Village-Neuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Village-Neuf
La mairie de Village-Neuf.
La mairie de Village-Neuf.
Blason de Village-Neuf
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Mulhouse
Canton Huningue
Intercommunalité Communauté de Communes des Trois Frontières
Maire
Mandat
Bernard Tritsch
2014-2020
Code postal 68128
Code commune 68349
Démographie
Gentilé Villageneuvois, Villageneuvoise(s)
Population
municipale
3 765 hab. (2011)
Densité 551 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 26″ N 7° 34′ 13″ E / 47.6072222222, 7.5702777777847° 36′ 26″ Nord 7° 34′ 13″ Est / 47.6072222222, 7.57027777778  
Altitude Min. 232 m – Max. 250 m
Superficie 6,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Village-Neuf

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Village-Neuf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Village-Neuf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Village-Neuf
Liens
Site web www.mairie-village-neuf.fr

Village-Neuf est une commune française proche de Bâle (Suisse) située dans le département du Haut-Rhin, dans le sud de l'Alsace. La commune se trouve également à 27 km environ au sud-est de Mulhouse, entre cette dernière et Bâle.

Ses habitants sont appelés les Villageneuvois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé en bordure du Rhin, là même où prend naissance le grand canal d'Alsace et où a été construit le Palmrain, pont reliant le sud du département du Haut-Rhin au pays de Bade, Village-Neuf est au cœur de la région des Trois Frontières, à 6 kilomètres de Bâle en Suisse et à moins de 10 kilomètres de Lörrach en Allemagne.

Cette situation géographique exceptionnelle est confortée par la proximité d'importantes infrastructures autoroutières (A35 côté français et A5 côté allemand), aériennes (aéroport de Bâle-Mulhouse), ferroviaires (ligne Bâle-Strasbourg) et portuaires (port rhénan de Huningue).

Une partie du territoire de Village-Neuf est également une réserve naturelle : la Réserve naturelle de la petite Camargue alsacienne

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Neudorff (XVIIIe siècle), Village-Neuf (1801).
  • En allemand Neudorf[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1684, une ordonnance royale (après le rattachement de l'Alsace à la France par le traité de Westphalie), impose le transfert du village de Grand-Huningue vers une ancienne île du Rhin baptisée d'abord « Bourg Neuf d'Aoust » puis en 1704, « Village-Neuf ».Ceci pour permettre la construction par Vauban de la forteresse de Huningue.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Village-Neuf

Les armes de Village-Neuf se blasonnent ainsi :
« De gueules à la chouette d'argent. »

Les Herwart, une grande famille de seigneurs, possédaient des armoiries représentant une chouette rouge sur fond blanc. La commune de Grand-Huningue les a adoptées en inversant les couleurs : une chouette blanche sur fond rouge' (De gueules, à la chouette d'argent).

Culture[modifier | modifier le code]

Village-Neuf est reconnu nationalement pour ses asperges qui lui font honneur partout en Alsace. L'asperge est à ce jour, le fleuron de la culture maraîchère de Village-Neuf. La confrérie des asperges, constituée en partie de restaurateurs et de maraîchers, a vu le jour en 1985 dans le but de promouvoir cette culture ; la récolte des asperges se fait à partir d'un instrument très spécial : la gouge, exceptionnellement droite à Village-Neuf. Le maraîcher doit planter la gouge droite dans le sol pour sectionner le corps de l'asperge...

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin des années 1960, l'activité traditionnelle et dominante a été la production maraîchère dont plus de 60 % est actuellement exportée vers Bâle dans le cadre d'une convention franco-suisse de 1938 qui a accordé le bénéfice, dans certaines limites, de la franchise douanière pour les produits locaux exportés sur le marché bâlois. Et qui ne connaît pas les fameuses asperges de Village-Neuf récoltées dans le terrain sablonneux du terroir qui attirent une nombreuse et lointaine clientèle dans les huit restaurants que compte la commune.

  • Industries diverses.

C'est vers 1970 que l'activité économique locale a connu une transformation importante avec l'implantation, dans une zone industrielle gérée avec le « SIPES des trois frontières » qui a fusionné en 2001 avec le « district des trois frontières » pour devenir la communauté de communes des Trois Frontières, de nombreuses entreprises industrielles qui emploient à Village-Neuf même environ 1 000 personnes alors que la population locale s'établissait à 3 157 habitants au dernier recensement général de 1999.

La coexistence de ces nouvelles activités industrielles et des activités maraîchères traditionnelles constitue l'atout majeur de Village-Neuf pour le présent et surtout pour l'avenir. Le maintien de vastes espaces maraîchers dans l'agglomération même de sa périphérie où se trouve également la réserve naturelle de la petite Camargue alsacienne, façonne le cadre de vie local et attire une population qui cherche à s'établir dans un environnement préservé, à proximité toutefois des centres urbains industriels.

Réseaux de transports et de communication[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Distribus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Distribus.
La ligne 2 relie Buschwiller à Village-Neuf.

Trois des douze lignes du réseau de transport en commun de la Communauté de communes des Trois Frontières Distribus desservent la commune de Village-Neuf. Les lignes 2 et 603 desservent les lieux les plus importants (le collège Nerval, l'église, la mairie, la maison de retraite) ainsi qu'un quartier pavillonnaire en expansion. Alors que les deux lignes ont leur terminus Rue de la Paix, la ligne 603 (ou 3) permet la desserte facile vers Bâle. Enfin, la ligne 6, ligne créée suite à un accord trouvé avec le conseil général du Haut-Rhin, reprend une partie du tracé de la ligne départementale 724 Mulhouse — Saint-Louis.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Village-Neuf depuis 1788.
Période Identité Étiquette Qualité
1788 1790 Peter Moser ? Maire
1790 1791 Urs Ritter ? Maire
1791 1793 M. Billion ? Maire
1793 1805 Peter Moser ? Maire
1805 1807 Blaise Mackeres ? Maire
1807 1811 M. Barbe ? Maire
1811 1813 Philippe Jacques Weiss ? Maire
1813 1816 Blaise Mackeres ? Maire
1816 1816 M. Meisburger ? Maire
1816 1819 M. Grund ? Maire
1819 1826 Peter Moser ? Maire
1826 1831 Johann Salibat ? Maire
1831 1842 Johann Kauffmann ? Maire
1842 1850 Joh. Bapt. Hoffstetter ? Maire
1850 1867 François Boulay ? Maire
1867 1871 Jean-Baptiste Dantzer ? Maire
1871 1888 Joseph Mueser ? Maire
1888 1903 Louis Ritter ? Maire
1903 1908 Joseph Hartmann ? Maire
1908 1914 Gustave Boeglé ? Maire
1914 1919 Louis Steiblé ? Maire
1919 1925 Philippe Ronis ? Maire
1925 1926 Victor Deichtmann ? Maire
1926 1927 Louis Hemmerlé ? Maire par Intérim
1927 1929 Victor Deichtmann ? Maire
1929 1940 Eugène Hemmerlé ? Maire
1940 1945 Victor Deichtmann ? Maire d'office (Occupation)
1945 1947 Divers ? Maire
1947 1983 Joseph Schneilin ? Maire
1983 2001 René Flad ? Maire
2001 en cours Bernard Tritsch UDI Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 765 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 394 1 050 1 182 1 316 1 476 1 415 1 471 1 666 1 816
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 785 1 874 1 917 1 891 1 912 2 053 2 048 2 100 2 130
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 179 2 332 2 473 2 273 2 350 2 957 2 485 2 193 2 318
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 517 2 729 2 811 2 922 2 920 3 108 3 444 3 452 3 706
2011 - - - - - - - -
3 765 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique
L'église Saint-Nicolas.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Village-Neuf dispose d'une école Maternelle (Lina-Ritter) et d'une école Primaire située dans 2 bâtiments distincts : Ecole Schweitzer pour les CP, CE1 et certains CE2, Ecole Vauban pour certains CE2, les CM1 et CM2.

L'enseignement bilingue à parité horaire est dispensé dans les écoles de Village-Neuf depuis la rentrée 2002-2003. Il est accessible à tous les élèves depuis la petite section de maternelle jusqu'au CM2.

A la rentrée 203-2014, plus de 50% des effectifs de maternelle étaient inscrits en section bilingue, et un peu moins de 40% en primaire.

Village-Neuf a un collège public d'enseignement secondaire, le collège Gérard de Nerval. Le collège Nerval dispense également un enseignement bilingue de la 6ème à la 3ème, permettant l'inscription des élèves en section AbiBac au Lycée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin - Georges Stoffel (1868)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011