Villars (Dordogne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villars.
Villars
Le bourg de Villars.
Le bourg de Villars.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Champagnac-de-Belair
Intercommunalité Communauté de communes Dronne et Belle
Maire
Mandat
Jean-Pierre Grolhier
2014-2020
Code postal 24530
Code commune 24582
Démographie
Gentilé Villarsais
Population
municipale
466 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 17″ N 0° 45′ 21″ E / 45.4213888889, 0.75583333333345° 25′ 17″ Nord 0° 45′ 21″ Est / 45.4213888889, 0.755833333333  
Altitude Min. 125 m – Max. 240 m
Superficie 27,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Villars

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Villars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villars

Villars est une commune française rurale située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine. Villars est également connue sous l'appellation de « village aux trois merveilles » pour son patrimoine historique[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Trincou à Villars, au sud du lieu-dit Bironnaud

À environ six kilomètres du parc naturel régional Périgord-Limousin, dix kilomètres au nord-est de Brantôme et treize kilomètres à l'ouest de Thiviers, le bourg de Villars est implanté dans la vallée du Trincou, en rive droite. Il se trouve au croisement des routes départementales 3, 68, 82 et 82E1.

Raccordée aux départementales 3 à l'ouest et 68 à l'est, la route départementale 98 traverse également la commune. Le village est également situé sur la Via Lemovicensis, chemin de Compostelle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villars
Saint-Front-la-Rivière Milhac-de-Nontron
Quinsac Villars Saint-Martin-de-Fressengeas,
Saint-Jean-de-Côle
Champagnac-de-Belair La Chapelle-Faucher Saint-Pierre-de-Côle

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est tiré de l'occitan vilar signifiant « hameau » ou « village », mis ici au pluriel[2].

En occitan, la commune porte donc le nom de Vilars[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La grotte du Cluzeau porte témoignage d'une occupation du territoire communal à l'époque préhistorique[2]. Au XIe siècle a été bâtie l'abbaye Notre-Dame de Boschaud[2].

La première mention écrite connue du lieu apparait en 1192 sous la forme « Vilars »[2]. Le doublement de la lettre L (Villard) apparait en 1760[2] et en 1801, la commune portait le nom de « Villards »[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
(1882 ou avant) octobre 1883 Pierre Rey    
octobre 1883 mai 1884 Jean Dubuisson    
mai 1884 octobre 1891 Jean Cherchouly-Lardallier[Note 1]    
octobre 1891 mai 1896 Henri Nercam    
mai 1896 mai 1899 Jules Nicolas[Note 1]    
mai 1899 décembre 1910 Jean Dubut[Note 2]    
janvier 1911 mai 1912 Louis Grandcoing    
mai 1912 août 1912 Étienne Fillieul    
août 1912 décembre 1919 Guillaume Lapierre   Notaire
décembre 1919 mai 1925 Étienne Fillieul    
mai 1925 avril 1939 Hilaire Marquet    
avril 1939 juin 1939 Jean Donzeau[Note 2]    
juillet 1939 novembre 1947 Martin Boin    
novembre 1947 1957 André Boin    
mai 1957 mars 1965 Pierre Marquet    
mars 1965 juillet 1966 Roger Sancel[Note 2]    
août 1966 mars 1983 Marcel André Hivert    
mars 1983 mai 1991 André Léonard[Note 2]    
juin 1991 juin 1995 Patrick Pécaud PS Conseiller général
juin 1995 1995 André Dubreuil[Note 1] PCF  
1995 mars 1996 Michel Lapierre   Adjoint faisant fonctions de maire
mars 1996 mars 2001 Gaston Marcel Grolhier    
mars 2001 mars 2008 Michel Courtois    
mars 2008 (réélu en avril 2014[5]) en cours Jean-Pierre Grolhier PS Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Villars depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2008, 2013, 2018, etc. pour Villars[6]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2011, Villars comptait 466 habitants.

Après avoir connu son maximum au milieu du XIXe siècle avec près de 1 800 habitants, la population communale n'a ensuite cessé de baisser, passant en dessous de 1 000 après la Seconde Guerre mondiale, et moins de 500 au premier recensement du XXIe siècle.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 633 1 473 1 310 1 573 1 710 1 735 1 623 1 742 1 772
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 787 1 722 1 723 1 669 1 727 1 684 1 623 1 530 1 507
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 438 1 343 1 235 1 071 1 030 1 013 1 039 930 792
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
802 735 647 586 568 526 489 479 466
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Au recensement de 1999, la population active totale (actifs + chômeurs) de Villars s'élève à 210 personnes[8]. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans y est de 86 %, ce qui place la commune au-dessus de la moyenne nationale (82,2 %). On y dénombre 22 chômeurs (10,5 % des actifs, taux inférieur à la moyenne nationale 12,9 %). En tout et pour tout, la population comprend 39,9 % d'actifs, 31,2 % de retraités, 19 % de jeunes scolarisés et 9,9 % d'autres personnes sans activité[8].

Par rapport aux moyennes nationales, le pourcentage de retraités y est nettement plus important (31,2 % contre 18,2 %) et le pourcentage de jeunes scolarisés y est à l'inverse, sensiblement inférieur (19 % contre 25 %).

Entreprises[modifier | modifier le code]

En 2007, parmi les 50 premières entreprises en termes de chiffre d'affaires HT dans le secteur du BTP ayant leur siège social en Dordogne, on trouve implantée sur Villars, la SA Bonnefond et Cie (constructions de routes et autoroutes), 45e avec 2 852 k€[9].

Les autres activités sont liées à la culture et à la production animale, ainsi qu'à la sylviculture et à l'exploitation forestière.

Appellation d'origine contrôlée[modifier | modifier le code]

La commune se trouve sur le territoire de l'appellation d'origine contrôlée « noix du Périgord ».

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil ou militaire[modifier | modifier le code]

  • Le petit château de Villars, anciennement castel de l'Archerie[10], construit mi-XIXe siècle, maintenant maison d'hôtes (auparavant maison privée, colonie de vacances, hôtel-restaurant)
  • Le château de Puyguilhem, XVIe siècle, classé au titre des monuments historiques depuis 1912, et ses abords inscrits depuis 1945[11], visitable. La construction de ce château est attribuée à Jean ou Gaston Mondot de La Marthonie, évêques de Dax. L'État est devenu propriétaire de ce château à l'abandon en 1939. Il est de style Renaissance et comporte notamment des mâchicoulis, une tour féodale et des cheminées monumentales dont l'une d'elle avec des sculptures représentant six des douze travaux d'Hercule. Le château comprend aussi une bergerie et un pigeonnier[12].
  • Le repaire de la Barbinie et son pigeonnier.
  • La grotte de Villars (ou grotte du Cluzeau), classée au titre des monuments historiques depuis 1958, propriété privée[13]. Ses gravures rupestres datent du Paléolithique supérieur. Jusqu'à présent, les spéléologues ont répertorié environ 13 km de galeries qui ont été creusées par une rivière souterraine (formation karstique), mais 500 m d'entre elles sont visibles au public. Elle présente un double intérêt du fait de ses innombrables concrétions mais également par ses peintures préhistoriques qui remontent à 17 000 ans[14]. On y trouve en particulier des représentations humaines et la « Rotonde des chevaux ». Cette grotte est considérée comme « vivante » : une couche de calcite protège les représentations pariétales. Une dent brûlée venant de la grotte ferait état d'une datation d'environ 18 000 ans.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Démissionnaire.
  2. a, b, c et d Décédé en fonctions.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Villars sur le site Dordogne-Périgord, consulté le 30 août 2012.
  2. a, b, c, d et e Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 427.
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 25 avril 2014.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. À Villars, Sud Ouest édition Périgueux du 10 avril 2014, p. 20.
  6. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 25 avril 2014)
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  8. a et b Données INSEE compulsées par le journal du Net- Emploi à Villars
  9. Sud Ouest éco, supplément au journal Sud Ouest, édition Dordogne du 13 novembre 2008, page 30
  10. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, p. 15, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X)
  11. « Château de Puyguilhem », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 31 août 2012.
  12. Château de Puyguilhem sur le site Châteaux de France, consulté le 30 août 2012.
  13. « Grotte préhistorique du Cluzeau », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 31 août 2012.
  14. Le site officiel de la grotte de Villars, consultée le 30 août 2012.
  15. Claude Andrault-Schmitt L'abbaye de Boschaud, pp. 105-117, dans Congrès archéologique de France. 156e session. Monuments en Périgord. 1999 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1999
  16. « Ruines de l'abbaye cistercienne de Boschaud », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 31 août 2012.
  17. « Église », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 31 août 2012.