Villefranche-d'Allier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villefranche.
Villefranche-d’Allier
Église Saint-Jacques-le-Majeur à Villefranche d'Allier
Église Saint-Jacques-le-Majeur à Villefranche d'Allier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Allier
Arrondissement Montluçon
Canton Montmarault
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Montmarault
Maire
Mandat
Bruno Rojouan
2014-2020
Code postal 03430
Code commune 03315
Démographie
Population
municipale
1 324 hab. (2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 51″ N 2° 51′ 29″ E / 46.3975, 2.85805555556 ()46° 23′ 51″ Nord 2° 51′ 29″ Est / 46.3975, 2.85805555556 ()  
Altitude Min. 227 m – Max. 351 m
Superficie 39,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Villefranche-d’Allier

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Villefranche-d’Allier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villefranche-d’Allier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villefranche-d’Allier

Villefranche-d’Allier est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne.

Ses habitants sont appelés les Villefranchois et Villefranchoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Villefranche se trouve sur la ligne de chemin de fer Montluçon à Moulins fermée à tout trafic.

De 1891 à 1950, la ville était desservie par le Réseau de l'Allier de la société chemins de fer économiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Villefranche tire son nom d'une ville franche, c'est-à-dire affranchie par les ducs de Bourbon, qui laissent ses habitants s'administrer eux-mêmes. Cela attirent des commerçants et des habitants puisque la ville est de ce fait mieux gérée, mieux protégée... La ville se développe donc beaucoup à cette époque.

Jouzais (puis Jousais)[modifier | modifier le code]

L'ancienne commune de Jouzais a été réunie à Villefranche en 1836. Jouzais (puis Jousais depuis le Bulletin des lois de 1801) est aujourd'hui un village situé à environ 2,5 km à l'ouest du bourg de Villefranche, sur la route de Deneuille-les-Mines. Sa population était :

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831
207 175 164 178 158
(Sources : Cassini[1])

Neuville[modifier | modifier le code]

Le 1er mars 1972, l'ancienne commune de Neuville (code commune : 03199), située au nord-ouest, a été fusionnée avec Villefranche. C'est alors que la commune a pris le nom de Villefranche-d'Allier[2]. Sa population était :

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
220 190 174 170 195 191 164 218 171
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
154 166 184 201 214 206 195 222 193
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
185 183 164 139 124 123 120 126 118
1962 1968 - - - - - - -
101 86 - - - - - - -
(Sources : Cassini[3])

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1992 en cours Bruno Rojouan[4] DVD Conseiller général depuis 1988
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 324 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
690 540 676 593 739 966 854 895 932
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
936 995 979 1 057 1 191 1 184 1 194 1 235 1 153
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 104 1 127 1 054 915 951 885 902 942 1 115
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 314 1 261 1 273 1 272 1 360 1 306 1 358 1 341 1 319
2011 - - - - - - - -
1 324 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


  • Variation annuelle moyenne de la population 1999-2010 : + 0,2 %
  • Taux de natalité : 9,5 ‰ et taux de mortalité : 8,3 ‰[7]
Pyramide des âges en 2010 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans et plus
0,6 
8,2 
75 à 89 ans
12,4 
14,6 
60 à 74 ans
17 
21,2 
45 à 59 ans
20,1 
18,1 
30 à 44 ans
17,8 
15,4 
15 à 29 ans
15,8 
22,3 
0 à 14 ans
16,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Agro-alimentaire : Villefranche possède une importante unité d'abattage, en liaison avec l'élevage traditionnel dans la région de bovins de race charolaise ; cette unité assure aussi la production de produits élaborés (SOCOPA).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Neuville (milieu du XIXe siècle) comprend une chapelle, ancienne église paroissiale, des XIIe et XIVe siècles, qui a fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques le 3 avril 1984[8].
  • L'église Saint-Jacques-le-Majeur des XIe, XIIIe et XIVe siècles fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 3 avril 1984[9]. Elle est placée sur un des itinéraires qui menaient à Saint-Jacques-de-Compostelle.
  • La ferme-château de Saint-Mœurs du XVIIe siècle fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 16 juin 1978[11].
  • Le château de la Porte est le plus bel héritage de l'ancienne Ville Franche. Il était entouré de remparts dont les seuls vestiges conservés aujourd'hui sont une petite tour visible depuis la cour du château et quelques blocs de pierres ocres et rouges situés près de la mairie du village.
  • Château de Féline.
  • Prieuré de Montcenoux daté du XIe siècle.
  • Ancienne église Saint-Pierre de Jonzais datée du XIIe siècle.
  • Étang de Nouzilliers.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D’azur à la montagne de neuf coupeaux d’argent, au chef cousu et bastillé de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Villa franca ». Villefranche des origines à nos jours, Charroux, Éd. des Cahiers bourbonnais, 1996.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]