Ville libre de Cracovie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir République de Pologne.

Ville libre, indépendante et strictement neutre de Cracovie et son territoire
Wolne, Niepodległe i Ściśle Neutralne Miasto Kraków z Okręgiem po

1815 – 1846

Drapeau
Description de cette image, également commentée ci-après

Territoire de la Ville libre de Cracovie (orange) et ses trois voisins (Royaume de Prusse, Empire d'Autriche et Empire russe)

Informations générales
Statut Cité-État, république, protectorat contrôlé par l'Empire d'Autriche, le Royaume de Prusse et l'Empire russe
Capitale Cracovie
Langue Polonais
Monnaie Złoty polonais (1815-1835)
Złoty de Cracovie (1835-1847)
Démographie
Population 95 000 hab. (est. 1815)
146 000 hab. (est. 1843)
Superficie
Superficie 1 164 km2 (1815)
Histoire et événements
Création au Congrès de Vienne
Insurrection de Novembre
Insurrection de Cracovie

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La ville libre de Cracovie (en polonais : Wolne Miasto Kraków), aussi appelée République de Cracovie (en polonais: Rzeczpospolita Krakowska), est un État créée en 1815 par le Congrès de Vienne, jusqu’en 1846 sous la tutelle de la Russie, de la Prusse et de l’Autriche, annexée par l'Autriche suite à l'insurrection de 1846.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est la seule partie du duché de Varsovie qui reste plus ou moins indépendante en 1815, le reste étant attribué principalement à la Russie (royaume de Pologne), secondairement à la Prusse (Grand-duché de Posen (Poznan).

La ville libre naît officiellement le 3 mai 1815 et est placée sous la protection des trois puissances responsables des partages de la Pologne à la fin du XVIIIe siècle siècle. Elle est formée de la ville de Cracovie et de sa périphérie (1 164 km2). Elle compte alors 96 000 habitants, principalement des Polonais, dont 25 000 citadins.

Elle reçoit une constitution qui lui assure une certaine autonomie. La République de Cracovie affirme une certaine originalité : abolition du servage, liberté de parole et de réunion, interdiction pour les autorités de confisquer des biens, interdiction des arrestations arbitraires. Le pouvoir législatif est exercé par une Assemblée des représentants de la ville, des villages, de l’université, de l’Église et de la Justice. Le pouvoir exécutif est exercé par le Sénat (13 membres : le président et 8 sénateurs choisis par l’Assemblée des représentants, 2 sénateurs nommés par l’Église, 2 sénateurs désignés par l’Université). Les lois s’inspirent du Code Napoléon, Code civil français, en vigueur dans le duché de Varsovie depuis 1808. La langue officielle est le polonais. La Ville libre peut commercer sans droits de douanes avec la Russie, la Prusse et l’Autriche. L’Université Jagellonne de Cracovie peut accepter des étudiants venant des territoires polonais sous le contrôle de la Russie, de la Prusse et de l’Autriche.

Pendant l'insurrection de 1830-1831, Cracovie sert de base arrière aux patriotes du royaume de Pologne, qui peuvent ainsi recevoir des armes. Après l’échec de cette insurrection, la Ville libre perd rapidement son autonomie, de plus en plus de restrictions étant apportées à la constitution. De 1836 à 1841, Cracovie est occupée par l’armée autrichienne.

En 1846, la ville se soulève contre les occupants autrichiens[1],[2], mais l’insurrection est rapidement matée et l’Autriche annexe le territoire de Cracovie le 6 novembre 1846[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La France, terre d'exil 1830-1914 », sur Deuframat (consulté le 1er mai 2011)
  2. « Quelques dates », sur cracoviae.com (consulté le 1er mai 2011)
  3. Blaise Knapp, Le Système préférentiel et les États tiers, Librairie Droz, 1959.