Vie sauvage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vie sauvage (homonymie).
Des espèces variées de cerfs vivent plus communément dans des zones de vie sauvage à travers les Amériques et l'Eurasie.

La vie sauvage inclut tout animal, plante et autres organismes non-domestiques. La domestication des plantes et des animaux sauvages a, de tous temps à travers la planète, été bénéfique pour les humains et possède un impact majeur sur l'environnement (positif et négatif). La vie sauvage peut être perçue dans tous les écosystèmes. L'ensauvagement de la nature[pas clair] touche les déserts, les jungles, les forêts, les plaines, les montagnes, les régions polaires, les eaux continentales, les mers et océans, les îles et d'autres zones incluant des terres agricoles, des sites urbains même parmi les plus développés ; tous les habitats ont une forme de vie sauvage distincte. Bien que le terme de vie sauvage réfère à la faune et à la flore qui n'ont pas été affectées par les facteurs humains, la majorité des scientifiques sont d'accord avec le fait que la biodiversité de la vie sauvage à travers le globe est toujours, d'une manière ou d'une autre, affectée par les activités humaines. Deux savants, Richard Leakey et Roger Lewin, parlent de « sixième extinction » à propos de l'action humaine sur la faune et la flore[1]. L'extinction des espèces et la disparition des écosystèmes rend la biosphère plus pauvre en vie sauvage et son équilibre plus vulnérable. De par toutes les conséquences qui en découlent, l'impact de l'homme sur la vie sauvage est devenu si significatif que Paul Crutzen suggère le début d'une nouvelle ère géologique : l'Anthropocène[2],[3].

Les humains ont historiquement tenté de séparer la civilisation de la vie sauvage par un nombre de moyens incluant le sens moral, légal et social. Les religions ont souvent déclarées certains animaux comme étant sacrés, et la société moderne a provoquée l'activité d'activistes écologistes protestant contre toute forme de menace contre cette vie sauvage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard E. Leakey & Roger Lewin, The Sixth Extinction : Patterns of Life and the Future of Humankind, Doubleday, New York, 1995. ISBN 0-385-42497-3
  2. Paul J. Crutzen, "Geology of mankind", Nature, Vol.415, No.6867, January 3, 2002, p.23. DOI:10.1038/415023a
  3. Jan Zalasiewicz et al., "Are we now living in the Anthropocene ?", GSA Today, February 2008, p.4-9. DOI:10.1130/GSAT01802A.1

Articles connexes[modifier | modifier le code]