Villa Crespo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villa Crespo
Blason du quartier.
Blason du quartier.
Administration
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Ville Buenos Aires
Démographie
Population 81 959 hab.
Géographie
Coordonnées 34° 36′ S 58° 27′ O / -34.6, -58.4534° 36′ Sud 58° 27′ Ouest / -34.6, -58.45  
Superficie 361 ha = 3,61 km2
Localisation
Situation du quartier dans la ville de Buenos Aires.
Situation du quartier dans la ville de Buenos Aires.

Géolocalisation sur la carte : Argentine

Voir sur la carte Argentine administrative
City locator 14.svg
Villa Crespo

Géolocalisation sur la carte : Buenos Aires

Voir sur la carte Buenos Aires administrative
City locator 14.svg
Villa Crespo
Liens
Site web buenosaires.gob.ar

Villa Crespo est un quartier de la ville de Buenos Aires, capitale de la République argentine. Il est situé au centre-nord de la ville, limité par les quartiers Chacarita au nord-ouest, Palermo au nord-est, Almagro au sud-est, Caballito au sud et La Paternal à l’ouest.

Son nom et son histoire[modifier | modifier le code]

L’origine du quartier fut l’établissement au bord du ruisseau Maldonado, en 1888, de la Fábrica Nacional de Calzado (Usine Nationale de Chaussure) dans un portion de territoire de la pampa fraîchement acquis par la ville de Buenos Aires à la province du même nom. Cet établissement industriel fut encouragé par le Maire (Intendente Municipal) de l’époque Antonio F. Crespo et le nom de Villa Crespo fut d’abord employé par les commerçants immobiliers qui vendaient les terres pour l’implantation des nouveaux voisins, pour la plupart des ouvriers et des cadres de l’Usine.

Armoiries de Villa Crespo

Nonobstant le nom le plus ancien du quartier fut San Bernardo (Saint Bernard) d’après la paroisse (tant écclesiastique que électoral) de ce même nom.

Le ruisseau Maldonado, aux eaux abondantes et qui débordaient fréquemment, court depuis 1936 sous l’avenue Juan B. Justo. Mais l’idée d’écologie n’étant encore née à la fin du XIXe siècle, on a vu ces eaux seulement comme une voie de disposition des déchets industriels, ce qui a conduit à l’établissement de quelques usines.

Le quartier fut d’abord peuplé par les ouvriers de la Fábrica Nacional, en majorité des italiens dont le patron était Saint Crépin. Ils voulaient donner au quartier le nom de leur patron mais après un débat on choisît San Bernardo (pour Saint Bernard de Clairvaux). Avec ce choix ils ont voulu honorer le père du gèrent de l’Usine, Salvador Benedit. Ce distingué voisin pionnier avait obtenu les matériaux pour les premières maisons des familles d’ouvriers. Beaucoup de ces maisons ont adoptée la forme d’une humble maison collective où chaque famille occupait une ou deux chambres, et où les salles à manger et les salles de bain restaient d’emploi commun. Cette genre de logement, où les immigrants d’origines diverses partageaient en étroit voisinage la plupart de leur vie fut nommé avec le temps « conventillo » (littéralement « petir couvent ») et les conventillos ont fait sa marque dans l’histoire de la ville de Buenos Aires et ses arts populaires, témoignage de la mixture cordiale des races et nationalités qui a apportée à l’Argentine son air cosmopolite.

Quelques pionniers et voisins notés[modifier | modifier le code]

Salvador Benedit[modifier | modifier le code]

Salvador Benedit, principal pionnier de Villa Crespo

Salvador Benedit, est né à Buenos Aires le 8 décembre 1848. Une fois finis ses études au Colegio San José, des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus de Bétharram, il est devenu spécialiste de l’industrie du cuir et pour approfondir ses connaissances il a fait un voyage en Belgique, où il se mit en rapport avec la compagnie Wattine & Cie. En 1888, cette compagnie fonda la Fábrica Nacional de Calzado et Benedit en fut le gérant. Son action a été déterminante pour l’origine et consolidation de nombreuses institutions locales. Benedit a donné de l’impulsion à l’établissement en 1896 de l’église paroissiale de San Bernardo, du bureau local du registre de l’état civil et du commissariat de police. Il a été aussi cofondateur de l’hebdomadaire El Progreso.

Politicien actif, il a été membre de l’Unión Cívica dont le président était Bartolomé Mitre. En 1895 il a été du Conseil Municipal de Buenos Aires et puis député à la Chambre des députés d'Argentine. Il a vécu dans son quartier jusqu’à sa mort le 26 janvier 1904, alors que le Président Manuel Quintana lui avait offert la charge de Maire (à l’époque «Intendente Municipal ») de la ville de Buenos Aires.

C’est grâce aux démarches de la Junta Barrial y de Estudios Históricos de Villa Crespo (association d’études historiques du quartier) que l’on a donné le nom de Benedit à la place au carrefour des avenues Warnes et Scalabrini et la rue Murillo.

Julian Bourdeu[modifier | modifier le code]

Julián Bourdeu vers 1910

Né en France en 1870, Julian Bourdeu est un des nombreux béarnais partis vers le Rio de la Plata. Établi en Argentine, il fut le premier chef comptable de la Fábrica Nacional de Calzado (Usine Nationale de Chaussures), dont l’établissement fut l’origine du quartier, et en fut ainsi un des ses pionniers. Quelques années plus tard il fut juge de paix, et fondateur ou cofondateur de plusieurs institutions (hebdomadaire “El Progreso”, 1895; Bibliothèque Populaire de San Bernardo, 1910, aujourd’hui Biblioteca Popular Alberdi) et premier directeur ou président de plusieurs d’autres. Aux élections de 1904 Bourdeu fut élu membre du collège (le système électoral étant à l’époque indirect) qui élisait le président de la République et les sénateurs pour Buenos Aires.

Bourdeu en tenue de Commissaire de Police de la ville de Buenos Aires

En 1904, à la suite d’une loi pour améliorer les rapports entre la force de l’ordre public et la population, il fut nommé commissaire de police de la Capial (la ville de Buenos Aires). Dans le même temps, il eut aussi une action importante dans toutes les activités touchant la culture et le développement communautaire dans beaucoup d’autres quartiers de Buenos Aires. Julien Bourdeu est mort à Buenos Aires en 1932.

Remigio Iriondo[modifier | modifier le code]

Né en 1872, il est arrivé à Villa Crespo en 1896. Il a déployé une très vaste et très importante activité au profit du quartier. Mais, maître de profession et de vocation il a fondé une école et n’a jamais cessé son activité d’enseignant. En 1898 il a commencé son activité communautaire avec une participation importante dans les activités touchant, outre l’enseignement, l’hygiène et la santé. En 1903 il a fondé avec d’autres voisins une association avec ces buts dont il fut élu président et qui subsiste encore et porte son nom ("Asociación de Fomento Remigio Iriondo"). En 1904 il est maire-adjoint dans la section 31e de la ville de Buenos Aires puis en 1915 – 1918 président et secrétaire des commissions municipales de santé aux sections 15e et 18e. Il est aussi membre du conseil municipal de la ville de 1921 à 1924 et membre des sections scolaires VII et XIII de 1932 à 1934. Pendant plus de trente ans il a eu des fonctions diverses à la Bibliothèque Alberdi dont celle de président dans la période 1934-1940. Le professeur Iriondo a fait partie de presque toutes les institutions du quartier et ses environs. Comme conseiller municipal il a présenté beaucoup de projets au profit de Villa Crespo et sa région, de Villa Talar et d’autres quartiers de la ville. Il a été aussi chroniqueur, secrétaire de rédaction et directeur de l’hebdomadaire "El Progreso". Il est mort en 1948.

Personnalités des arts et de la culture[modifier | modifier le code]

Parmi les personnalités du quartier on peut mentionner le pianiste de tango Osvaldo Pugliese, l’écrivain Leopoldo Marechal, le dramaturge, poète et auteur de paroles de tango Alberto Vaccarezza, le peintre Antonio Alice, l’auteur de paroles de tango et chanteur Celedonio Flores, Paquita Bernardo, la première femme qui joua le bandonéon, les acteurs Angel Magaña et Osvaldo Miranda, le poète Juan Gelman, l’écrivain el musicien Ben Molar et bien d’autres.

Le sport[modifier | modifier le code]

  • Daniel Scioli, Champion Mondial de courses bateaux off shore (ancien vice président de la République, et en 2011 réélu gouverneur de la Province de Buenos Aires).
  • Hugo Orlando Gatti, joueur football (gardien de but au "Atlanta").
  • M. Batilana, Champion Internacional de basketball avec le Club Villa Crespo.
  • José Velutatto, Champion argentin de courses à bicylette, et partie du corps de mécaniciens de l’équipe argentin qui a été Champion Olympique aux Beijing.

Immeubles notés[modifier | modifier le code]

  • Le "Conventillo de la Paloma". On a déjà signalé la signification du mot « Conventillo ». Celui-ci, appelé « de la colombe » est au 156, rue Serrano, protégé par la loi en raison de sa valeur historique. Le Conventillo de la Paloma a donné son nom à une fameuse saynète (pièce dramatique populaire avec des éléments d’humour et tragiques qui évoque la vie des pauvres), œuvre du dramaturge Alberto Vaccarezza.
  • L’église San Bernardo.
  • Le club sportif "Atlanta".
  • Le club sportif Villa Malcolm".
  • Le club sportif "El Fulgor".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Diego A. del Pino. "El Barrio de Villa Crespo". Cuadernos de Buenos Aires (N° XLIV), première édition, Municipalidad de la Ciudad de Buenos Aires, Buenos Aires, 1974.
  • Alberto Octavio Córdoba. "Buenos Aires: cronología del barrio de Belgrano y sus alrededores, 1855-1910". Asociación Amigos del Museo Histórico Sarmiento, Buenos Aires, 1980.
  • Archives de l’Instituto de Estudios Históricos de la Policía Federal Argentina.
  • Dr. Cayetano Francavilla. "Historia de Villa Crespo - Pasado y presente del barrio". Ed. de l’auteur, Buenos Aires, 1978.
  • Fonds documentaire de la Junta Barrial y de Estudios Históricos de Villa Crespo.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :