Vie d'Apollonios de Tyane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vie d'Apollonios de Tyane
Auteur Philostrate d'Athènes
Genre Biographie romancée
Pays d'origine Grèce antique
Date de parution originale début du IIIe siècle apr. J.-C.

La Vie d'Apollonios de Tyane est une biographie romancée en huit livres consacrée au philosophe Apollonios de Tyane, composée en grec ancien par le sophiste Philostrate d'Athènes au début du IIIe siècle apr. J.-C..

Genèse et nature de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Philostrate composa probablement cette Vie entre 217 (année de la mort de l'impératrice Julia Domna, qui lui avait probablement commandé l'ouvrage) et sa propre mort vers 245[1].

La Vie d'Apollonios de Tyane est présentée par son auteur comme une biographie véridique consacrée au philosophe Apollonios de Tyane : Philostrate dit avoir fait œuvre d'historien et cite ses sources au début de son ouvrage. Cependant, plusieurs épisodes revêtant un caractère fantastique, voire merveilleux, semblent à beaucoup n'être que des inventions. De plus, les procédés narratifs employés et les péripéties d'Apollonios font beaucoup penser aux romans grecs comme ceux d'Achille Tatius ou d'Héliodore. Il est donc possible que Philostrate ait fait consciemment œuvre de fiction, mais ait mis en scène son texte comme une biographie véridique, comme il était courant de le faire au début des textes de fiction dans l'Antiquité. Pour toutes ces raisons, on considère de nos jours que la Vie d'Apollonios de Tyane contient une large part de fiction, même si elle reste utilisable en tant que document historique... avec beaucoup de distance. Pierre Grimal inclut ce texte dans son édition des Romans grecs et latins dans la Bibliothèque de la Pléiade.

Si la Vie d'Apollonios se rapproche du roman par le caractère fictif de nombre de ses péripéties et par les procédés narratifs qu'elle déploie, elle n'est cependant pas un roman grec proprement dit, car elle n'a pas pour sujet une intrigue amoureuse, mais la vie ascétique d'un philosophe présenté comme un « homme divin » (theios anèr) et un faiseur de miracles. Elle tient à la fois de l'hagiographie païenne par l'éloge qu'elle fait d'Apollonios, du récit de voyage par les péripéties qu'elle met en scène, et du roman grec par ses procédés (une fiction possible mise en scène comme un récit véridique) et le goût de l'exotisme dont elle témoigne. La Vie d'Apollonios de Tyane constitue l'une des sources importantes dont nous disposons sur le personnage d'Apollonios de Tyane et un document précieux sur la religiosité antique dans les premiers siècles de notre ère.

Structure[modifier | modifier le code]

La Vie d'Apollonius de Tyane est divisée en huit livres. L'édition de Chassang en 1862 leur donne les en-têtes suivants :

  • Livre I : Jeunesse d'Apollonios. Séjour à Babylone chez le roi Vardane.
  • Livre II : Voyage dans l'Inde : séjour à Babylone chez le roi Phraote.
  • Livre III : Voyage dans l'Inde : les brahmanes et leur chef Iarchas.
  • Livre IV : Apollonios en Ionie, en Grèce et à Rome. Néron persécute les philosophes.
  • Livre V : Apollonios en Espagne. Retour en Grèce. Voyage en Égypte. Relations avec Vespasien.
  • Livre VI : Voyage en Éthiopie. Les Gymnosophistes. Relations avec Titus. Suite des voyages d'Apollonios.
  • Livre VII : Apollonios persécuté par Domitien.
  • Livre VIII : Apollonios au tribunal de Domitien. Nouveaux voyages. Il disparaît sous Nerva.

Postérité antique et histoire éditoriale[modifier | modifier le code]

Postérité dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Au IXe siècle apr. J.-C., l'érudit byzantin Photios consacre deux codices de sa Bibliothèque, les n°44 et 241, à la Vie d'Apollonios de Tyane[2].

Histoire éditoriale[modifier | modifier le code]

En 1599, B. de Vigénère publie une première traduction en français. Elle est revue par Fred. Morel dans son édition de 1611, à laquelle est jointe un commentaire d'Arthur Thomas. En 1862, Alexis Chassang publie une nouvelle traduction avec préface et notes, à laquelle il joint la traduction des Lettres d'Apollonios. En 1870, C. L. Kayser en publie une nouvelle édition allemande à Leipzig. En 1948, F. C. Conybeare en publie une traduction anglaise dans la Loeb Classical Library. En 1958, Pierre Grimal en donne une nouvelle traduction française dans son édition des Romans grecs et latins dans la Bibliothèque de la Pléiade.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • trad. A. Chassang (1862) : Apollonius de Tyane. Sa vie, ses voyages, ses prodiges, par Philostrate et ses lettres (217-245)[1]
  • trad. P. Grimal (1958) : Romans grecs et latins (textes présentés, traduits et annotés par Pierre Grimal), éditions Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » no , Paris, 1958, XXII-1529 p. – Inclut une présentation et la traduction de la Vie d'Apollonios de Tyane, de Philostrate, p. 1025-1338.

Études[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Saïd, Monique Trédé et Alain Le Boulluec, Histoire de la littérature grecque, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Premier Cycle »,‎ 1997 (ISBN 2130482333 et 978-2130482338), p.522-524.
  • Guy Rachet, Apollonius de Tyane, sa vie, ses voyages, ses prodiges. Présentation et notes de Guy Rachet, Sand, 1995. (trad. de Chassang).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dates indiquées par Pierre Grimal dans sa présentation de la Vie d'Apollonius de Tyane dans les Romans grecs et latins, Bibliothèque de la Pléiade, 1958, p.1029.
  2. Codex 44 et codex 241 de la Bibliothèque de Photios sur le site Remacle.