets ou par chevaux sur un chemin de halage bordant la rivière.

La Révolution[modifier | modifier le code]

Maison de Joseph Joubert

La Révolution française marque le changement en 1792 de "le-Roi" en "sur-Yonne". Grâce à la protection de son représentant à Paris, les troubles sont essentiellement symboliques, le plus marquant étant l'emprisonnement de ses notables dans la « Maison aux Cent fenêtres », qui devient la mairie en 1975. Le prince François-Xavier de Saxe est d'ailleurs seigneur engagé et protecteur libéral de Villeneuve et jusqu'en 1792, seigneur de Chaumot près de la ville, et de ses nombreuses seigneuries, qui s'étendait jusqu'à Montargis. Mais en 1792 deux commissaires, Claude Fauchet (1744-1793) et Mallard sont envoyés par la Convention dans le département de l'Yonne pour rétablir l'ordre car, selon Fauchet, des émissaires de la commune de Paris sèment la terreur à Villeneuve mais aussi à Sens, Joigny et Auxerre. À Villeneuve, le juge de Paix est destitué, les plombs des toitures arrachés. En 1793, Lombard, le président du Club des Jacobins, est destitué et Nicolas Maure qui est passé à Sens installer la guillotine vient à Villeneuve et convoque Lombard, mais Thermidor arrive et Lombard sauve sa tête alors que Maure se fait sauter la cervelle en laissant un mot : « je ne suis pas un méchant homme, je n'ai été qu'égaré »[23].

Le philosophe Joubert, fuyant la révolution, vient se réfugier chez un parent à Villeneuve. Il y fait la connaissance de mademoiselle Moreau, qu'il épouse en juin 1793. Il cherche « une cabane au pied d'un arbre »[24] et trouve « une maison de curé au pied d'un pont »[25] au 16 de la rue du pont (actuellement rue Joubert), où il reçoit de nombreux amis dont Fontanes, Chateaubriand, venu lors du sacre de Napoléon à Paris puis à plusieurs reprises. Il recueille également Madame de Beaumont qui avait échappé à l'échafaud, et qu'il présente à Chateaubriand [26].

Après la Révolution[modifier | modifier le code]

Entre 1810 et 1815, la région fut une nouvelle fois troublée par les troupes de passage (tant napoléoniennes que prussiennes ou cosaques) à qui elles devaient fournir des vivres et des fournitures.

La route fut élargie et prit le nom de route impériale pour devenir de nos jours route nationale puis départementale dans le cadre de la décentralisation des compétences de voirie.

Le 8 mars 1814, lors de la Sixième Coalition contre la France de Napoléon, une colonne de 8 000 cosaques et hussards hongrois venant de Joigny stationna à Villeneuve [27].

Le 19 mars 1815, à son retour de l'île d'Elbe, l'empereur Napoléon suivi de sa garde passe à Villeneuve aux cris de « vive l'empereur », alors que le conseil municipal avait juré fidélité au roi le 12 mars. En tête roulait la voiture du maréchal Drouot et immédiatement la calèche de l’empereur, ornée de fleurs et de rubans tricolores. Deux colonels galopaient à hauteur des portières. Deux cents cavaliers seulement constituaient l’escorte [28].

Le 9 décembre 1855, les Villeneuviens virent encore passer avec enthousiasme le 2e régiment de voltigeurs de la Garde impériale qui revenait de la guerre de Crimée.

Guerre de 1870[modifier | modifier le code]

Lors de la guerre de 1870, l’invasion prussienne, sous les ordres du major Lehmann, déferla sur la région.

Le vendredi 18 novembre 1870, une troupe allemande forte de six cents hommes et six canons vint occuper Villeneuve. Des francs tireurs de la garde nationale se placent sur le plateau de Chaumes et tuent trois Prussiens avant de s'enfuir.

Les Prussiens pointent quatre canons sur Villeneuve et exigent 40 000 francs de rançons. Les habitants de Villeneuve ne purent verser que 10 000 francs et obtinrent jusqu'au jeudi pour verser le restant. Les officiers prussiens dînaient à l’hôtel du Dauphin lorsqu'on vint leur annoncer que quatre gardes nationaux (qui en fait regagnaient leur domicile) avaient été arrêtés. L'officier supérieur répondit « qu'on les fusille », ce qui se fit immédiatement devant une maison de Villeneuve. Une stèle, située dans le faubourg Saint-Nicolas, porte le souvenir des otages fusillés [29].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Dans l'entre-deux-guerres mondiales, Villeneuve se donne pour maire le « bon » docteur Petiot, catalogué radical-socialiste, qui sera également conseiller général du canton. S'il fait évoluer la ville, il marque néanmoins les esprits par un certain nombre de malversations qui entrainent sa révocation et son départ pour Paris, vers un destin qu'il rendra tragique. Il laisse un souvenir mitigé aux habitants partagés entre leur admiration d'un docteur dévoué aux pauvres et des rumeurs sur la disparition d'une bonne et d'une gérante de laiterie [30].

La Résistance est importante à Villeneuve en raison de la proximité des maquis de la forêt d'Othe. L'écrivain résistant espagnol Jorge Semprun est arrêté par la police allemande près de Joigny, avec des papiers au nom de Gérard Sorel [31], jardinier à Villeneuve-sur-Yonne. La bibliothèque municipale de la ville porte son nom.

Depuis les années 1960, Villeneuve-sur-Yonne fait preuve d'un dynamisme qui l'a transformée en une petite ville accueillante et ouverte, avec des résidences secondaires dans les alentours.

Villeneuve-sur-Yonne a fait par deux fois l’objet de la chronique judiciaire :

  • la ville était administrée avant guerre par le tristement célèbre docteur Marcel Petiot, guillotiné en 1946 après avoir été reconnu coupable de 27 assassinats.

En 1924 les habitants de Villeneuve voient s'installer un jeune médecin originaire de Joigny qui plait beaucoup par son dynamisme. Il n'a pourtant jamais été admis au doctorat de médecine. Il devient maire en 1927 et secrétaire général du conseil de l'Yonne en 1928, année où il se marie. Franc-maçon, il détruit de nuit clandestinement la croix du cimetière, vole l'essence du parc des véhicules municipaux. En 1932 condamné pour vol d'électricité, il perd ses soutiens d'Auxerre et est déchu de ses fonctions de maire. Il abandonne son cabinet villeneuvien et s'installe à Paris. À l'époque, on s'interrogea sur la disparition de sa bonne Louise en 1927, du détournement de prestations des patients qu'il inscrivait à l'aide médicale ou la disparition en 1930 de la gérante de la coopérative laitière que la rumeur publique donnait pour sa maîtresse[32]. À Paris, il poursuit ses activités illégales de médecine et trucide un nombre indéterminé de personnes juives tentant de fuir les persécutions durant l'Occupation. L'emballement accidentel de sa cheminée jette l'alarme dans le voisinage inquiet des odeurs de viande carbonisée. Arrêté, il nie. Condamné à mort par la guillotine. Il est avec Landru l'archétype de l'assassin en série, alors qu'il laisse dans une fraction du public villeneuvien un excellent souvenir de grand plaisantin.

  • c’est à Château (territoire de la commune) que se trouve le domicile de Jean-Pierre Treiber, dans le jardin [33] duquel ont été extraits les corps de deux femmes dans le cadre de l'enquête sur les disparitions de Géraldine Giraud et de Katia Lherbier.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Vue de l'église
Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1959 Louis Condemine    
1959 1965 Pierre Seguin    
1965 1971 Georges Baudin    
1971 1972 André Verly    
1972 1977 Sylvain Lucquin    
1977 1993 Roland Bonnion    
1993 1995 André Mallet    
1995 2001 Jean-Luc Dauphin UMP  
2001   Cyril Boulleaux[34] DVG  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 315 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 605 4 885 5 007 4 765 4 966 5 199 4 525 5 357 5 206
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 025 5 018 4 952 5 095 5 084 5 010 5 127 5 117 4 877
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 768 4 666 4 451 3 937 4 099 4 256 4 107 4 321 4 404
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
4 365 4 451 4 764 4 980 5 054 5 404 5 307 5 280 5 315
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[35] puis Insee à partir de 2004[36].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Les bords de l'Yonne à Villeneuve-sur-Yonne, avec la tour Bonneville à droite

Au XIIIe siècle, Villeneuve-le-Roi dispose d'un recteur d'école qui est soumis au contrôle de l'archidiacre de Sens. Les recteurs des écoles sont ensuite identifiés depuis le XVIIe siècle.

Au XVIe siècle, le curé de la ville fonde un collège, qui permet de prolonger la scolarité au delà de l'enseignement primaire. Ce collège aura un certain éclat à la fin du XVIIIe siècle.

Villeneuve-sur-Yonne compte 5 établissements publics :

  • l'école maternelle de la Tour ;
  • l'école maternelle Jules-Verne ;
  • l'école primaire Paul-Bert ;
  • l'école primaire Joubert ;
  • le collège Chateaubriand.

La ville compte également un établissement privé : l'école Saint-Louis Notre-Dame.

Cette année, le collège Chateaubriand s'est engagé dans le projet Coménius. Ce projet consiste à faire travailler ensemble plusieurs établissements scolaires. Cette année, le thème retenu était celui du développement durable. Le collège travaille en partenariat avec le collège Hivset à Turnhout en Belgique ainsi qu'avec le collège de Lanesboro en Irlande.

La ville est munie d'un restaurant scolaire récent et moderne qui accueille quotidiennement les enfants de toutes les écoles de Villeneuve-sur-Yonne. Elle dispose également d'une cité de l'enfance. C'est un centre multi-accueil faisant office de crèche et halte-garderie.

Le centre aéré de Villeneuve-sur-Yonne propose des activités toute l'année. Hors des vacances scolaires, il propose de l'aide aux devoirs tous les soirs. En période de vacances scolaires, celui-ci offre des activités nombreuses et variées. Le service jeunesse de la ville, lui aussi, fait des interventions toute l'année (semaine d'information sur la contraception auprès des collégiens, mois de la prévention et de l'information sur le SIDA, carneval en partenariat avec le centre aéré, vide-grenier spécial jeunes, expositions...). Pendant les vacances scolaires, environ 30 jeunes fréquentent la maison de la Jeunesse chaque jour (activités, sport, sorties...).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les templiers de la porte de Joigny
Inauguration de la fontaine Briard en 1906
  • Pont Saint-Nicolas : achevé en 1186, c'est le premier monument connu de la nouvelle ville [37]. Cette construction de 214 mètres de long comportait 16 arches au XIIIe siècle. Les 7 arches d'origine de ce pont, un des plus anciens de Bourgogne, sont toutes de dimensions différentes et espacées irrégulièrement, certaines ogivales et d'autres de plein cintre. À l'époque, il permettait de relier Villeneuve-le-Roi et Villefolle située sur la rive gauche [38].
  • Des quatre portes (porte de Sens, de Joigny, de Valprofonde et de Rampillon) [14] d'origine qui perçaient l'enceinte de la ville, il n'en subsiste plus que deux (classées monument historique): les portes de Sens et de Joigny. Bâties au XIIIe siècle, elles ont été remaniées au XVIe siècle. Les statuettes en plomb de un mètre de haut de la porte de Joigny représentent des templiers armés qui défendent la ville.
  • Du château royal des Salles il ne reste aucun vestige et la chapelle dédiée à saint Jean a été détruite en 1820, mais il est toutefois possible d'emprunter la cour des princes, aujourd'hui rue du Grand Four qui conduisait de l'église au château [39].
  • La grosse tour ne faisait pas partie de l'enceinte mais on peut supposer qu'elle constitue le donjon du château royal.

Des cinq paroisses qui existaient jusqu'à la Révolution n'en subsiste aujourd'hui qu'une seule :

  • L'Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Villeneuve-sur-Yonne ;
  • La porte de Joigny abrite le musée historique ;
  • La rue Carnot (ancienne route royale puis grande rue) relie les deux portes de la ville ;
  • au numéro 1, l'hôtel du Chapeau-Rouge face à la commanderie des templiers qui occupait l'école de garçons ;
  • Plus loin le portail Renaissance de l'hôtel du dauphin qui tient son nom au séjour qui fit le dauphin Louis père de Louis XVI, de Louis XVIII et de Charles X ;
  • au 25 l'ancien siège du bailliage ;
  • au numéro 26 : exemple d'architecture bourgeoise de la région alliant pierre et brique ;
  • au numéro 41 : ancien relais de poste (façade Renaissance) ou maison des Sept-Têtes représentants des figures mythologiques ;
  • au numéro 51 : demeure du XVIIIe siècle, maison du docteur Petiot, alors maire de la ville
  • au numéro 87-89 : l'hôpital Roland Bonnion, le bâtiment actuel du début XVIIIe siècle est construit sur un bâtiment détruit du XIVe siècle offert en 1364 par un bourgeois, Etienne Baujard, pour y accueillir les malades et indigents de la ville ;
  • En arrivant à la porte de Sens, l'ancienne propriété des Voves appelée aussi castel des remparts et Maison aux 95 fenêtres qui abrite l'actuelle mairie ;
  • Au numéro 18 de la rue Joubert (ex rue du pont qui menait au bourg de Villefolle) se trouve la demeure des Joubert (maison Joseph-Joubert) et l'appartement où demeurèrent les Chateaubriand. Il a été conservé intact avec ses meubles et ses tentures. Plusieurs passages des Mémoires d'outre-tombe évoquent la cité et ses alentours. C'est également ici que se trouvait la maison des religieux de Saint-Marien [40];
  • Le château : cet oppidum était situé sur les hauteurs à trois kilomètres de Villeneuve. Des fouilles [41] furent effectuées sur les ruines du camp défensif gaulois qui tomba aux mains de Jules César. C'est également à Château que les Anglais et les Bourguignons s'établirent en 1420 pour assiéger Villeneuve. Ils en furent chassés en 1430 par les troupes françaises [42].
  • Le faubourg Saint-Laurent, anciennement Villefolle, qui était résidence des juifs et des lépreux à l'époque du haut Moyen Âge, était une paroisse indépendante jusqu'à la révolution et possédait son église, son cimetière et son hôtel-Dieu ;
  • La fontaine Briard d'Émile Peynot : elle porte le nom de ses donateurs qui sont représentés dans un médaillon incrusté dans le piédestal de la fontaine qui ne coule plus depuis l’adduction d'eau à la ville. Elle représente une femme assise tenant un aviron et un panier de vendanges qui représentent les activités commerciales de Villeneuve : la navigation et la vigne.

Le vignoble[modifier | modifier le code]

Le char de la vigne à la cavalcade de 1922

La vigne est une culture déjà connue à l'époque de la conquête romaine dans la vallée de l'Yonne puisque le cépage principalement utilisé est le "franc noir" qui résulte d'une fécondation entre deux variétés[43], cultivées au Moyen Âge et introduites par les Romains : le pinot et le gouais blanc[44] cépage qui serait originaire de Dalmatie et connu sous le nom de Heunisch blanc[45]. Au milieu du XIXe siècle pendant les vendanges, tous les Villeneuviens du plus jeune au plus vieux sont dans les vignes. Celles-ci se trouvent dans les coteaux dominant la ville. Les vendanges durent de vingt à vingt-cinq jours car il n'y a pas d’association et chaque famille de vigneron fait sa vendange sans l'aide d'une autre famille. Cette longue durée retarde la fermentation du vin dans la cuve en bois et cause une déperdition considérable d'arôme et de vapeurs alcooliques.

En 1816, André Jullien[46] définissait les vins de la Basse Bourgogne en général moins pourvus de spiritueux, de sève mais surtout de bouquet que ceux de la Côte d'Or mais ils sont plus vifs et conservent assez longtemps une faible portion d’âpreté qui caractérise les vins de Bordeaux. Il considère que Villeneuve et Saint-Julien-du-Sault « récoltent des vins de bon goût » et qui bien choisis quand la température de l'année a été favorable à la vigne « se conservent et acquièrent de la qualité en vieillissant ».

En 1839, Alexandre Mimard décrit le "climat" (lieu dit)[47] de Mauqueue, à base de franc noir, qui est parmi les vins de coteaux de Villeneuve celui qui se distingue le plus par son « arôme exquis et sa couleur rouge foncée très-vive ». Ces qualités expliquent pourquoi ce vin avait la préférence du roi Charles VIII et la préférence de la grande Chartreuse de Paris.

Les autres coteaux se nomment : Château de Chigneau, des Veaux-Vrillons, de Chaumont, du Fortinqueues, des Canonnières, Beaulieu. Il ne faut pas oublier non plus les vins moins alcoolisés des vignes basses qui expérimentent de nouveau plants plus productifs. En ce qui concerne le vin blanc "sucré et limpide", il n'est produit qu'en petite quantité[48].

Lors d'une exposition agricole à Albi en 1859, le vin de l’Yonne était représenté majoritairement (337 échantillons sur 529). Les vins de Villeneuve étant surtout représentés dans la catégorie "vins ordinaires"[49].

La même année au concours général d’Auxerre, les vins de Villeneuve composés à majorité de Plan de roi[50] obtiennent des récompenses au concours même s'il sont considérés comme inférieurs aux vins ordinaires d'Irancy ou de Coulange. Les soins apportés par les propriétaires à la vinification sont soulignés[51].

Le premier cas de phylloxéra est apparu pour la première fois dans la basse vallée de l'Yonne à Michery, le 18 juin 1886. Les années suivantes, les vignes ont été arrachées. Ce fut la fin de l'histoire de la vigne à Villeneuve.

Depuis quelques années, l'association "Le clos Crève-Cœur" en partenariat avec la municipalité a tenté de relancer le vignoble villeneuvien[52]. Ce sont les membres de l'association ainsi que des résidents du Centre d'Aide par le Travail qui cultivent la vigne afin de produire du ratafia identifié Villeneuve-sur-Yonne[53].

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune inclut une ZNIEFF :

  • La ZNIEFF de la forêt d'Othe et ses abords[54], qui englobe 29 398 ha répartis sur 21 communes[55]. Le milieu déterminant est la forêt ; on y trouve aussi eaux douces stagnantes, landes, fruticées, pelouses et prairies.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Musée des beaux-arts : expositions temporaires en été, collections permanentes (Émile Peynot, Théo Balké, artistes locaux et régionaux). Une exposition portant sur 200 ans de gendarmerie départementale comporte 30 mannequins vêtus d'authentiques uniformes de gendarmes français de 1792 à nos jours.
  • Musée historique de Villeneuve-sur-Yonne : la ville, sa fondation, son histoire, ses monuments.
  • Théâtre : théâtre à l'italienne (1880), plafond de Jean-Pierre Pincemin.
  • Salons : le livre et la plume (mai), fête de la science (juin), fête patronale des 14 et 15 août, feu d'artifice et fête de la vènerie et de la nature, fête de la petite enfance (septembre), salon de la gastronomie et du cadeau de Noël (décembre).
  • Festival Orgue en fête, jeunes talents : des organistes issus du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris animent tout l'été l'église Notre-Dame.
  • Phot'automne : exposition des photos du concours annuel dans les vitrines des commerçants pendant tout le mois de novembre.

Villeneuve-sur-Yonne et la peinture[modifier | modifier le code]

La descente de croix par Rubens


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tour de Bonneville au bord de l'Yonne
  • Pierre de Dicy. Prévôt de Villeneuve-le-Roi, il devient bailli de Philippe le Bel. Il est notamment chargé de pacifier l'Artois en proie à la guerre entre la comtesse Mahaud et son neveu le comte Robert. Il deviendra conseiller au Parlement de Paris, échappant à l'épuration de fin de règne, sans doute à cause des liens de sa famille avec le comte de Valois. Il est à l'origine de la fortune de toutes les grandes familles patriciennes de Sens qui ont peuplé la première fonction publique quand elle s'est constituée sous le règne de Philippe VI de Valois. De ce fait, il figure dans l'ascendance d'un nombre incalculable de grands serviteurs de la Couronne.
  • Jean Menier. Châtelain de Villeneuve-le-Roi sous Philippe le Bel. Sans doute issu de l'Auxerrois. Il administre les biens confisqués aux Templiers au sein de la baillie de Sens. L'archevêque de Sens, frère d'Enguerrand de Marigny, est le principal acteur de la chute de l'Ordre sur le plan ecclésiastique.
  • Etienne Baujart. Ce bourgeois villeneuvien du début du XIVe siècle possédait un fief sur le finage où il a élevé une motte. Sa descendance a conservé ce fief.
  • Bénigne Dauvergne de Saint-Mars (1626-1708), châtelain de la grosse Tour, gardien du Masque de fer au château de Palteau alors qu'ils se rendaient à la Bastille depuis l'île Sainte-Marguerite. Originaire de la région de Paris, ses liens avec la contrée se limitent à son achat de la terre de Palteau où il n'est venu que très rarement, vivant autant en prison que les prisonniers d'État dont il avait la garde (Fouquet et Masque de fer).
  • Louis-Simon Martineau (1733-1799), né et mort à Villeneuve-sur-Yonne fut député de Paris aux États généraux de 1789 et rapporteur du projet de Constitution civile du clergé.
  • Pierre-Frédéric Bonneville (1768 - ?), auteur d'un traité sur les monnaies publié en 1806
  • Chateaubriand (1768 - 1848): écrivain romantique et homme politique, il résida à plusieurs reprises chez son ami Joubert à Villeneuve-sur-Yonne, où il écrivit plusieurs chapitres des Martyrs.
  • Anne Léonard Camille Basset de Châteaubourg (1781-1852), auditeur au Conseil d'État, préfet, maire de Villeneuve-sur-Yonne ;
  • Comtesse de Belleyme : femme du comte Louis-Marie de Belleyme, elle reçut souvent Alexandre Dumas au château de la Butte.
  • Léon Feugère, (1810 - 1858) professeur et critique littéraire français ;
  • Émile Peynot (1850 - 1932) sculpteur né à Villeneuve. Il est lauréat du prix de Rome de sculpture. Il est enterré dans la première tombe à gauche de l'entrée du cimetière de Villeneuve-sur-Yonne [56]
    Principales œuvres  : prix de Rome en 1880 avec l'enfant prodigue, la statue de Paul Bert à Auxerre, le buste du cardinal Bernadou à la cathédrale de Sens, le monument du centenaire à Buenos Aires, un pavillon de l'exposition universelle de 1900
  • Joseph Joubert (1754-1824), moraliste et essayiste français, qui s'installa à Villeneuve après son mariage le 8 juin 1793 avec Adélaïde-Victorine-Thérèse Moreau de Bussy ;
  • Thadée Natanson (1868-1940), éditeur-fondateur de la Revue blanche, étroitement lié à un monde d'artistes : Romain Coolus, Édouard Vuillard, Pierre Bonnard, Alfred Jarry, Toulouse-Lautrec, Stéphane Mallarmé, Pierre-Auguste Renoir, Octave Mirbeau et Félix Vallotton qu'il recevait avec son épouse, Misia, dans sa maison, ancien relais de poste.
  • Édouard Vuillard (1868 - 1940), peintre qui a réalisé un tableau Toulouse-Lautrec à Villeneuve-sur-Yonne[57] ainsi que « le passeur »[58] réalisé en 1897 pendant un séjour chez les Natanson au Relais, exposé au musée d'Orsay.
  • Henri Amand (1873 - 1967), premier international du rugby à XV français est décédé dans la commune.
  • Misia Sert (1872 - 1950) : née Marie Sophie Olga Zénaïde Godebska à Saint-Pétersbourg et morte à Paris, était une pianiste, amie intime de Colette, égérie de nombreux peintres, poètes, et musiciens du début du XXe siècle. Elle épousa en première noce Thadée Natanson avec qui elle acheta "Le Relais".
  • Albert Vergelot (1874-1960) né et enterré à Villeneuve-sur-Yonne. Docteur en droit, lauréat de la faculté de Paris, président de la Cour de cassation de Beyrouth et Damas (alors administrées par la France) de 1920 à 1927.
  • Marcel Petiot (1897 - 1946), célèbre docteur guillotiné après avoir été reconnu coupable de 27 assassinats
  • Leslie Caron, actrice et danseuse franco-américaine née le 1er juillet 1931 à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine y vit depuis de nombreuses années.
  • Benoît Dubois (1989), vainqueur de la 4e saison de Secret Story, coiffeur.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Le blason de Villa nova régis est un écu d'azur à trois portes, crénelées, surmontées d'une fleur de lys d'or. Chaque tour est percée d'une porte. Une banderole qui comporte le nom de la ville est placée au-dessus de l'écusson [59].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Vergelot, De l'unification des peines privatives de liberté, thèse de doctorat, droit, Paris, E. Duchemin, 1898, 126 p.
  • Jean Mesqui, Île-de-France Gothique 2 : Les demeures seigneuriales, Paris, Picard,‎ 1988, 404 p. (ISBN 2-7084-0374-5), p. 327-331
  • Annuaire historique du département de l'Yonne, volume 3, Maximilien Quantin et Alexandre Mimard, Imprimerie Perriquet Auxerre 1839.
  • Atlas de Trudaine, "Route de Sens à Auxerre jusqu'à Apoigny, " Portion de route de "Villeneuve-le-Roy" jusqu'à "Armeau", Jean-Prosper MARIAVAL fils. Yonne. R n°7, Dates document 1745/01/01 -- 1780/12/31, consultable en salle de lecture du CARAN aux archives nationales.
  • Dictionnaire des communes du département de l'Yonne, Adolphe Joanne 1896.
  • Églises de l'Yonne, Abel Moreau, Les nouvelles éditions latines, Avallon.
  • De tuile et de brique, Jean-Luc Dauphin et Jean-Paul Delor, Les amis du vieux Villeneuve, Terre et histoire 1998.
  • Le Département de l'Yonne ci-devant champagne (Senonais) et ci devant Bourgogne (Auxerrois), Abel Hugo, 1835.
  • Géographie illustrée de la France, Jules Verne 1879.
  • Le Moyen Âge, Georges Duby, éditions Brodard et Taupin, La Flèche.
  • Sa majesté Villeneuve-sur-Yonne, Revue Bourgogne, mai 2012.
  • Villeneuve-sur-Yonne, madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969.
  • Yonne, ouvrage collectif, imprimerie de l'indépendant, 1992.
  • Etudes villeneuviennes, bulletin de la société d'histoire du canton de Villeneuve-sur-Yonne. Cet publication désormais pluri-annuelle est éditée par l'Association des Amis du Vieux Villeneuve, une des trois plus grandes sociétés savantes du département. La collection abonde en études renouvelant totalement le fonds ancien (et bi séculaire) de connaissances historiques de la ville. Plusieurs milliers de pages éditées à ce jour, et richement illustrées.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Villeneuve-sur-Yonne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom de Villeneuve, Jacques Portères et Jean Luc Dauphin, Études villeneuviennes, 1988
  2. Müller 1996 : MÜLLER (F.) – Nécropole du Néolithique ancien à La Tène moyenne au lieu-dit « Les terres de Prépoux » sur la commune de Villeneuve-sur-Yonne (Yonne). Diplôme de l’École pratique des hautes études, université de Bourgogne, 1996, 108 p., 71 pl.
  3. a et b Villeneuve-sur-Yonne de la préhistoire à nos jours par les membres du groupement archéologiques de Villeneuve sur Yonne, Presses de l'observateur, 1953
  4. Villeneuve-sur-Yonne, madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969, page 11
  5. L'Yonne, Abel Hugo, Jules Verne, Adolphe Joanne, Les éditions du bastion, réédition 1996
  6. Cartulaire général de l'Yonne, volume 1, page 87 par Maximilien Quantin
  7. Itinéraire des voies gallo-romaines qui traversent le département de l'Yonne, librairie archéologique de Victor Didron, Victor Petit, Paris, 1851, pages 25/26
  8. Etienne Meunier. Villeneuve-le-Roi, villeneuve le pont, villeneuve sur Yonne. Etudes villeneuviennes
  9. Bulletin de la Société archéologique de Sens, Brissot, 1846)
  10. Villeneuve-sur-Yonne, madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969, page 12
  11. Villeneuve-sur-Yonne, madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969, page 13
  12. Etienne Meunier. La prévôté de Villeneuve-le-Roi. Etudes villeneuviennes
  13. Etienne Meunier. la châtellenie de Villeneuve-le-Roi. Etudes villeneuviennes
  14. a et b Bulletin de la Société archéologique de Sens, Brissot, 1846
  15. Villeneuve-sur-Yonne, madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969, pages 14 à 20
  16. Etienne Meunier. La chapelle royale de Villeneuve-le-Roi. Etudes villeneuviennes
  17. Etienne Meunier. L'Auxerrois sous la tutelle judiciaire sénonaise. Société archéologique de Sens
  18. Etienne Meunier. L'Auxerrois sous la tutelle judiciaire sénonaise; Société archéologique de Sens
  19. Villeneuve-sur-Yonne, madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969, pages 45/46
  20. Les Carrelages émaillés du Moyen Âge et de la Renaissance, Émile Amé, Morel éditeur, Paris, 1859
  21. De tuile et de brique, Jean-Luc Dauphin et Jean-Paul Delor, collection terre d'histoire, 1994
  22. Musée de Villeneuve, porte de Sens
  23. Villeneuve-sur-Yonne à l'heure de la terreur par Maurice Vallery-Radot, les études villeneuviennes, N°30, 2002
  24. Portraits littéraires, Sainte-Beuve, Didier, éditeur, Pais, 1844
  25. Annuaire historique du département de l'Yonne, volume 33, Perriquet éditeur, Auxerre, 1869
  26. Yonne, ouvrage collectif, imprimerie de l'indépendant, 1992, pages 227 à 228
  27. Villeneuve-sur-Yonne, madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969,pages 48 à 51
  28. Villeneuve-sur-Yonne, madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969, pages 52/53
  29. Annuaire historique du département de l'Yonne, édition Perriquet, Auxerre, 1870
  30. Les Nouveaux Mystères de l'Yonne, Jean-Pierre Fontaine, Éditions de Borée, 2007
  31. http://www.magazine-litteraire.com/content/rss/article?id=19407
  32. Petiot devant ses juges
  33. http://www.parismatch.com/Actu-Match/Societe/Actu/Geraldine-et-Katia.-Un-crime-sans-mobile-apparent-126272/
  34. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  35. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  37. Villeneuve-le-roi, Villeneuve-le-pont,, Villeneuve-sur-Yonne, Étienne Meunier, Études Villeneuviennes n°11, 1988
  38. Villeneuve-sur-Yonne, Madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969, pages 21/22
  39. Villeneuve-sur-Yonne, madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969, pages 21/22
  40. Villeneuve-sur-Yonne, madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969, pages 32 à 35
  41. L'état des recherches archéologiques sur l'oppidum de château à Villeneuve-sur-Yonne, Études villeneuviennes, Bulletin de la Société d'histoire du canton de Villeneuve-sur-Yonne, J. Grizeaud, 1999, pages 3-10
  42. Villeneuve-sur-Yonne, madame Morisson, éditions S.A.E.P Colmar, 1969, pages 45
  43. Chardonnay, Saône-et-Loire: monographie historique, Xe-XVIIe, Emmanuel Nonain, Presses Universitaire de Lyon, 2004, page 84
  44. Répertoire des connaissances usuelles, William Duckett (Fils, Société des gens de lettres, Michel Lévy frères, Paris, 1868
  45. Histoire et amélioration de cinquante plantes cultivées, Claire Doré, Fabrice Varoquaux, page 764, éditions Savoir faire, 2006
  46. Topographie de tous les vignobles connus, Huzard Imprimeur,Paris, 1816
  47. http://www.hachette-vins.com/vin-pratique/questions-vin/vigne/qu-est-ce-qu-un-climat-bourguignon--17.html
  48. Annuaire historique du département de l'Yonne, volume 3, Alexandre Mimard, imprimerie Perriquet Auxerre 1839
  49. Concours de différents produits de l'agriculture à Albi, Carcassonne, etc, Imprimerie Impériale Paris, 1859
  50. http://www.francemalbec.com/?article5
  51. Annuaire historique de l'Yonne, Auxerre, 1860
  52. Bourgogne, numéro 22, avril 2012, Le vignoble du Sénonais en pleine renaissance, pages 50/51
  53. Jean-Claude Salvinien, L'Yonne républicaine du 5 décembre 2011
  54. ZNIEFF 260014923 - Forêt d'Othe et ses abords sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  55. Liste des 21 communes de la ZNIEFF de la forêt d'Othe et ses abords
  56. La gazette 89, Émile-Édouard Peynot, mars 2006, pages 14 à 17
  57. Toulouse-Lautrec à Villeneuve-sur-Yonnne
  58. Le passeur
  59. Villeneuve sur Yonne de la préhistoire à nos jours par un collectif d'archéologues, Presses de l'observateur à Avesnes-sur-Helpe, 1953