Vidsich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vidsich (Ukrainien: Відсіч, Français: Riposte) est un mouvement ukrainien d'activisme social non-violent[1], créé en 2010 en réaction à la politique mise en œuvre par Viktor Ianoukovitch et les velléités "anti-ukrainiennes" de son action présidentielle. Vidisch a pour objectif la défense active de la constitution ukrainienne, des droits de l'homme et des libertés civiles.

Vidsich est constitué d'activistes convaincus que personne ne pourrait rester neutre concernant la situation politique et sociale de l'Ukraine. Vidsich vise à créer un mouvement national fort pour protéger les intérêts des ukrainiens et de l'Ukraine.

Vidsich a été créé par d'anciens membres du mouvement "Ukraïna bez Kuchma" ("L'Ukraine sans Kouchma"), du comité "Za Pravdu!" (Pour la vérité), de la campagne d'action "Pora!" et d'autres citoyens engagés.

Création[modifier | modifier le code]

Après l'élection présidentielle de 2010, remportée par Viktor Ianoukovitch, des activistes et dissidents ayant déjà participé à diverses campagnes d'opposition civile ont décidé de se réunir et discuter la situation sociale et politique en Ukraine, ainsi que les conséquences des résultats de l'élection. Les membres de diverses organisations ont participé à cette réunion.

La réunion a eu lieu le 20 février 2010. Cette date est considérée comme le jour de fondation de Vidsich. Lors de cette réunion il a été décidé de continuer dans la voie de l'activisme, et les principes fondateurs du mouvement ont été établis. Les membres de mouvements d'opposition plus anciens ont fait partie de la création de Vidsich (les participants de la révolution sur le pavé, du mouvement "Ukraine sans Koutchma", comité civique "Pour la vérité!", campagne civile "Pora!", etc.), ils ont également été rejoints par des particuliers.

Principes d'action du mouvement[modifier | modifier le code]

Les militants de Vidsich pendant la manifestation pour défendre la langue ukrainienne (Kiev, 2010)
Les militants de Vidsich pendant la manifestation contre la censure (Kiev, 2010)
  • Non-violence: la résistance non-violente est considérée comme le moyen de la lutte le plus efficace (à ne pas confondre avec le pacifisme).
  • Structure non-hiérarchique, rotation et absence de dirigeants officiels : chaque action ou campagne a ses coordinateurs, mais le mouvement dans son ensemble n'a pas de leader unique imposant des instructions d'en haut, toutes les décisions sont prises lors d’une discussion entre les militants. Les cellules régionales sont égales entre elles et assurent la communication horizontale.
  • Ouverture: Vidsich a choisi la transparence dans sa communication et ses objectifs. Vidsich protège certaines informations (les mots de passe, les données et les informations personnelles des militants etc). Toutefois, les informations concernant la position et l’activité du mouvement sont accessibles à tous.
  • Approche non-partisane: Vidsich n'est au service d'aucun parti politique. Les membres des partis politiques peuvent être militants de Vidsich, mais ils n’ont pas le droit de protéger les intérêts de leurs partis dans le cadre de l’activité de Vidsich. Les militants peuvent avoir des opinions différentes, mais dans le cadre du mouvement, ils sont unis par un objectif commun.
  • Décisions collectives: les décisions sont prises à l'unanimité des militants
  • Bénévolat: nul ne peut être rémunéré pour son implication dans Vidsich, le plaisir de servir une cause commune est considéré comme suffisant. Tous les militants de Vidsich doivent s'engager en donnant quelque chose (du temps, des efforts, de l’argent, etc.)
  • Copyleft: chacun fait ce qu'il est prêt à faire sans rien demander pour lui-même. Tout ce qu’un militant fait dans le cadre de l’activité de Vidsich ne lui appartient plus et devient le bien de Vidsich et de la société en général. Personne n'a le droit de demander des honneurs ou des privilèges pour ce qu'il fait.

Actions et campagnes variées[modifier | modifier le code]

Les militants de Vidsich pendant la campagne de protestation contre la Loi fiscale (Kiev, 2010)

Les activistes de Vidsich ont participé à plus de 100 manifestations à travers l'Ukraine. Vidisch a notamment organisé actions incluent notamment:

  • La "Campagne contre Tabachnyk" pour dénoncer le ministre de l'éducation Dmytro Tabachnyk[2], farouchement pro-russe.
  • La campagne "Des réformes, mais pas contre notre langue!" (En ukrainien : Займіться ділом, а не язиком!) pour protéger la langue ukrainienne de la loi sur les langues nationales[3].
    • La campagne "La vengeance pour la division de l'Ukraine" visant à empêcher l'adoption de la loi "Sur les principes de la politique nationale sur les langues" № 9073 et à l'élimination des effets négatifs de la loi "Sur les principes de la politique nationale sur les langues" № 5029-VI. Elle a consisté à faire baisser les chiffres du sondage des partis politiques et les députés qui ont voté pour cette loi et d'autres personnes qui ont contribué à l'adoption de cette loi[4],[5].
  • Les "Manifestations contre la loi fiscale" en novembre et décembre 2010[6] (Ukrainien: Протести проти Податкового кодексу).
  • La campagne "Contre la dégradation de l'éducation" " (Ukrainian: Проти деградації освіти) contre la loi sur l'éducation en Ukraine[7],[8],[9]
    • La campagne du plaidoyer de tests indépendants externes (IET) - contre l'adoption des projets de loi № 1187 № 2060а minimisant l'importance et la fonction de l'IET[10].
  • La campagne "Non à l'État policier" (Ukrainian: Ні поліцейській державі), contre la violence policière en Ukraine.
  • Une campagne contre la loi n°2450 "sur le droit de rassemblement pacifique"[11] qui a pour but de limiter le droit de manifester[12].
  • Une série d'actions pour soutenir les chaînes de télévision indépendantes[13].
  • La campagne de commémoration des victimes de la famine-génocide, campagne visant à changer les toponymes portant les noms des organisateurs de l'Holodomor.
  • "N’achetez pas les produits russes!" — campagne de boycottage des produits russes par réaction au blocage par la Fédération de Russie d’exportation des produits ukrainiens[14],[15],[16]; plus tard en réaction contre l’invasion militaire de la Russie en Ukraine[17].
  • Participation à EuroMaidan, notamment à la coordination des grèves des étudiants[18],[19],[20],[21].

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Ukraine Watch: UKRAINE’S AGE OF ACTIVISM"
  2. "The Ukrainian Weekly"
  3. Protest against draft law on languages held in Kyiv
  4. (uk) « На Житомирщину на округ Журавського збирається "десант" добровольців з усієї України », reporter.zt.ua (consulté le 2 octobre 2012)
  5. (uk) « Помста за розкол країни », uk.wikipedia.org
  6. (en) « PRESS CONFERENCE by representatives of the national coordination council of Ukraine's entrepreneurs about Tax Code », Un.ua (consulté le 24 janvier 2012)
  7. (en) « The students were protesting against the degradation of education », Yellowpage.in.ua (consulté le 24 janvier 2012)
  8. (en) « The draft law on education actively promoted by the government will make colleges and universities completely dependent on the Education Ministry », Ukrainian Week (consulté le 24 janvier 2012)
  9. (en) « Lviv students protest against educational policy », Photo.ukrinform.ua (consulté le 24 janvier 2012)
  10. (uk) «Відсіч» розпочала кампанію на захист ЗНО проти освітніх ініціатив регіоналів та комуністів (ФОТО, ВІДЕО), Maidan (consulté le 6 juin 2013)
  11. (en) Armenia Azerbaijan Belarus Georgia Moldova Ukraine, « Protests against plans to limit civil liberties in Ukraine », Easternpartnership.org,‎ 15 juin 2010 (consulté le 24 janvier 2012)
  12. (en) « Ukraine’s Parliament may restrict the right to hold meetings », Helsinki.org.ua,‎ 17 mai 2010 (consulté le 24 janvier 2012)
  13. (en) « Protest action held outside Kyiv administrative court of appeals », Photo.ukrinform.ua (consulté le 24 janvier 2012)
  14. У соцмережах українців закликають бойкотувати російські товари. Український тиждень. 15.08.2013
  15. Януковича закликали не вважати Росію дружньою державою. Радіо Свобода. 22.08.2013
  16. Покупцям роздають листівки із закликом не купувати російські товари. Майдан. 27.08.2013
  17. Українці захищаються від росіян бойкотом їх товарів. ТСН. 1+1. 6.03.2014
  18. Блокування університетів: як воно відбувається і до чого приводить? Тарас Саламанюк. Корреспондент. 06.12.2013
  19. Українські студенти підтримали Євромайдан. У Києві та регіонах — страйки. NEWSru.ua. 26.11.2013
  20. Студентський Євромайдан: КРОВ і ГРІМ. Дзеркало тижня. 06.12.2013
  21. Активісти закликають студентів записуватись до «Студентської сотні». День. 11.12.2013

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :