Vigilance (prêtre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vigilance, en latin Vigilantius, fut un prêtre chrétien actif aux alentours de 400.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né vers 370 à Calagorris en Gaule aquitaine (l'actuelle Saint-Martory), il se fit remarquer par Sulpice-Sévère qui le recommanda en 395 à Paulin de Nole.

À son retour en Gaule, il fut ordonné prêtre et, ayant hérité de son père, partit pour la Palestine où il visita saint Jérôme. C'est là que, pris dans la controverse sur l'origénisme alors florissante, il accusa Jérôme d'être lui-même origéniste.

Il revint s'installer en Gaule et aurait, selon Gennadius de Marseille, occupé une charge dans le diocèse de Barcelone. Vers 403, il écrivit son traité dans lequel il critiqua certaines pratiques de l'Église, parmi lesquelles le culte des reliques des saints, les miracles qui avaient lieu sur leurs tombeaux, les jeûnes, les veilles et les aumônes, le célibat des clercs et les moines. Ce traité ne nous est connu que par la violente contradiction qu'y apporta saint Jérôme dans son Contre Vigilance[1], dans lequel il n'hésite pas à mêler controverse dogmatique et portrait à charge dépréciatif.

L'autorité de saint Jérôme en Occident fit que Vigilance finit par être considéré comme un hérétique, même si sa pensée continua d'avoir une influence en France et en Espagne tout au long du siècle, comme le montrent les positions de Fauste de Riez à la fin du Ve siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.info-bible.org/histoire/vaudois/jerome-vigilance.htm